Les D’Autrepart sauvés des eaux

Edgar, sacré lascar - Edgar, sacré lascar, T1A dire vrai, le titre est bien trouvé, tant Edgar, corbeau tricentenaire de son état, est un sacré lascar. Dans le château d’Autrepart, dans lequel il vit depuis… belle lurette avec lord Valvigne, lady Menthalo, Hellobore, Pote et la douce et ténébreuse Solstice, il surveille, observe, provoque et s’inquiète aussi !
C’est une belle tribu d’hurluberlus, les D’Autrepart, lady Menthalo est obsédée par sa collection de… moules à gâteaux, lord Valvigne s’enferme dans sa tour-laboratoire avec le majordome pour faire de bien étranges expériences, au grand dam des crapauds et des grenouilles de toute la contrée. Mais pire encore, Edgar qui, officiellement, est enfermé dans une cage pourrie mais n’y trône quasiment jamais, fait de terribles découvertes : tout d’abord, l’eau monte sans discontinuer dans les sous-terrains du château (château qui semble, d’ailleurs, avoir une âme et le pouvoir de retenir l’eau et bloquer les issues), ensuite dans le petit personnel au service de la famille, des servantes disparaissent les unes après les autres, laissant juste derrière elles leur paire de chaussures. Alors, voilà, Edgar, le narrateur de cette aventure essaie de nous montrer comment il a fait pour tenter de sauver tout ce monde en ébullition.
Il s’agit là d’un roman jeunesse drôle, simple et rapide à lire qui prend des airs de Famille Adams en plus désopilant ou plus tragique parfois. On y passe en effet de l’un à l’autre comme dans des fondus enchaînés au cinéma.
En résumé, voici de quoi faire passer un bon moment en lecture aux enfants et adolescents en quête de folie, d’étrange, de rocambolesque et d’imaginaire.

Références :

Titre : Edgar, sacré lascar : Disputes et disparitions (tome 1 des aventures d’Edgar)

Auteur : Marcus SEDGWICK

A propos de La Famille Adams, voici la bande-annonce (en anglais) du film :

Enregistrer

11 ans, sixième 11 à 11 h 11

Enzo a 11 ans, vient d’entrer en 6ème 11 et développe toute une théorie concernant les événements de sa vie passée et future et leurs liens plus ou moins directs avec le nombre onze. Il faut dire qu’ils traversent des moments difficiles : sa grand-mère vient de mourir, ses parents de disputent souvent et son père peine à retrouver du travail.

Alors, son armada de 11 est une sorte d’argument protection qui l’aide à aborder le collège, sa nouvelle classe et tous les événements nouveaux qui se présentent à lui. Au collège, son bonheur, il le trouve en cours de SVT, justement parce qu’il est assis à côté d’Eva, une fille qui plaît à tous mais qu’il ne saurait aborder autrement qu’en classe. En fait, c’est simple pour nous lecteur, il en est très amoureux mais Owen, un élève, qu’il a détesté dès son arrivée semble plaire à Eva. Que faire ? Comment agir ? Enzo a-t-il bien tout compris des intentions de ses camarades ?

Voici un petit roman simple à lire et riche en émotions qui plaira aux jeunes lecteurs friand de sentiments.

L’histoire n’est selon moi pas forcément très originale mais elle a le mérite de montrer aux jeunes lecteurs que nos propres peurs et nos obsessions peuvent nous exclure avant même que d’autres n’y pense.

Références :

Titre : Enzo, 11 ans, sixième 11 

Auteure : Joëlle ECORMIER

Enregistrer

Quand les animaux s’aiment…

Chacun sait sûrement que les escargots pour se reproduire ont besoin comme les humains d’être deux mais qu’en fait c’est tout de même différent, puisqu’ils hermaphrodites. Mais saviez-vous que certains poissons changent de sexe tout naturellement au cour de leur vie ? Que le colibri d’Elliot mâle soigne son look de dragueur en affichant une longue barbe rose fuschia ? Que certaines femelles de certaines espèces préfèrent soit le mâle le plus fort, soit le mâle le plus sympa ? Non ? alors ruez-vous sur cet album édité chez ACTES SUD Junior, il ne vous laissera pas indifférent. Il faut dire qu’il y en a pour les petits comme pour les grands. Vous y découvrirez, par ailleurs, que la vie amoureuse des animaux, contre toute attente, est d’une richesse infinie et surtout que les humains n’ont ni l’apanage de la possessivité, de la jalousie et encore moins de la drague et de la séduction. Tout un programme !

