L’anecdote du dimanche – ou alors il regarde

Voici le texte tant attendu de Clément F., élève de Seconde (et bientôt de Première ES), par ailleurs brillant membre de l’équipe de la classe « euro-espagnol ». Bravo Clément !

En 1932, une grande guerre se déroula en Australie. 12 hommes en armes menés par le général Lewis Mark affrontèrent 20 000 émeus. Les soldats furent vaincus.

Tout d’abord rappelons ce qu’est un émeu. Le Larousse nous apprend qu’il s’agit d’un « Grand oiseau ratite végétarien des plaines d’Australie, aux ailes rudimentaires ». Dit plus clairement, ce n’est rien de plus qu’une autruche en plus grand et plus stupide.

Or, en 1932, dans la localité australienne de Campion, la population demanda l’aide de l’armée pour gérer un conflit avec certains représentants prétendument nuisibles de la faune locale. Ces « nuisibles » étaient un groupe de 20 000 émeus que les habitants de la ville disaient pris de folie. L’armée répondit favorablement à cette demande et envoya 12 hommes avec 2 mitrailleuses dirigés par le général Lewis Mark pour régler le problème ! Vous appelleriez l’armée, vous, pour éliminer des poules que vous croyez folles ?

tumemeus

Un émeu (de face) – Photographie de Carlos Delgado

La guerre commença le 2 Novembre 1932 et prit fin le 10 décembre de la même année. Elle a donc duré un peu plus d’un mois. Et à la plus grande surprise des habitants de Campion, les émeus remportèrent la victoire. Pourquoi et comment me direz-vous ?

Et bien parce que l’armée a battu en retraite. En effet, les soldats se sont vite rendu compte qu’en un mois, ils avaient utilisé 10 000 balles pour seulement 1 000 émeus tués (ce qui fait une moyenne de 10 balles par émeu, moyenne élevée pour atteindre un aussi gros piaf). L’armée a donc jugé inutile de continuer cette guerre, calculant qu’à ce rythme, il faudrait 200 000 balles pour les 20 000 émeus. Les soldats sont ainsi rentrés chez eux.

Finalement, les émeus perdirent 1 000 des leurs mais ressortirent victorieux alors que l’armée australienne perdit 10 000 balles et sa dignité. Par la suite l’armée mit une prime sur la tête des oiseaux et les paysans du coin tentèrent par eux-mêmes d’éliminer le reste des émeus dissidents. Mais vingt ans plus tard, les paysans et les habitants de Campion se dirent que c’était mieux de mettre des clôtures électriques infranchissables plutôt que de massacrer en masse des émeus. Malins ces Australiens.

Categories: Anecdotes Tags:

La devinette du dimanche – les sept frères

En attendant un magnifique texte d’élève sur une guerre mettant en scène des autruches, voici une nouvelle devinette dominicale.

Où a été prise la photographie suivante et qu’y voit-on exactement ?

limes

 Des indices viendront éclairer vos augustes neurones si jamais vous restez cois.

Categories: Jeux et devinettes Tags:

Protégé : La Révolution en 2de3

26/05/2014 Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

This content is password protected. To view it please enter your password below:

Le candidat du dimanche – le grand bond en avant

Je reposte aujourd’hui un article un peu ancien mais qui rejoint l’actualité européenne.

Face à l’imminence des prochaines échéances électorales, il est du rôle d’un professeur d’ECJS de vous rappeler l’importance du multipartisme dans une démocratie. Pour que le peuple puisse exercer réellement sa liberté à l’heure de choisir ses représentants, il est en effet nécessaire que l’éventail des candidats (affiliés ou non à un parti) soit suffisamment large. En ce sens, le bipartisme qui existe dans plusieurs pays (on pensera notamment aux États-Unis) est considéré par certains comme une faiblesse démocratique. Quant au parti unique, c’est une caractéristique fondamentale de la plupart des dictatures.

En France, bien que deux partis majoritaires alternent au pouvoir avec leurs alliés respectifs (on parle dans ce cas de bipolarisation), le multipartisme est une réalité indéniable, laissant parfois la place à des formations politiques étonnantes. Ainsi, aux élections européennes de 1994 s’est présenté un groupe aujourd’hui disparu : le Parti de la loi naturelle (PLN), dont le slogan « Seule une nouvelle graine peut donner une nouvelle récolte » était à lui seul prometteur.

Découvrons-en un peu plus avec Benoît Frappé (ça ne s’invente pas), qui était le président et porte-parole du PLN.

Categories: Anecdote du dimanche, ECJS Tags:

Devinette du dimanche – Escalope berlinoise

Un lecteur habitué m’a fait remarquer avec tact – et fermeté – que ce blog est resté muet bien trop longtemps (quasiment un mois maintenant, je le concède). Voici donc pour me rattraper une nouvelle anecdote du dimanche. Comme toujours, un indice s’est glissé dans le titre, sous la forme cette fois d’un – lamentable – jeu de mots.

Quelle était donc la fonction supposée de l’objet ci-dessous ?

Copie de P1020432

La solution a été trouvée par Véro S., à force d’hypothèses sagaces !

source de la photographie : C.Cailleaux, août 2012

Categories: Jeux et devinettes Tags: