dictée 3°: le goût du pain

Règles d’orthographe ici

Le goût du pain

Lorsqu’on sortait du four les miches nouvelles, elles parlaient longtemps à petits craquements délicieux dans le soir, le premier jour, lorsqu’on les avait posées au ciel de la pièce sur l’étagère suspendue et qu’elles étaient là-haut, comme des lunes pleines, comme des soleils pour l’estomac. […] Le premier jour après la cuisson et même encore le lendemain, le pain était un gâteau. On en mangeait par plaisir, tout sec. La maison en était embaumée, deux jours. Après, il n’était plus tout à fait une fête, et vers la fin on avait envie du nouveau pain car le vieux était dur, craquelé de sécheresse et en août et septembre légèrement moisi. Ainsi, à mesure que diminuait la provision suspendue, naissait la joie de l’attente. On n‘aurait rien fait pour la précipiter.

Marie ROVANET – Henri JURQUET, Apollonie, Presses Pocket, 1990.

 

d’autres dictées ici

14-18La vie de Gabrielle

Clique sur  le lien  La vie de Gabrielle

GabrielleDans le cadre du centenaire de la Grande Guerre, la Réunion des musées nationaux-Grand Palais s’est investie dans son devoir de mémoire pour redonner vie à l’histoire d’un monument emblématique : Le Grand Palais. En effet en 1914, le Grand Palais, à Paris, est réquisitionné par l’armée et devient un hôpital militaire et un centre de rééducation des soldats blessés. 80 000 soldats y seront soignés entre 1914 et 1919. pour évoquer cette période, un livre numérique est créé dont le personnage principal est Gabrielle, une infirmière bénévole. Le personnage est fictif mais les faits sont historiquement attestés.

La vie de Gabrielle  contient également  des lettres de soldats de la guerre de 14-18 à leur marraine écrites par Léo, Ambre, Vincent,Romane et Guillaume de 3°B.

Elles sont visibles dans le livre numérique La Vie de Gabrielle  ici  et ci-dessous ;Lettre de Romane - p39

 

Lettres de Léo et Ambre - p41Lettres de Guillaume et Vincent - p40

Histoire de arts 2014-2015

Mis en avant

I LA GUERRE : présentations et témoignages                                

Français /Histoire / Arts plastiques

La Guerre.  OTTO DIX  (1929-1932) .

La Guerre d’Otto DIX.M.Berti

Fiche HDA La Guerre d’Otto Dix Mme Lancelot

http://lewebpedagogique.com/bourguignon/2014/02/01/otto-dix-la-guerre/

 http://www.brevetdescolleges.fr/infos/la-guerre-d-otto-dix-histoire-des-arts.php

Lire la suite

Dictée . J.M. Ribes

  1. Dictée (6 points)

LOUISE : – Quinze ans d’attente, Jean-Claude, quinze ans que Simone attend d’entrer à la Comédie-Française ! Ca y est, c’est fait, elle est engagée ! Et miracle, on lui offre le rôle dont elle rêve depuis toujours ! Ce soir, pour la première fois de sa vie elle vient de jouer Phèdre dans le plus prestigieux théâtre d’Europe, et toi, son beau-frère, tu refuses de lui dire « bravo », juste un petit  bravo  ! Qu’est-ce que tu es devenu ? un animal ?

Jean-Claude : Elle vient de jouer Phèdre pour la première fois de sa vie? Tu te moques ou quoi ? Et le jour de notre mariage, tu as oublié peut-être ? Elle en a déclamé un morceau en plein milieu du repas, comme ça, sans prévenir personne, même qu’après les enfants ont pleuré et qu’aucun invité n’a voulu danser.

Jean-Michel Ribes, Tragédie, in Théâtre sans animaux, Editions Actes Sud-Papiers , 2001

Ecrire au tableau : Jean-Claude, Simone, Comédie-Française, Phèdre, Europe, ainsi que le nom de l’auteur et le titre du livre.

  1. Réécriture (4 points)

Récrivez ce passage au futur :

LOUISE : – Justement, comme ça tu n’es pas obligé de lui dire que tu n’as pas aimé, tu lui dis juste « bravo », un petit bravo, et c’est fini, on n’en parle plus, tu es débarrassé et moi

j’enchaîne … (lignes 18 à 20).

dictée 3° : lettre de poilu.

