Sep 21

Ecosse vs Angleterre: les raisons de la colère

Ce jeudi 18 septembre 2014, les Écossais ont décidé de rester uni à l’Angleterre et aux autres nations qui composent le Royaume-Uni. Enfin, peut-on encore dire « uni » après le déchaînement de ces dernières semaines ? Plus rien ne sera comme avant : ils restent unis pour le meilleur et pour le pire… et cela fait sept siècles que cela dure. Mais pourquoi autant de désamour – pour ne pas dire haine entre ces deux nations ?

 

Le 1er mai 1707 prend effet l’Acte d’Union qui unit l’Angleterre et l’Écosse au sein d’un Royaume-Uni de Grande-Bretagne (United Kingdom of Great-Britain). Mais l’histoire de l’Ecosse a débuté bien avant, il y a environ 10 000 ans, avec l’arrivée des premières populations humaines dans l’actuelle Écosse après la fin de la glaciation de Würm ! Très vite, son puissant voisin anglais devient une cause de conflit, plus ou moins grave.  Les guerres d’indépendance ont ainsi poussé l’Écosse à nouer des liens commerciaux, culturels et souvent stratégiques avec un certain nombre de puissances européennes.

Sous la dynastie des Stuart, au XVIe siècle, les deux pays ont appris à vivre ensemble mais l’union personnelle des deux royaumes connaît de brutales anicroches dues aux divergences religieuses entre anglicans (Anglais) et presbytériens (Écossais). Ce n’est qu’avec la «Glorieuse Révolution» de 1688, l’éviction définitive des Stuart et l’avènement du roi Guillaume III que les Écossais obtiennent enfin le respect de leur foi… et un renforcement des pouvoirs législatifs de leur Parlement.

Comme l’explique le site Herodote.net, peu après l’avènement de la reine Anne Stuart, en 1702, le Parlement écossais laisse entendre par l’Act of Security qu’il pourrait remettre en cause une décision du Parlement de Westminster prévoyant qu’à la mort d’Anne, sans enfant, la couronne reviendrait à l’Électeur de Hanovre. Cela signifierait la fin de l’union personnelle des deux royaumes et l’éventuel retour des détestables Stuart sur le trône d’Écosse ! C’est pour éviter ce drame que le parti des whigs lance alors l’idée de réunir les deux royaumes en un seul et, en cas de refus, menace les Écossais d’un blocus économique. La reine, dans un souci de conciliation, nomme une commission anglo-écossaise qui rédige un traité de 25 articles dont quinze se rapportent à des différends économiques et les autres au projet d’union politique.

Image de prévisualisation YouTube

Cet Acte d’UnionAct of Union») est ratifié le 16 janvier 1707 par le Parlement d’Édimbourg, par 110 voix contre 67 et 46 abstentions. C’est ainsi que naît officiellement le Royaume-Uni de Grande-Bretagne, avec un seul souverain, un seul gouvernement et un seul Parlement, à Westminster, où entrent 45 députés écossais (Chambre des Communes) et 16 pairs écossais (Chambre des Lords).

Le sabordage du Parlement écossais débouche sur de nombreuses émeutes populaires dans le royaume. On suspecte, non sans raison, beaucoup de parlementaires d’avoir été grassement achetés par les whigs anglais. Finalement, les esprits se calment. Il est vrai que la religion nationale n’est pas remise en cause par l’Acte d’Union.

L’union rentre dans les mœurs et les Écossais, enfin, prennent leur part à l’essor inouï de la Grande-Bretagne et peuvent ainsi profiter du siècle des Lumières et de la révolution industrielle : l’Écosse devient l’un des principaux centres culturels, commerciaux et industriels de l’Europe du XIXe siècle. Mais cette unité ne résiste pas aux secousses du XXe siècle : une partie de l’Irlande arrache son indépendance après la Grande Guerre et à la fin du XXe siècle, le gouvernement de Tony Blair assouplit l’union tricentenaire en restituant aux Écossais un début d’autonomie et un Parlement à Édimbourg, en attendant une possible indépendance.

Depuis peu le pays bénéficie d’un certain renouveau économique et culturel, grâce notamment à un secteur des finances en développement, à l’extraction du pétrole et du gaz naturel de la mer du Nord, et finalement au rétablissement du parlement écossais. Aujourd’hui, pour beaucoup d’Écossais, les considérations nationalistes passent après leur envie d’en finir avec le système économique actuel.

Etre indépendants, cela signifierait pour les Écossais en terminer justement avec le système économique, et l’ambiance libérale, actuelle. Les électeurs veulent du logement social, et le maintien de l’emploi subventionné. Les considérations nationalistes arrivent seulement après tout cela.

Mais aujourd’hui, nous savons que les Écossais ont voté à 55 % contre l’indépendance. Nigel Farage, le leader du parti eurosceptique Ukip, appelle à la tenue d’une convention constitutionnelle, pour que soit créé un Parlement anglais, explique le Guardian. Il a par ailleurs posté une cinquantaine de lettres pour appeler les députés écossais au Parlement britannique à ne pas voter sur les questions qui concernent uniquement l’Angleterre, ce qui est le cas aujourd’hui. « Je pense que nous avons besoin d’un débat à nous, qui soit ouvert« . Aux Écossais, sans doute. Mais aussi un débat pour les autres nations composant ce Royaume qui a bien du mal à rester uni. God Save The Queen !

Image de prévisualisation YouTube

Pour aller plus loin :

– l’article original du site LaLibre.be

– l’article de base extrait de Wikipedia

– l’article « Union de l’Angleterre et de l’Ecosse » sur Herodote.fr

– l’article « la guerre d’indépendance de l’Ecosse » sur Histoire-fr.com

– « Pourquoi les Ecossais veulent l’indépendance » sur le site de BFM.tv

– Quelles seraient les conséquences d’une indépendance de l’Ecosse?

 

Laisser un commentaire