Histoire Géographie

La Mare Carrée

27 juin 2016
par myriambred
0 Commentaires

Passer l’oral de rattrapage en HG

voilà ce que disent les instructions officielles :
La présentation officielle de l’épreuve orale d’HG :

Épreuve orale de contrôle
Durée : 20 minutes
Temps de préparation : 20 minutes
L’épreuve porte à la fois sur le programme d’histoire et sur celui de géographie de la classe de terminale. Le candidat tire au sort un sujet. Chaque sujet comporte une question d’histoire et une question de géographie.
Les questions du sujet portent sur des thèmes majeurs ou ensembles géographiques du programme. L’une des questions (histoire ou géographie) est accompagnée d’un document.
L’évaluation des réponses de chaque candidat est globale et doit utiliser tout l’éventail des notes de 0 à 20. L’examinateur évalue la maîtrise des connaissances, la clarté de l’exposition et la capacité à tirer parti d’un document. Le questionnement qui suit l’exposé peut déborder le cadre strict des sujets proposés et porter sur la compréhension d’ensemble des questions étudiées.
*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*
Si vous devez repasser l’histoire géographie à l’oral, voilà comment cela se passe : après tirage au sort, vous serez interrogé sur deux questions, une d’histoire et une de géographie, et les sujets sont pris parmi ceux des chapitres au programme avec évidemment des coupes puisque vous ne disposez que de 20 minutes de préparation pour 20 minutes de passage. Donc il faudra prévoir dix minutes préparer chaque réponse. L’examinateur doit proposer un document pour l’une des questions, dans ce cas c’est par rapport au document qu’il faudra répondre en le présentant et en montrant son intérêt pour le sujet. Le libellé de la question doit vous y inviter.
Il faut donc composer un exposé pour chacun des sujets. Ce dernier doit comporter une courte introduction analysant le sujet ou le document (nature, auteur, date, contexte, idée principale) et proposant une problématique et un plan. Le développement doit être structuré en 2 ou 3 parties. Faites bien apparaître à l’oral vos changements de parties. Terminez par une conclusion.
L’entretien se termine par des questions (elles seront d’autant plus nombreuse si l’exposé est court)

Voici les conseils pris sur un blog d’un prof d’HG

Réussir l’oral de rattrapage

Avec une moyenne comprise entre 8 et 10/20 : vous êtes bon pour l’oral de rattrapage, comme environ un tiers des candidats. Alors, même si cette perspective n’est pas bien réjouissante, gardez le moral : près de 70 % des élèves qui passent ces oraux obtiennent finalement leur bac. Voici ce qu’il faut savoir pour mettre toutes les chances de votre côté.

1re étape : choisissez les matières les plus « payantes »

C’est à vous de choisir les deux matières que vous repassez à l’oral de rattrapage : un choix éminemment stratégique ! Chaque année, des candidats échouent à ce stade, faute d’avoir pris les matières les plus rentables, celles qui auraient pu leur rapporter le plus de points. Dune manière générale, vous ne devez surtout pas opter pour les matières dans lesquelles vous êtes le plus à l’aise, mais pour celles à gros coefficients où vous avez obtenu de mauvaises notes. Si vous hésitez, pensez à demander conseil à vos profs : ils connaissent bien l’épreuve et votre niveau.

2e étape : préparez-vous à faire bonne figure

Les moins chanceux devront passer leurs oraux dans la foulée des résultats du bac ; les autres les passent dans les jours suivants. Dans tous les cas, faites attention à votre apparence. Une tenue négligée ou trop cool (short, jogging) pourrait vous desservir.

3e étape : le jour J, montrez votre motivation !

Lorsque vous préparerez votre intervention, n’écoutez pas le candidat interrogé avant vous : concentrez-vous. Ne rédigez surtout pas l’intégralité de votre intervention par peur de bafouiller (vous n’en avez pas le temps et vous risquez de donner l’impression de réciter). Le moment venu, regardez l’examinateur, tenez-vous droit et introduisez d’emblée le texte ou le problème posé (ce qui démontrera votre motivation). La règle est de parler à tout prix : mieux vaut bafouiller que de ne rien dire ! L’oral est une évaluation des connaissances mais aussi des qualités de communication. Si vous avez le nez dans vos notes, le contact avec le correcteur en pâtira, sans compter qu’un regard désapprobateur peut vous indiquer que vous êtes en train de vous tromper (lorsqu’un examinateur vous interrompt, c’est bien souvent pour vous tendre une perche).
N’employez pas un vocabulaire familier ni pompeux et si vous ne connaissez pas une réponse, dites-le franchement et simplement. Enfin, n’oubliez pas de conclure votre intervention (oubli très fréquent) et de saluer l’examinateur avant de partir (même si vous avez raté l’épreuve).

Je serai présente aux résultats à Cesson le 5 juillet !
Bon courage pour l’attente !