Noël au balcon : en Afrique du Sud avec Daleen

Gastronomie, Langues, Pays, Pédagogie, Santé, Société 11 commentaires

Les décorations de Noël :

    On voit déjà les décorations de Noël dans les magasins dès la deuxième moitié de novembre. Surtout dans les centres commerciaux il y a des guirlandes de papier et des guirlandes électriques, mais on orne la maison qu’au début de décembre, ou un peu plus tard. Dans certaines des rues, il y a également des guirlandes électriques, illuminées tous les soirs de décembre. Et dans les centres commerciaux on n’entend que de la musique de Noël, bien sûr pour améliorer les ventes !

     Dans les maisons, traditionnellement on a un sapin orné des guirlandes électriques et des boules luisantes, ou parfois orné de petits cadeaux, ou de petits gâteaux. Cela te semble très pas très original , n’est-ce pas ? Oui, c’est parce que l’on partage une histoire européenne. Mais il y a aussi (souvent !) une tournure (« twist ») africaine. On sélectionne un arbre indigène et on l’orne d’ articles africains, même dans le jardin, car il fera chaud ce temps-là. Maintenant c’est à la mode de prendre comme sapin une structure fabriquée en fil de fer et de l’orner de guirlandes électriques.

                                                     

     Il y a souvent une crèche dans un coin des centres commerciaux, ou un « Père Noël » (en costume traditionnel) qui se promène partout dans les allées du magasin pour « écouter les vœux des petits ». Nous n’avons pas de St. Nicolas ou de calendrier de l’avent. Pourtant, la communauté allemande et les gens de l’église luthérienne conservent le calendrier de l’avent. Pour avoir une idée de nos décorations, je joins la photo d’une guirlande accrochée à la porte d’entrée. Elle est fabriquée  avec du foin, des rubans en coton et de petites fleurs sauvages.

 L’organisation sociale

         Chez nous le Noël se passe en été et oui, les écoles, les universités et beaucoup d’ entreprises ont leurs vacances annuelles à cette époque de l’année.  Ainsi la reprise scolaire se fera-t-elle fin janvier, début février. Ce sont « nos grandes vacances d’été » et une nouvelle année scolaire débutera au retour, avec de nouveaux élèves. Souvent les entreprises  ferment le 24 décembre et n’ouvrent que le 3 ou 4 janvier ou plus tard. Les centres commerciaux ne sont pas fréquentés. Donc, beaucoup de personnes partent pour le bord de la mer. Les uns qui ont de la chance d’être propriétaire d’une maison secondaire passent souvent leur fête la bas. Mais en tout cas, c’est une fête familiale. On voyage pour assister à ces grandes fêtes. Moi, je vais aller  rendre visite à ma mère qui vit dans une maison de retraite et nous allons y déjeuner ensemble.

 

 L’importance de la religion

      Pour l’église catholique la messe est importante. Je suis protestante, donc nous n’avons pas de messe de Noël. A l’église protestante il y a bien un office tôt le matin. Mais je ne sais pas pour les juifs, les autres communautés et les religions africaines. Chez nous « Douce nuit » est nommée « Silent night » ou en afrikaans : « Stille nag ». Il y a beaucoup de chants bien connus, mais presque tous sont hérités de la tradition européenne. Je me souviens, quand je travaillais à FARMOVS,  une entreprise pharmaceutique, nous avons eu une soirée de chants aux alentours de Noël et tout le monde a chanté « Silent night » dans son propre langue. On ne pouvait pas arriver à comprendre les mots, mais la mélodie était la même. Nous avons surtout les mélodies des chants qui viennent de l’Europe, mais les paroles  diffèrent d’une langue à une autre. Il y a aussi des chants de Noël qui sont nés ici, par exemple, « Somer Kersfees » (« Noël d’été », librement traduit). La tradition anglaise de la musique de Noël est encore forte dans ce pays, parce que nous étions une colonie anglaise auparavant. Pour dire « Joyeux Noël » en afrikaans, on dit : « Geseënde Kersfees ». Cette expression contient aussi un peu la tradition chrétienne parce que « Geseënde » veut dire : « béni » Nous n’avons pas de chants d’enfants qui parlent de Noël.

 

 Le menu typique

      Bien qu’il fasse très chaud, il y a encore des gens qui mangent un traditionnel repas chaud : du jambon, de la dinde. Ces dernier temps, il est de plus en plus courant  de préfèrer un repas froid : des viandes froides et des salades et pour le dessert de la glace. Et si on fête le Noël au bord de la mer, le repas est souvent moins cérémonieux. Mais en tout cas, les repas (et les réunions) sont organisés méticuleusement ! Souvent toute la famille se réunit autour de la table pour un grand repas traditionnel, ou parfois autour le feu d’un barbecue. La fête au dehors, en plein air est souvent privilégiée. Il y a aussi très peu de restaurants ouverts le Noël pour servir un repas assez traditionnel.

Nous n’avons pas 13 desserts et quel dommage ! Normalement nous avons du « trifle » comme dessert (Vous pouvez vous documenter sur ce gâteau venu d’Angleterre à  http://fr.wikipedia.org/wiki/Trifle ) .Cela contient du gâteau, de la gelée, de la chantilly etc. – encore  un témoignage de notre héritage anglais. Quand j’étais encore mariée, j’ai travaillé tout le 24 décembre pour préparer une vraie fête de Noël, c’est-à-dire un repas chaud. Mais maintenant je suis seule et je vais déjeuner chez ma mère. Nous ne sommes que les deux. Pourtant je vous souhaite à tous un « joyeux Noël » et après le repas de Noël une bonne sieste !

Merci beaucoup à Daleen pour l’envoi de cet article accompagné des photos. Il y a maintenant quasiment un an que notre amie d’Afrique du Sud collabore à la rédaction des blogs scolaires du lycée. Mon voeu pour 2009 sera donc la poursuite de cette étroite alliance dans la découverte de nos pays recpectifs.

Tags : , , , , , , , , ,

Noël aux tisons : au Québec avec Jocelyne

Animations culturelles, Gastronomie, Grands événements au lycée, Langues, Métier, Pays, Pédagogie, Société, Sport 6 commentaires

      Je demeure au Canada, plus précisément dans la province de Québec.  Cette province est située à l’est du Canada.  Le Québec occupe un vaste territoire dans mon pays le Canada, et il occupe le deuxième rang en population dans ce pays. La majorité des Québécois sont de langue maternelle française, cependant les habitants des autres provinces du Canada  sont majoritairement de langue anglaise.

