Du tableau au livre

Littérature, Pédagogie, Peinture 5 commentaires

           Je suis en train de lire Le choix de Giovanna d’Elizabeth Marraffino Rees. Toute l’histoire part du tableau très célèbre de Jan Van Eyck intitulé Les époux Arnolfini datant de 1434. Il s’agit du portrait d’un couple, l’homme et la femme y sont vus exceptionnellement en pied. En effet, les peintres flamands de l’époque préféraient des bustes. Les moindres détails de l’intérieur du couple Arnolfini y sont représentés, ainsi le lit conjugal, un banc, un magnifique miroir forment-ils le mobilier. L’intimité de la scène est telle que leur chien est au premier plan ainsi que des chaussures et des oranges. En fait, outre le visiteur dans un musée d’Art, le couple est déjà observé par deux autres personnes placées dans l’embrasure d’une porte et dont on voit le reflet dans le miroir.
     Tous ces détails ont inspiré Elizabeth Marraffino-Rees qui a imaginé la rencontre de Giovanna Cenami et Giovanni Arnolfini qui était déjà veuf d’un premier mariage. Ce livre appartient à une nouvelle série proposée par « Nathan » et intitulée A la rencontre de. Le principe du roman consiste en la découverte d’un peintre célèbre à partir d’un ouvrage destiné à la jeunesse et mêlant fiction et réalité historique
    Pour en savoir plus sur les peintres primitifs flamands dont fait partie Jan Van Eyck, vous pouvez consulter :

 http://xv.kikirpa.be/  

http://www.fine-arts-museum.be/site/fr/default.asp 

http://witcombe.sbc.edu/ARTHrenaissanceeurope.html#Northern15 

 http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/la_flandre_et_ses_villes_dart.asp 

http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/memling_le_maitre_de_bruges.asp

http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/verite_de_lapparenes_primitifs_flamands.asp

Tags : , ,

Ami, entends-tu …

Littérature, Pédagogie, Santé 5 commentaires

       Non, je ne vais pas vous chanter le chant des partisans en poursuivant avec « le vol noir des corbeaux sur nos plaines ». Je ne vais pas vous parler non plus de la résistance des maquisards ni même écrire un billet en relation avec l’Histoire. Non, je souhaite vous faire connaître un nouveau mode de loisir lié à la culture.

      Au niveau du lycée, pour changer de la lecture classique à haute voix faite par le professeur ou bien par les élèves, nous avons acheté des CD audio permettant l’écoute du texte. Cela a été expérimenté pour l’étude de Oscar et la dame en rose (cf  un article rédigé dans « mon blog partenaire » dont on trouve l’adresse dans ma blogoliste). Mais il existe encore autre chose auquel vous n’avez peut-être pas pensé, aussi bien pour vous-même que dans le cadre de votre classe (je m’adresse aussi bien à des professeurs qu’à des élèves).

     Au départ, il s’agissait de pallier aux handicaps des aveugles et des mal-voyants en leur proposant d’entendre  le texte que leurs yeux ne peuvent distinguer. Mais, finalement, ce principe peut être utile pour tous, handicapés au niveau de la vue ou pas ! Des « donneurs de voix » ont enregistré des textes de telle sorte que cela fasse des livres audio qui sont gratuits et téléchargeables au format MP3 . Les explications se trouvent sur le site http://www.litteratureaudio.com/index.php/notre-association/ qui lui-même renvoie tout simplement  à http://www.litteratureaudio.com/index.php/notre-bibliotheque-de-livres-audio-gratuits/ . Vous verrez, le choix est très vaste  car il n’y a pas que des romans, une place importante est réservée à la poésie, au théâtre, à la philosophie, etc . De plus il y a un lien vers d’autres sites de livres audio gratuits.

Tags : , , ,

Le refus

Littérature, Pédagogie, Personnages 3 commentaires

     Il y a eu une époque pendant laquelle être « béni-oui-oui » était de bon ton. Maintenant il est bien mieux vu de s’affirmer, de prendre position. Ne pas le faire serait rester « fade ». Cela m’amène à vous parler, dans le domaine de l‘édition, du succès de la collection « Ceux qui ont dit non » parue chez Actes Sud Junior. Rosa Parks, Victor Hugo, Victor Jara et Lucie Aubrac en sont les premiers héros. Ces petits livres offrent d’énormes possibilités au niveau de leur usage en histoire-géographie et en ECJS.  A partir de leur lecture, de nombreux sujets à traiter sont possibles parce que ce type de récits reposent sur l’argumentation.

