La suite d’un de mes textes libres !

19 01 2010

(Le début est ici…)

Mais moi je suis dehors et c’est ma mère qui avait endossé le crime mais elle est morte un peu plus tard en prison.

Quand j’ai appris sa mort cela ne m’a fait ni chaud ni froid, tout ce qui m’importait c’était de sortir de la cage dans laquelle j’étais enfermée pour de nouveau tuer, retrouver cette sensation qui me donnait tant de plaisir. En prison j’avais déjà repéré ma prochaine victime, le fille d’un des gardiens, qui avait tout juste 4 ans. Elle ressemblait beaucoup à ma petite soeur,  elle avait le même regard plein d’étoiles, brillant et tellement joyeux, ses cheveux avaient une couleur miel et étaient légèrement ondulé comme ma petite soeur. Et puis elle avait ce sourire que je ne supportais pas, qui montrait qu’elle était heureuse et pleine de vie, tout le contraire de moi ! Alors je n’eus plus qu’une envie, plus qu’une obsession, c’était que cette lumière qu’elle avait dans les yeux s’éteignent tout en voyant mon regard transpercer son visage. Son regard serait rempli de peur et de haine, tout l’inverse de maintenant, elle allait mourir et deviendrait une autre personne…

Alors je me mis à la suivre, pendant des jours, des semaines, des mois,…  j’épiais le moindre de ses faits et gestes jusqu’au jour où elle rentra seule de l’école ; je la suivis jusqu’au moment où un vieux Monsieur la percuta avec sa voiture, j’en profitai pour la prendre, l’attacher et lui bander les yeux à l’arrière de ma voiture.

Quand elle se réveilla le lendemain matin, elle était propre, soignée avec de nouveaux vêtements, ceux de ma petite soeur.

Mais j’ignorais encore de quelle façon j’allais la tuer … !

Maureen.