        Depuis le mois de novembre, chacun à sa façon,  nous nous préparons pour le temps des Fêtes : Noël ou le Jour de l’An. Lequel est le plus fêté ?  Je ne saurais vous dire.   Mais nous sommes excités et fébriles, car pendant cette période de l’année, c’est congé, relâche, repos et aussi réjouissances et dépenses.  Les étudiants seront en vacances quelques jours avant Noël et reprendront les classes vers le 7 janvier. 

      L’hiver au Canada, c’est le froid, la glace, la neige, et de magnifiques paysages blancs.  Les Canadiens pendant cette saison se réunissent avec la famille et les amis pour pratiquer leurs sports préférés : le ski, le patinage à la patinoire du quartier ou sur la rivière gelée, les glissades en luge avec la famille, ou s’organiser une joute de hockey sur la patinoire du quartier.  Bien sûr, les plus frileux s’envolent vers les pays chauds, pour fuir ce froid qui nous colle les narines ensemble, et se remonter le moral, car pour certains Québécois et Canadiens, l’hiver signifie désagréments et déprime.

     Ce matin, les étudiants espéraient un petit congé imprévu, car une première tempête de neige nous est tombée dessus.  Alors, ce matin on guettait le message qui nous indiquerait que l’école était fermée, que les routes étaient enneigées et impraticables et que les autobus scolaires ne circulaient pas.  Et non ! déception pour l’étudiant, le message n’est pas arrivé, donc :   Québécois, à vos pelles ! les écoles sont ouvertes….  Et oui, si on veut sortir notre véhicule automobile de la cour, il faut dégager la voie.

      Depuis novembre et jusqu’aux premières semaines de janvier, plusieurs maisons, boutiques, et bâtisses commerciales, sont décorées et illuminées, à l’intérieur et à l’extérieur. C’est si agréable de se promener dans les rues et d’admirer toutes ces lumières multicolores. Les gens aiment décorer leur maison et les illuminer pour le temps des fêtes.  Certaines décorations sont assez sobres, les gens installent une série de lumières au balcon, ou garnissent les arbres dans la cour avec rubans et lumières multicolores, on retrouve aussi des couronnes de Noël accrochées aux portes, des étoiles ou chandelles aux fenêtres, des silhouettes du Père Noël, du Petit renne au nez rouge, ou tout ce qui nous rappelle ce « Joyeux Temps des Fêtes ».  Il y a des gens qui ne prennent que quelques heures pour faire leur décoration, mais pour d’autres c’est un travail et un plaisir qui durent plusieurs jours.  Voici des photos prises à Wickham, municipalité située à quelques minutes de Drummondville, sur la rue principale qui traverse ce village.  D’année en année, les propriétaires en ajoutent, et les passants s’arrêtent pour admirer tout ce jeu de lumières et prendre des photos. 

     

 Il existe, au Trait  Carré  de Charlesbourg, une animation particulière pour la période de Noël : des expositions extérieures de crèches, des concerts de Noël au presbytère, ainsi que des marches dans la nuit. Vous pourrez en savoir plus grâce à http://www.noelautraitcarre.org/programmation.aspx .

      A Drummondville où j’habite, nous avons le village québécois d’antan qui est ouvert aux visiteurs et tout illuminé pendant la période des fêtes. L’un des beaux endroits à visiter à Drummondville est le Village Québécois d’Antan, situé en bordure de la rivière St-François.  Ce village incluant une ferme d’époque, reconstitue la vie de nos ancêtres québécois du XIXe siècle, avec son magasin général, son bureau de poste, l’école du canton, l’église, la boutique de l’apothicaire et bien d’autres.  Pendant l’été, les coutumes de nos ancêtres y revivent et tout le village s’anime, car des participants, en costumes d’époque, s’y installent et présentent les métiers traditionnels du XIXe siècle au Québec, avec le parler et l’accent de nos ancêtres. Ces habitants accueillent les visiteurs dans leurs maisons, pour leur montrer la fabrication du pain, du fromage, le filage de la laine, le tricotage, la fabrication des chandelles ou du savon du pays, avec des outils du temps de nos ancêtres.  Ils y pratiquent toutes les anciennes techniques qu’utilisaient le forgeron, le boulanger, le menuisier, le cordonnier, et autres métiers de ce temps. Il y a même le maire du village en campagne électorale, le notaire qui offre de rédiger notre contrat de mariage ou le curé qui veut nous confesse, et l’on peut y déguster un menu typique de l’ancêtre québécois. Pendant l’hiver, dans la période de Noël et du Jour de l’An, le village revit, et toutes les maisons y sont décorées de lumières multicolores, c’est très joli.  Un menu traditionnel du Noël d’Antan y est servi : caribou, cretons grands-mères, dinde en sauce, et la bûche de Noël.  Pour bien digérer le tout, une musique de Noël et une marche en famille dans les sentiers de ce village pour admirer le charme de cette époque.  Tout ce beau décor et cette ambiance nous transportent dans un autre siècle.

 

            Et il y a les marchés de Noël, en particulier celui au Vieux-Port où décorations et musiques natales mettent l’ambiance. Et il y a des animations dans les bibliothèques de Québec, avec des contes, des expositions de crèches de plusieurs pays et faites de matériaux divers. Imaginez, certaines sont faites en peaux de bananes ! Voici un petit aperçu du programme proposé par nos bibliothèques : http://www.bibliothequesdequebec.qc.ca/accueil/dep_noel08.pdf  Pour encore plus nous faire rêver le Palais Montcalm proposera, le 21 décembre, un spectacle sur différents noëls en Europe : http://palaismontcalm.ca/programmation/strada-332

      La fête de Noël est une occasion pour les familles de se regrouper et le Jour de l’An on se réunit avec des amis pour festoyer et accueillir cette Nouvelle Année.  Ce sont des fêtes de gourmandise, car c’est l’occasion pour cuisiner les mets traditionnels du Québec ou pour les plus raisonnables, offrir à leurs invités un menu faible en calories et déroger à cette tradition d’abondance. Donc, si on a fait des abus de tables et pris des kilos en trop, la résolution du Nouvel An sera :  la diète et l’exercice physique pour les prochains mois, car c’est coutume de prendre des bonnes résolutions en cette première journée de l’Année.  À partir du Jour de l’An, les Québécois se visitent pour s’échanger des vœux de « Bonne santé tout au long de l’année », « Succès dans tes études » ou bien pour les jeunes couples «Un mariage ou un bébé avant la fin de l’année. ».

     Le traditionnel sapin de Noël trône toujours dans nos salons.  Certains vont le choisir chez des  marchands ambulants qui s’installent à certains endroits de la ville pour vendre leurs sapins, d’autres vont le couper directement dans les bois, et d’autres préfèrent un sapin artificiel.  Le sapin sera garni de boules brillantes, de petits ornements, de lumières et de guirlandes, et toute sa préparation et sa décoration réunissent les membres de la famille, du petit au plus grand.  On peut admirer, à Montréal, dans la maison où vécut l’historien François-Xavier Garneau, un magnifique sapin de Noël décoré à la manière du 18 ème siècle.

     La coutume d’envoyer des cartes de Noël a cessé d’année en année. Il y a 20 ans, parents et amis s’envoyaient des cartes de Noël.  On pouvait décorer la maison en suspendant toutes ces belles cartes.  Aujourd’hui, on les envoie à nos parents et amis lointains.

     Depuis une dizaine d’années, Noël a perdu son esprit religieux, les gens sont moins pratiquants, les églises ne se remplissent plus autant.  Pour certains, cette messe de minuit, sera leur messe annuelle, car ils n’y vont qu’une fois par année et ils sont choyés pour cette messe, car ils ont droit aux chants traditionnels de la chorale paroissiale accompagnée de l’orgue de l’église.  Après la messe de minuit, c’est le Réveillon, alors on se rassemble tous chez un ou chez l’autre pour échanger des cadeaux, et déguster ce Menu de Noël.  Il est certain que la tourtière est au menu, la dinde également, et pour dessert une belle bûche au chocolat.   Les mamans ont fait du sucre à la crème, du fudge, des beignets, des tartes.  Miam miam … c’est délicieux et très sucré.

Pour ceux qui aiment les expériences culinaires, il y a le site http://www.recettes.qc.ca/ et je vous conseille en particulier d’essayer la tourtière de porc. C’est celle que je vais faire. Laissez-vous aussi tenter par les beignes de Noël, le sapin en pains d’épice et le punch de Noël au Chablis.

 

 

          

    Les Canadiens aiment fêter, mais sont prudents, car chez nous, il existe l’Opération Nez Rouge.  Cette opération revient annuellement pendant la période des Fêtes, elle nécessite plusieurs bénévoles qui sont formés pour faire de la prévention en visitant les restaurants, bars et salles de réception.  Un numéro de téléphone est distribué partout dans la ville, et une équipe de 3 bénévoles Nez rouge rejoindra le conducteur qui a consommé de l’alcool.  Cette équipe raccompagne gratuitement le demandeur à l’endroit de son choix, à bord de son véhicule, ainsi le citoyen n’a aucune raison de conduire en état d’ébriété.  C’est une bonne façon de sauver sa vie et celle des autres.

Je vous souhaite de Joyeuses Fêtes !

Jocelyne

           Merci  Jocelyne pour cet article plein d’humour . Il y a aussi quasiment un an que Jocelyne contribue à l’animation des blogs de notre lycée. Merci pour ces belles photos et toutes ces précisions sur Drummondville et sur toutes les animations dans « La Belle Province » en ces jours de fêtes. Que 2009 conserve notre sincère amitié et permette la rédaction d’autres articles sur le Québec.

Tags : , , , , , ,

Noël au balcon : au Brésil avec Marieta

Animations culturelles, Gastronomie, Grands événements au lycée, Langues, Littérature, musique, Pays, Pédagogie, Société 5 commentaires

 

      Au Brésil, Noël est traditionnellement une fête de famille. On prépare des plats comme la dinde rôtie, la “farofa”, diverses types de salades et de  viandes , des desserts ( il n’y a pas de desserts spécifiques de Noël comme en Europe)…La nuit de Noël on sert un repas abondant et même dans les familles moins favorisées il y a toujours un dîner plus soigné, le “dîner de Noël”…Le chocolat et les oranges ne sont pas importants. On échange des cadeaux qui sont mis au pied du sapin de Noël (artificiel), bien décoré.

 

        

       À minuit on se rend à l’église pour la messe du coq (missa do Galo). Après les prières, on participe à des bals, parfois costumés, mais ce n’est pas une tradition dans toutes les régions, car chacune a ses particularités, par exemple “A dança das Pastorinhas”, dans le nord du pays. Il y a les “Presépios” (crèches) dans toutes les villes et elles font partie de la décoration traditionnelle de Noël. Les chants de Noël sont “Noite Feliz” (Douce nuit”) et d’autres d’origine européenne et américaine.

 

                   

   

 Au Brésil, le Père Noël arrive par la fenêtre, car les cheminées y sont rares: c’est surtout le climat qui fait la différence entre le Noël européen, nord-américain ou japonais  et celui de notre pays. L”écrivain Monteiro Lobato, dans les années 1930 a essayé de créer un Papa Noël indien; dans les années 1950, Joracy Camargo et Heckel Tavares ont conçu un personnage noir appelé “Papai João”( Père Jean) pour remplacer la figure du Père Noël, pourtant aucune de ces  tentatives n’a eu de succès et nous voyons aujourd’hui un Père Noël chaudement vêtu dans les centres commerciaux, dans les rues, dans les maisons…

     Ici, les vacances scolaires ont commencé le 12 décembre et finiront le 12 février, mais il n’y a pas de vacances de Noël spécifiques. La photo qui suis a été  prise le  vendredi 12 décembre dans mon école. On peut voir sur le mur quelques dessins faits par des élèves Junior de 12- 13 ans .  Les éléves qui sont avec moi sur cette photo sont ceux qui ont déjà fini le cours d’espagnol et vont maintenant commencer le niveau intermédiaire du français, ils ont fini le B5 ( dernier semestre du niveau débutant) avec moi. 

 

 

 

“JOYEUX NOËL”, C’EST “FELIZ NATAL “ en portugais…

    Merci beaucoup à Marieta pour nous avoir apporté un peu de chaleur du Brésil dans nos paysages d’hiver français. Merci pour cet article et ces photos. Bonnes vacances …d’été.Bonne année 2009. A bientôt

 

 

 

 

Tags : , , , , ,

Noël aux tisons : en Norvège avec Hilde

Animations culturelles, Gastronomie 10 commentaires

 

 

 

     

   Quand vous pensez au Noël dans le Nord, vous pensez qu’il y a beaucoup de neige, et qu’il fait très froid, n’est-ce- pas ? Alors nous sommes désolés de vous le dire, mais ici, il fait 0 dégrées et  il y a très peu de neige. Ce petit récit n’est donc pas vraiment « sous la neige », mais on espère que cela se changera.

 

      La fête de Noël commence tout doucement le premier dimanche de l’avent. Ce dimanche les sapins de Noël, qui se trouvent dans toutes les villes et villages du pays, et les rues décorées de guirlandes sont allumées. Les enfants norvégiens ont bien entendu un calendrier de l’avent avec un petit cadeau, un morceau de chocolat ou  avec une activité à faire en famille.

                    

 

   

   La première fête au mois de décembre c’est la fête de Ste Lucie. D’origine, c’est une fête suédoise, mais elle a été adoptée par les écoles maternelles et primaires partout. La fête de Ste Lucie se fête le matin avec une parade dans les écoles. Première dans la parade marche une jeune fille, vêtue en blanc portante une couronne avec des bougies électriques. Elle est suivie d’une parade de jeunes garçons et filles, tous vêtus en blanc avec des chapeaux piqués pour les garçons et un fil étincelant pour les filles. Tout le monde porte une bougie. Quand la parade arrive, on éteint la lumière, et la parade se déroule dans le sombre, seulement allumée par les lumières que portent la jeune fille (Ste Lucie) et ses compagnons. En marchant le groupe d’enfants chante une chanson d’origine napolitaine. Après on sert une brioche au safrandans des formes différentes (Lussekatt – chat de Lucie).

 

   En Norvège on fête Noël le 24 décembre. Le 24 tout ferme vers 13h, et on rentre en famille. La Norvègeest un pays luthérien. Nous avons une église d’Etat, et 80 % des Norvégiens en sont membres. Cela ne veut pas dire qu’on est un pays croyant. Dans le protestantisme la foi est un choix personnel, et il n’y a pas nécessairement un lien direct entre d’être membre de l’église officielle et d’être croyant. La plupart des Norvégiens ne se considèrent pas comme croyants et vont à l’église une fois par ans, et c’est le 24. Dans beaucoup de familles, c’est la tradition d’aller à la messe cet après-midi. La messe commence à 16h, et Noël commence officiellement à 18h.

 

Pour le réveillon, c’est-à-dire ce n’est pas vraiment réveillon comme le repas commence à 18h ou 19h, on mange souvent un repas traditionnel. C’est soit la côte du porc rôtie (ribbe), soit la côte d’agneau salée et séchée et puis coupé en morceaux (pinnekjøtt). Avec ceci on boit traditionnellement de la bière et un digestif, l’aqua vite (l’eau de vie).

 

Après le dessert, on sert du café et des pâtisseries. Cela est quelque chose de spécial pour les pays nordiques.  On fait des pâtisseries spéciales pour Noël. En norvégien, on les appelle des gâteaux, mais ils sont en effet des biscuits. Vous voyez une image au-dessus. Traditionnellement chaque bonne cuisinière en faisait au moins sept types différents.

 

 

Après le café, on ouvre les cadeaux de Noël et après ça, on danse autour du sapin de Noël en chantant des chants de Noël. Nous avons les chants comme « Douce nuit » (« Glade Jul »), mais aussi beaucoup de chants norvégiens. Cela est encore une tradition nordique.

 

Les jours fériés pour les travailleurs sont le 25 et le 26. Le 27 on reprend travail, mais les jours sont souvent plus courts, et beaucoup de monde est en congé toute la semaine de Noël. En général, les écoles terminent deux jours avant le 24, mais cette année la dernière journée scolaire est le 19. Les écoles ont souvent 10 jours de vacances, mais cette année, les écoles ne reprennent pas qu’avant le 5 janvier. Il y aura des longues vacances de Noël pour les élèves.

De la part de notre groupe Joyeux Noël et bonne année ou en norvégien : God jul og godt nytt år!

 

 

 

Une spécialité norvégienne: Une tour en frangipane. Il faut absolument qu’elle soit décorée de drapeaux norvégiens et un genre de confetti spécial appelé ”bonbon de bruit”

           J’ai reproduit fidélement le texte qu’Hilde m’a adressé. Tout le crédit photographique lui revient. Je tiens particulièrement à la remercier et lui adresse, ainsi qu’à ses élèves, tous mes voeux pour 2009. Au niveau des souhaits, je mets particulièrement l’accent sur la poursuite de notre fructueuse collaboration.

Tags : , , , , , , , ,

Noël au balcon : en Argentine avec Graciela

Animations culturelles, Gastronomie, Grands événements au lycée, Langues, musique, Pays, Société 9 commentaires

      On commence déjà à parler des Fêtes de Noël et du Nouvel An. Dans le centre de la place de notre village on voit une étoile bien au dessus de la hampe du drapeau (on le hisse les jours des fêtes de la Patrie), et des guirlandes avec des lumières de couleurs qui sortent du haut vers tous les côtés. Le 8 décembre s’approche, le jour de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie, dans la plupart des maisons on décore le sapin artificiel de lumières, de boules, de guirlandes, d’angelots, de petits morceaux de coton feignant la neige. En général on le fait en famille, quelques uns placent des cadeaux au pied du sapin, la nuit de Noël. D’autres construisent une petite crèche sous l’arbre. À l’église on peut visiter une grande crèche et on fait aussi la nuit du 24, la « crèche vivante » avec des personnes qui représentent Marie, Joseph et le petit Jésus, avec des animaux et des objets réels. Les maisons sont aussi illuminées et décorées.

       Quant à l’organisation sociale, comme ces Fêtes coïncident avec les grandes vacances scolaires, le village devient animé parce que les jeunes qui suivent des études universitaires et qui sont partis vers les grandes villes retournent chez leurs familles.

       Les employés administratifs sont en congé le 24 et le 31 décembre, cependant pour ceux qui travaillent dans des commerces, ces jours là ils doivent travailler le matin, ils n’ont presque pas de repos. Cette année-ci, selon une nouvelle disposition, il y a du congé aussi le 26 décembre et le 2 janvier, c’est-à-dire les jours suivants.

      L’aspect commercial a beaucoup -je dirais plutôt trop- d’importance pendant ces fêtes, je pense que cela arrive partout dans le monde à cause de cette société de consommation dans laquelle on vit de nos jours et que, malheureusement fait risquer leur vrai sens chrétien.

 

             La nuit du 24 c’est la messe animée par des chants traditionnels de Noël. Après la messe les familles se réunissent et partagent un menu, en général du type de buffet froid, préparé d’avance : du jambon, des canapés, des pizzas, des morceaux de viande et de volaille, de petits sandwichs… D’autres préparent un traditionnel « asado », de la viande grillée et des salades. Dans la plupart de cas le dessert choisi est une espèce de macédoine de fruits, que nous appelons salade de fruits, et aussi des glaces.

       Après le dîner, on mange toutes sortes de friandises : des nougats, des raisins secs avec du chocolat, des cerises, des confits d’orange, des cacahuètes sucrées et aussi des pains sucrés avec ou sans fruits et / ou de petits morceaux de chocolat. Je pense que c’est la même habitude que celle des pays où il fait froid en janvier ; en Argentine en plus du climat chaud de l’été, on mange des aliments avec tellement de calories !

         Comme boisson, pour trinquer à 24 heures, on prend du cidre, du champagne et aussi des jus de fruits sans alcool. On s’embrasse et on se fait des vœux toujours avec beaucoup d’espoir… Et comme chaque année, on renouvelle les désirs de paix, d’amour, de prospérité et l’on prononce et l’on entend les deux mots d’une grande signification pour les chrétiens : 

    ¡FELIZ   NAVIDAD!     

     Je remercie Graciela pour le compte-rendu du déroulement d’un Noël argentin. J’ai inséré les photos envoyées dans le texte donné . Je lui souhaite, ainsi qu’à ses élèves, un joyeux Noël et une bonne année 2009. Il faut pourtant savoir que le blog de nos amis argentins va provisoirement s’interrompre puisque pour eux c’est la fin de l’année scolaire. Nous les retrouverons vers février, à leur rentrée scolaire. A bientôt !                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tags : , , , , , ,

Noël aux tisons : en Pologne avec Urszula

Animations culturelles, Gastronomie, Grands événements au lycée, Langues, Pays, Pédagogie, Société 7 commentaires

  
 
La fête de Noël en Pologne c’est la fête favorite et la plus attendue de toute l’année.  Les quatre semaines qui précèdent Noël c’est l’avent, la période de préparation. Les enfants reçoivent des calendriers de l’avent. Le 6 décembre qui est la fête de Saint Nicolas, Mikołajki en polonais, très aimée par les enfants on se donne de petits cadeaux.. Ça peut être de tout, par exemples des mascottes, des friandises en chocolats. (Pas de « manelles », ni de pains d’épices

     

 

 

Les ménagères préparent les maisons en lavant les vitres, changeant le voilage, nettoyant les tapis parce que tout doit être propre. Début décembre, les magasins et les rues sont déjà décorés par des lampes en couleurs, guirlandes, Père Noël acrrochés etc. Les gens achètent des cadeaux, choisissent des cartes de Noël. On envoie des cartes aux proches souvent avec « opłatek » – le pain azyme, symbole de l’union, de l’amitié, de la bienveillance et de la conciliation, pour le partager le 24.12.

      Les petits enfants écrivent des lettres au Père Noël appelé en polonais « Święty Mikołaj » (ce qui est une traduction de Saint Nicolas) pour lui dire ce qu’ils voudraient recevoir pour Noël. Dans toutes les villes au marché on vend des décorations de Noël, des jouets, des sapins, naturels ou artificiels, et des carpes souvent vivantes se trouvant dans de petites piscines. Certaines personnes décorent l’arbre de Noël le jour du réveillon, les autres quelques jours avant. L’arbre de Noël  typique est coloré et garni avec des décorations à la mode ou bien faites à la main par les enfants, les mamies. Il faut encore décorer la maison avec du gui portant bonheur.

 

        Il y a la tradition de faire des crèches dans les églises (parfois vivantes, à l’école, dans mon lycée il y en a une chaque année, c’est une sorte de spectacle) et dans beaucoup de familles. A Cracovie mi-décembre, chaque année il existe un concours des plus belles crèches qui sont exceptionnelles parce qu’elles doivent avoir des éléments de l‘architecture cracovienne. Après, elles sont déposées au musée.

 

Cette année, à l’école nous travaillons jusqu’au 19 décembre et nous rentrerons le 5 janvier. D’habitude, nous rentrons déjà le 2 janvier Comme le 2 janvier 2009 c’est vendredi, on a préféré travailler un autre jour avant cette date pour pouvoir ne revenir que le lundi. Les travailleurs ont 2 jours fériés : le 25 et le 26 décembre parce que la fête de Noël en Pologne se compose de 2 jours : le 26.12 c’est la fête de Saint  Etienne. Le 24 la plupart travaillent jusqu’à midi. Les supermarchés sont ouverts jusqu’à 16 h. Beaucoup de personnes prennent congé le 24 et après Noël. 

     Le 24 décembre à minuit beaucoup de personnes vont à la messe où elles prient et chantent des chants de Noël. Le nombre et la diversité des cantiques sont énormes. Evidemment on chante Douce nuit,  Gloria …Après la messe on ne mange plus.Le 25 et le 26 on se repose et on va aussi à l’église qui pendant la fête est pleine. On rend et on reçoit des visites, on passe beaucoup de temps à table. Au menu il y a de differentes viandes : canard, oie, dinde.

    Pourtant le plus important c’est le 24 décembre – la veille de Noël , Wigilia en polonais. Souvent dès le matin, les maîtresses de maisons polonaises préparent des plats traditionnels pour le dîner c’est-àdire le Réveillon (Wieczerza Wigilijna). Le menu c’est surtout le poisson avec la carpe et hareng dans plusieurs plats différents, les champignons, les légumes et les fruits (produits des eaux, des forêts, des champs et des vergers).  Toute la famille participe à la préparation des plats ce qui crée déjà l’ambiance exceptionnelle. Le repas traditionnel du réveillon doit être sans viande car il est question de jeûne et sans alcool.

       Pour respecter la tradition il faut préparer 12 plats différents et goûter à chacun. Le nombre des plats correspond au nombre des apôtres. La table doit être joliment  décorée avec une nappe blanche et comporter autant de couverts que de convives, plus un pour un membre de la famille qui ne peut plus être avec nous ou un visiteur inattendu. Sous la nappe on met un tout petit peu de foin ou de paille. Cela nous rappelle les origines du Jésus, né dans une étable et permet d’avoir une bonne chance toute l’année. Sur la table il est nécessaire de mettre opłatek (le pain azyme). La tradition veut que tous se réunissent autour de la table dès l’apparition de la première étoile dans le ciel. Juste avant, la famille fait une prière. Dans ma famille nous commençons le réveillon après 17 h. Et quelqu’un de la famille lit un fragment de la Bible qui parle de la naissance de Jésus. Avant de se mettre à table on partage le pain azyme qu’on casse en morceaux et qu’on mange en se présentant mutuellement des voeux et en s’embrassant. Les 12 plats varient un peu selon les familles et les régions, mais beaucoup de plats se ressemblent.

 

 

 

 

Cette année, moi et ma famille passons le Réveillon chez ma soeur et les siens. Il y aura aussi nos parents. On partage la préparation des plats. Chacun apportera quelque chose :

Il y aura:

  1. de la soupe aux betteraves rouges (borstch ), « barszczyk czerwony z uszkami »  avec de petits raviolis farcis de la choucroute et de champignons (ces raviolis ont la forme de petites oreilles). Certaines familles préparent de la soupe aux champignons secs.
  2. de la carpe frite, ou de la truite
  3. du poisson  frit avec des légumes  (ce qu’on appelle chez nous « poisson à la grecque »)
  4. de la carpe en gelée
  5. des harengs avec de l’huile, du citron et des oignons
  6. de la choucroute cuite avec des pois blancs cassés
  7. des champignons cuits à l’huile avec de l’oignon
  8. du gruau d’orge cuit à l’eau  (au-dessus on met du beurre fondu)
  9. des pois blans cassés
  10. du pain
  11. de la compote aux fruits secs
  12. de la kutia (mélange de grains de blé, miel, raisins, pavot, noix)

 

Après avoir mangé on attend l’arrivée de Święty Mikołaj – Père Noël avec des cadeaux ou bien là où il n’y a pas de petits enfants on trouve des cadeaux sous le sapin. On chante des cantiques. Chez moi, après on débarasse la table pour y mettre des gâteaux, des oranges des mandarines, des pommes, des chocolats.

Les gâteaux traditionnels de Noël sont:

         gâteau au pavot (makowiec)

         gâteau au fromage blanc (aussi à la viennoise) (sernik)

         pain d’épices (piernik)

         gâteau aux fruits secs, noix, raisins (keks)

 

Les superstitions liées à Noël:

La veille de Noël est une journée unique. Les gens superstitieux croient que tout ce qui arrive ce jour-là peut avoir une influence sur toute l’année à venir. Par exemple, si ce jour-là on demande quelque chose à manger on aura faim pendant toute l’année.

Il ne faut pas emprunter de l’argent ce qui pourrait entraîner la perte des biens.

Tous les travaux à la maison doivent être terminés avant midi, le reste de la journée est passé à préparer des plats et à décorer la maison.

Il ne faut pas s’allonger pendant la journée pour ne pas attirer les maladies.

 La nuit du 24 au 25 est une nuit des miracles: cette nuit les animaux savent parler comme les humains donc il faut leur donner aussi du pain azyme.

Le pavot est le symbole du bonheur.

La pomme – de la beauté et d’une bonne santé.

 

JOYEUX NOËL en polonais se dit WESOŁYCH ŚWIĄT

 

BONNE ANNEE                          SZCZĘŚLIWEGO NOWEGO ROKU

        Merci beaucoup à Urszula pour tous ces détails sur le Noël polonais. Merci beaucoup pour les photos jointes. Je souhaite aux élèves polonais et à leur enseignante un Joyeux Noël. L’année 2009 permettra d’approfondir notre amitié naissante.

Tags : , , , ,

Noël au balcon : à Madagascar avec Florence

Gastronomie, Grands événements au lycée, Langues, musique, Pays, Pédagogie, Société 5 commentaires

     Rien de spécifiquement malgache . Car  nous avons, dans le temps, eu droit à l’évangélisation des missionnaires aussi bien catholiques que protestants. Avant leurs venues dans l’île, la population s’adonnait surtout à l’idôlatrie. Sous l’égide des « mpimasy  » « mpanandro  » et toute une clique de sorciers! Les missionnaires, importateurs des différentes religions, ont , par la même occasion, transmis les traditions occidentales.  Il n’y a pas de guirlandes de fleurs dans les rues , seulement quelques maigres et timides guirlandes illuminées , efforts de la commune urbaine ! 

     Cependant, nous avons des principes :

– même la famille la plus démunie se permet le luxe d’une dinde ou d’une oie ou encore d’un poulet pour le 25 décembre . Mais on aime bien aussi les plats à base de crevettes, langoustes et aussi les achards.

 

  

 

– Il n’y pas de veillées de Noël, mais la messe de minuit à laquelle se rend la famille entière .

– Chaque ménage se trouve un sapin,  naturel ou artificiel , orné et garni avec des guirlandes  et toutes les garnitures

– On raconte aux enfants qui y croient le passage du père Noël avec des jouets et les marchands de jouets locaux font de bonnes recettes durant cette période !

   Malgré le climat tropical , presque toutes les maisons ont une cheminée où jamais aucun ramoneur n’est passé . Mais je fais volontiers du feu dans la mienne quand on a 6° et ça tient chaud !

 

« Mon beau sapin « ,  du moins , les quatre premieres lignes et l’air sont bien connus de tous les petits Malgaches , mais ils les ressortent aussi à n’importe quel réunion familiale de l’année .

La bûche de Noël aussi est dans presque tous les ménages et on l’apprécie sans en trop connaître le sens !

   Je ne vois pas l’originalité d’un Noël malgache ni du Nouvel an,  sauf que, à la fin de l’année, on se félicite d’arriver à la fin de cette année : « traty ny farany ! » qui veut dire  » félicitations d’être là jusqu’à la fin! « Ce qui n’empêche d’ailleurs pas que beaucoup de décés figurent à la rubrique « Nécrologie » du 31décembre !!! 

   Notre Père Noél est « Dadabe Noely  » ! parce qu’il a une barbe blanche et les cheveux blancs, donc, il est grand-père ! Joyeux Noël  se dit : « mirary Krismasy sambatra » encore : » tratry ny krismasy ê!  » c’est -à -dire : « félicitations d’être vivant encore pour ce Noël ! » « Taona vaovao tonga lafatra ho anao !  » veut dire textuellement « je te souhaite une excellente nouvelle année! » Couramment , c’est surtout : «  tratry ny taona ê!  » ou  » félicitations d’entamer l’année ! » Parce que « tratry  » signifie « attrapé » ou « atteint Une petite parenthèse, comme la vie est très dure et le pouvoir d’achat continuellement bas pour le Malgache, de plus en plus, une formule qui se veut être ironique est actuellement employée . C’est « tratry ny Krizmafy ê! « . « Krizy » signifie « crise » et « mafy » « dure », ce qui donne crise dure au lieu de Krismasy

                       

         Et qu’aussi , les jeunes et les moins jeunes se font un devoir de rendre visite aux ancêtres et leur offrent le » solom-body – akoho « . Le solilès de la poule passait du temps de nos aïeux pour le meilleur morceau et était destiné uniquement destiné aux aïeux ! Malheur aux jeunes qui osaient y toucher ! Aujourd’hui , les familles ne sont plus réunis pour un repas de fête , et on offre donc aux plus âgés le « solom-body-akoho » , c’est à dire une certaine somme,  au lieu du fameux solilès! Et la grande question est qu’on mange bien à Noél et Nouvel an, mais le prix de la dinde devient exhorbitant ainsi que l’oie, le poulet aussi commence à être inaccessible ! Je sais que la majorité des familles malgaches paient très cher les dépenses des fêtes de la fin d’année et que les mois de janvier et de février sont très éprouvants pour beaucoup de ménage ! Certaines personnes font des pique-niques et vont à la plage pour Noël, mais pas moi.  Il y a même des barbecues avec filet de ébu et coktails de fruits de mer, accompagnés de liqueurs. Nous buvons aussi des cockails à base de litchis. Il y a une bière malgache qui est très connue. Elle s’appelle « Three horses beer » et on dit « THB » en abégé

                                  

 

  

 

      Mon mari étant le dernier de sa famille, nous allons, avec nos enfants rendre visite et offrir « lhistoir  » à ses aînés et aux miens et, comme j’ai encore deux soeurs cadettes, les enfants de l’une (décédée) viennent nous saluer et ma soeur encore vivante avec sa famille aussi ! Du côté de mon mari, comme ils sont très nombreux, les neveux et nièces viennent par groupes et une grande fête a lieu tous les ans dans une grande salle de fête où la musique, les danses et les repas malgaches abondent !  Il n’y a pas beaucoup d’argent pour les jouets des enfants : c’est clair !  Par contre , advienne que pourra , mais les Malgaches, hommes et femmes, tiennent aux beaux vêtements, même en temps ordinaire, à plus forte raison pour Pâques et Noël.

            Merci Florence pour cet article et surtout ces magnifiques photos de plats. Quelle bonne cuisinière !  Les photos sont de Florence sauf celles des anciennes étiquettes de bière THB, de soda et de limonade « pick » qui sont de ma propre documentation. Merci pour savoir ainsi captiver le lecteur. Que l’année 2009 nous réserve encore, grâce à toi, d’aussi intéressants articles !

Tags : , , ,

L’île aux mille reflets

Animaux, Ecologie, Langues, Pédagogie, Société 20 commentaires

      Je m’appelle Florence. Je suis une enseignante FLE de Madagascar. J’ai lu l’article sur  » le Safari du Kenya « , d’où mon envie de vous parler de mon île .
     Dénommée aussi La Grande Ile ou encore l’Ile Rouge à cause de sa terre de latérite rouge,  elle se situe dans l’Océan Indien, à l’Est de l’Afrique, dont elle est séparée par le Canal de Mozambique. Sa capitale est Antananarivo ou La Ville des Mille. Certains la qualifient de Sanctuaire de la Nature ! Juste vision si l’on s’en réfère à l’ originalité et à la diversité de ses sites, de sa faune et de sa flore, de son climat, mais aussi de sa population .

        L’île ne conserve plus qu’une partie de sa forêt primaire , mais elle est classée parmi les plus riches sur le plan biodiversité avec ses nombreuses espèces d’animaux et de plantes, uniques au monde, car à 80% endémiques. Cette biodiversité, dûe à son isolement,  fait que la Grande Ile abrite 100% des lémuriens de la planète et la moitié des caméléons. La  flore malgache est d’une richesse extraordinaire avec 12 000 espèces  de plantes dont 70 à 80% endémiques.

 

                  

 

                  

 

                             

                    

                 

        Mais pourquoi à Madagascar, les habitants incendient-ils les forêts ?  Ce fait est dramatique comme la réponse. Parce que cette pratique est typique aux pays les plus pauvres de la Terre! Les paysans, ne disposant que d’un petit lopin de terre pour nourrir leur famille, brûlent la forêt et cultivent  le riz sur l’espace ainsi  obtenue car le riz est l’aliment de base du Malgache

  Il y a aussi la coupe des arbres, dont le bois sert à la construction des meubles mais aussi comme matériaux de construction. Les Malgaches coupent également le bois pour la production du charbon de bois, obtenu en brûlant le bois selon un procédé spécial . Pour ce combustible dont l’usage est courant dans 85% des ménages malgaches, les charbonniers s’attaquent surtout aux forêts d’eucalyptus et de mimosas! C’est une conception erronée car la déforestation est source de disette, de misère et provoque le déséquilibre climatique .

 

            

      

          

      On invoque la grande augmentation de la population comme  une des causes principales de ce déboisement. En effet, la population de Madagascar se monte actuellement à 20 042 551 habitants, alors qu’elle était à 16 000 000 habitants en 2004. Le  taux de natalité étant de 38,35% mais l’espérance de vie est de 62 ans.Voila quelques chiffres qui  permettent d’expliquer la pauvreté du pays.

 

          Mais ces statistiques varient aussi selon les ethnies. Madagasar est un mosaïque composée de 18 ethnies ayant chacune son dialecte, ses us et coutumes, ses folklores, ses origines, ses moeurs, sa religion. Voici leurs noms

 -les Antaifasy dans la province de Fianarantsoa

 -les Antehimoro plus au sud

-les Antesaka,  ceux qui viennent des Sakalava

-les Antekarana, région d’ Antisaranan, au nord de l’île

-les Antambahoahka,  du côté de Mananjary

-les Antandroy, la région sud , la plus sèche et la plus pauvre  Antakarana  à l’extrême nord,  d’Ambilobe au cap d’Ambre

-les Antanosy, dans la région de la ville de Tolagnaro ( Fort-Dauphin )

-les Bara, au-delà de la porte du sud, dans les régions désertiques

 – les Betsileo,  allant d’Ambositra au delà de Fianarantsoa (avec une sous-ethnie appelée « zafimaniry » (enfants de ceux qui désirent)

-les Betsimisaraka, de Moramanga à Tamatave et ses environs

-les Bezanozano ( aux petites tresses )

-les Mahafaly vers le sud épineux et désertique

-les Merina, sur le Haut-Plateau central

-les Sakalava dans la règion de l’Ouest

-les Sihanaka,  de la région du lac Alaotra

-les Tanala, ceux de la forêt

-les Tsimihety, les non coupés

-les Vezo, les professionnels de la pêche

         Toutefois, la langue malgache reste la langue officielle et  les traditions des différentes ethnies sont toutes basées sur le culte des ancêtres et des morts. Les historiens affirment  que le peuplement de l’Ile est une véritable énigme, car le mystère persiste quant à l’origine de ce peuplement.

