Nov 05

La nuit américaine 4/5-11-08

M. Barak OBAMA
44e président des États-Unis

Articles d’une nuit :

1. Par une belle matinée de novembre…
2. Les Américains renouvellent aussi le Congrès
3. Les nouveaux inscrits : espoirs de dernière minute ?
4. “An American Dream” : Obama et l’histoire (par Lyonel KAUFMANN)
5. Les électeurs noirs et Obama
6. Les Swing States
7. La participation
8. Les grands électeurs
9. Ce qui va changer, demain…

Image de prévisualisation YouTube

Voir la vidéo intégrale et lire le texte du discours d’Obama cette nuit à Chicago sur le site du Guardian.

04h30Avec 207 grands électeurs acquis (contre 135 pour McCain), Barak OBAMA sera « très vraisemblablement » élu président des États-Unis d’Amérique dans quelques heures. J’ai vraiment eu l’impression de vivre en direct un grand moment historique. Merci à tous ceux qui m’ont accompagné cette nuit. Remerciements tout particuliers à Julie, Lyonel, Anthony et Florent.

03h52Obama remporte le Nouveau-Mexique, 200 à 130. Aux dernières nouvelles, le décompte des grands électeurs affiche 200 à 130 en faveur d’Obama. A noter le basculement de l’Etat du Nouveau-Mexique que Bush avait emporté en 2004 et qui passe à gauche.

03h44McCain remporterait le Kansas. Mais cela peut-il encore changer quelque chose ? Si la victoire d’Obama en Ohio et en Pennsylvanie se confirme, le démocrate a donc bel et bien atteint la barre des 200 grands électeurs. Rajoutons à cela des Etats traditionnellement démocrates dont nous n’avons pas encore les résultats: Californie (+55), Washington (+11), Oregon (+7) et Hawaï (+4). Cela donne 277 grands électeurs, soit 7 de plus que la barre des 270 requise pour l’emporter. Dure journée pour les Républicains… Belle journée pour le monde ?

03h24.  Selon Canal+, l’État de l’Ohio sera tombé dans les mains de Obama (55%). Aucun président républicain n’a pu être élu sans avoir remporté cet État. Comment McCain peut-il encore remonter la pente ?

03h20.  C’est trés serré dans les Swing States de Virginie et de Floride. Cela se jouerait à une centaine de voix. Cela sent le recomptage… Qui a dit a parlé d’un parfum de l’an 2000 ?

03h11.  Nouvelles projections (AP) favorabes à Obama. Il remporterait le Michigan, l’Etat de New York, le Rhode Island, le Wisconsin (Etat réputé favorable à McCain) ; de son côté, McCain remporterait le Wyoming. Selon CNN, Obama remporterait aussi le Minnesota, tandis que McCain remporterait aussi le Dakota du Nord. Ceci dit, MSNBC suggère qu’il est temps de commander des pizzas, la nuit risque d’être plus longue que prévue… Moi, il va falloir que je pense à me rapprocher de ma couette tout de même… d’après Le Monde.fr

03h00.  Les médias américains nous promettaient le nom du nouveau président plus tôt que d’habitude, vers 2h du matin… Hélas pour mon sommeil, comme toujours, c’est encore trop serré dans 3 swing states : la Floride, l’Ohio et la Virginie (même si d’après les sondages sortie des urnes, Obama est en tête dans ces 3 Etats).

02h50.  Résultats très serrés en Virginie (13 grands électeurs). McCain raflerait la Géorgie (selon MSNBC).

02h42.  l’Arkansas et l’Alabama pour McCain (d’après ABC). «Mac is back», doucement (mais surement ?).

02h26.  John McCain se sent «confiant». C’est ce qu’il aurai déclaré aux journalistes voyageant avec lui vers Phoenix dans l’Arizon. «Je me sens bien. Je me sens confiant, considérant la façon dont les choses se sont déroulées». Il fallait oser… En même temps, que voulez-vous qu’il dise ?

02h21. Obama creuse l’écart, 102 à 34 (d’après le décompte d’ABC). Barack Obama a pour l’instant 102 grands électeurs d’assuré, contre 34 pour John McCain.

02h00. 77 grands électeurs en faveur d’Obama, 34 pour McCain (d’après CNN)

01h54. Selon Canal+, la Floride repasserait dans les mains de Obama (à 55%) puisque McCain ne concerne que 45% des bulletins déjà dépouillés (soit, pour le moment, 10% du total…)

01h41. McCain bien parti pour remporter la Floride (un swing state, enfin !). C’est la Floride qui avait fait gagné George W. Bush en 2000. Selon CNN, 54 % des électeurs auraient voté McCain, contre 46% pour Obama.

01h28. McCain vainqueur dans le Kentucky, Obama dans le Vermont, selon les chaînes américaines CNN et MSNBC. La Floride irait à McCain (54%) selon CNN.

01h21. Selon un sondage d’«ABC», 13% des votants seraient noirs, soit à peine plus qu’en 2004. Obama n’aurait donc pas convaincu outre mesure la communauté noire de voter. (d’après 20 Minutes.fr)

01h08. McCain remporte le Kentucky avec 52 % (selon CNN). Obama donné vainqueur dans l’Indiana et le Vermont.

00h59. Selon CNN, Obama l’emporterait dans l’Indiana, avec 51 %, contre 48 % à McCain. Il l’emporterait aussi dans le Vermont.

00h51. Quelques sondages sortis des urnes (Obama-McCain), en provenance du site «Gawker» (toujours bien au courant de ce qui se dit dans les médias new-yorkais). Attention, ce ne sont que des premières TENDANCES (type sondage sortie des urnes), et donc rien d’officiel. En voici quelques uns :
Georgie 47-51/ Iowa 58-42 / Indiana 52-48 / Michigan 60-39 / Minnessota 56-39 / Missouri 52-48 / Caroline du Nord 52-48 / New Hampshire 57-43 / Nouveau-Mexique 56-43 / Nevada 55-45 / Ohio 54-45 / Pennsylvanie 57-42 / Virginie 55-45 / Virginie occidentale 45-55 / Wisconsin 58-42

00h42. Première surprise de la soirée, les premières estimations pour l’État d’Indiana, traditionnellement républicain. C’est Obama qui serait en tête avec 55% (contre 44% pour Mc Cain)

00h33. McCain porte plainte contre certains comtés de Virginie qui ont envoyé trop tard les formulaires pour voter par correspondance aux soldats américains basés à l’étranger, pour que ceux-ci puissent voter. (d’après Le Monde.fr)

00h28. Obama rafle la mise sur les nouveaux électeurs. CNN publie des sondages sortis des urnes sur les nouveaux inscrits sur les listes électorales. Résultats dans 3 swing states : Indiana, Obama rafle la mise avec 73% contre 27 pour McCain; Ohio, c’est 69/31 pour Obama et en Virginie 63/36 pour Obama.23h53. Le «cerveau» de Bush prédit une large victoire d’Obama. Si c’est lui qui le dit… Karl Rove, ancienne éminence grise de W. Bush, a publié sur son site ses prévisions: 388 super-délégués pour le sénateur démocrate. (d’après 20Minutes.fr)

00h24. Premières tendances dans le Kentucky :  McCain en tête (60%) sur Obama (37%) – source France infos.

00h18. Premiers résultats disponibles à partir de 1h. Pour les derniers États, il faudra attendre… 5 heures du matin !

00h12. Les premiers bureaux de vote viennent de fermer, Kentucky (coucou Julie !) et Indiana. (d’après i>TELE)

23h53. Le «cerveau» de Bush prédit une large victoire d’Obama. Si c’est lui qui le dit… Karl Rove, ancienne éminence grise de W. Bush, a publié sur son site ses prévisions: 388 super-délégués pour le sénateur démocrate. (d’après 20Minutes.fr)

23h30. Pour tromper l’ennui, Barack Obama s’est rendu dans un gymnase du quartier ouest de Chicago pour une partie de basket-ball. (d’après Le Monde.fr)

23h07. Incidents en Pennsylvanie et dans l’Ohio. Selon CNN, les trois problèmes les plus récurrents sont : 1) Ne pas figurer sur les listes électorales,2) Problèmes mécaniques sur les machines, 3) L’attente avant de voter. (d’après Le Monde.fr)

22h45. Ouverture de la soirée : bienvenue à tous ! Les bureaux de la côte Est commencent à fermer. Participation record dans les Etats les plus disputés.

Par une belle matinée de novembre…

En direct de Louisville (Etat du Kentucky), Julie ORLANDO (qui a la double nationalité, française et américaine), nous raconte son vote de ce matin… Elle est en direct avec nous, en ce moment, sur Twitter.

5h45. Me voici voila devant le bureau de vote. Et bien oui… Je travaille à 8h, et les bureaux ouvrent à 6h, je savais que je n’allais pas être totue seule. Hélas, déjà une queue de 40 personnes qui attend devant les porte ! A 6h00 précises, les portes s’ouvrent. Je rentre et là on me dit de vérifier sur un tableau dans quel district je vis afin de me mettre dans la bonne file d attente… Je vérifie et me place dans la bonne file.

C’est là que je dois attendre qu’on me donne ma feuille ou je vais remplir mon vote, ou plutôt griser les petites cases et également signer le registre. Et me voila dans l’isoloir ou je trouve une feuille avec tous les candidats. On y trouve 2 sortes de vote differents. Il y a des gens qui ne votent que Républicain ou Démocrate et la c’est simple : il suffit de « grisouiller » la case « republican » ou « democrat » et c’est fait.

Sinon il y a toute une liste de candidats. Il y a tout d’abord une President ( choix entre 4 personnes) puis vice president et ensuite c’est le grand défilé des candidats : Senateurs, Congress men, School Board, Judges, Supreme court Judges, District court judges, Circuit court judges and State representatives… Voilà pourquoi certaines personnes ne se compliquent pas la vie et « grisouillent » ( j’adore ce mot) la case republicain ou democrate.

Ensuite je suis sortie de l’isoloir et j’ai pu mettre ma feuille dans l’ordinateur qui va lire mes resultats !

Wait and see now…

Les Américains renouvellent aussi le Congrès

Les Américains ne choisissent pas seulement leur prochain président, aujourd’hui,  mais devront également renouveler entièrement la Chambre des représentants, un tiers du Sénat, élire de nouveaux gouverneurs dans onze Etats et des milliers de responsables locaux. Au total, 435 sièges sont en jeu à la Chambre des représentants et 35 au Sénat. Les démocrates contrôlent les deux Chambres du Congrès depuis 2006.

Le Sénat américain compte actuellement 49 sénateurs républicains, 49 sénateurs démocrates et deux indépendants qui votent généralement avec les démocrates. Chaque Etat, quelle que soit sa taille, compte deux sénateurs. Les sénateurs sont élus pour six ans.

Concernant les élections de gouverneurs, 11 postes (cinq républicains et six démocrates sont en jeu). Les démocrates visent le Missouri (centre) où le sortant républicain ne se représente pas. Les républicains espèrent ravir aux démocrates la Caroline du Nord et Washington (nord-ouest). d’après l’Express.fr

Les nouveaux inscrits : espoirs de dernière minute ?

Pour renverser la tendance, les stratèges de M. McCain avaient décidé de porter leurs efforts dans six Etats : Floride, Missouri, Caroline du Nord, Virginie, Indiana et Ohio. Hormis le Missouri où les deux candidats font pratiquement jeu égal, avec un léger avantage pour M. Obama selon un récent sondage de CNN, le sénateur de l’Illinois est crédité dans tous ces autres Etats d’une sensible avance.

Les démocrates de leur côté placent beaucoup d’espoir dans des Etats de l’ouest qui avaient voté républicain en 2004 comme le Nouveau-Mexique, le Colorado, et le Nevada (19 grands électeurs au total).
Ils comptent notamment sur les nouveaux inscrits sur les listes électorales pour faire la différence. Au Nevada, les démocrates peuvent compter sur 80.000 nouveaux électeurs de plus que les républicains. En 2004, M. Bush avait remporté cet Etat avec 60.000 voix d’avance. Les démocrates ont enregistré des gains en terme d’inscriptions sur les listes électorales dans tous les Etats indécis.

La question est de savoir si les démocrates réussiront à persuader ces nouveaux inscrits de se déplacer dans les bureaux de vote le 4 novembre. « Convaincre les nouveaux électeurs de s’inscrire sur les listes électorales est une chose, les convaincre d’aller voter en est une autre », essaie de se rassurer Rich Beeson, un responsable des études politiques du parti républicain. d’après l’Internaute.com

“An American Dream” : Obama et l’histoire

Lyonel KAUFMANN, professeur formateur à la HEP-VD à Lausanne en Suisse, vient de publier un article très intéressant traitant de l’utilisation de l’histoire par B. Obama. Une vision critique et objective sur une campagne déjà historique. En voici un extrait.

Avec Barack Obama, comme avec Nicolas Sarkozy, le candidat reinterprète l’histoire à sa manière. Cette utilisation de l’histoire lui permet de mettre en scène non seulement sa vision de l’histoire, mais de proposer un récit autour du candidat ce qu’on appelle le Storytelling (Une machine à fabriquer des histoires, par Christian Salmon) [1] Dans la mise en scène de ces rapports à l’histoire, comme pour le reste de sa campagne, les vidéos publiées sur youtube.com sont centrales dans la diffusion de ces messages. Dès le départ de sa campagne, le candidat Obama propose les versions intégrales de ses discours souvent fleuves. C’est probablement une des originalités de sa campagne et de la diffusion de ce récit. Dès le début, Barack Obama non seulement se pose en successeur de figures historiques importantes de l’histoire américaine, mais en pasteur conduisant le troupeau d’abord de ses fidèles avant le peuple américain tout entier vers sa terre promise à l’aide de mots soigneusement choisi et scandé à répétion (Hope – Change – Yes we can…). CLIQUEZ pour lire la suite

Les électeurs noirs et Obama

En accordant 95 % de leurs intentions de vote au candidat démocrate, les Noirs américains font de lui leur champion. Mais ils savent que, à un mois du scrutin, rien n’est encore fait.

Quand le sénateur Barack Obama est entré sur scène à grandes enjambées dans l’immense salle de bal, samedi 27 septembre, l’assistance s’est levée d’un bond pour l’applaudir, chantant en rythme la chanson de la campagne, Signed, Sealed, Delivered, I’m Yours, de Stevie Wonder. Parmi ce public majoritairement noir venu participer au dîner du caucus de députés noirs, on sentait grandir la confiance. On avait le sentiment qu’une victoire historique était à portée de main.

De récents sondages montrent en effet qu’Obama rattrape le sénateur John McCain, tant au niveau national que dans plusieurs Etats décisifs. La situation économique n’est pas étrangère à ce regain de popularité. De nombreux analystes s’accordent aussi à dire qu’Obama s’est bien défendu lors du premier face-à-face télévisé avec John McCain, qui portait principalement sur la politique étrangère, un domaine considéré comme l’un des points forts de son adversaire. Par ailleurs, les partisans d’Obama maintiennent un front uni, discipliné, évitant les débats internes qui pourraient saper sa candidature. la suite sur Courrier International

Les Swing states: qu’est-ce que c’est ?

La gageure pour les deux candidats a été de convaincre les « swing states », ces Etats indécis où les Républicains autant que les Démocrates ont des chances de l’emporter. Explications, pour quelques uns de ces Etats.

Arkansas : bien que plutôt conservateur, cet Etat de la Bible Belt s’est toujours montré particulièrement favorable aux démocrates. Le gouverneur actuel Mike Beebe est démocrate, ainsi que 3 de ses représentants sur 4. Bill Clinton a été élu gouverneur de l’Arkansas deux fois. Cependant, en 2000 et  2004, l’Etat a voté pour George W. Bush.

Caroline du Nord : la dernière victoire démocrate dans cet Etat remonte à Jimmy Carter en 1976. Mais le nombre croissant d’électeurs aisés et le haut niveau d’études des habitants pourraient faire pencher le vote vers Obama.

Colorado : ancien Etat conservateur, le Colorado s’est déplacé vers le centre au fil des années. Sa large communauté hispanique peut faire pencher le vote de l’Etat d’un côté comme de l’autre. Le parti démocrate a choisi d’y célébrer sa convention au mois d’août.

Floride : l’électorat de Floride est majoritairement républicain, mais les grandes villes comme Miami, Orlando ou Tampa votent démocrate et peuvent contre-balancer le vote conservateur.

Indiana : la proximité de cet Etat avec l’Illinois, terre électorale de Barack Obama, pourrait affaiblir le vote républicain, majoritaire. L’Indiana n’a plus apporté ses votes à un président démocrate depuis 1964 (Lyndon Johnson).

Pour mémoire, voici la liste des autres Swing States : Iowa Michigan Missouri Nevada New Hampshire Nouveau Mexique  Ohio Pennsylvanie Virginie Virginie occidentale Wisconsin d’après l’Express.fr

La participation record

Selon les premières estimations des experts, le taux de participation devrait atteindre des sommets. On parle de plus de 130 millions de suffrages exprimés. Ce serait 7 millions de plus qu’en 2004, 30 de plus qu’en 2000.

Les experts prédisent un taux de participation record, les Américains pourraient être près de 130 millions à se déplacer. En 2004, 123,5 millions d’électeurs s’étaient rendus dans l’isoloir. Pour la première élection de George W. Bush, à peine plus de 100 millions d’Américains s’étaient déplacés.

Cette exceptionnelle mobilisation s’observe déjà depuis plusieurs jours. En Floride, le vote anticipé a atteint le tiers de la participation totale lors du dernier scrutin présidentiel. Le NY Times souligne qu’en Pennsylvanie, à Chester County, les responsables des bureaux de vote n’attendent plus que la moitié des électeurs inscrits. L’autre a déjà voté. d’après l’Express.fr

Les Grands électeurs

Le suffrage universel indirect est l’une des spécificités de l’élection présidentielle américaine. Dans chaque Etat, les militants républicains et démocrates, lors des primaires qui doivent désigner le candidat du parti qui entrera dans la course à la Maison blanche, sont appelés à désigner de Grands électeurs qui s’engagent fermement.

Une fois les candidats désignés par la Convention nationale de chacun des deux grands partis, la « présidentielle » est véritablement lancée. Démocrates et républicains ont alors deux mois, entre septembre et novembre, pour faire campagne et charmer les citoyens américains qui se rendent aux urnes pour désigner les Grands électeurs de leur Etat. Au mois de décembre, le Collège électoral fédéral, les Grands électeurs donc, au nombre de 538 (autant que les membres du Sénat et du Congrès) votent à leur tour pour le candidat qu’ils ont choisi de soutenir depuis les primaires.

Après les résultats de l’élection, le gouvernement en place a deux mois pour assurer la liaison avec la nouvelle administration. Le 20 ou 21 janvier (si le 20 est un lundi) de l’année qui suit l’élection, le nouveau président américain prête serment sur la Bible et adresse un discours à la Nation. Il est alors officiellement investi dans ses fonctions. d’après Le JDD.fr

Ce qui va changer, demain…

Lors du dernier débat présidentiel, le modérateur a demandé aux candidats de hiérarchiser leurs priorités par ordre d’importance. Si McCain s’est défilé avec un «on peut tout faire en même temps», Obama s’est mouillé avec son top 3. par Philippe BERRY

1) Assurer l’indépendance énergétique des Etats-Unis en 10 ans
«Soulager les familles». Obama promet d’investir 15 milliards de dollars (12 milliards d’euros) en 10 ans afin de ne plus être dépendant du pétrole du Moyen-Orient (environ 20% des importations américaines), et de créer «des emplois verts», en développant les énergies alternatives et une voiture propre «construite aux Etats-Unis et pas au Japon ou en Corée».

2) Que tous les Américains aient une couverture maladie
Une couverture maladie pour tous (plus de 45 millions d’Américains ne sont pas assurés). Deux axes: rendre les coûts plus accessibles en utilisant la carotte et le bâton avec les employeurs et créer une offre publique garantissant «la même couverture qu’aux membres du Congrès». Combien tout ça coûterait ? Difficile à dire, mais Obama jure qu’investir davantage dans la prévention paierait pour une grande partie.

3) Rendre la fac accessible à tous et réformer l’éducation
Selon Barack Obama, «un étudiant sort de la fac avec en moyenne 19.000 dollars (15.000 euros) de dettes». Il promet un abattement de 4.000 dollars (3.000 euros) pour ceux qui accepteraient de faire un service civil. Cela rendrait, selon lui, quasi gratuits les community colleges, ces établissements publics qui ne proposent en général qu’un diplôme en deux ans, mais avec la possibilité de transfert vers une autre université pour terminer son bachelor (licence, 4 ans). Obama fait également de la petite enfance une priorité, ainsi que l’enseignement des maths et des sciences.

Pour le reste, baisse d’impôts pour la classe moyenne, davantage de contrôle pour Wall Street et priorité à la diplomatie. d’après 20 Minutes.fr

Nov 03

Chronique d’Amérique – lundi 3 novembre

*. Trois scénarii pour le 4 novembre
1. McCain y croit encore
2. Le courage en politique
3. Une élection présidentielle historique
4. Même Fox donne Obama en tête
5. 24

hymne_usa

Spéciale JOUR J (avec Philippe BERRY de 20 Minutes.fr)
Trois scénarii pour le 4 novembre

Quel dénouement pour une élection historique ? Trois (et non deux…) scénarii possibles.

1. Le premier président afro-américain
Ça y est. Barack Obama est président. Les journaux français font des jeux de mots foireux comme «un noir à la Maison Blanche» et tout le monde se félicite de ce moment historique.
Comment ça se produit ?
Sans surprise. Obama a fait la course en tête tout le long de la campagne –hormis un court moment début septembre à la suite de «l’effet Palin». Mais la crise financière est venue couler McCain, victime collatérale de huit ans de Bush et d’un message de campagne changeant un peu trop souvent.

2. Un vieux à la Maison Blanche
Le guerrier l’a fait ! Donné perdant par tout le monde ou presque, McCain a refait le coup des primaires et réussi un retour dont lui seul a le secret. A 72 ans, il devient le plus vieux président de l’histoire des Etats-Unis (3 ans de plus que Ronald Reagan). Sarah Palin se retrouve donc «à un battement de cœur» de la présidence.
Comment ça se produit ?
En ayant fait mentir les sondages. Deux cas de figure: McCain remporte TOUS les swing states (Ohio, Floride, Caroline du Nord, Nevada, Missouri, Indiana, Colorado, Nouveau Mexique) ET réussit à ne pas se faire piquer la Virginie

3. Too close to call, c’est le bazar !
On a droit à un remake de la Floride version 2000. L’élection est trop serrée et l’Amérique ne connaît pas son président, pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines.
Comment ça se produit ?
Là aussi, deux possibilités… D’abord, à la régulière, avec un scénario compliqué sur la carte électorale, qui verrait McCain garder la Virginie, et remporter tous les swing states, sauf le Nevada et le Nouveau Mexique pour Obama. Cela pourrait donner, finalement, une égalité parfaite ! Dans ce cas, c’est normalement la Chambre des représentants (renouvelée également le 4 novembre) qui tranche.
L’autre possibilité, c’est qu’un seul Etat fasse toute la différence (Floride en 2000, Ohio en 2004), et qu’il faille tout recompter pour cause de problème de machines à voter, de fraude ou de réclamations (ou tout ça à la fois)…

1. Le fait du jour
McCain y croit encore

Et si John McCain devenait le 44 e président des Etats-Unis ? Vu de France et d’Europe, où Barack Obama est devenu en quelques mois une star adulée et magnifiée, le scénario fait hausser les épaules. Dans tous les sondages, le reste du monde choisit massivement le jeune (47 ans) candidat démocrate, dont on attend beaucoup trop, peut-être pour changer l’image de l’Amérique, tant et tant discréditée pendant les huit années de présidence de George W. Alors oui, Barack Obama est le favori et le reste du monde l’a adoubé. Mais ce sont les Américains  et eux seuls qui votent ! Les républicains veulent encore croire jusqu’au bout à la victoire de leur champion.  d’après Aujourd’hui en France

2. La vidéo
Le courage en politique

Image de prévisualisation YouTube

Le 10 octobre dernier, à l’occasion d’un meeting, une femme du public a interpellé le candidat Mc Cain en expliquant qu’elle ne faisait pas confiance à Obama parce qu’elle “avait lu des choses sur lui”. “C’est un Arabe”, a-t-elle expliqué. McCain lui a alors répondu sèchement, en lui coupant la parole : “Non madame. C’est un père de famille décent, un citoyen avec lequel j’ai des désaccords sur des questions fondamentales (…) Nous voulons nous battre et je veux me battre, mais nous serons respectueux”. Le courage en politique, c’est ça. Merci à Hugo Billard d’avoir repéré cette info.

3. Le Dossier
Une élection présidentielle historique

Des candidats pas comme les autres
Ce n’était plus arrivé depuis 1928: aucun sortant (président ou vice-président) n’est candidat.
Participation record en vue
En général, la participation des présidentielles américaines tourne autour de 50%. Il faut remonter à 1968 et Nixon pour dépasser les 60%. Une barre qui pourrait être largement franchie cette année.
Des minorités qui pèsent lourd
En 50 ans, le pourcentage de la population latino a triplé. Rien que depuis 2000, il y a 10 millions d’Hispaniques en plus. C’est aujourd’hui la première minorité aux Etats-Unis (plus de 15%).
L’élection le plus chère de l’histoire
Deux milliards de dollars, c’est le montant cumulé de l’argent levé par tous les candidats (primaires y compris). A ce petit jeu, le roi s’appelle Barack Obama. En extrapolant les derniers chiffres connus, il devrait avoir accumulé à lui seul près de 700 millions de dollars dont 500 juste pour le dernier round.
Des pubs toujours aussi négatives qu’avant
Obama et McCain avaient promis une campagne digne et respectueuse. Il faudra repasser.

