La vidéo du concours C Génial

9 02 2013

cliquer ici pour voir la vidéo 2013




La parachute

9 02 2013

Au  cours de cette séance, nous avons tracé un patron papier du parachute. On s’en est servi pour tracer la forme du parachute sur le tissu. Puis le tissu a été découpé eu fer à souder (de cette façon, le tissu ne filoche pas !).

Puis ça a été le moment de mettre les 6 œillets, régulièrement espacés grâce à la pince à œillets.

Ensuite nous avons découpé les ficelles pour réaliser les suspentes. On finit par les nouer à l’émerillon de pèche.

Enfin le parachute fini est solidement assemblé à une plaque de séparation de la fusée.




La case de la trappe parachute

9 02 2013

Là, c’est la séance du découpage de la trappe à parachute.

Tout d’abord, des calculs mathématiques de rayons, périmètres et autres angles. Puis, le tracé d’un gabarit papier en suivant un tutoriel.
Enfin, la découpe le long du gabarit.

Pour les fusées wapiti, la découpe se fait soigneusement, au cutter, mm par mm.




La visite du suiveur

9 02 2013

En décembre 2012, François, le suiveur (personne de l’Association Planète Sciences Normandie désignée par le CNES pour évaluer l’avancement du projet) est venu pour sa première visite.

Il nous a représenté la structure de l’Association Planète Sciences et le rôle qu’il y tient. Il a aussi parlé du Centre National d’Etudes Spatiales de Toulouse qui propose aux jeunes l’idée de faire décoller des fusées.




La fabrication des ailerons

9 02 2013

Les ailerons vont être construits sur plusieurs séances : le traçage, le découpage, le collage et l’implantation.

Nous commençons par la séance du traçage du plan des ailerons ! Sur une grande feuille formant A2, il s’agit de reproduire à l’échelle 1 le tracé exact et minutieux des ailerons de la fusée, le tout à partir de la feuille de route de Stabilito qui donne les paramètres m, n p et e …

Comme l’an passé, on coupe avec  un outil super simple et très rapide : la scieuse à carrelage dite carrelette.

C’est un peu bruyant, mais avec des bonnes protections, on est arrivé à un super résultat, propre, net et fiable au cours duquel chacun de nous a très bien compris le système d’assemblage mâle-femelle des 2 ailerons.

 

Les ailerons sont amenés à l’arrière de la fusée, assemblés et maintenus par des élastiques.




L’obtention de l’ogive

9 02 2013

L’objectif de cette séance est de construire l’ogive de notre fusée, ogivale, parabolique ou pointue. Nous devons nous demander quels sont les critères d’une bonne ogive.

Nous obtenons l’ogive de la fusée  par la taille d’une sphère pleine de polystyrène. Pour que l’ogive soit lisse, symétrique et uniforme, le mieux est d’utiliser un tour. La sphère de polystyrène tournant à grosse vitesse, avec une rappe, puis avec un papier de verre fin, on donne la forme souhaitée.

Nous devons être patient (20 minutes par ogive) et précis (si on « mange » trop de polystyrène, on ne peut pas revenir en arrière !

Il a fallu passer un sacré coup d’aspirateur en fin de manip dans l’atelier…




Le support

7 10 2012

Séance de bricolage du support de la fusée. Celui-ci doit être résistant, stable et pratique.

On apprend à manipuler des outils comme la scie, le tournevis, le pistolet à colle, la règle, visseuse électrique… le tout en respectant la sécurité.

Déjà, on, se rend compte qu’il faut bien écouter les consignes et être bien concentré !