Incendie interminable.

8 06 2010

Bonjour,je m’appelle Christophe Platini, j’ai 27 ans, j’ai une femme de 26 ans et 1 enfant de 6 ans et je suis pompier à plein temps.

Le 23 juin 2009 a 22h34,l’alarme d’incendie a résonné et a réveillé en sursaut mes collègues et moi. On a reçu pour mission de sauver les civils qui étaient coincés dans un immeuble de trente étages. Nous avons pris trois camions de pompiers et nous somme partis vers l’immeuble en feu. Le feu a commencé au 25eme étage. Arrivé là-bas, nous avons directement branché les lances à incendie aux bouches à incendie, les unités qui devaient rentrer dans l’immeuble sont parties avec moi comme chef ; j’ai donné des ordres un peu partout pour sauver les civils qu’on entendait et je suis allée avec deux hommes plus haut dans l’immeuble pour voir s’il y avait d’autres blessés ou rescapés. On nous a dit de ne pas aller plus loin que l’étage 15 ; on a trouvé un autre homme blessé et j’ai demandé à mes deux collègues de l’emmener le temps que je regarde une dernière fois. J’ai entendu les pleurs d’une petite fille derrière des gravats : je l’ai sortie tant bien que mal et je l’ai prise dans mes bras, mais je n’avais pas vus que le feu s’était propagé derrière nous.

Je me suis précipité vers les escaliers mais celui-ci était déjà envahi par les flammes. Je trouvai une couette et j’y enroulai l’enfant pour la protéger le plus possible du feu. Je m’engoufrai dans les flammes qui me brûlaient malgré ma combinaison. J’étais  fatigué et épuisé  mais je ne pouvais pas laisser une enfant dans les flammes de cet enfer et je ne comptais pas mourir là, je voulais  sauver encore d’autres gens. J’ai enfin fini de sortir de l’immeuble : tout le monde m’a applaudi mais je n’entendais plus, puis je me suis évanouis.

Quant je me suis réveillé, J’étais à l’hôpital, le médecin m’a signalé que je n’avais rien de trop grave mais que je devrais rester à l’hopital encore un moment. J’ai tout de suite demandé comment allait l’enfant, il m’a dit qu’elle n’avait eu rien de grave à part quelques égratignures et de légères blessures. Une semaine plus tard, l’enfant que j’avais sauvée et qui s’appelait Leïla m’a rendu visite avec sa mère. Elles m’ont remercié et sont restées à parler avec moi pendant 2 heures ; l’enfant avait décidé de faire le même travail que moi ; elle pourrait sauver elle aussi des gens pour qu’on la remercie comme elle venait de me le faire il y a 2 heures.

      Axel

Tags :

Actions

Informations

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire