Pourquoi la crise des subprimes bouleverse le monde ?

Vous étiez de plus en plus nombreux à l’attendre ce Billet sur la Crise… Mais pourquoi ais-je donc attendu si longtemps pour me mettre à sa rédaction ? C’est simple : j’attendais de voir son issue pour pouvoir la comprendre dans sa globalité. Mais cette journée folle où plan de sauvetage bancaire a été rejeté par la Chambre des représentants américains, où les Bourses chutent d’une manière inquiétante, m’a donné la mesure du phénomène. Non seulement la Crise n’est pas terminée mais elle est, à mon sens, encore loin de s’achever. Peut-on la comparer à celle de 1929 ? Oui et non. Oui par son ampleur. Non parce que le contexte et les procédures sont totalement différents. Pour mieux comprendre tout cela, je vais essayer d’être le plus simple possible. Peut être même un peu trop parfois et je m’en excuse par avance pour les plus initiés…

1. Aux origines de la crise

Tout a commencé aux Etats-Unis, avec l’emballement de l’immobilier. Après le 11 septembre 2001, l’économie américaine allait mal, plus personne n’osait investir tellement l’avenir du pays paraissait incertain. Pour remédier à cela, la Banque centrale américaine (FED) a poussé les gens à emprunter de l’argent en baissant ses taux de 6,5% à 1%. Le crédit moins cher, établissements de crédits et banques se sont alors lancés dans de folles aventures immobilières : on achetait tout, tout de suite, à n’importe quel prix. Une banque est une entreprise qui prospère grâce à ceux qui déposent de l’argent chez elle. Pour certains achats (maison, voiture…), parfois, on n’a pas assez d’argent. On l’emprunte alors à la banque. Celle-ci est d’accord pour nous le prêter… à condition de lui rendre, les intérêts en plus ! En 2001, tout paraissait possible et pour de tout petits intérêts. De fait, les prix se sont envolés pendant que les crédits se multipliaient comme jamais. De plus, ces prêts étaient souvent accordés à des gens dont la solvabilité (c’est-à-dire leur capacité à rembourser l’argent emprunté) était plus que douteuse. Mais bon… On ne reverrait pas de sitôt des taux aussi bas alors… Profitons en et continuons à acheter ! Ce sont ces types de crédits hypothécaires (dont basé sur le seul bien qu’il reste, la maison de l’emprunteur) qu’on appelle les maintenant tristement célèbre subprimes.

2. La crise du marché immobilier américain

Mais voilà que la Federal Reserve décide de favoriser cette fois ceux qui placent leur argent – on en a besoin pour financer les dépenses de l’État, les retraites … Elle relève donc progressivement son taux directeur de 1% à 5,25% entre 2004 et 2006. De fait, les remboursements de beaucoup de ménages devenaient de plus en plus chers ! Que pensez-vous que les plus endettés allaient alors faire pour s’en sortir ? Vendre leur maison au lieu de finir de l’acheter ? Oui, excellente idée seulement… Seulement, dés 2006, les prix de l’immobilier ont commencé à chuter dans plusieurs régions des États-Unis ! Le marché immobilier américain a perdu aux alentours de 20 % les 18 derniers mois précédant la crise. Votre maison perdait de sa valeur mais vous en pouviez plus la payer, ni la revendre. Les établissements de crédit ont dés lors très rapidement cherché à récupérer « leur bien » au plus vite : il fallait vendre les habitations hypothéquées au plus vite. Mais qui allait donc bien pouvoir en acheter autant d’un coup ? L’afflux de biens saisis mis en vente sur le marché a même aggravé le déséquilibre du marché immobilier où les prix se sont effondrés.

3. De la crise immobilière à la crise financière

Aujourd’hui, ce phénomène a pris une dimension financière quand ces emprunts ont été transformés en titres financiers et revendus à des investisseurs, attirés par leur rendement. Tout comme les maisons, plus personne n’en veut. Alors els titres ne valent plus rien et les banques ne peuvent plus récupérer quoi que ce soit ! Pour s’en sortir, les banques ont demandé de l’aide aux autres banques. Elles ont l’habitude de se prêter de l’argent entre elles. Car si l’une d’elles fait faillite, c’est tout le système qui en fait les frais. Mais aujourd’hui, les banques se méfient les unes des autres et refusent de se prêter de l’argent entre elles. Elles craignent que la banque d’en face ne soit à son tour en difficulté.

4. D’une crise américaine à une crise européenne (et française ?)

Mais quel rapport avec nous, me direz-vous ? Tout simplement parceque les banques de la planète sont interdépendantes puisqu’elles se prêtent de l’argent, investissent les unes chez les autres, d’un pays et d’un continent à l’autre et dans les mêmes fonds. Les produits financiers basés sur les crédits immobiliers américains ont circulé dans les portefeuilles des banques et fonds d’investissements du monde entier sans que les risques ou même la nature réelle des produits soient vraiment connus. Concoctés par des génies de l’ingénierie financière, ils ont été mal évalués par les agences de notation, qui garantissaient qu’ils étaient sûrs. Bref, tout le monde a fait confiance à ces produits financiers plus rentables qu’une table de Casino. Une fois encore, l’affaire était trop belle pour la laisser passer. Il fallait se servir au plus vite et le plus possible. Voilà pourquoi depuis un an, la crise des subprimes a coûté 18 milliards d’euros aux banques françaises, et cela malgré une alerte grave en août 2007 – première chute inquiétante des places financières internationales.

Après la déroute de Lehman Brothers, le ministère de l’économie et des finances a évoqué des répercussions «limitées». Pourtant, la banque américaine doit à ses homologues français près de 4 milliards d’euros. Celles qui ont prêté le plus d’argent à leur consoeur, sans garantie et donc sans espoir de recouvrement, sont BNP Paribas (405 millions d’euros), la Société générale (479 millions d’euros), le Crédit agricole (270 millions d’euros) et Dexia (350 millions d’euros)… Par conséquent, même si elles relativisent leurs pertes, les banques françaises subissent malgré tout la crise financière et la perte de confiance qui secouent les marchés mondiaux. Avons-nous tort de nous inquiéter ou de ne plus faire confiance à notre banque ? Que vont devenir nos économies ? Normalement, rien… Rien parceque, tout d’abord, « aucune banque française n’est, a priori, pas exposée à la faillite » (d’après Nicolas BOUZOU, économiste chez Asteres).

A la différence des Etats-Unis, les établissements français n’ont pas séparé leur activité «investissement», plus à risque, de leur activité «détail» (particuliers, PME), plus sûre. Cette spécificité pourrait nous sauver du tsunami financier qui vient de se lever. Elle pourrait… D’autre part, la loi de 1999 relative à l’épargne et à la sécurité financière a instauré un fonds de garantie des dépôts en banque en cas de faillite, plafonné à 70.000 euros par personne. Enfin, « si une banque française était en situation de faillite, ce qui paraît très peu probable, elle serait immédiatement nationalisée » (N. Bouzou). C’est justement ce que le président américain a voulu faire… et que la Chambre des représentants vient de refuser en mettant en avant le fait que ce ne sont pas les contribuables qui doivent payer les erreurs commis par l’incompétence des plus fortunés.

5. L’espoir d’une sortie de crise ?

Alors comment sortir de cette crise ? A court terme, il va falloir purger les actifs fictifs, c’est-à-dire faire le bilan de toutes les pertes et les gérer au mieux. L’Euro est également appelée à devenir la monnaie mondiale. La crise des subprimes a mis en circulation une masse gigantesque de dollars. Une masse artificiellement trop forte. Il faut désormais une monnaie alternative afin de détruire la dette américaine. Pour ce faire, l’Europe doit imposer ses achats de matières premières en euros.

Enfin, à long terme, il va falloir sérieusement réguler le système financier mondial. Une fois la «purge» terminée, c’est le système international dans sa globalité qui devra être repensé – par exemple, autour du F.M.I, comme le préconise son directeur, Dominique Strauss-Kahn. C’est la seule solution pour qu’il y ait un peu plus de transparence dans les jeux financiers, et donc pour voir la confiance revenir… Mais çà, c’est une autre histoire !

http://www.dailymotion.com/video/x6rhra

Pour en savoir plus, consultez les nombreux articles dont je me suis inspiré pour ce sujet :

– 20 mois de crise financière (chronologie des évènements) [site 20 minutes.fr]

– Retour sur la crise d’août 2007 [Blog les échos d’une heure]

– La crise financière en 6 questions [site 20 minutes.fr]

– Les origines de la crise financière [site 20 minutes.fr]

– Argent, rien ne va plus ! [site les clés de l’actualité junior]

– L’Europe fait face à la crise [site 20 minutes.fr]

– Que risque l’économie française ? [site 20 minutes.fr]

– Que risquent les particuliers français ? [site 20 minutes.fr]

– Le rejet du plan bancaire américain [site Courrier International]

– Comment le monde peut sortir de la crise ? [site 20 minutes.fr]

  14 comments for “Pourquoi la crise des subprimes bouleverse le monde ?

  1. Thibault
    1 octobre 2008 at 09:42

    Excellent article ! Dans le genre je vous conseille aussi l’émission de Daniel MERMET (Là bas si j’y suis) sur France Inter le 30/09/2008. Surtout ne vous arrêtez pas, continuez dans cette voie !

  2. 1 octobre 2008 at 10:54

    Merci pour vos encouragements, Thibault ! Daniel MERMET est effectivement une excellente référence. L’émission concernée est disponible sur le site de l’émission à cette adresse.

  3. Julien
    2 octobre 2008 at 01:58

    Merci pour cet article ! Très synthétique, cela change après toute la masse de lecture que j’ai décrypté pour tenter de comprendre ce qui ce passait… Un grand merci : cela m’a largement éclairé !

  4. Quentin
    8 octobre 2008 at 09:51

    Très bon article qui explique de façon claire ce qui se passe. Grâce à vos sources, j’ai pu me faire une idée précise de ce phénomène qui nous tombe dessus… Merci pour ce Blog qui prouve, encore une fois, l’utilité pédagogique du Net !

  5. 8 octobre 2008 at 13:30

    Merci à vous, Julien et Quentin ! Je suis content que cet article ait pu vous aider à mieux comprendre ce qui était en train de se passer. Mais au rythme où vont les choses en ce moment, j’ai bien peur de devoir bientôt faire une suite à cet article (que j’espérais « clos »)…

  6. Chauffeur
    10 octobre 2008 at 12:09

    Pourquoi la Bourse continue t’elle à s’effondrer ? Je peux comprendre comprendrais que les spéculateurs délaissent les actions des banques, mais pourquoi n’achètent-ils pas les actions, les certificats ou les warrants des industries et services ? Pire, pourquoi se mettent-ils aussi à les vendre ? A midi, ce 10/10, toutes les actions cotées ou presque sont dans le rouge (variations : 5 hausses, 141 baisses) ?…..

  7. Floriane JOSEPH (3eme E)
    30 novembre 2008 at 16:28

    Est ce que tout ce que la crise a pu « endommager » pourra être « réparé » un jour ?

  8. 30 novembre 2008 at 16:53

    Oui, certainement. Mais ce sera long, très long… A titre de comparaison, il a fallu près de 54 ans au monde pour se remettre de sa dernière crise majeure ? C’était en 1929…

  9. Ifede
    27 mai 2009 at 16:05

    Félicitation pour cet excellent article ! Il explique vraiment bien cette crise. Je tenais à vous le dire, même s’il date maintenant de plus de six mois…

  10. 31 mai 2009 at 15:11

    Merci pour vos encouragements. Comme vous le remarquez à juste titre, l’article « date un peu » mais n’en demeure pas moins d’actualité. C’est dire l’ampleur de l’évènement. N’hésitez pas à consulter la section « Pour en savoir plus » : des mises à jour essentielles y figurent.

  11. DeanWinchester
    23 septembre 2009 at 17:46

    Le monde a t-il vraiment mis 54 ans pour se remettre de la crise de 1929 ?
    Je n’en suis pas si sur ? Et les 30 Glorieuses de 1945 à 1973, vous oubliez ?

  12. 24 septembre 2009 at 19:08

    Non, bien sûr, vous l’imaginez aisément… Seulement, lorsqu’on se contente d’observer le niveau de la bourse de Wall Street, on ne retrouvera pas une stabilité avant 54 ans. Puisqu’après les 30 Glorieuses sont venues les 20 piteuses…

  13. Gege
    24 janvier 2010 at 19:03

    elle boulverse aussi les traders du Forex

Laisser un commentaire