     Cela m’amène à vous parler de la « littérature engagée« . A ce titre, je voudrais signaler pour les collègues professeurs de français qui seraient visiteurs, l’excellente compilation faite sur ce thème dans http://www.weblettres.net/spip/article.php3?id_article=233 .

    Le fait de chercher des raisons pour justifier un choix d’attitude me semble favoriser la logique et aller dans le sens de la psychologie de l’adolescent qui est à la recherche de sa propre identité et aimerait « se trouver ». Je vous invite donc à passer au CDI pour voir toutes nos nouveautés. Je vous invite aussi à visiter le montage diaporama qui est sur « mon blog partenaire » à propos du Chili : il a été réalisé à partir du petit livre sur Victor Jara paru dans la collection « Ceux qui ont dit non ».

Tags : , , , , , , , , ,

L’imagination au pouvoir

Animations culturelles, Cinéma, Littérature, Pédagogie, Personnages 1 commentaire

      C’était l’un des slogans de mai 1968. Cela voulait dire qu’il fallait remettre les habitudes en question et proposer du neuf, de l’inédit, de l’inoui. Imaginer un monde nouveau, c’est se référer à l’utopie.

     Ce mot est en fait créer à partir de « utopia » nom utilisé par Thomas More dans son livre dans lequel il définit ce que doit être « la cité studieuse ». En Utopia, il n’y a ni riches ni pauvres, chacun travaille six heures par jour, même les loisirs sont éducatifs. La propriété privée y est abolie ainsi que la monnaie. Tous les garçons et les filles y reçoivent une instruction.

   Mais Thomas More n’a pas été le seul à rêver d’un monde parfait. Souvenez-vous de « Fais ce qui te plaira » de Rabelais avec son abbaye de Thélème. Les  socialistes de la fin du XIX ème siècles ont aussi imaginé des sociétés idéales : Charles Fourier, Saint Simon, etc 

     Parfois, les sociétés imaginées n’ont rien « d’idéal » mais sont inquiétantes. Relisez Aldous Huxley ou bien George Orwell.  Et puis pensez à  The Truman Show avec Jim Carrey, le personnage vivant dans un décor de cinéma sans qu’il le sache.

     Si vous voulez encore plus réfléchir ce qu’est exactement l’utopie, reportez-vous à ce site qui propose aussi des animations pédagogiques : http://expositions.bnf.fr/utopie

Tags : , , , , , , , ,

Parlez-moi d’amour, redîtes-moi des choses tendres …

Animations culturelles, Littérature, Pédagogie, Personnages, Théâtre 1 commentaire

      L’approche de l’été, malgré cette pluie incessante, prédispose à être amoureux. Vous savez, c’est le fameux « flirt » des vacances, les adresses échangées au moment de la séparation, etc. Mais le genre épistolaire peut servir pour parler de l’amour paternel.  Et cela m’amène à vous parler du livre de Susie Morgenstern Lettres d’amour de 0 à 10, ouvrage assez connu auprès des amateurs de littérature de jeunesse. Ce livre se trouve bien entendu au CDI.

       D’abord, faisons un peu connaissance de l’auteur en allant sur son site où elle nous livre quelques confidences aussi bien sur sa vie que sur son oeuvre : http://susie.morgenstern.free.fr/siteweb/  Ensuite parlons un peu du livre. Ernest, 10 ans, est orphelin de mère depuis sa naissance et il est élevé par sa grand-mère dont le prénom est Précieuse. Il ne sait rien de son père qui l’a abandonné trois jours après sa naissance. Une nouvelle élève arrive à l’école, Victoire. Elle bouscule la vie monotone d’Ernest et le persuade de découvrir ses racines. Il existe un petit dossier pédagogique  pour l’étude de ce texte, il comprend de nombreuses  pistes pédagogiques qui  sont très originales et  très  intéressantes : http://lecture.longue.free.fr/dossiers/lettre_amour/lettre_amour.html

      Ce qui était au départ un roman est devenu une pièce de théatre qui va d’ailleurs être jouée aujourd’hui  mardi 27 mai au centre culturel de Saint-Yrieix-la-Perche (Haute-Vienne). Ce spectacle a reçu le prix Molière Jeune Public 2005. Le rôle Ernest est joué par Bernard Daisey et celui de Victoire par Annie Cuisenier. Vous trouverez sur ce site tout un dossier sur l’adaptation théâtrale : http://www.theatre-estparisien.net/Lettres-d-amour-de-a-10

Tags : , ,

« Comme l’opéra serait merveilleux s’il n’y avait pas les chanteurs » Gioacchino Rossini

Animations culturelles, musique, Pédagogie 1 commentaire

     La collègue qui gère « mon blog partenaire » (cf ma « blogoliste ») adore la musique classique. Sur un de ses blogs elle parle de Bach, aussi m’a-t-elle un peu influencée pour rédiger cet article. Mais, bien entendu, cette note (c’est le cas de le dire pour parler musique!) est pour tous les visiteurs. Mon texte s’inspire du TDC n°956 du 15 mai 2008 pour lequel le lycée a souscrit un abonnement.

   Sans doute la boutade de Giacchino Rossini qui compose mon titre doit-elle vous interpeler . Le nom de ce grand compositeur italien  se rattache à l’opéra qui est justement une oeuvre destinée à être chantée sur scène. Il composait les airs musicaux. Parmi ses créations, on peut citer Le Barbier de Séville, Tancredi, La Cenerentola. Ce sont tous des opéras mais ils n’appartiennent pas au même genre. En effet, il y a « l’opéra buffa » dont le registre est comique et  » l’opéra seria » dont le registre est sérieux et le style grave. L’opéra est né en Italie vers 1600 et c’est pour cela que le vocabulaire est très « italianisant ».

    L’Opéra Garnier de Paris jouït d’une très belle réputation. Si vous allez sur ce site http://www.operadeparis.fr/, les amateurs trouveront toute une sélection de vidéos de mises en scènes faites aussi bien à l’opéra Garnier qu’à l’opéra Bastille. Le mot « opéra » désigne aussi bien le type de chant que le bâtiment. Si vous voulez connaître l’histoire de l’Opéra Garnier, vous aurez tous les détails grâce à http://www.histoire-en-ligne.com/spip.php?article115

   

   Depuis 1991, l’Opéra de Paris et les académies de Paris Versailles Créteil  ont signé un partenariat dans l’espoir de désacraliser la fréquentation de ce lieu et faire que chacun pense pouvoir y trouver sa place. Un projet pluridisciplinaire a été monté à partir de ce thème au collège Jean-Lurçat de Sarcelles : http://www.faurymusic.com/opera2/index.htm  Les cinq rubriques du menu sont absolument remarquables et je voudrais attirer votre attention sur le fait qu’il y a même été réalisé des fiches sur les métiers de l’opéra, celui de cuisinier y figurant même.

Tags : , , , , ,

Kiraz : on ne s’en rase pas !

Animations culturelles, Peinture, Personnages Aucun commentaire

     Son vrai nom est Edmond Kirazian, il est né au Caire en 1923 et il a commencé sa carrière de dessinateur en France après la seconde guerre mondiale.  Il est devenu « Kiraz ».  C’est lui qui a imaginé les « Parisiennes » pour la revue Jours de France,  vous savez ces filles filiformes assez érotiques.

      Elles ont connu  un succès fou dans les années 1960.  C’est sans une ride (utilisent-elles la fameuse crème de beauté « je le vaux bien » ?) que  le Musée Carnavelet de Paris va les exposer. Pour plus d’informations, voir l’article de présentation sur ce site  : http://www.paris.fr/portail/Culture/Portal.lut?page_id=6893&document_type_id=5&document_id=19025&portlet_id=15699 .

  Ces jolies filles « parisiennes » intéressent aussi les provinciaux !

Tags : , ,

Edith est éditée !

Cinéma, Littérature, Personnages 1 commentaire

        Connaissez-vous Edith Wharton ? Vous devriez parce que cette romancière américaine a tout de même obtenu le prix Pulitzer pour Le temps de l’innocence en 1921. Ce roman a été adapté au cinéma par Martin Scorsese. L’intrigue repose sur le choix que doit faire Newland Archer entre Mary Welland à laquelle il est fiancé et la cousine de cette dernière, Ellen Olenska dont il tombe follement amoureux. Faut-il, au nom d’un sentiment, rejeter les conventions mondaines ?

      Ce thème du livre refléte assez bien l’état d’esprit dans lequel a vécu Edith Wharton. Elle est née en 1862 et est morte en 1937. New-Yorkaise, elle a pourtant été élevée en France mais dans une famille puritaine aux règles très rigides. Elle a épousé Edward Robin Wharton avec qui elle n’avait rien de commun et finalement elle a divorcé pour essayer de trouver, sans succès d’ailleurs, un homme dont elle pourrait être amoureuse.

      Mais Edith Wharton n’est pas seulement une femme qui parle de « passions », c’est une militante. Lors de la première guerre mondiale, elle a contribué à convaincre l’opinion politique américaine de la nécessité d’aider les forces alliées. Elle a d’ailleurs reçu la légion d’honneur pour avoir créer les American Hostels for Refugees. La chanteuse Céline Dion vient de la recevoir ces jours-ci, mais pour d’autres raisons.

    

Tags : , , , , ,

Ecris-moi un mot

Littérature, Pédagogie 11 commentaires

    La craie du tableau noir a pratiquement disparu, par contre, c’est sûr, il n’est absolument plus question du porte-plume trempé dans l’encrier ! Eh oui, à l’heure des claviers d’ordinateur, l’écriture se standardise, malgré le choix assez important de polices proposées. Puisque chacun n’a plus un rapport direct avec l’objet qui permet de tracer des lettres, la conscience que former des lettres relève du dessin s’estompe beaucoup.

    Cela m’amène à vous parler de l’écriture hiéroglyphique des Egyptiens. Pour mémoire, je vais vous redire que les objets représentés étaient des vautours, des roseaux, un verrou, une corbeille à anse, une bouche, etc Et toutes ces formes  renvoyaient à des sons particuliers. Chacun se souvient du rôle fondamental du scribe. La calligraphie est l’art de former d’une façon élégante et ornée l’écriture et l’on pense tout de suite à l’écriture arabe.

  Malgré l’usage quotidien des touches de clavier, la curiosité pousse à en savoir plus sur l’écriture manuscrite et savoir comment s’amuser avec les lettres. Soyons futés, servons-nous justement de l’ordinateur pour trouver des sites Internet qui sauront nous informer sur le sujet.  Je vous en propose une sélection :

    http://classes.bnf.fr/dossiecr/  Un super dossier proposé par la BNF sur l’écriture

    http://www.atelier-calligraphie.com/ un dossier sur la calligraphie

     http://www.bemboszoo.com/Bembo.swf  un « zoo » de lettres sonores (très amusant)

   http://www.stat.ucl.ac.be/ISpersonnel/lecoutre/francais/  pour se détendre avec des anagrammes, contrepèteries et autres jeux de mots, même chose avec  http://users.skynet.be/Landroit/tablej.htm

   J’ajoute aussi http://www.ac-nancy-metz.fr/petitspoetes/ qui est un espace de rencontre autour de la poésie fabuleusement « exploitable » auprès d’élèves au départ rebelles à l’écriture mais très vite conquis.

 

Tags : , , , , ,

Raconte- moi une histoire

Animations culturelles, Littérature, Pédagogie 7 commentaires

  Vous savez, c’est la phrase clef de l’enfant avant de s’endormir. Il souhaite que son parent lui aide à trouver le sommeil grâce à la rêverie qui succède aux contes lus. Pensez à la stratégie employée par Shéhérazade dans les Contes des Mille-et-une nuits de façon à ce que le roi de Perse n’abuse pas d’une vierge chaque soir. Le sultan s’endort, non que l’histoire  soit inintéressante, mais parce que Shehérazade ne la finit jamais et demande d’attendre au lendemain pour connaître la suite. A la manière des enfants, le sultan plonge dans le sommeil pour que plus vite passe la nuit et vienne le jour. Le récit est captivant.

    Les contes, cette année, sont inscrits au programme de classe de terminale aec l’étude de ceux de Perrault et c’est donc un élément déterminant pour comprendre que ce type de récit ne vise pas que l’enfance et participe à tous les âges de la vie. Le psychaniste Bruno Bettelheim a analysé les contes et a montré qu’en fait il y avait toute une symbolique sexuelle autour. L’enfant perçoit l’histoire au premier niveau, mais l’adulte comprend très bien, par exemple, que dans Peau d’Ane l’inceste est évoqué.
  

 Ces récits ne négligent pas les problèmes sociaux. Le Petit Poucet sauve ses frères de l’abandon dans la forêt auquel avaient été contraints les parents trop pauvres. Les contes, malgré leur principe de « merveilleux », ne négligent pas la famine, la misère.
     

  Donc, si vous voulez vous plonger dans ce type de littérature, venez assister aux animations du festival des Coquelicontes dont vous trouverez le programme à  l’adresse suivante :

 http://www.crl-limousin.org/site_crl/dossier_coquelicontes/presentation_coq.html

Tags : , ,

« Billets précédents