L’avènement d’Internet comme outil politique
Depuis quelques années, les experts essaient de déterminer l’impact des blogs et de YouTube sur le vote. Sans grand succès. Une chose est sûre : Obama a su utiliser Internet comme personne avant lui.

Le dossier scomplet sur le site de 20 Minutes.fr

4. Le Buzz
Même Fox donne Obama en tête

Trois nouveaux sondages nationaux donnent Barack Obama largement en tête. Selon la chaîne Fox News, connue pour être très à droite, le candidat démocrate devance John McCain de 7 points (50% contre 43%). Un sondage du Marist College donne 53% pour Obama et 44% pour McCain. Enfin, NBC/WSJ crédite le candidat démocrate d’une avance de 8 points (51% contre 43%).

5. Le chiffre
24

Dernière ligne droite, derniers efforts. Le républicain John McCain, toujours devancé par son adversaire dans les sondages, s’est lancé dans une tournée marathon, à 24 h du scrutin tant attendu. Pas moins de sept Etats accueillent lundi des meetings de McCain et son équipe.

Pour retrouver facilement les autres articles traitant de la campagne pour les élections américaines, cliquez sur l’onglet Elections USA 2008 ci-dessus ou bien sur ce LIEN.

Portrait de Barack OBAMA Les Programmes Portrait de John McCAIN

Nov 02

Chronique d’Amérique – dimanche 2 novembre

1. Les voix des GI’s en Irak vont peser dans la bataille
2. La leçon de journalisme de Jon Stewart
3. Les démocrates rêvent d’être les rois du Sénat
4. Bill Clinton héros d’une pub pour McCain
5. 25 %

hymne_usa

1. Le fait du jour
Les voix des GI’s en Irak vont peser dans la bataille

Ils votent par correspondance et sont impatients de connaître le résultat. Les soldats américains envoyés en Irak savent que, quel que soit le président élu la semaine prochaine, un retrait progressif des troupes sera engagé, dans deux ans pour Barack Obama, dans quatre ans pour John McCain. A terme, ces électeurs seront donc des vétérans qui regardent de très près les aides sociales proposées aux anciens combattants par les deux candidats. d’après L’Express.fr

2. La vidéo
La leçon de journalisme de Jon Stewart

http://www.dailymotion.com/video/x5tpw7

Depuis huit ans, Jon Stewart fait concurrence à la presse dans son « Daily Show » quotidien, une parodie de journal télévisé, diffusée à 23 heures sur la chaîne câblée Comedy Central. C’est une sorte de vrai-faux condensé des nouvelles du jour qu’il décline avec une mine entendue, histoire de souligner les contradictions et la manière des médias mainstream d’absorber les vérités officielles. Les invités politiques s’y bousculent, pour cinq minutes d’interview entrecoupée des réparties du maître de cérémonie, de Bill Clinton à Barack Obama.

Selon le Project for Excellence in Journalism, un organisme d’étude de la presse, le « Daily Show » a appris aux Américains à « développer une pensée critique » à l’égard des médias. Jon Stewart, lui, est devenu l’égal des grands noms du journalisme. L’an dernier, le Pew Research Center, un autre institut réputé, a interrogé les Américains : « Quel est le journaliste que vous admirez le plus ? » Jon Stewart est arrivé en quatrième position, à égalité avec les « vrais » présentateurs de NBC, CBS et CNN. Howard Kurtz, le critique média du Washington Post, a voulu savoir s’il se prend pour un « vrai  » journaliste. »Pas du tout, répondit Jon Stewart. C’est vous qui vous prenez pour des vrais journalistes. » 

3. Le Dossier
Les démocrates rêvent d’être les rois du Sénat

Trente-cinq sièges, sur les 100 que compte le Sénat américain, sont remis en jeu le 4 novembre. A l’issue du scrutin, les républicains pourraient bien voir leur rôle d’opposants réduit à sa plus simple expression.
Les démocrates pourraient se retrouver avec tous les atouts en main au Sénat. C’est loin d’être encore fait, mais ils se sont fixé comme objectif le chiffre magique de 60 sénateurs, une majorité qui empêche tout recours à la procédure d’obstruction dite filibuster. Les résultats des sénatoriales dans quelques Etats, le 4 novembre, pourraient leur permettre d’étoffer la petite majorité qu’ils détiennent pour le moment et franchir ce seuil, ce qui constituerait une première en trente ans pour les démocrates. le dossier sur Courrier International

4. Le Buzz
Bill Clinton héros d’une pub pour McCain

McCain avait déjà utilisé Hillary Clinton dans une pub. Il a remis ça dernièrement, mais avec Bill ce coup-ci. Le spot reprend une interview donnée par l’ancien président la semaine dernière à ABC, dans laquelle il déclarait, à propos de la crise financière: «La responsabilité des démocrates repose dans le fait d’avoir résisté à toute initiative des républicains, ou de ma part quand j’étais président, pour imposer  davantage de contrôle sur Fannie Mae et Freddie Mac», les organismes de refinancement hypothécaires dont la mise sous tutelle pourrait coûter jusqu’à 200 milliards de dollars au gouvernement américain. Cliquez pour voir ce SPOT

5. Le chiffre
25 %

Selon une enquête réalisée par le JDD (du 31 octobre au 1er novembre 2008), 47% des français estiment qu’un candidat noir a des chances d’être élu à la Présidence de la République. Seuls 25% estiment que c’est envisageable pour un candidat d’origine maghrébine…

Pour retrouver facilement les autres articles traitant de la campagne pour les élections américaines, cliquez sur l’onglet Elections USA 2008 ci-dessus ou bien sur ce LIEN.

