Mettez un peu de piment dans votre vie pour qu’elle soit moins fade !

Animations culturelles, Gastronomie, Grands événements au lycée, Pays, Pédagogie, Société 15 commentaires

              Il y a quelques semaines, dans le cadre des « Itinéraires gourmands » mis en place dans notre lycée, il a été possible de s’initier à la cuisine hongroise. Le récent voyage à Budapest de nos partenaires italiens a remis à l’honneur ce pays . Tout ceci me conduit à rédiger, en partenariat avec Irén Gunyecz, étudiante hongroise à l’université de Limoges mais aussi employée dans notre établissement, un premier billet sur ce sujet en mettant l’accent sur deux spécialités du pays :  un condiment et le vin.

             Même si mes propos seront  surtout d’ordre gastronomique, il me semble important de vous aider à bien situer géographiquement la Hongrie.  Sa superficie est de 93  030 km². Elle a des frontières avec l’Autriche avec laquelle elle a longtemps été rattachée, avec la Serbie, la Croatie, la Slovénie, la Roumanie, l’Ukraine et la Slovaquie. La particularité de la Hongrie est d’être au centre même de l’Europe géographique. Cette spécificité lui confére un rôle très important d’autant que ce pays a rejoint l’Union Européenne depuis le 1er mai 2004.  Ses liens avec la France se sont beaucoup développés sous Napoléon III et personne n’ignore que le père de Nicolas Sarkozy, président de la République Française, est né près de Budapest, la famille Sarkozy s’étant installée en France vers 1948.   Par ailleurs, le passé de la Hongrie la rattache à la Turquie car, au XVIIème siècle, les Turcs occupèrent ce pays. Cela offre une ouverture de ce pays vers l’Asie. Cette diversité de culture influence sa gastronomie.

                                                       

                                                           

  Budapest est la capitale de la Hongrie. Elle est surnommée « La perle du Danube« . Cette ville est inscrite au patrimoine mondial en raison de sa beauté.  Deux grands fleuves traversent le pays, ce sont le Danube et la TiszaLe lac Balaton, en plus de son attrait touristique, est particulièrement poissonneux. C’est de là que vient le sandre qui entre dans la composition d’une des spécialité gastronomiques de Hongrie : le « halászlé » qui est une sorte de bouillabaise hongroise.

                                                      

          En voici donc la recette, mais sachez que sa cuisson se fait traditionnellement dans un grand chaudron que l’on fait chauffer au-dessus d’un feu comme le montre cette vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=M2iaEqBbz8M

                                                     

 

Ingrédients : 500 gr de carpe, 500 gr de brochet et 500 gr de sandre

                     2 gros oignons pelés et coupés en rondelles

                      1 grande tomate

                      1 pomme de terre de taille moyenne

                     1 cuillère à soupe de paprika en poudre

                    1 paprika vert

                     du poivre

Réalisation : Nettoyer les poissons, les laver et les couper en morceaux d’une épaisseur de 3 cm environ. Disposez les différentes sortes de poissons dans une grande casserole . Mettre de l’huile dans une poele et y faire revenir les oignons puis ajouter les légumes. Ajouter le paprika en poudre et le poivre. Faire cuire très lentement. Ajouter  cette préparation par-dessus les poissons qui sont dans la grande casserole, secouer de temps en temps mais ne  remuer pas car les morceaux de poissons tomberaient en miettes. Servir le  » halászlé » avec du pain blanc.

   Dans cette recette figure le paprika car la cuisine hongroise est impensable sans lui. Il faut savoir que le mot désigne aussi bien le légume (cousin du poivron) que l’épice. Il y a le « paprika cerise » qui est petit, rond, rouge et piquant.

                                                          

  Le « paprika vert » est doux et de forme allongée et parfois il est en fait de couleur jaune très pâle plutôt que vert.

                                                     

Le « bácskai paprika » appelé aussi « paprika TV » a la même forme allongée mais il est vert très clair et peu piquant.

                                          

Le « paprika tomate » est rond,  assez grand, rouge et doux

                                      

   « Piros arany signifie textuellement « de l’or rouge ». Il s’agit d’une crème de paprika, elle est vendue en tube et faite à partir de poivrons hongrois cueillis en pleine maturité, mixés et salés.

                                             

  Pour fabriquer du paprika, les fruits rouges secs sont lavés et séchés au four puis moulus. Les deux grands centres de production de paprika sont Kakocsa et Szeged.  La poudre de paprika en sacs est une spécialité hongroise et sur les tables des restaurants, comme dans chaque foyer, on trouve un saupoudreur rempli de paprika à côté de la salière et de la poivrière.

                                          

                                       

 

 Le paprika a d’abord été utilisé par les paysans qui n’avaient pas les moyens d’acheter du poivre trop coûteux mais cette épice a ensuite conquis toutes les couches sociales hongroises à tel point qu’il en est resté  une sorte de proverbe, « Si on a du sel et du paprika, on a tout »

     Si le lac Balaton est connu pour ses poissons, il est aussi réputé pour son vin. Le vin du massif montagneux de Somló est réputé et il plaisait beaucoup aux Hasbourg. Vous pouvez lire tout un article sur le vignoble de cette région à http://www.jfb.hu/node/179

                                                                     

        Malgré tout le vin le plus apprécié est le Tokaji Aszú qui vient du Nord-Est de la Hongrie, dans la région de Tokaj

                                                                       

 Grâce à ces sites, http://www.vinsdegarde.com/Vins-Hongrie-Tokay.php , http://www.sommelier-vins.com/article-923633.html et http://www.chateauloisel.com/degustation/tokaji.htm vous en saurez beaucoup sur les vins hongrois. Cependant il faut vous parler du Szekszárdi  qui est un vin rosé demi-sec et qui provient du sud de la Hongrie, du Egri Bikavér qui murit au pied des montagnes Bükk.

                                                                                              

                                                                                             

                                                                      

     Les vins mousseux comme le Hungarian Extra Dry ou le Törley sont de très bonne qualité et leurs renoms dépassent la Hongrie. 

                                                                    

 

L’ Unicum est un apéritif très amer fait à base de racines. L’eau-de vie Barack Palinka est faite à partir d’abricots de Kecskemet, ville au centre de la Hongrie.

                                                                                                           

                                                                            

                                                                         

  En attendant d’autres articles sur la Hongrie, visitez http://www.hongrieforum.com/viewtopic.php?t=3890 pour avoir d’autres recettes.

  Je remercie Irén pour son aide précieuse dans la rédaction de cet article.

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Balade gourmande en Grèce avec Antigone

Gastronomie, Pays, Pédagogie, Société 14 commentaires

       Antigone,  jeune Grecque étudiante en sociologie à l’université de Mitylène, prépare le B2 qui lui permetta d’avoir une attestation de maîtrise du français. Son professeur de français langue étrangère, Madame Agnès Matrahji, a souhaité qu’elle s’exprime sur ce blog scolaire

    Antigone voudrait vous entraîner dans une autre dimension, celle de la cuisine grecque, celle du pays de l’huile d’olive et des fromages  dont on connaît surtout la « feta » . Ce fromage est fait du lait de brebis ou de chèvre, il est blanc, friable, salé et assez gras.

Mais il existe aussi l’anthotiro dit aussi « fleur du fromage » qui est fabriqué à partir de lait de vache. Il est assez mou et on a l’habitude de s’en servir pour farcir de petites tomates ou des morceaux de poivrons crus pour l’apéritif.

                                                          

Le kefalotiri est un fromage dur, salé et qui ressemble un peu au parmesan sauf qu’il a une saveur plus douce. Quand il est râpé, il accompagne les plats de pâtes comme dans le célèbre pastitsio

                                                       

                                                     

 Le graviera est souvent râpé. IL sert à faire gratiner les plats

                                                     

Le manouri est un fromage de lait de vache. Il est blanc et un peu salé.