Il me devient de plus en plus difficile de vous écrire. Il ne me reste pas un moment de libre. Nuit et jour, il faut être au travail ou au créneau. De repos, jamais.(…)

Il n’y a pas de discipline militaire, c’est le bagne, c’est l’esclavage ! Les officiers ne sont point familiers , ce ne sont point ceux du début. Il faut qu’ils se fassent remarquer par un acte de courage ou par la façon d’organiser défensivement un secteur. Qui paie cela, le soldat !

En ce moment nous faisons un effort surhumain. Il nous sera impossible de tenir longtemps; le souffle se perd.

Je ne veux pas m’étendre trop mais je vous dis que c’est honteux de mener des hommes de la sorte, de les considérer comme des bêtes. .

Extrait d’une lettre d’Emile Sautour dans Lettres de Poilus.

Réecriture

Transi, je me remis à danser comme un ours devant mon créneau noir, sans penser à rien qu’à l’heure qui s’écoulait. Nez à nez, les  bras croisés, les hommes sautillaient pesamment en bavardant, ou battaient la semelle d’un rythme régulier. La nuit s’anima / s’animait de ce bruit cadencé. dans le cheminement, dans le boyau, la terre gercée résonna / résonnait sous tous ces pieds cloutés.

************************************************************************************************************

Carte heuristique des valeurs des temps  de l’indicatif

Valeur des temps simples de l’indicatif sur Lelivrescolaire.fr

Quiz sur les valeurs du présent.

************************************************************************************************************

Le Feu Barbusse

 Henri Barbusse (1873-1935) s’est engagé à 40 ans alors qu’il aurait pu être réformé. Il va écrire des carnets puis un feuilleton (96 épisodes) qui va être publié dans la presse. Le récit paraîtra ensuite en livre, en 1916, sous le titre : Le Feu, journal d’une escouade. Il recevra le prix Goncourt. Dans ce livre, l’auteur dénonce les puissants, les financiers et les industriels qui s’enrichissent grâce à la guerre. C’est une oeuvre engagée qui défend des idèes (le pacifisme : être contre la guerre, contre le bellicisme). C’est aussi un témoignage des souffrances des soldats et un hommage à ses camarades.

Lire le roman en ligne ici 

Consulter le manuscrit sur Gallica ici

Continuer par l’article sur La guerre d’Otto Dix

Lire les lettres de soldats écrites par les élèves de 3°B en Novembre  2014.

Lire la suite

Brevet 2014

Mis en avant

Brevet des collèges 2014Consultez le sujet du DNB 2014 Pondichéry

Images de l’exode pour faire la rédaction ici

DNB Washington 2014

Barème pour la rédaction: sujet 1

FORME 7
orthographe : 2 (+ 10 fautes : -1 ), ponctuation : 1  ( + si  texte non ponctué), construction du texte visible (§) : 1, répétitions : 1, temps : 1,   fluidité du style : 1.
FOND  8
Cohérence avec le texte original : 1.5, Réutilisation pertinente d’éléments du texte : 1, Cohérence interne du texte : 1 expression des émotions :) :( 2 , portrait des parents 1, description maison … 1, situation finale / conclusion 1
———————————————————————————————————–

Réviser le brevet dans toutes les disciplines : clic

Réviser le français : clic

DNB 2011

Roméo et Juliette

Description de cette image, également commentée ci-aprèsShakespeare (1564-1616) auteur dramatique (38 pièces), acteur, directeur de théâtre et poète.

D’abord comédien ambulant, il devient par la suite co-propiétaire du théâtre du Globe, à Londres et joue à la cour d’Elisabeth 1er. Il s’illustre dans les différents genres de théâtre.

Elisabeth 1er Geoge Gower.

Elisabeth 1er George Gower.

 

Les comédies : La mégère apprivoisée (1591),Beaucoup de bruit pour rien (1598).        Les tragicomédie comme La tempête (1611)

Les tragédies : Roméo et Juliette (1593), Hamlet (1600), Othello (1604), Macbeth (1606).  Il écrit Roméo et Juliette alors que les théâtres sont fermés à Londres, à cause de la peste. Ils seront détruits entre 1642 et 1644 sur ordre du Parlement puis rouverts à la Restauration des Stuart.  en 1660.