Portrait de Barack OBAMA Les Programmes Portrait de John McCAIN

Nov 02

La nuit américaine : soirée spéciale

Dans la nuit de mardi à mercredi (du 4 au 5 novembre), nous allons vivre ensemble un moment historique : l’élection du nouveau président des États-Unis. Durant les quatre prochaines années, il va jouer un rôle majeur dans la destinée du monde. C’est pourquoi je vous invite à me rejoindre, dés 22h30 mardi soir, pour une nuit américaine spéciale. L’occasion est assez belle et exceptionnelle pour que vos parents vous donne l’autorisation exceptionnelle de rester connecter un peu plus tard que d’habitude. D’ailleurs, pourquoi ne se joindraient-ils pas à vous ? Vous verrez, dans dix ans, vous en parlerez encore de cette nuit !

Alors, que va t’il se passer cette nuit là ? Nous allons tout d’abord rédiger tous ensemble un Billet spécial : par vos commentaires, chacun fera avancer l’écriture d’une synthèse sur la manière dont vous avez vécu la campagne américaine (histoires des candidats, buzz, etc…). De mon côté, je serai connecté sur la plupart des grands médias, et je vous tiendrais au courant au fur et à mesure de l’avancée des résultats, État par État (les premiers chiffres devant être connus vers 1h du matin). Enfin, toute la soirée, nous nous lancerons ensemble dans une nouvelle aventure inédite : le TWITTER !

Mais qu’est-ce que c’est que çà « TWITTER« ? Un nouveau surnom pour Titi ? Hum… Pas loin, puisque son vrai nom en VO c’est Tweety Bird ! Non, pour l’anecdote, un « twit » est un « gazouillis »… d’où le fait qu’un petit oiseau soit la mascotte de Twitter. Comme l’explique le site de l’Express.fr, Twitter est avant tout un outil de microblogging… Oui, bon… Vous voilà bien avancé. C’est quoi le microblogging ? Après vous être inscrit sur le site ouvert spécialement pour l’occasion (adresse : http://twitter.com/echosheure ), vous allez pouvoir poster un message, comme un commentaire sur ce Blog, à la différence près que le message doit être court et ne pas compter plus de 140 caractères. Un vrai challenge de spontanéité et de concision! En plus, à peine posté, ce message sera mis en ligne sur l’espace Twitter ouvert pour l’occasion. Un exemple? Les Twitter individuels de nombreux internautes viennent nourrir un Twitter collectif (d’une rapidité étourdissante) sur les élections américaines.

Alors, ça vous dit ? Vous voulez devenir un « Internaute VIP » du Blog Les échos d’une heure, comme le propose le site l’Express.fr ? Rien de plus simple, il vous suffit de m’en faire part par un petit commentaire à ce billet. C’est ouvert à tout le monde, petits et grands, élèves ou pas, anciens et nouveaux… Tout le monde ! Plaidez votre cause dans un beau commentaires : je prendrai contact avec ceux qui ont rédigé les meilleurs. Pour cela, prenez garde à remplir correctement le champ « E-mail ». Rassurez vous, votre adresse n’apparaît jamais ni sur ce Blog, ni sur Twitter.

Nov 01

Les échos d’une heure : Blog d’or 2008

Le blog est une bonne formule pour faire un usage pédagogique du web. A l’occasion du salon KidExpo (du 31 octobre au 2 novembre) à la porte de Versailles, le WebPédagogique a tenu son stand ! Entre rencontres de blogueurs pédagogiques, témoignages de blogueurs et formations à l’utilisation de l’outil, l’ambiance était au rendez-vous dans l’attente de la remise du blog d’or !

Ce samedi, 15h30, le Jury composé de professeurs et de pédagogues m’a décerné le premier prix du meilleur blog pédagogique !

Un grand merci à tous pour ce prix. Je ne m’y attendais pas du tout ! Je me suis inscrit juste pour le plaisir d’échanger et puis, voilà… Merci, c’est toujours très réconfortant de voir ses efforts reconnus par des professionnels de surcroit. Je suis simplement un peu gêné de me voir mis en avant, face à d’autre sites qui ont autant de qualités (si ce n’est plus) que le mien.

Je suis aussi très heureux et fier pour mes élèves du Collège Sainte Clotilde de Douai : ce sont leurs questions qui font la richesse de mon Blog (notre Blog, devrais-je dire…) J’ai aussi une pensée toute particulière pour Hugo BILLARD (du blog Le Jardin des Retours) : c’est à lui que je dédie ce prix. C’est lui et le travail formidable qu’il fait sur son Blog qui m’a donné envie de faire le mien… et qui continue à me stimuler, tant la matière qu’il offre est riche.