                                                   

   Le mizithra est un fromage blanc et doux, fait de lait de brebis.

                                                 

     Le kasseri est fait de lait de brebis et a une saveur crèmeuse.

                                                      

Le metzovone est un mélange de lait de brebis et de vache. Ce fromage est fumé et une spécialité d’Epire. Il est servi les jours de fête parce qu’il est cher.

                                                  

   Depuis la plus haute antiquité, la Grèce a été renommée pour sa cuisine méditerranéenne et ses produits sains. Les Grecs, peuples sédentarisés à l’aube de l’Histoire, dans un pays à la fois maritime et montagneux, ont su créer une gastronomie subtile à base de légumes, de poissons et d’huile d’olive. Le repas grec est constitué d’une succession de plats dont voici quelques exemples :

 Le « souvlaki » est une brochette de viande de porc grillée au feu de bois avec des légumes et une sauce appelée  « tzatziki » faite d’un mélange de yaourt, d’ail et de concombres.

      C’est en Grèce qu’est né le « koriatiki« , cette salade à base de tomates, de concombres, de poivrons verts, d’olives, de feta et d’huile d’olive.

                                                                  

          Il y a aussi un plat qui existe depuis l’Antiquité : la « fassoulada« . Il est constitué de haricots, de sauce à la  tomate et de carottes.

                                                                  

      Les keftedes sont des boulettes de viande arrosées de citron. C’est délicieux avec du riz ou des légumes Voyez plutôt la recette : http://www.marmiton.org/recettes/recette.cfm?num_recette=14392

                                                               

 La soupe de lentilles est réputée. On l’appelle « fakes« . Vous trouverez quelques recettes à cette adresse : http://www.amb-grece.fr/grece/legumes.htm

  Tous ces plats se dégustent avec de l’ouzo qui est une boisson à base d’alcool de raisin distillé avec de l’anis.   Mais il y a aussi le retsina.

                                                                

                                                                         

   Mille autres plats sont possibles mais n’hésitez pas à aller dans une « zacharoplasteio » qui est une sorte de pâtisserie. Vous pourrez y déguster des « loukoumadès » (sorte de beignets) ainsi que des « galaktoboureko » dont vous pourrez avoir la recette à http://www.belgourmet.be/fr/recettes_grecques/galaktoboureko.php . Il y a aussi les « kadaïfis » ou les « pasteli » (voir, pour  plus de  renseignements http://www.greekcuisine.com/redesign/Greek_Cooking/More_Resources/pasteli.htm )

                                                                           ^

                                                                             

                                                                            

    Merci à Antigone pour m’avoir donné les renseignements de base pour rédiger cet article. Nous vous souhaitons « bon appêtit » car la chaleur quasi estivale de ce mois de mai, en France, invite à découvrir la cuisine hellénique.

Tags : , , , , , , , , , , , ,

A la découverte de la culture japonaise

Grands événements au lycée, Littérature, Pays, Personnages 25 commentaires

     Limoges est jumelé à Seito au Japon. Notre lycée vient de débuter une correspondance, dans le cadre d’un blog scolaire animé par des élèves de CAP et leur professeur de français, avec une Japonaise habitant Tokyo. Nous le savions déjà, mais notre nouvelle amie Mariko nous a parlé du grand succès remporté dans son pays par les mangas. Au niveau du CDI, ces bandes dessinées nipponnes sont très empruntées. La bibliothèque francophone multimédia de Limoges organisera le lundi 21 avril une journée d’étude sur le manga

   Sans doute était-ce une aberration, mais je n’en avais encore jamais lu une en entier! La lecture n’est pas si aisée que cela pour un Français. On s’imagine à tort que le dessin va aider à la compréhension. Or, il faut savoir que le manga est numéroté « à l’envers » par rapport à nos normes. Ce qui serait pour nous la première page est, dans un manga, la dernière page. De même, à l’intérieur de chaque page, la lecture de chaque vignette se fait de droite à gauche en haut, puis à nouveau de droite à gauche un peu plus bas et ainsi de suite. Cela demande une certaine gymnastique de l’esprit! Il n’est pas non plus rare qu’il y ait, dans une bulle, une transcription phonétique de mots japonais avec, heureusement, la traduction française pour accompagner.

    Au-delà de la lecture, il y a le dessin. Le style est « spécial » puisque les personnages ressemblent plus à des caricatures qu’à des reproductions fidèles : yeux bien trop grands, tête occupant trop de place par rapport aux proportions du tronc et des membres, expressions de sentiments trop exagérées. Oui, c’est du dessin, mais cela fait aussi penser aux masques du théâtre japonais (kabuki, bunraku, nô ou kyôgen suivant le genre).

    De nombreux mangas sont sans couleur : un simple croquis au crayon noir dans une vignette blanche. Cette sobriété surprend et peut aussi représenter une certaine difficulté de lecture pour un Français, nos planches de bandes dessinées regorgant de bleu, de rouge, de jaune, etc.

    Je me suis imposée ces différences sortes de  » contraintes » (car, pour moi, lire « à l’envers » et suivre les aventures de personnages « caricaturés » en représentent!) et je viens de terminer Le pays des cerisiers de Fumiyo Kouno. L’action se passe, dans un premier temps, en 1955 c’est-à-dire dix ans après le largage de la bombe atomique sur le Japon, puis, dans un second temps, en 2004. Le lecteur suit l’évolution de la famille Hirano/Ishikawa dans son interrogation sur le pourquoi du choix d’une bombe pour anéantir quelques irréductibles, pourquoi tant d’innocents sacrifiés dans l’instant mais aussi dans le futur avec les conséquences de « cet éclair incandescent qui a fendu le ciel », etc. En résumé, à partir de 98 pages de simples dessins en noir et blanc,  une réflexion sur la guerre et ses désastres est proposée aux lecteurs et, finalement, les arguments sont plus incisifs que ceux qui auraient été donnés dans un texte.

        Avez-vous déjà lu des mangas ? Pourquoi ? Connaissez-vous celle dont je viens de parler ?

Tags : , , , , , , , , , , , , , ,

Allez-y, vous ne serez pas déçus !

Animations culturelles Aucun commentaire

  Vous aimez chanter et vous aimez aussi lire : rendez-vous à Randan (Puy de Dôme) les 5 et 6 avril  pour assister au sixième salon du livre et de la chanson. Pour plus de renseignements, reportez-vous à http://www.lachansondeslivres.fr/

   Vous appréciez le vin et vous aimez lire : rendez-vous à Angers et à Saumur les 12  et 13 avril pour la treizième édition des Journées Nationales du livre et du vin sur le thème « l’ivresse pacificatrice ». Il y aura des dédicaces, des dégustations, des cafés littéraires, etc. Pour en savoir plus : http://www.livreetvin.com/

Tags : , ,

Buvons un coup pour fêter la naissance de ce blog !

humeur 2 commentaires

           Le lycée Jean Monnet initie les élèves à l’oenologie. Pour rester dans l’ambiance, parce que c’est le début de mes vacances et parce que je suis contente de démarrer ce nouveau blog, je vous invite tous à « une tournée ».  Nous garderons l’étiquette de nos bouteilles et deviendrons des oenographiles.

          A ce titre, je profite de cet article pour vous signaler  que vous trouverez le calendrier de réunions de l’Association Nationale d’Oenographilie à      http://assoano.phpnet.org/calendrier/index.php?annee=2008   . Pour en savoir encore plus sur l’art de décoller les étiquettes, lisez aussi http://www.vignobletiquette.com/collec/collect.htm

      Allez, à votre santé ! Utilisez un alcootest avant de prendre le volant !

Tags :