Pour Margot et Alexandra (et Pierre)

9 07 2010

botticelli, la naissance de VénusCe n’est pas faute d’y avoir réfléchi … longtemps 😉 : nous voici le 9 juillet, et ce soir, vous aurez tous vos résultats de brevet des collèges, et tous vos articles en attente de relecture sont publiés.

Oui, Margot et Alexandra, je ne publie pas le vôtre, bien que mon ego surdimensionné m’ait longtemps poussée à le faire, convaincue que je suis d’être l’incarnation de la beauté suprême, et toute satisfaite de le voir clamé au grand jour sur ce blog O:) .

Une petite anecdote biographique pour expliquer :

Il y a deux jours, durant le Festival du film de La Rochelle, j’ai vu un documentaire intitulé « Entre nos mains« , de Mariana Otero. Il retrace la tentative des salariés d’une entreprise de sous-vêtements en faillite de la reprendre, en la transformant en coopérative. Chacun y aurait le même pouvoir de décision, qu’il soit magasinier ou cadre. La tentative avorte, pour des raisons que je vous laisse découvrir.

La réalisatrice a choisi une fin qui m’a mise en colère : elle les a fait chanter. Chacun fredonne un petit couplet d’une chanson à la Jacques Demy – le réalisateur des « Demoiselles de Rochefort » – , et s’affiche sur l’écran le fait qu’ils sont maintenant tous au chômage.

Quoi ?, me suis-je dit, comment ?, et pourquoi pas un petit barbecue sur le parking en se congratulant d’avoir au moins essayé ?

Hier, autre film : « Cleveland contre Wall Street » de Jean-Stéphane Bron, un procès de cinéma de la ville autour de la responsabilité des banques et traders dans la crise des subprimes et rebelote, on tente, on rate, c’est pas si grave, la vie continue… Colèèèère.

Et je pense à vous, qui avez mené à votre échelle votre -vos- combat(s), et qui témoignez, en cette fin d’année, d’une frustration et d’une colère qui est peut-être assez proche de la mienne à la sortie de ces films, un sentiment d’impuissance et d’injustice impossible à relativiser. 

Me voilà dans une position bien contradictoire : je crois que j’attendais de vous une petite chanson comme Marianna Otero pour clore ce blog, ce qui n’était pas forcément très délicat pour certains d’entre vous, parce que je crois que non seulement vos combats ont été reconnus, mais – contrairement, pour le moment, à ceux qu’exposent les deux films – ils n’ont pas été vains : pas facile de s’engager, de défendre ses idées, et de les transformer en actions, en actions efficaces, comprises, sensées, et au profit de toute la communauté.

Je suis absolument convaincue que vous êtes sur cette voix, pour peu que vous ne cédiez pas aux sirènes du cynisme, du raccourci intellectuel ou de l' »àquoibonisme » – quel monstre, ce néologisme …-, c’est une vraie victoire 🙂

Bonnes vacances à tous, et bons combats.


Actions

Informations

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire