Mar 19

Quelle est l’origine du bonnet phrygien ?

Pour répondre à la question de Florian, il nous faut remonter tout d’abord en 1792. Cette année là, le 20 juin précisément, le peuple de Paris envahit les Tuileries. La foule en colère parvient jusqu’au roi et lui tend un bonnet phrygien. Louis XVI, un peu surpris, s’en empare et le coiffe. Apparue quelque temps, après la prise de la Bastille, cette coiffe fait fureur chez les sans-culottes. C’est une façon pour eux de revendiquer la liberté conquise, car le bonnet phrygien était porté par les esclaves affranchis dans l’Empire romain. En effet, à cette époque, les affranchis (esclaves récemment libérés) se coiffaient d’un bonnet conique.

Ce souvenir, associé au fait que les gens du peuple portaient souvent un bonnet de laine rouge à la fin de l’Ancien Régime, fit du bonnet phrygien un signe de ralliement révolutionnaire. C’est un décret de 1792 qui stipule que « le sceau de l’Etat serait changé et porterait pour type la France sous les traits d’une femme vêtue à l’Antique, debout, tenant de la main droite une pique surmontée du bonnet phrygien ». Il figurera ainsi sur le sceau de l’État et sur le drapeau des insurgés en juin 1848, et servit de coiffure à Marianne sous la Troisième République.

Dans l’Antiquité, la Phrygie est un royaume situé au centre de l’Asie Mineure sur le plateau d’Anatolie, à l’ouest de la Cappadoce. Sa capitale est Gordion – proche d’Ankara – et la fameuse ville de Troie en fait partie. Midas, l’un de ses rois, fera l’objet de légendes chez les Grecs, en raison de ses richesses. Ce sont donc les Grecs qui donnèrent l’appellation « bonnet phrygien » nommé aussi « bonnet oriental ». Car cette coiffe est également portée par de nombreuses tribus iraniennes, aussi bien celles de la Cappadoce que les Scythes ou les Sogdes d’Asie centrale. Elle orne aussi invariablement la tête de Mithra, divinité des peuples indo-iraniens.

Avant de figurer dans le blason révolutionnaire de la France, le Bonnet phrygien avait ainsi longtemps figuré chez divers peuples, anciens et modernes, comme un emblème de liberté. Ce qui est certain, c’est qu’en 1789 un artiste présenta un projet d’insigne pour les drapeaux représentant, entre autres emblèmes, un coq symbole de la France surmonté d’un Bonnet, emblème de la liberté.

Pourtant, l’avènement de l’Empire en 1804 affaiblit la représentation de Marianne. Son nom réapparaît un temps sous la IIe République (1848-1852), mais prend un sens négatif à cause du bonnet, considéré comme un symbole de désobéissance. Durant le second Empire (1852-1870), Napoléon III fait remplacer sur les pièces de monnaie et sur les timbres-poste

Dès le retour de la République, la Commune parisienne développe le culte de la combattante révolutionnaire au buste dénudé qui porte le bonnet phrygien rouge des sans-culotte. Mais à Paris celle-ci n’est jamais appelée Marianne et le nom n’est utilisé que dans les provinces. Dans chaque ville, des statues, des cloches portent ce prénom et rappellent les grandes heures révolutionnaires. En 1871, après la Commune, les fondateurs de la IIIe République veulent restaurer la symbolique républicaine sans pour autant encourager des mouvements révolutionnaires. Ils préfèrent donc au bonnet phrygien la couronne d’épis de blés, inspirée de la couronne de soleil qui ornait les pièces de 1848.

Mais le modèle est diversement suivi et dans toute la France s’oppose statue à épis et statue à bonnet phrygien. Quant au nom qu’il faut lui donner, tout dépend de la classe sociale : le républicain du peuple la nomme « Marianne », le républicain bourgeois parle de « la République » et l’anti-républicain, s’il ne l’injurie pas par un « la gueuse », emploie « Marie-Anne » de façon péjorative.

Peu à peu les bustes se multiplient dans les mairies, les écoles. La mairie de Paris commande un modèle portant le bonnet phrygien en 1880. Le modèle se fige peu à peu : c’est un buste de femme au visage calme et jeune portant parfois la couronne d’épis, plus souvent le bonnet phrygien. La République s’installe.

De nos jours, et à l’exception de son effigie qui trône dans les mairies, Marianne n’apparaît plus que sur les pièces de 1, 2 et 5 centimes d’euro. Mais c’est toujours de son sceau que sont frappés les grands textes de notre République.

Pour en savoir plus :

– un article très documenté sur Les origines antiques du bonnet phrygien

– une présentation plus technique du bonnet phrygien, site Au blason des armoiries

– une présentation plus sommaire et officielle sur le site de l’Assemblée Nationale

– une présentation des symboles de la République à travers des travaux d’élèves

(9 commentaires)

1 ping

Passer au formulaire de commentaire

  1. Bonjour Bruno,
    votre Blog est vraiment passionnant et est une source d’inspiration, voire un modèle, pour moi (je viens de me lancer dans cette aventure blogosphérique il y a quelques mois et je cherche toutes sortes d’idées pour améliorer mon blog). Je vous souhaite une très bonne continuation et à bientôt peut-être pour partager des impressions sur nos travaux ou ceux des autres.

    • bsentier on 23 mars 2008 at 20:25
      Author

    Merci pour ces gentils compliments. Et quel honneur que de devenir un modèle ! Il ne faut pas oublier qu’Hugo Billard était, quant à lui, ma référence. Rendons à Hugo ce qui…. En tous les cas, grand bravo pour votre Blog : il est interactif et bien pensé. N’hésitez pas à y jeter un coup d’oeil, c’est sur : Histgeoedcivetc…

    • Michel de Montréal, Canada. on 8 janvier 2009 at 18:40

    J’ai adoré le film « Le fabuleux destin d’Amélie Poulain ». Je suis heureux d’être « tombé » sur « Le fabuleux blog de Bruno Sentier », lolllllll. Merci d’être un créateur, un producteur de bonheur. Longue vie à vous.

    • bsentier on 8 janvier 2009 at 21:49
      Author

    Merci, « formidable Michel » ! Bienvenue à bord… Quel plaisir de rencontrer un canadien ! J’ai eu la chance de me rendre au Canada il y a maintenant une quinzaine d’années et je suis véritablement « tombé en amour » ! Alors, surtout, revenez souvent et parlez nous de(puis) votre beau pays !

    • Mahola on 27 mai 2009 at 14:16

    Merci pour ce site : il m’a vraiment bien aidé !

    • bsentier on 31 mai 2009 at 15:07
      Author

    Tout le plaisir est pour moi ! Cette question attire beaucoup de lecteurs apparemment…

    • Laurent on 12 septembre 2009 at 17:25

    On retrouve encore Marianne sur les timbres non ? et sur un magazine qui porte son nom =P

    • MF on 12 septembre 2009 at 19:43

    Merci beaucoup ! Grâce à votre article, j’ai un excellent élément de réponse pour l’Éducation Civique. Et vous répondez à quoi d’autre comme question ? ;-)

    • bsentier on 12 septembre 2009 at 20:51
      Author

    De rien, c’est un plaisir ! Pour le moment, je sélectionne directement les questions en classe… Merci de ta lecture et bonne route !

  1. […] Quelle est l’origine du bonnet phrygien? sur le blog “Les échos d’une heure” de Bruno Sentier. […]

Laisser un commentaire