Archive

Archives pour la catégorie ‘Des cartes pour comprendre le monde’

Le débat du dimanche – Toutes les cartes du monde sont-elles fausses ?


En ce dernier dimanche des vacances et pour fêter dignement la rentrée, voici une vidéo très intéressante qui pourra, je l’espère, ouvrir un débat. Il s’agit d’un extrait de l’émission de France 3 Ce Soir Ou Jamais présentée par Frédéric Taddei. Elle met en scène deux géographes, Sylvie Brunel et Michel Foucher, expliquant aux invités qu’en un sens, toutes les cartes vous mentent, notamment celles qui peuplent vos manuels scolaires.

Attention, la qualité n’est pas très bonne, évitez de la passer en plein écran.

Cette vidéo peut intéresser tous les élèves mais est surtout en lien avec le premier chapitre de Géographie de l’année de Terminale ES/L intitulé Des cartes pour comprendre le monde.

Bonne rentrée à tous !

La carte et le territoire

J’anticipe ici sur un chapitre du futur programme de Terminale appelé « Des cartes pour comprendre le monde », qui consiste selon le Ministère de l’Education Nationale « à approcher la complexité du monde par l’interrogation et la confrontation de grilles de lectures géopolitiques, géo-économiques, géoculturelles et géo-environnementales ».

Autrement dit, il s’agit de rappeler aux élèves qu’une carte n’est pas plus « objective » qu’un texte, une vidéo ou une photo, qu’elle est toujours le résultat d’un ensemble de sélections, de déformations ou encore d’oublis (qu’ils soient volontaires ou inconscients, malhonnêtes ou sincères). Bref, une carte n’est jamais une représentation parfaitement fidèle de la réalité, elle constitue un discours. Vos enseignants vous l’ont sans doute déjà dit à propos du document que vous avez le plus souvent croisé dans vos cours de géographie*: le planisphère. Il suffit de comparer les deux projections suivantes (Mercator et Peters) pour se rendre compte des implications politiques de toute représentation cartographique : comparez par exemple les tailles respectives du Groënland et du continent africain sur chacun des planisphères !

Les exemples édifiants sont légion. Je me suis inspiré ici d‘un récent article de l’excellente revue Carto pour vous proposer les deux cartes suivantes. La première a été réalisée par le gouvernement portugais au temps de la dictature de Salazar, la seconde, bien plus récente, est issue de groupes proches du gouvernement israélien. Exercez votre esprit critique : quel est selon vous le but poursuivi dans chacun des deux cas ?

 (vous pouvez cliquer sur les images pour les agrandir)

*indice pour la devinette de dimanche dernier !

sources : http://www.theisraelproject.org/site/apps/nlnet/content3.aspx?c=ewJXKcOUJlIaG&b=7717051&ct=11141705#.T7j6tlKqnWU, http://bigthink.com/ideas/21443 et encyclopédie Wikipedia.

La vidéo du dimanche – 40 jours, 40 nuits

Voici un travail de géographie original réalisé par Even Westvang, un Norvégien passionné par la mise en animation informatique des phénomènes spatiaux. Il s’agit dans l’exemple ci-dessous nommé Déluge, de représenter les 300 000 déménagements qui ont lieu chaque année dans son pays. Pour cela, il s’est appuyé sur des sources fiscales et statistiques. Le résultat est surprenant et montre que l’on peut, dans certaines limites assez évidentes, conjuguer l’art et la géographie. N’hésitez pas à réagir et à me signaler des tentatives similaires, sait-on jamais.

source : Site d’Even Westvang.

 

 

Devinette du dimanche – Ceci n’est pas une carte

Comme je le précise dans le titre de cette devinette, le document que vous avez sous les yeux n’est pas une carte. Il s’agit pourtant de données humaines ordonnées par un géographe contemporain sous une forme fort originale. Vous êtes nombreux à avoir déjà croisé des informations similaires, mais cartographiées de manière bien plus classique. Je n’en dis pas plus et vous laisse à cette seule question : que représente ce document ? N’hésitez pas à faire les hypothèses les plus loufoques, tant qu’elles restent décentes et publiables, bien évidemment.

La qualité de l’image est volontairement médiocre, l’auteur n’ayant pas mis son document en ligne, je le protège ainsi de reproductions illicites, mais vous pouvez l’agrandir en cliquant dessus.

La solution a été trouvée grâce au questionnement croisé de Mélanie, Fabien et Quentin. Bravo à tous les trois !

source : le document est issu de l’excellent atlas de Virginie Raisson, 2033. Atlas des Futurs du Monde, Paris, Robert Lafont, 2010.