Avis de lectrice

15 04 2014

Mauvaise connexion de Jo Witek

81936436_o

 

Mauvaise connexion est un roman de Jo Witek, parut en septembre 2012, collection EGO et des éditions Talents Hauts.Ces éditions lancent, en quelques sortes, un «  catalogue »d’auteurs et d’ouvrages ayant pour thème l’égalité des sexes, l’amour, la violence, la discrimination, la liberté… On y distingue deux œuvres :

Touche pas à ma mère, Hervé Mestron

Mauvaise connexion, JO Witek

Dans « Mauvaise connexion », JO Witek raconte l’histoire d’une adolescente de 14 ans, Julie. Elle et ses amies sont passionnées de mode, se photographient, s’imaginent être des mannequins. Une vie basique et simple, jusqu’au jour où elle s’inscrit sur un site de tchat. Elle devient alors Marilou, 16 ans, qui n’a « pas froid aux yeux ». Elle est immédiatement repérée par un jeune homme soit-disant photographe de mode. Par des compliments et une fausse histoire d’amour, il l’a convainc peu à peu de se livre, d’acheter une webcam et de posée dénudée puis complètement nue. Ça devient alors un cercle vicieux et malgré l’envie d’arrêter, le sentiment de viol, d’être salie, Julie est prise au piège, se coupe de ses amies, de sa famille, du monde extérieur.

Ce livre met en garde les jeunes contre les dangers d’internet. Il est touchant et bouleversant et permet d’éviter ce genre de pièges. Nous l’avons trouvé très intéressant et plutôt réaliste. Il convient aux personnes de 13 ans et plus, il est simple à la lecture et a la compréhension

Alice BELLARD – Claire DUTRIEUX 2.2

Ce livre est disponible au CDI dans le rayon 3ème-lycée cote: WIT m




Avis de lectrice

25 03 2014

 

SONY DSCFreak City, Kathrin Schroke 

 

Pendant les vacances, j’ai lu un livre de Kathrin Schrocke qui s’intitule «FreakCity». C’est l’histoire d’un adolescent, Mika, qui rencontre une fille sourde, Léa, et qui par la suite se rend compte qu’il est amoureux d’elle. Pour pouvoir communiquer avec elle, il décide d’apprendre la langue des signes.

J’ai adoré ce livre car il est très réaliste et surtout émouvant. Même si au premier abord il paraît être un gros livre, il se lit très vite et on s’attache réellement aux personnages exceptionnels et à la merveilleuse histoire.

Un passage du livre pour vous donner envie de le lire.

 « Elle n’est pas sourde-muette, elle est sourde, traduisit Tommek. Elle peut aussi lire sur les lèvres, comme tu vois. De toute façon les sourds ne sont pratiquement jamais muets, ils n’ont simplement pas envie de parler. »

Je voulais aussi dire que ce livre nous apprend beaucoup de choses intéressantes sur un autre univers, celui des sourds et que cela donne vraiment envie de s’ouvrir à eux et d’apprendre leur langue.

Anissa Bouzad 2nde2

Ce livre est disponible au CDI. cote: R SCH f

 

 




Avis de lectrice

18 03 2014

vtRGoL-tDHKXhIax4ICFxeudvBI

 

« Où on va papa ?

De Jean-Louis Fournier« 

C’est  une autobiographie,  l’histoire d’un père ayant trois enfants dont deux handicapés. 
Tout le long du livre l’auteur écrit une lettre à ses deux enfants handicapés mentaux.
C’est un roman très touchant et dur dans la manière où il aborde la manière de vivre avec l’handicap de ses enfants et de surmonter la mort de son fils aîné décédé à 15 ans après une opération. 
Dans ce livre nous verrons les peines de l’auteur, ses remords mais aussi ses joies. 
« Rire pour ne pas pleurer ». 
Caroline Le Billan

Ce livre est disponible au CDI. Cote:  FOU o

 




Avis de lectrice

18 03 2014

Les élèves du groupe de littérature et société présentent leurs avis sur des lectures du CDI:

 

images[5]

Titre : Douée pour le silence. Auteur : Sarah Cohen-Scali,

Edition : De La Martinière, 2004


         Confessions talentueuses de Sarah…

Il s’agit d’une autobiographie où l’auteur parle essentiellement de son enfance et de son adolescence « silencieuse ».  L’histoire se déroule dans les années 1960-1970 à Paris. Cette enfant, puis adolescente, timide mais douée à l’école, vit entourée de femme : école pour filles, trois sœurs et un père absent, mais c’est une famille unie et aimante.                    Sarah est affreusement complexée par son corps, en particulier par son visage « Elle est moche mais elle est brillante », « Dommage, renchérit le grand oncle, que la troisième est un visage aussi ingrat !». Elle n’a de reconnaissance que par  ses capacités scolaires, contrairement à sa sœur plus âgée, Sylvia ; ce qui l’oblige à continuer les études. De plus,  la peur de décevoir ses parents pour qui elle est une grande fierté, l’a conduit à se taire et à s’engager dans les études de vétérinaire qui ne lui inspirent aucun intérêt.


Néanmoins, elle parvient à profiter de son temps libre pour apprendre le métier de comédienne et l’art du théâtre grâce à des « éléments masculins » qu’elle apprécie beaucoup tel que son professeur de maths passionné de littérature ou que le comédien Gérard Savoisin qui lui apprend les bases du métier de comédien. Au file du temps, Sarah grandit et s’affirme de plus en plus, viennent les premières histoires d’amour, les premières grandes déceptions, les regrets…


Ce livre est très intéressant, du point de vue d’une enfant qui ne s’impose pas et celui d’une adolescente qui vie des moments difficiles mais qui ne parvient toujours pas à donner son avis et à s’affirmer. On découvre qu’elle  est quelque peu jalouse de ses camarades qui ont des difficultés à l’école et à qui la porte du théâtre s’ouvre.  Elle subit et s’enferme malgré une véritable passion pour le théâtre, les professeurs montrent un certain mépris à l’encontre de celui-ci pour une jeune fille ayant des capacités. Alors  que Sarah pose une question à propos du théâtre, sa professeure lui répond :


« Magnifique dans les textes, mais dans la vie, vous savez… » Ou de façon plus violente : « Ah ! Non ! Non ! … Pas vous ! »


Plongés dans cette histoire bouleversante, on aimerait pouvoir l’aider, la secouer pour qu’elle parle, pour qu’elle hurle sa passion pour le théâtre et qu’elle n’a pas envie de faires ses fichues études de vétérinaires. « Dire est toujours une douleur. »  Pense-t-elle alors que ses parents sont contre une relation entre elle et Bachir, son petit-ami noir. Elle ne se révolte pas, ne parle pas mais on aimerait tellement l’aider à s’exprimer.                                                                         

  C’est un récit vibrant de sincérité, on imagine très bien l’auteur dans ses moments difficiles comme dans ses joies.


Cette autobiographie est très facile, et très rapide à lire et à comprendre. L’humour de l’auteur, les nombreux rebondissements et le vocabulaire adapté aux jeunes permettent à la lecture de ne pas devenir lassante.   Le livre est donc adapté à tous ceux qui cherchent un livre agréable et divertissant, mais je le recommande d’avantage aux élèves de 3ème  et de 4ème.

 

Deroubaix, Léa 2nde1




Le coup de coeur de la doc

14 03 2014

Scripto_Decision.inddLa décision, Isabelle Pandazopoulos

Un matin, Louise, excellente élève de terminale S, a un malaise en plein cours de maths. Quelques instants plus tard, elle accouche seule d’un enfant dont elle ne savait rien, qu’elle n’a pas attendu, encore moins désiré.
A partir de ce jour commence pour Louise un cheminement difficile, jalonné de questions. Comment ce petit garçon de 3,3 kg peut-il être son fils ? Elle n’a pourtant jamais eu de relation sexuelle avec personne… Qui peut être le père ? Que s’est-il passé ? Quelle place faire à cet enfant ? Professionnels, famille, amis, tous vont aider Louise à passer de l’état de choc où elle se trouve plongée au retour à la vie.

Avec infiniment de délicatesse, Isabelle Pandazopoulos ose aborder un sujet dérangeant et mal connu.

Ce roman est disponible au CDI dans le rayon 3è- lycée. cote: PAN d