Saga Africa : ambiance de la brousse

Animations culturelles, Animaux, Cinéma, Collection, Gastronomie, Grands événements au lycée, Langues, Pays, Pédagogie, Personnages, Santé, Société, Sport 3 commentaires

    Eh oui, le titre de ce billet vous fera penser à la chanson de Yannick Noah, cependant je ne vais pas vous parler du Cameroun où est né son père mais de l’Afrique du Sud. Le terme « saga » convient pourtant pleinement car il s’agira bien de vous raconter l’histoire de l’Afrique du Sud à travers le récit qu’en a fait Daleen à nos élèves, le lundi 4 octobre 2010.

Pour faciliter le questionnement des élèves de la Classe Européenne qui étaient les premiers à recevoir Daleen, un décor de circonstance a été mis en place : drapeaux sud-africains et revues en français et en anglais parlant de l’Afrique du Sud. Cette ambiance a transporté chacun de la salle de l’hôtel d’application du lycée Jean Monnet à Bloemfontein d’où venait notre invitée.

Et alors très vite les langues se sont déliées et une conversation, en anglais, s’est engagée.  Tout d’abord il s’agissait de savoir d’où était exactement originaire l’intervenante. Et la réponse a été très poétique puisque Daleen a expliqué que « Bloemfontein » signifiait textuellement « fleur-fontaine ».  Puis les élèves ont voulu connaître le nombre d’habitants qui peuplent l’Afrique Du Sud et quel temps il faisait actuellement là-bas. Leur professeur d’hébergement  guidait pour la prise de notes et bientôt le tableau blanc a été rempli.

 

                                                       

                              

                         

                                                                        

   Les questions des élèves ont d’abord porté sur le sport en Afrique du Sud car chacun avait encore en tête la Coupe du Monde 2010.  Nous disons « football » mais le terme local est « soccer ». Daleen a bien sûr mentionné les « Bafana Bafana » dont le nom signifie textuellement « Garçon, Garçon ».  Ils sont célèbres avec leurs maillots aux dominantes jaunes et vertes. Le second sport national est le rugby. L’équipe se nomme « Les Springboks ». Ce terme veut dire « antilopes ».  Il y a un célèbre stade de rugby à Bloemfontein.

                                                             

                                                             

                                                            

                 Le sport a joué un grand rôle dans la fin de l’apartheid. Cette ségrégation raciale reposait sur la suprématie de l’homme blanc. Les premiers colons sont en effet des Européens et plus particulièrement des Néerlandais. Les influences européennes se notent  encore au niveau de la gastronomie. C’est ainsi que le petit déjeuner sud-africain est en fait un « breakfast » à la manière anglaise, les fromages sont surtout hollandais tels le Gouda et l‘Edam, la bière est très appréciée et rappelle l’Allemagne (la plus bue est la « Castle lager »).

                                                            

                                                            

                                                              
       Mais on note aussi une influence indienne avec de nombreuses sauces à base de curry. Le plat traditionnel est le « sosatie » qui consiste en des brochettes de porc et d’agneau marinées dans un sauce au curry. En raison du climat la cuisson au barbecue (braaivleis) est très utilisée.

           L’influence malaisienne  se note aussi. Le « bobotie »est en fait originaire de Java. Il s’agit d’un mélange de viande hachée, d’oeufs, de lait, de curry, de curcima, oignons, de laurier, d’ail, de chutney de fruits , de jus de citron et de pain de mie.  Le civet de koudou ( sorte d’antilope), le steak d’autruche ou encore le snoek (poisson blanc de taille moyenne que l’on pêche au large du Cap) sont souvent proposés aux menus des restaurants locaux.

                              

                    Les liens avec la France se retrouve aussi au niveau des boissons. En effet beaucoup de huguenots français sont venus s’installer en Afrique du Sud en 1688, fuyant ainsi la religion d’Etat catholique.  A Franschhoek, village d’Afrique du Sud situé à une cinquantantaine de kilomètres de la ville du Cap  et dont le nom, en afrikaans, signifie littéralement « le coin des Français », on trouve le quartier français et certains panneaux gardent la trace de la présence française.

                                                                     

          Les cépages du Cap donnent des vins blancs comme des vins rouges. On trouve donc le Sauvignon, du Riesling et le Merlot. La légende dit même que Napoléon 1er buvait chaque jour une bouteille de Muscat issu, depuis le XVIIIème siècle, du vignoble de Constantia , près du Cap. Il y a même du « vin effervescent » qui est localement appelé « Champagne Cap Classic« . La liqueur la plus célèbre d’Afrique du Sud  est « Amurala » ou « crème de marula« . Elle est obtenue à partir des fruits verts  du marula qui appartient à la famille des anacardiacées au même titre que le manguier ou le pistachier. Mais la boisson la plus populaire est « le thé rouge » que l’on nomme en fait « Rooibos Bush« 

                                                                  

                                                                  

                      On peut noter que les propriétés de ce « Rooibos Bush » sont aussi utilisées en cosmétique avec la fabrication de savon et de crèmes hydratantes et adoucissantes.

                                            

              Cette diversité d’influence explique que l’on compte environ onze langues parlées dans le pays : zoulou, sotho, venda, tswana, xhosa, afrikaans, anglais, etc.  Il faut rappeler que les émeutes de Soweto en 1976 avaient pour origine que l’enseignement ne se faisait qu’en afrikaans dans un pays. C’est surtout avec les classes de 2BH et de  CAP APR et SH que Daleen a rencontrées ce même jour (en plus donc des 1BPF qui ont fait leur propre compte-rendu dans le billet précédent) que l’aspect social de l’Afrique du Sud a été développé.  Avec les 2BH, la conversation s’est prolongée en anglais et en français pour l’autre classe. Eh oui, il faut noter que notre invitée maîtrise bien notre langue.

                                    

                           

                      

                          

                      

        

 

                                                             

                                                            

                 Durant les questionnements, les élèves ont appris que la monnaie d’Afrique du Sud est le « rand » et que les prix-indexés sur le niveau de vie sud-africain-sont généralement inférieurs de 30% à ceux pratiqués en Europe.  Un euro vaut environ 11 rands. Les richesses du sol en or, platine et diamants   ont attiré les convoitises des colonisateurs européens. L’économie sud-africaine se développe et est même la plus puissante du continent africain. Ceci explique le développement assez rapide  de l’infrastructure surtout dans la perspective d’accueillir la Coupe du Monde de Football en 2010. Cependant, malgré la disparition de l’apartheid grâce aux implications de Frederik de Klerk, Nelson Mandela et Desmond Mpilo Tutu  et malgré les années qui passent quelques difficultés persistent dans la mise en place d’une société  égalitaire. Cependant une nation arc-en ciel a succédé à la domination des Blancs et le pays s’est dirigé vers la démocratie. « La discrimination positive » essaie de pallier les abus commis à l’époque de l’apartheid. Ces notions ont fortement intéressé les élèves de CAP APR et SH dont le programme scolaire prévoit la création d’un dossier sur « les inégalités sociales dans le monde et même plus précisément à l’intérieur d’un pays« . En plus un certain nombre d’élèves de ces deux classes sont elles-mêmes originaires d’Afrique et elles ont bien sûr mis très vite ceci en relation avec des propositions actuelles, en France, de rédiger un curriculum vitae quasi anonyme pour éviter un recrutement seulement en fonction de l’apparence ou bien de la consonnance du nom de famille.

                                                                            

                     Pour conclure son intervention, Daleen a fréquenté le restaurant d’intiation du lycée. A sa table étaient conviés, à l’initiative de Madame Vergnaud, notre proviseur, les professeurs impliqués dans ces animations ainsi que Fred, notre nouvel assistant d’anglais, qui vient en fait des Etats-Unis. Le rapprochement avec « l’apartheid » qui a aussi sévi là-bas ainsi que l’élection de Barack Obama, premier président américain métis étant quasi inévitable.

                           

Parmi les petits cadeaux que j’ai reçus de mon amie Daleen, j’aimerais vous montrer, par le biais de quelques photos, deux présents originaux : une petite cuillère de collection dont le blason montre le drapeau sud-africain et une serviette de bains aux motifs africains.

                                                    

     Merci de tout coeur Daleen d’avoir largement participé à ces animations pédagogiques qui ont éveillé l’intérêt  des élèves pour l’Afrique du Sud, pour avoir démontré que l’on peut apprendre sans s’ennuyer et sans ennuyer les autres. A travers les deux billets de ce blog qui sont consacrés à ta venue au lycée Monnet le lundi 4 octobre 2010 nous voudrions te témoigner notre grande reconnaissance.

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Waka Waka (This Time for Africa /Esto es Africa)

Animations culturelles, Gastronomie, Grands événements au lycée, Langues, Pays, Pédagogie, Société, Sport 4 commentaires

                       Qui n’a pas encore en tête l’hymne officiel de la Coupe du Monde de Football de l’été 2010 en Afrique du Sud ? C’est la chanson de la belle Colombienne Shakira.  C’est un « tube » qu’affectionnent particulièrement nos élèves même s’il est attaché à la défaite cuisante « des Bleus » et à toute la polémique au sujet de leur attitude peu respectueuse durant cette manifestation sportive.  Les matches ont été l’occasion d’attirer tous les regards sur ce pays et d’en savoir le plus possible. Aussi, c’est avec un immense plaisir que Daleen Krige, intervenante d’Afrique du Sud dont les fidèles lecteurs de ce blog ont déjà entendu parler depuis très longtemps, a été accueillie dans notre établissement. Elle est allée à la rencontre de plusieurs classes. Florian, un élève de 1ère année Baccalauréat Professionnelle Farine, au nom de tous les élèves de sa section, a souhaité fournir sur cet espace un compte-rendu, en anglais, de toutes les informations qu’il a recueillies au cours des échanges. Je vous livre son texte :

« Daleen’s visit

  On Monday 4th October 2010, we have received a person from South Africa. We have asked her questions. Her name is Daleen. Her ancestors are of Dutch origin. Her ex-husband is of German origin. She was born in Bloemfontein. Eleven languages are spoken in South Africa. She can speak two: Afrikaans and English. It took her eleven hours to go from Johannesburg to Paris by plane. She left Johannesburg at 7 pm and she arrived in Paris at 6 am. It is a tiring  journey. At the moment, it is very hot in South Africa: 31°C. It is spring. There is a six months’ difference between our seasons.

     In the morning, Daleen has an English breakfast with bacon, eggs, tomatoes, sausages, muesli and coffee. South-Africans appreciate Malay cooking with mild spices and pudding for the dessert. They drink a lot of beer even if they produce wine.

    Daleen is a teacher at the university and she teaches communication. In South Africa, there are 50 pupils per class. The summer holidays are in December and January and they last 6 weeks. Daleen has already visited Austria, England, Germany, Italy, Belgium the Netherlands and Denmark. She often comes to Europe to pay a visit to her friend: Mrs Visconti, our librarian.

    Daleen and South-Africans love Nelson Mandela a lot. When he died, there will be several months’ national mourning. He has completely changed the country. Today, Blacks and Whites are equal even if there are more poor blacks. But everybody can now vote. South Africa is a democracy.

Racial segregation no longer exists. The country is developing. There are still a few tribes who coexist with the rest of the population. The football world Cup has brought a lot of money to the country and the stadiums which were built for the football world cup will be used for the rugby tournament and they are already used for different sports and rock concerts. It was an interesting visit.Thank you Daleen.  « 

                                                                                                   

 

                                                              

   Vous n’êtes peut-être pas de brillants anglophones, aussi je vais vous traduire ce texte :

« La visite de Daleen

     Lundi 4 octobre 2010, nous avons reçu une personne d’Afrique du Sud. Nous lui avons posé quelques questions. Elle s’appelle Daleen. Ses ancêtres sont d’origine hollandaise. Son ex-mari était d’origine allemande . Elle est née à Bloemfontein. Onze langues sont parlées en Afrique du Sud. Elle sait en parler deux : l’afrikaans et l’anglais.

        Il lui a fallu onze heures pour venir de Johannesburg à Paris en avion. Elle est partie de Johannesburg à sept heures du soir et elle est arrivée à Paris à six heures du matin. C’est un voyage fatigant. En ce moment, il fait très chaud en Afrique du Sud : 31°c. C’est le printemps. Il y a une différence de six mois entre nos saisons.

      Le matin, Daleen prend un petit-déjeuner anglais avec du bacon, des œufs, des tomates, des saucisses, du muesli et du café. Les Sud-Africains apprécient la cuisine Malay avec des épices douces et du pudding en dessert. Ils boivent beaucoup de bière même s’ils produisent du vin. Daleen est professeur à l’université et enseigne la communication. En Afrique du Sud, il y a 50 élèves par classe. Les grandes vacances sont en décembre et janvier et elles durent 6 semaines. Daleen a déjà visité l’Autriche, l’Angleterre, l’  Allemagne, l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas, le Danemark. Elle vient souvent en Europe rendre visite à son amie : Mme Visconti, notre documentaliste.