     La  population devrait pouvoir assurer  elle-même la protection de la nature de son pays mais elle est accaparée par la précarité de ses conditions de vie et par les difficultés de sa survie, aussi doit -elle recourir à des organismes locaux et étrangers  pour assurer cette protection . Ainsi travaillent en collaboration  la CBSG (Conservation Beeding Specialist Group ) et l’ANGAP , l’autorité malgache pour les parcs. Le but de ces organismes est de proposer et de faire appliquer des mesures de protection .

      Pour que Madagascar puisse s’orienter vers un développement raide et concret, la population jeune  malgache s’implique en offrant une main d’oeuvre à bas prix mais reconnue pour sa forte capacité d’apprentissage et d’assimilation. Les jeunes Malgaches sont aussi avides de se former sur place ou à l’étranger et s’escriment à obtenir  les diplômes pour former la majorité du personnel de cadre des entreprises .

                                               

      Malgré tous les obstacles et difficultés rencontrés, Madagascar continue toujours son avancée  sous son soleil radieux, dans la joie et l’espoir et avec une belle promesse d’accueil chaleureux à ses éventuels visiteurs .

 

      Je remercie Florence de l’envoi de ce témoignage fort intéressant. Tous les crédits photographiques lui sont dus sauf en ce qui concerne les deux derniers dont je suis l’auteur. Je voudrais aussi remercier Esther, une autre amie malgache et qui est aussi enseignante FLE à Madagascar, pour m’avoir offert, parmi sa multitude de cadeaux donnés en gage d’amitié, ce très beau lamba qui décore ma salle à manger et me fait chaque jour penser à elle et à son pays.

    Je voudrais dire aussi que ce billet a été rédigé parce que le lycée Jean Monnet accueille souvent des élèves malgaches qui viennent suivre une formation dans le domaine de la restauration et repartent diplômés.

Tags : , , , , , , , , , ,

Un safari africain

Animaux, Cinéma, Langues, musique, Pays, Pédagogie, Société 8 commentaires

   » Je suis une enseignante autralienne. Je m’appelle Kathie. Mon mari et moi-même avons fait un merveilleux voyage en Afrique. Nous avons commencé notre séjour par Nairobi qui est la capitale du Kenya où nous avons visité un orphelinat d’éléphants et un sanctuaire de girafes avant d’aller dans un centre culturel où il y avait des exemples de types de maisons ou de villages construits dans les multiples variétés de tribus Est -africaines. Nous sommes allés à un spectacle de danse tribales avec musique et acrobaties.

                   

       C’était notre premier jour en Afrique ! Le lendemain, nos 10 jours de safari commencèrent.  La compagnie avec laquelle nous avons voyagé était une organisation canadienne, c’est-à-dire qu’il y avait des participants canadiens. Il y avait aussi un couple des Etats-Unis et une jeune Anglaise. En tout, un groupe très amical, des personnes plus jeunes que nous, mais ça ne nous vexait pas.Nous voulions aussi visiter la Tanzanie

     La vie sauvage était réellement spectaculaire. Je n’aurais jamais cru qu’il était possible de voir tant d’animaux depuis nos véhicules de safari. Il devait y avoir 30 lions ou plus, 100 éléphants et un nombre égal d’hippopotames, une centaine de gazelles de Thomson, millle buffles d’eau et zébres et mille animaux sauvages. Parce que ces animaux sont très volumineux, ils sont très facilement visibles de loin. Et les distances sont vraiment grandes- voir le parc national du Serengeti, la réserve nationale de Masaï Mara, la vallée du Rift, est une expérience que nous n’oublierons jamais. C’est fantastique de regarder l’arrivée d’une grande migration de zébres et toute cette faune !

 

 

 

 

 

   Nous avions un budget voyage. Il y avait peu de commodités dans les habitations et mes vêtements étaient très simples.Cependant, ce voyage fut une expérience unique car nous venions d’Australie et n’avions aucun regret.

     

 

     Après le safari, nous avons passé deux jours dans la région des monts Usambara où nous avons fait une randonnée . C’est un pays très fertile et les gens vivent tous modestement, chaque famille a obtenu un terrain de 5 hectares pendant l’ancien gouvernement socialiste et y fait pousser de quoi nourrir sa famille.

       Ensuite nous avons voyagé jusqu’à l’Archipel de Zanzibar où nous sommes restés 6 jours à explorer à l’aide d’une petite voiture de location. L’archipel est très beau et peu équipé en commerce, bien que différent, j’avais connu cela avant. C’était très peu habité  et il était très souvent difficile de trouver les hôtels qui nous avaient été recommandés. Le sable sur les plages était comme de la poudre de talc. La mer d’un bleu magnifique sur la côte bordait des récifs de corail.

      A travers le Kenya et la Tanzanie  les routes sont de deux types :  ou très bonnes ou épouvantables. Peu de personnes hors des villes ont des voitures et nous avons vu de nombreux villages sans routes accessibles pour nous. Beaucoup d’endroits ne sont accessibles que par des autobus ou des taxis spéciaux. Nous avons trouvé des routes bloquées et la police semblait très malhonnête : les conducteurs étaient obligés de verser de l’argent ou bien ils ne passaient pas.

                                                        

 Le dernier jour nous sommes revenus à Nairobi et nous avons visité l’extraordinaire parc national à la sortie de la ville. J’ai pris d’admirables photos d’autruches et de zébres à Nairobi.

 J’aimerais chaudement vous recommander de visiter le Kenya et la Tanzanie si vous en avez l’occasion. Les paysages et la faune sont magnifiques.  Nous n’avons pas appris  sur les gens et sur leur culture autant que nous aurions voulu mais ceux que nous avons rencontrés étaient très amicaux et faciles à vivre.

             

                      

    Voici mon bref récit de notre safari africain. Je souhaite le proposer à la publication de ce blog mais je laisse à la responsable le soin de traduire mes propos parce que mes possibiltés de pratique de langue française sont très limitées » 

 

             J’ai donc traduit le message envoyé par Kathie et inséré dans son texte les photos qu’elle a envoyées. Je la remercie beaucoup pour sa contribution à l’animation de ce blog dont je sais qu’elle est une des lectrices. J’espère qu’à nous deux nous aurons réussi à vous donner l’envie de visiter l’Afrique, ce merveilleux continent. Pour vous renseigner un peu plus sur les lieux évoqués par Kathie, vous pouvez consulter : http://www.serengeti.org/ , http://fr.wikipedia.org/wiki/Zanzibar_(archipel) , http://fr.wikipedia.org/wiki/Monts_Usambara

 

 

Tags : , , , , , , , , , , , , ,