Lire le texte de Roméo et Juliette  ici ( traduction de François-Victor Hugo,  fils de Victor Hugo) Lire la suite

Dictée 3°

La première fois qu’Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide. Elle lui déplut, enfin, il n’aima pas comment elle était habillée. Une étoffe qu’il n’aurait pas choisie. Il avait des idées sur les étoffes. Une étoffe qu’il avait vue sur plusieurs femmes. Cela lui fit mal augurer de celle-ci qui portait un nom de princesse d’Orient sans avoir l’air de se considérer dans l’obligation d’avoir du goût. Ses cheveux étaient ternes ce jour-là;mal tenus. Les cheveux coupés, ça demande des soins constants. Aurélien n’aurait pas pu dire si elle était blonde ou brune. Il l’avait mal regardée. Il lui en demeurait une impression vague, générale, d’ennui et d’irritation. Il se demanda pourquoi.

 

 

 

 

Sueurs froides : ortho

Sueurs froides. Texte à l’imparfait.

Et il éprouv…. toujours le même rapide serrement de cœur quand/ quant il regard…. ces / ses prunelle… bleu…., si/s’y clair…, que le grand jour sembl… toujours aveugl… un peu/peut. Elle se/ce fatig….vite. elle avai…. toujours fin/ faim. A quatre/ quatres heure…., il lui fallait son/ sont goûter :brioche, thé, confitures. Flavières n’aimai….pas beaucoup l’accompagn….dans les pâtisserie….   ou/où les salon… de thé…; c’est/s’est pourquoi il l’emmenai… le plus souvent possible à/ a la campagne. Quand il mangait/ mangeait des babas ou des éclair…, il se/ce sentai… coupable jusqu’à l‘âme/ lame, à cause de la guerre, à cause des vendeuse… dont les maris ou/où les amants se/ce trouvai… sans/sens doute quelque part / quelques parts, entre la mer du Nord et les Vosges. Mais il comprenait que Madeleine avait besoin de cet/cette nourriture, justement pour tenir en échec ce/se vide, ce/se néant, cette nuit ou/où elle été/était toujours sur le point/ poing de sombrer/sombré.

———————————————————————————————————————————–

dictée p 42

Madeleine, lentement, était revenue à elle; son visage s’était animé, elle avait paru faire l’essai de ses muscles, de ses nerfs; son sourire avait hésité; ses paupières avaient battu plusieurs fois, puis elle avait tourné la tête.

– Non. je suis très bien.

Ses yeux le rassuraient. Peut-être, un jour, en viendrait-elle à d’autres confidences. En attendant, Flavières évitait de lui confier l’auto. Elle pilotait avec beaucoup d’adresse mais aussi avec une sorte de fatalisme. (…) Flavières était sûr qu’en présence d’un obstacle, elle n’aurait pas essayé de réagir, de freiner, de donner un coup de volant. A Courbevoie déjà, elle ne s’était pas débattue…

Brevet blanc, février 2014

Dictée.Le loup et le berger

Un loup suivait un troupeau de moutons sans lui faire de mal. Le berger tout d’abord se gardait de lui comme d’un ennemi et le surveillait peureusement. Mais comme le loup le suivait toujours sans faire la moindre tentative d’enlèvement, il pensa qu’il avait là un gardien plutôt qu’un ennemi, et comme il avait besoin de se rendre en ville, il laissa ses moutons près du loup et partit. Le loup se jeta sur le troupeau et en mit en pièces la plus grande partie. Quand le berger revint et vit son troupeau perdu, il s’écria : « c’est bien fait pour moi. »

Quand on confie un dépôt à des gens intéressés, il est naturel qu’on le perde.

Esope, Fables Lire la suite

Calligrammes Apollinaire

Calligrammes

« Poèmes de paix et de guerre »  1918

Apollinaire  invente le mot « Calligramme » en contractant deux mots :                              calligraphie (art de la belle écriture)     et idéogramme (signe représentant un mot ou une idée).

Il nomme également ces poèmes  idéogrammes lyriques.

En 1912, ses amis, Pablo Picasso et George Braque, premiers peintres cubistes, introduisent des collages de journaux et d’affiches dans leurs tableaux. De la même manière que les peintres feront entrer des mots dans leurs œuvres, Apollinaire fait de ses poèmes des dessins. La poésie devient un texte à entendre et à voir. Lire la suite