      Daleen et les Africains du Sud aiment beaucoup Nelson Mandela. Quand il mourra, il y aura des mois de deuil national. Il a complètement changé le pays. Aujourd’hui, les Noirs et les Blancs sont égaux même s’il y a plus de Noirs pauvres. Mais tout le monde peut maintenant voter. L’Afrique du Sud est une démocratie.

     La ségrégation raciale n’existe plus. Le pays se développe. Il y a encore quelques tribus qui coexistent avec le reste de la population. La Coupe du Monde de football a apporté beaucoup d’argent au pays et les stades qui ont été construits pour la coupe du monde de football vont servir pour le tournoi de rugby, et ils sont déjà réutilisés pour les différents sports et pour des concerts rock. Ce fut une intéressante visite. Merci Daleen ! « 

        

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Noël aux tisons : en Pologne avec Urszula

Animations culturelles, Gastronomie, Grands événements au lycée, Langues, Pays, Pédagogie, Société 7 commentaires

  
 
La fête de Noël en Pologne c’est la fête favorite et la plus attendue de toute l’année.  Les quatre semaines qui précèdent Noël c’est l’avent, la période de préparation. Les enfants reçoivent des calendriers de l’avent. Le 6 décembre qui est la fête de Saint Nicolas, Mikołajki en polonais, très aimée par les enfants on se donne de petits cadeaux.. Ça peut être de tout, par exemples des mascottes, des friandises en chocolats. (Pas de « manelles », ni de pains d’épices

     

 

 

Les ménagères préparent les maisons en lavant les vitres, changeant le voilage, nettoyant les tapis parce que tout doit être propre. Début décembre, les magasins et les rues sont déjà décorés par des lampes en couleurs, guirlandes, Père Noël acrrochés etc. Les gens achètent des cadeaux, choisissent des cartes de Noël. On envoie des cartes aux proches souvent avec « opłatek » – le pain azyme, symbole de l’union, de l’amitié, de la bienveillance et de la conciliation, pour le partager le 24.12.

      Les petits enfants écrivent des lettres au Père Noël appelé en polonais « Święty Mikołaj » (ce qui est une traduction de Saint Nicolas) pour lui dire ce qu’ils voudraient recevoir pour Noël. Dans toutes les villes au marché on vend des décorations de Noël, des jouets, des sapins, naturels ou artificiels, et des carpes souvent vivantes se trouvant dans de petites piscines. Certaines personnes décorent l’arbre de Noël le jour du réveillon, les autres quelques jours avant. L’arbre de Noël  typique est coloré et garni avec des décorations à la mode ou bien faites à la main par les enfants, les mamies. Il faut encore décorer la maison avec du gui portant bonheur.

 

        Il y a la tradition de faire des crèches dans les églises (parfois vivantes, à l’école, dans mon lycée il y en a une chaque année, c’est une sorte de spectacle) et dans beaucoup de familles. A Cracovie mi-décembre, chaque année il existe un concours des plus belles crèches qui sont exceptionnelles parce qu’elles doivent avoir des éléments de l‘architecture cracovienne. Après, elles sont déposées au musée.

 

Cette année, à l’école nous travaillons jusqu’au 19 décembre et nous rentrerons le 5 janvier. D’habitude, nous rentrons déjà le 2 janvier Comme le 2 janvier 2009 c’est vendredi, on a préféré travailler un autre jour avant cette date pour pouvoir ne revenir que le lundi. Les travailleurs ont 2 jours fériés : le 25 et le 26 décembre parce que la fête de Noël en Pologne se compose de 2 jours : le 26.12 c’est la fête de Saint  Etienne. Le 24 la plupart travaillent jusqu’à midi. Les supermarchés sont ouverts jusqu’à 16 h. Beaucoup de personnes prennent congé le 24 et après Noël. 

     Le 24 décembre à minuit beaucoup de personnes vont à la messe où elles prient et chantent des chants de Noël. Le nombre et la diversité des cantiques sont énormes. Evidemment on chante Douce nuit,  Gloria …Après la messe on ne mange plus.Le 25 et le 26 on se repose et on va aussi à l’église qui pendant la fête est pleine. On rend et on reçoit des visites, on passe beaucoup de temps à table. Au menu il y a de differentes viandes : canard, oie, dinde.

    Pourtant le plus important c’est le 24 décembre – la veille de Noël , Wigilia en polonais. Souvent dès le matin, les maîtresses de maisons polonaises préparent des plats traditionnels pour le dîner c’est-àdire le Réveillon (Wieczerza Wigilijna). Le menu c’est surtout le poisson avec la carpe et hareng dans plusieurs plats différents, les champignons, les légumes et les fruits (produits des eaux, des forêts, des champs et des vergers).  Toute la famille participe à la préparation des plats ce qui crée déjà l’ambiance exceptionnelle. Le repas traditionnel du réveillon doit être sans viande car il est question de jeûne et sans alcool.

       Pour respecter la tradition il faut préparer 12 plats différents et goûter à chacun. Le nombre des plats correspond au nombre des apôtres. La table doit être joliment  décorée avec une nappe blanche et comporter autant de couverts que de convives, plus un pour un membre de la famille qui ne peut plus être avec nous ou un visiteur inattendu. Sous la nappe on met un tout petit peu de foin ou de paille. Cela nous rappelle les origines du Jésus, né dans une étable et permet d’avoir une bonne chance toute l’année. Sur la table il est nécessaire de mettre opłatek (le pain azyme). La tradition veut que tous se réunissent autour de la table dès l’apparition de la première étoile dans le ciel. Juste avant, la famille fait une prière. Dans ma famille nous commençons le réveillon après 17 h. Et quelqu’un de la famille lit un fragment de la Bible qui parle de la naissance de Jésus. Avant de se mettre à table on partage le pain azyme qu’on casse en morceaux et qu’on mange en se présentant mutuellement des voeux et en s’embrassant. Les 12 plats varient un peu selon les familles et les régions, mais beaucoup de plats se ressemblent.

 

 

 

 

Cette année, moi et ma famille passons le Réveillon chez ma soeur et les siens. Il y aura aussi nos parents. On partage la préparation des plats. Chacun apportera quelque chose :

Il y aura:

  1. de la soupe aux betteraves rouges (borstch ), « barszczyk czerwony z uszkami »  avec de petits raviolis farcis de la choucroute et de champignons (ces raviolis ont la forme de petites oreilles). Certaines familles préparent de la soupe aux champignons secs.
  2. de la carpe frite, ou de la truite
  3. du poisson  frit avec des légumes  (ce qu’on appelle chez nous « poisson à la grecque »)
  4. de la carpe en gelée
  5. des harengs avec de l’huile, du citron et des oignons
  6. de la choucroute cuite avec des pois blancs cassés
  7. des champignons cuits à l’huile avec de l’oignon
  8. du gruau d’orge cuit à l’eau  (au-dessus on met du beurre fondu)
  9. des pois blans cassés
  10. du pain
  11. de la compote aux fruits secs
  12. de la kutia (mélange de grains de blé, miel, raisins, pavot, noix)

 

Après avoir mangé on attend l’arrivée de Święty Mikołaj – Père Noël avec des cadeaux ou bien là où il n’y a pas de petits enfants on trouve des cadeaux sous le sapin. On chante des cantiques. Chez moi, après on débarasse la table pour y mettre des gâteaux, des oranges des mandarines, des pommes, des chocolats.

Les gâteaux traditionnels de Noël sont:

         gâteau au pavot (makowiec)

         gâteau au fromage blanc (aussi à la viennoise) (sernik)

         pain d’épices (piernik)

         gâteau aux fruits secs, noix, raisins (keks)

 

Les superstitions liées à Noël:

La veille de Noël est une journée unique. Les gens superstitieux croient que tout ce qui arrive ce jour-là peut avoir une influence sur toute l’année à venir. Par exemple, si ce jour-là on demande quelque chose à manger on aura faim pendant toute l’année.

Il ne faut pas emprunter de l’argent ce qui pourrait entraîner la perte des biens.

Tous les travaux à la maison doivent être terminés avant midi, le reste de la journée est passé à préparer des plats et à décorer la maison.

Il ne faut pas s’allonger pendant la journée pour ne pas attirer les maladies.

 La nuit du 24 au 25 est une nuit des miracles: cette nuit les animaux savent parler comme les humains donc il faut leur donner aussi du pain azyme.

Le pavot est le symbole du bonheur.

La pomme – de la beauté et d’une bonne santé.

 

JOYEUX NOËL en polonais se dit WESOŁYCH ŚWIĄT

 

BONNE ANNEE                          SZCZĘŚLIWEGO NOWEGO ROKU

        Merci beaucoup à Urszula pour tous ces détails sur le Noël polonais. Merci beaucoup pour les photos jointes. Je souhaite aux élèves polonais et à leur enseignante un Joyeux Noël. L’année 2009 permettra d’approfondir notre amitié naissante.

Tags : , , , ,