Sueurs froides : ortho

Sueurs froides. Texte à l’imparfait.

Et il éprouv…. toujours le même rapide serrement de cœur quand/ quant il regard…. ces / ses prunelle… bleu…., si/s’y clair…, que le grand jour sembl… toujours aveugl… un peu/peut. Elle se/ce fatig….vite. elle avai…. toujours fin/ faim. A quatre/ quatre s heure…., il lui fallait son/ sont goûter :brioche, thé, confitures. Flavières n’aimai….pas beaucoup l’accompagn….dans les pâtisserie….   ou/où les salon… de thé…; c’est/s’est pourquoi il l’emmenai… le plus souvent possible à/ a la campagne. Quand il mangait/ mangeait des babas ou des éclair…, il se/ce sentai… coupable jusqu’à l‘âme/ lame, à cause de la guerre, à cause des vendeuse… dont les maris ou/où les amants se/ce trouvai… sans/sens doute quelque part / quelques parts, entre la mer du Nord et les Vosges. Mais il comprenait que Madeleine avait besoin de cet/cette nourriture, justement pour tenir en échec ce/se vide, ce/se néant, cette nuit ou/où elle été/était toujours sur le point/ poing de sombrer/sombré.

———————————————————————————————————————————–

dictée p 42

Madeleine, lentement, était revenue à elle; son visage s’était animé, elle avait paru faire l’essai de ses muscles, de ses nerfs; son sourire avait hésité; ses paupières avaient battu plusieurs fois, puis elle avait tourné la tête.

- Non. je suis très bien.

Ses yeux le rassuraient. Peut-être, un jour, en viendrait-elle à d’autres confidences. En attendant, Flavières évitait de lui confier l’auto. Elle pilotait avec beaucoup d’adresse mais aussi avec une sorte de fatalisme. (…) Flavières était sûr qu’en présence d’un obstacle, elle n’aurait pas essayé de réagir, de freiner, de donner un coup de volant. A Courbevoie déjà, elle ne s’était pas débattue…

Brevet blanc, février 2014

Dictée.Le loup et le berger

Un loup suivait un troupeau de moutons sans lui faire de mal. Le berger tout d’abord se gardait de lui comme d’un ennemi et le surveillait peureusement. Mais comme le loup le suivait toujours sans faire la moindre tentative d’enlèvement, il pensa qu’il avait là un gardien plutôt qu’un ennemi, et comme il avait besoin de se rendre en ville, il laissa ses moutons près du loup et partit. Le loup se jeta sur le troupeau et en mit en pièces la plus grande partie. Quand le berger revint et vit son troupeau perdu, il s’écria : « c’est bien fait pour moi. »

Quand on confie un dépôt à des gens intéressés, il est naturel qu’on le perde.

Esope, Fables Lire la suite

Calligrammes Apollinaire

Calligrammes

« Poèmes de paix et de guerre »  1918

Apollinaire  invente le mot « Calligramme » en contractant deux mots :                              calligraphie (art de la belle écriture)     et idéogramme (signe représentant un mot ou une idée).

Il nomme également ces poèmes  idéogrammes lyriques.

En 1912, ses amis, Pablo Picasso et George Braque, premiers peintres cubistes, introduisent des collages de journaux et d’affiches dans leurs tableaux. De la même manière que les peintres feront entrer des mots dans leurs œuvres, Apollinaire fait de ses poèmes des dessins. La poésie devient un texte à entendre et à voir. Lire la suite

Le déserteur. B.Vian

Lettre écrite pendant la guerre d’Indochine( Vietnam, Laos, Cambodge) au moment du début de la guerre d’Algérie qui entraîne l’envoi de jeunes appelés. Dans ce contexte, la chanson pacifiste provoque un scandale puis est interdite.
10 ans après, la jeune radio Europe 1 diffuse la chanson qui connaît un immense succès. Elle sera reprise par Serge Regiani, John Baez, Paul, Peter and Mary qui en feront un hymne de protestation contre la guerre du Vietnam aux USA, dans les années 1965-1970.

Le déserteur : texte et questions

1ère version du Déserteur chantée par Mouloudji et non censurée. 1954

La chanson a été reprise  par Renaud en 1983 dans un esprit soixante-huitard.

Renaud anarchiste, antimilitariste, écologiste, dénonce la course à l’armement nucléaire entre les grandes puissances  et prône le retour à la vie simple, à la nature et les valeurs d’amitié et de fraternité. Ici la tradition familiale de patriotisme a laissé la place à l’antimilitarisme de père en fils.

Le vocabulaire est volontairement plus argotique, voire vulgaire dans un esprit de provocation et de rejet des valeurs établies.

Sueurs froides et symbolisme.

Madeleine, beauté idéale.  Sueurs froides Boileau Narcejac,

Scène de la rencontre : Flavières et Madeleine au théâtre.

« Honteusement, du coin de l’œil, il chercha Madeleine. Dans la pénombre dorée, elle se détachait à la manière d’un portrait. Des bijoux scintillaient sur elle, à son cou, à ses oreilles. Ses yeux aussi paraissaient lumineux. Elle écoutait, le visage incliné, immobile comme ces inconnues admirées au passage, dans les musées, la Joconde, la Belle Ferronnière.... Elle portait sur la nuque une savante torsade de cheveux où couraient des reflets acajou. Mme Grévigne… »

Prolongements : Voir une hypothèse de la construction géométrique de La Joconde.    Voir Le nombre d’or dans les proportions du corps humain. Lire la suite

Vertigo Hitchcock

Scène de la première rencontre.

Scène du baiser avec travelling à 360°

nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn

Vertigo de Bernard Herrmann

Actuellement à la Cité de la Musique (Paris), une nouvelle exposition sur la musique de film.« Musique et cinéma: le Mariage du siècle? »

Du 19 mars au 18 août 2013

A l’entrée de l’exposition, le visiteur est accueilli- – par deux bandes originales: Vertigo du compositeur Bernard Herrmann  et la musique du film Le mépris. « Auprès d’une bonne centaine de personnes, j’ai réalisé un petit sondage afin de connaître leur partition fétiche, explique le commissaire de  l’exposition, N.T. Binh. Et ce sont ces deux scores, ex aequo, qui sont arrivés en tête ».

A la Cité de la Musique

221 avenue Jean Jaurès 75019 PARIS

www.citedelamusique.fr

nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn

Article sur La biographie de Hitchcock

http://www.site-image.eu/index.php?page=film&id=250&partie=glossaire

Hitchcock biographie

Description de l'image  Hitchcock, Alfred 02.jpg.Jeunesse anglaise

1899 Naissance dans la banlieue de Londres dans une famille d’épiciers. Il sera marqué par l’histoire de deux criminels, Jack l’éventreur qui sévissait 10 ans auparavant dans un quartier voisin et le Dr Crippen qui découpa sa femme après l’avoir tuée en 1910.

Il débute dans la publicité en tant que graphiste puis une filiale d’un studio de cinéma américain l’embauche pour réaliser des intertitres puis des décors. Lire la suite