Références :

Titre : La vie amoureuse des animaux

Auteures : Fleur DAUGEY, Nathalie DESFORGES

Résultat de recherche d'images pour "la vie amoureuse des animaux actes sud"

la vie amoureuse des animaux_BONOBO by nathalie desforges

Enregistrer

Gare aux gaffes !

Est-il bien utile de vous parler du gaffomane le plus connu de France ? En fait, je pense que Gaston Lagaffe jouit d’une renommée bien plus grande que celle de son créateur, Franquin. Même ce dernier ne manque pas d’aficionados comme moi, qu’il s’agisse d’Idées noires,de Marsupilami et de l’inénarrable Gaston.

Quand j’ai ouvert cet opus, dont je ne savais plus s’il était déjà passé entre mes mains -si ce n’était lui, c’était donc ses nombreux frères- je me suis demandé si une fois de plus je serais conquise, surprise, amusée par ladite bande dessinée.

Et le verdict est tombé. Ca maaaaaaaarche ! Toujours et encore !

Il faut dire que tout y concourt : les lubies et inventions improbables de notre « super » héros génial qui émergent tant de son imagination ultra fertile que de son goût prononcé pour la sieste, l’abnégation, la résignation voire la complicité toutes mêlées de ses collègues qui se retrouvent aux prises tantôt avec le gigantesque cactus de Tante Hortense, tantôt avec les imprévisibles humeurs du chat et de la mouette, tantôt avec les sombres éternuements de la tacomobile de Gaston. Et je ne m’attarde pas sur tous les dommages plus ou moins collatéraux que le bedonnant et sévère Demaesmaker, en quête quasi sacrée de la signature d’un hypothétique contrat et le rigide et obstiné Longtarin, fidèle aux règles dictées par la maréchaussée, subissent à longueur de cases.

M’enfin et rogntudjuu, on n’a rien fait de tel dans l’univers de la bande dessinée depuis, et c’est parfait ainsi.

Références :

Titre : Le cas Lagaffe

Auteur : Franquin

Les petits plus en images et sans commentaire :

Enregistrer

Sind sie verrückt diese Deutschen ?

Voici quelques vidéos mêlant humour et culture et tout cela pour comprendre un peu mieux l’Allemagne, les Allemands, leur histoire, leurs coutumes et les realtions franco-allemandes. Viel Spass !

 

 

Un court métrage surprenant à ne pas rater !

Avis à ceux qui connaissent l’univers du réalisateur Jean-Pierre Jeunet et évidemment (et surtout !) avis à tous les autres. Le court métrage qui suit est, selon moi, une vraie pépite.

Vous êtes vous déjà demandé quelles petites choses anodines et quotidiennes vous aimez et lesquelles vous exécrez, consciemment ou pas  ? Dans le film suivant, Jean-Pierre Jeunet, le réalisateur du Fabuleux destin d’Amélie Poulain et d’Un long dimanche de fiançailles, entre autres,  répond à sa manière à la question.

Et si vous aussi vous vous y mettiez ? Qu’est-ce qui vous plaît en secret, qu’est-ce qui vous rassure ou bien qu’est-ce qui vous agace ? A vos commentaires !

Marie, la mal- aimée

invisible« Invisible » est une bande dessinée petit format éditée chez Gulf Stream ; elle traite de difficultés vécues par Marie, une adolescente, qui semble ne pas savoir exister aux yeux des autres. On la voit évoluer chez elle, en famille, dans sa chambre, en classe, dans la cours du collège et au aussi en tant que costumière d’un club théâtre. Le lecteur ne peut être que touché par le grand mal-être de cette jeune fille qui ne s’aime pas et à laquelle peu savent exprimer leur intérêt. Je n’en dis pas plus, car raconter l’intrigue équivaut ici à trop en dire. La fin est très  émouvante ; attention aux âmes sensibles.

Ceux qui d’aventure ont déjà lu « Mots cutters » et « Rouge Tagada » ne seront pas  surpris  par l’univers dépeint et les émotions qui en émanent. Une bande dessinée au sujet douloureux mais qui doit permettre d’ouvrir le dialogue avec des jeunes.

Titre : Invisible

Auteure : Charlotte BOUSQUET

Dessinatrice : Stéphanie RUBIN

Résultat d’images pour invisible charlotte bousquet

Chez le même éditeur et dans la même collection, Charlotte Bousquet a aussi écrit :

Résultat d’images pour invisible charlotte bousquetRésultat d’images pour invisible charlotte bousquetRésultat d’images pour invisible charlotte bousquet

Aventures et vagabondages en mer

819f934f51a32ef7239d7de5ce932babA 10 ans, Oliver n’a jamais le temps de s’ennuyer. Il faut dire que son père et sa mère ne vivent pas comme tout le monde. Ils sont explorateurs et ils ont vécu toutes sortes d’aventures ; ils ont déjà parcouru la planète de long en large. D’expédition en expédition, le jeune Oliver a appris beaucoup mais il s’est aussi lassé ; il rêve de pouvoir mener une vie calme et simple, comme celle des autres enfants. Ce moment tant espéré arrive et déjà Oliver se réjouit de pouvoir enfin aménager une vraie chambre bien à lui, dans la maison que ses parents ont choisi en bord de mer tout près d’îles plutôt mystérieuses.
Pourtant, à peine sont- ils arrivés que ses parents disparaissent, étant partis explorer les alentours en mer. Oliver part donc à leur recherche et n’est alors qu’au début de ses surprises car de découvertes en aventures, de péripéties en rencontres, il doit chercher ses parents, flanqué d’une sirène myope, d’une île toute aussi vagabonde que timide et d’un albatros grincheux.
Ce roman, très abordable pour des jeunes lecteurs pas forcément aguerris, est vraiment plaisant et dépaysant ; il mêle aventure (ça vous l’aurez compris !), sentiments, action, imaginaire et humour. Oui, rien que cela ! De quoi passer un bon moment à vagabonder en rêve et en lecture. 

Références :

Titre : Oliver et les îles vagabondes

Auteurs : Philip REEVE et Sarah Mc INTYRE

Enregistrer

Menace au pays de Brindille

Afficher l'image d'origineLorsqu’au dernier Salon des Imaginales d’Epinal (26 mai 2016), mes yeux se sont posés sur les ouvrages d’Olivier ROMAC, auteur-illustrateur souriant et discret, à l’univers si enchanteur, j’ai été tout bonnement ensorcelée par la légèreté féérique de ses dessins, surtout par la finesse de son trait et par ses tonalités douces et pastel. Le tout restant très expressif. Ses fées et dragons ne sont pas – je le conviens- des personnages très nouveaux ni éminemment originaux et l’intrigue de « Brindille », bande dessinée au petit format (destinée surtout aux plus jeunes), n’est pas une des plus recherchées, mais j’aime son univers, ses paysages ; j’aime la manière , qu’a l’auteur, tantôt de jouer uniquement avec des contours et des à-plats, tantôt de travailler les contrastes, les ombres ténébreuses presque à l’infini et le noir et blanc, et aussi de montrer tout en voilant, donc de sublimer la transparence.
J’aime – je le répète- la légèreté ambiante qui pourtant relate l’arrivée d’une menace au pays des fées et, donc, dans le quotidien joyeux de la petite « Brindille ». Il y a, il est vrai, une certaine utopie dans le dénouement de l’histoire et il y a aussi de l’humour, par petites touches.
Allez ! Soyez curieux ! Franchissez vite l’orée de la forêt enchantée de « Brindille », non seulement, vous ferez sa connaissance et vous découvrirez son quotidien avec sa mère et ses amis, mais en plus vous saurez quelle méthode elle utilise pour lutter contre les dragons, les vrais ! Cela peut toujours servir !
Ah, j’oubliais ! Juste une petite astuce, un conseil entre nous : là, où se trouve le plus gros chêne de votre forêt préférée vit « Brindille ».  Avant de partir en balade, prenez vos yeux et votre coeur d’enfant, sinon vous n’y entendrez rien !

Références :

Titre : Brindille

Scénariste et dessinateur : Olivier ROMAC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les petits plus :

–> La vidéo qui suit donne la parole à Olivier Romac. Visionnez-là ainsi vous saurez tout ou presque sur son parcours artistique et sur la conception de « Brindille »


Olivier Romac : voyage au pays imaginaire par MyLorraine

–> L’auteur évoque dans la vidéo qui précède l’Art nouveau et l’Ecole de Nancy, en voici un aperçu.

Enregistrer

Enregistrer

A écouter : à propos de héros

Le site de Shortédition publie toutes sortes de textes, dessins, bandes dessinées courtes. Je vous conseille de vous rendre dans la partie « jeunesse » du site, vous y découvrirez des pépites. Comme l’histoire courte à écouter ci-dessous.

Sagace idiotie ou idiote sagacité !

Voici un roman jeunesse très facile à lire dont les chapitres constituent des anecdotes humoristiques ou de véritables histoires drôles, qui d’ailleurs peuvent se lire séparément même si leur agencement, leur succession ont leur très grande cohérence. Les jeunes lecteurs (et les moins jeunes d’ailleurs !) sauront apprécier -du moins, je l’espère- le côté loufdingue des aventures des habitants de Schilda. Ce roman-jeunesse, écrit par le « père » de Emile et les détectives » et de « Le 35 mai » est tout bonnement la chronique de leurs déboires et de leurs inventions toutes plus surprenantes les unes que les autres. Il date des années 70 ; il pourrait certes prendre des airs un peu vieillots (comme sa couverture, peut-être) mais en fait les récits mis en scène dans ces pages, bien que situés dans l’empire germanique en plein moyen-âge, ont quelque chose d’intemporel.
Il faut dire que les Schildois sont un mélange de Schaddocks, de Nasreddin Hodja, de Belges – ceux de la tradition des fameuses blagues s’entend – de Rantanplan, de Averell Dalton et de bien d’autres héros dont on ne sait jamais au final si leur folie frise la sagesse ou si leur bêtise ne confinerait pas tout de même à l’intelligence la plus fine. Cela est véritablement paradoxal mais lisez-le et vous comprendrez pourquoi j’utilise volontiers l’expression « sagace idiotie » ou de « sagacité idiote » ( un bel oxymore, dans l’ordre que vous voudrez !) pour qualifier leur philosophie de la vie. Et vous verrez que cet état d’esprit ne naît pas par hasard.
Sachez qu’ils ont en fait leur manière bien à eux de résoudre certains problèmes ou de répondre à des énigmes. En effet, si vous voulez savoir pourquoi leur mairie est triangulaire et sans lumière, quelle pénitence ils infligent à une écrevisse passée dans leur tribunal, pourquoi l’herbe que leurs vaches veulent à peine manger est trop salée ou encore comment ils s’y prennent pour accueillir l’empereur moitié à pied et moitié à cheval, ouvrez vite cet ouvrage, seul ou mieux entre amis ou en famille, les fous rires sont garantis !

Afficher l'image d'origine

Références :

Titre : Les gens de Schilda

Auteur : Erich Kästner

Dans un jardin extraordinaire…

Afficher l'image d'origineVous êtes-vous déjà interrogés sur les envies de la fleur de navet ou au sujet de l’angoisse du champignon ? Savez-vous que la poire fondante et le poireau moelleux s’aiment d’amour tendre ?
Non ? Alors, il vous faut entrer -en douceur pour ne pas déranger- dans le jardin de Constantin KAÏTERIS et de Joanna BOILLAT, poète « légumineux » et illustratrice au naturel, qui cultivent leurs plates-bandes poétiques tout en fantasmant leur potager. Penchez-vous, soulevez les feuilles, les branches, guettez le camaïeu changeant de chaque légume bien mûr avec les yeux du peintre et observez les fruits, qu’ils soient en crise comme la cerise sans e, ou qu’ils fassent les yeux noirs-olive dans le bleu du ciel. Ecoutez aussi ! Jeux de mots, comptines, calligrammes et ballades vous confient -vous confessent même !- les états d’âme fruitiers, potagers et verts de petits êtres qui n’ont que très rarement voix au chapitre. Vous rêverez, vous pleurerez,vous rirez en visitant chaque recoin de ce recueil végétal de poèmes uniques, émouvants et dépaysants. Un magnifique voyage au pays des fruits et légumes où l’on sème les lettres , où les mots se repiquent pour récolter de belles salades de saison.
Au jardin comme ailleurs, la poésie et la nature ne sont jamais mortes.

Références :

Titre : Un jardin au bout de la langue

Auteur : Constantin KAÏTERIS

Illustratrice : Joanna BOILLAT

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Jeux de mots, bestiaire et petit grain de folie

Afficher l'image d'origineAmis mots et faux amis est un album, recueil de textes ( presque des comptines) où l’auteur fait la part belle aux jeux de mots, au burlesque, aux virelangues et où il joue sans vergogne de la polysémie des mots. Ainsi, on apprend que si la cloche n’est pas très cloche et si la vache n’est pas vraiment vache, le chameau, lui, est un sacré chameau.
Par ailleurs, je vous conseille de ne surtout pas faire l’impasse sur les illustrations que j’ai un mal fou à caractériser : elles relèvent autant des comics à l’américaine, de la caricature, de la publicité que du photomontage. Soyons honnête, de prime abord, esthétiquement, elles ne m’ont pas vraiment « emballée » mais j’ai appris à les aimer. En fait, je n’avais encore rien vu de semblable avant. J’aime le mouvement, l’humour frappadingue et décalé qui les animent.

Références :

Titre : Amis mots et faux amis

Auteurs : Christophe PERNAUDET, Marthes BATHORI

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Se glisser entre les pages et se mettre à sa place…

Afficher l'image d'origineCet album aux illustrations parfois surréalistes, souvent loufoques mais toujours uniques, tente de répondre à la question : « Si j’étais un livre, qu’est-ce que je serais ? ».
Chaque double-page nous offre une réponse. Ainsi, elles se succèdent nous conduisant à nous poser la question à nous-même ? Et vous ? Si vous étiez un livre, que seriez-vous ?

Références :

Titre : Si j’étais un livre

Auteurs : José Jorge LETRIA, André LETRIA

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Voyage enchanteur et poétique au pays des rêves et de l’enfance

   Saviez-vous que l’ennemi juré du dromadaire est le moustique ? Que souvent les pipes à trop fumer en toussent du tuyau ? Ou encore, que le serpent teint est un serpent à sornettes ? Si vous en doutez, ouvrez très vite « Jaffabules », le très loufoque et drôlatique recueil de poésies, comptines et fabulettes de Pierre Coran.
    D’ailleurs, vous ne serez pas au bout de vos découvertes et de vos surprises car le poète convie dans ces écrits poétiques et joyeux, la faune, la flore, et une foule d ‘objets bien quotidiens comme une aiguille épuisant son chagrin dans le foin ou comme un parapluie égaré sur une plage. Prenez plaisir à adopter cet univers qui vous fera voyager au pays merveilleux et surréaliste des rêves et de l’enfance.

Références :

Tite : Jaffabules

Auteur : Pierre CORAN

Les petits plus :

–> Vous constaterez au regard des premières de couvertures ci-dessous que ce recueil a eu du succès et qu’il a donc fait l’objet d’éditions multiples et variées.

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origineAfficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

–> Son univers n’est, selon moi, pas loin de celui de Thomas FERSEN, auteur-compositeur-interprète. A vous d’en juger, en visionnant les vidéos suivantes :

plus anciens