Un grand merci enfin à toute l’équipe du WebPédagogique (Bénédicte, Marie, Claire, Vincent et tous les autres) qui est toujours là pour nous aider et nous soutenir. C’est aussi grâce à vous que je vais bientôt accueillir mon 140.000ème visiteur !

http://www.dailymotion.com/video/x6skly

Voici le palmarès complet :

  • Le blog de bronze : Isiblog, par Elodie Bonnat

Et un LIEN direct sur la page des résultats (avec quelques photos inédites)

Nov 01

Chronique d’Amérique – samedi 1er novembre

1. La tante sans papiers d’Obama
2. Bush a changé les règles du jeu
3. La présidentielle se joue maison par maison
4. Palin piégée par un faux Sarkozy
5. 48

hymne_usa

1. Le fait du jour
La tante sans papiers d’Obama

C’est une affaire qui tombe bien mal. A trois jours des élections présidentielles, l’agence de presse Associated Press a révélé samedi que la tante de Barack Obama serait en situation irrégulière sur le territoire américain après que sa demande d’asile a été rejetée il y a quatre ans. « Le sénateur Obama n’a pas connaissance de sa situation mais il pense évidemment que la loi suivra son cours« , a indiqué le porte-parole du candidat, Bill Burton. « Ce n’est pas une relation proche. [Barack Obama et sa tante] n’ont pas été en contact proche« , a ajouté David Axelrod, l’un des plus proches conseillers du candidat. Autre point embarrassant pour l’équipe démocrate : la femme de 56 ans avait donné 265 dollars pour la campagne de son neveu, alors que, selon la loi électorale américaine, les étrangers ne peuvent pas faire de dons aux candidats américains à la présidentielle. Le camp de Barack Obama a annoncé avoir rendu l’argent, mais on se refuse à dire si le fait de rendre le don était une confirmation du statut illégal de la tante du candidat. d’après LCI.fr

2. La vidéo
Bush a changé les règles du jeu

http://www.dailymotion.com/video/x6da72

Avec W., portrait de George Bush en homme ridicule, Oliver Stone, réalisateur farouchement démocrate, s’est invité dans la campagne américaine. Il prétend ne pas avoir tourné ce film pour pousser les électeurs aux urnes, « mais parce que l’histoire de Bush est incroyable« . Le cinéaste a néanmoins tout fait pour qu’il sorte avant les élections et qu’il « affecte » les consciences. « Que ce soit Obama ou McCain [qui l’emporte], l’ombre de Bush est si considérable sur le début du XXIe siècle, que son impact négatif, reste énorme. Il a changé les règles du jeu. Il a lancé trois guerres : Irak, Afghanistan et contre le terrorisme. Le déficit ne s’est jamais autant creusé. Obama aura besoin de soutien. Il devra agir vite, en cent jours tout au plus. Des lobbys qui ont des intérêts en jeu, font pression pour avoir des députés à la Cour suprême. » Et Oliver Stone d’ajouter : « Ça devient dur de faire des choses quand on sait que le budget du Pentagone avoisine les 700 milliards de dollars. On devrait en prendre tout de suite 25% pour résoudre la crise. Bush nous a entraînés dans une situation extrême.« 

3. Le Dossier
La présidentielle se joue maison par maison

Plusieurs Etats habituellement républicains pourraient basculer en faveur de Barack Obama. Sur le terrain, les militants font du porte-à-porte pour rallier les indécis. Exemple à Charlotte, la capitale de Caroline du Nord.
Cet État n’est certainement pas un Etat prescripteur en matière électorale, mais si Barack Obama l’emporte dans cet Etat, sa victoire au niveau national est pratiquement assurée. Une Caroline du Nord bleue [la couleur des démocrates] annoncerait un Missouri, un Colorado et un Nevada bleus [ces Etats penchent traditionnellement du côté républicain]. Alors que l’élection de Barack Obama serait un événement historique pour les Etats-Unis, le revirement de la Caroline du Nord serait encore plus remarquable. Depuis des décennies, cet Etat vote systématiquement pour le camp conservateur. Jimmy Carter est le dernier candidat démocrate à y avoir brillé en 1976. De fait, personne n’imaginait que la Caroline du Nord puisse faire partie des Etats-clés de cette élection. Mais, à quelques jours du scrutin, les deux candidats y sont encore donnés à égalité… le dossier sur Courrier International

4. Le Buzz
Palin piégée par un faux Sarkozy

Une nouvelle étape dans le foutage de gueule à l’égard de Sarah Palin a été franchie. La colistière de John McCain a été victime d’un canular téléphonique de la part du duo d’humoriste québecois Les Justiciers masqués. Ça s’écoute I C I (en VO).
Croyant parler à Nicolas Sarkozy, qui évoque notamment son conseiller politique Johnny Halliday, elle discute de Carla, donne son accord pour une partie de chasse avec le président de la République et critique les commentateurs politiques. « La gouverneure est assez amusée d’apprendre qu’elle a rejoint les rangs des chefs d’Etats, dont le président Sarkozy, qui ont été visés par ces humoristes. C’est la vie« , a répliqué la campagne de Palin...

5. Le chiffre
48

C’est l’âge que Sarah Palin, colistière de McCain, aura en 2012, date de la prochaine élection présidentielle. Et si à cette date elle devenait la candidate du parti républicain ? La gouverneur d’Alaska aura pu faire des progrès en politique étrangère. Ses interviews désastreuses de ces derniers mois auront pu être oubliées…

Pour retrouver facilement les autres articles traitant de la campagne pour les élections américaines, cliquez sur l’onglet Elections USA 2008 ci-dessus ou bien sur ce LIEN.

Portrait de Barack OBAMA Les Programmes Portrait de John McCAIN