Questionnaires accompagnant l’exposition itinérante sur Léo Drouyn

En 2016, le CLEM a élaboré avec les conseillers pédagogiques EAC de l’Académie de Bordeaux une exposition itinérante intitulée « Léo Drouyn, Passeur de patrimoine » pour les classes participant aux ateliers Léo Drouyn. Constituée de onze panneaux souples, cette exposition gratuite vient compléter notre offre pédagogique.

Ce sont les CM2 de l’école de Tresses qui en ont profité les premiers et ont réalisé des questionnaires portant sur certains des panneaux. Voici leur travail, merci à eux de le partager !

Cliquez pour télécharger : Questions

Une nouvelle écrite par les CM1/CM2 de Macau

 

Cette année toutes les classes de  l’école de Macau ont  participé à la rédaction du livre de l’école élémentaire. Les élèves, quel que soit leur âge, se sont investis et impliqués dans la rédaction et l’illustration des textes.

Voici en avant-première, avant la parution de l’ouvrage, la fabuleuse histoire écrite par les élèves de Monsieur Lafon !

Merci et bravo à tous les élèves de cette classe.

Pour télécharger l’histoire que vous pourrez lire avec vos classes il vous suffit de cliquer sur ce lien : NouvelleMacau

Les Pierres

 »  Les pierres parlent. Les pierres pensent. Les pierres ont de la mémoire. On peut inscrire sur elles le destin des hommes, leur histoire. D’ailleurs on s’est longtemps servi d’elles comme des livres…

            Les pierres jettent des ponts entre le monde des vivants et celui des morts. Elles sont gardiennes des noms, des dates. Elles sont les demeures du passé, les coffres-forts de l’éternité. Lourdes, pesantes, elles empêchent le temps qui balaie tout de tourner trop vite ses pages. Elles témoignent de la vie des autres, sans rien réclamer en retour, sauf le respect pour la mémoire de ceux qu’elles portent. »

Henri Tisot

(Extrait de « Le petit livre du Grand Livre »)

Texte choisi par les CM2 de Macau et lu par Elodie Lapierre

Exposition « Léo Drouyn passeur de patrimoine

Château d’Agassac, Eglise de Macau »

30 juin 2012, Macau

Création de carreaux médiévaux

Par les CE2 de l’école Marie Curie de Sadirac

Notre classe de CE2 de Sadirac a réalisé un projet de carreaux médiévaux avec l’aide de l’atelier de poterie de notre village. Il s’agissait de fabriquer des carreaux bicolores à décor incrusté comme ceux que l’on trouve au sol dans les châteaux et églises du Moyen-Age.

En classe, après avoir observé des photos de différents carreaux provenant de fouilles archéologiques, nous avons réalisé chacun un dessin soit à l’aide du compas, soit en s’inspirant des motifs des décors végétaux observés. Nous avons reproduit notre dessin bicolore sur un papier calque.

A l’atelier de poterie, nous avons aplati de la terre pour faire des plaques. Nous avons reproduit le dessin en poinçonnant le calque sur la terre fraîche. Nous avons ainsi réalisé chacun notre tampon, une matrice avec notre motif en relief.

Après quelques jours de séchage elle était suffisamment dure pour servir à reproduire le motif choisi. Il suffisait de l’appuyer sur une plaque carré de terre crue pour voir apparaître les dessins en creux. Nous avons ainsi fait chacun quatre carreaux par estampage.

Nous avons laissé séché les carreaux quelques jours, puis nous avons rempli les creux avec une terre argileuse colorée avec des pigments naturels rouges.

Ensuite, nous avons gratté la terre en trop, puis découpé les côtés des carreaux bien « carré », c’est la paraison.

Une semaine après, pour voir réapparaître la netteté du dessin, il a fallu poncer la surface déjà un peu sèche, en frottant bien régulièrement.

Après un séchage complet de plusieurs semaines, le potier a fait cuire les carreaux 24 heures dans un four chauffé à plus de 1 000°C. 

Nous avons présenté nos carreaux lors de la fête de la poterie du village ! 

De la photo au dessin

On s’est servi des maquettes pour faire un dessin de ville en profondeur. Pour faire de la profondeur: il suffit d’entasser des appartements ou des maisons ou encore des commerces sur toute la feuille.

Après on a pris une autre feuille et on a recopié le même dessin. Puis, avec de l’encre bleue et de l’eau, nous avons peint des ombres. Il fallait imaginer l’emplacement du soleil, sans le dessiner.

Il fallait mettre des ombres là où des maisons recouvraient d’autres maisons.

Pour visionner tous les travaux de la classe cliquez ici

Premiers travaux

Nous avons fabriqué des villes en papier cartonné sur un support en carton ondulé.

On a dessiné des bâtiments au crayon à papier et on a repassé au feutre noir puis on les  a découpés et collés sur le carton .

Dans chaque ville, il devait y avoir des bâtiments anciens et récents, des commerces et des endroits collectifs.

Avec un projecteur on a fait des effets de lumière et on a photographié de tous les côtés.

La classe des CM1

Cliquez ici pour voir notre travail

Des nouvelles de l’école du Haillan

Le projet Léo Drouyn, a fourni à la classe le thème du travail de l’année en arts plastiques : le dessin d’architecture (le château fort) ainsi qu’une
finalité : la gravure des dessins produits.
Dans un premier temps, la classe a observé les dessins de Léo Drouyn et a produit sur le vif des croquis au crayon des bâtiments anciens proches de l’école.
Ces croquis ont été repris en classe puis comparés entre eux ainsi qu’à des œuvres d’artistes (Drouyn, Hugo, Rembrandt) afin de les améliorer du
point de vue de la lisibilité. Différents médiums ont été utilisés alors : fusain, encre de Chine, feutres noirs. Dans le même objectif de travail sur les valeurs, les enfants ont pratiqué la gravure sur la carte à gratter qui a permis en outre de travailler les trames et hachures destinées à rendre l’éclairage de la
scène.
Dans un deuxième temps afin d’obliger les élèves à simplifier les formes et ne pas se perdre dans les détails, un atelier de collage a été ouvert toujours sur le thème du château. Pour éviter la lassitude, nous avons introduit la couleur (fonds préparés à l’encre). Dans un troisième temps, les croquis pris lors de la visite de la forteresse de Blanquefort ont été repris dans le but d’être gravés. Ce denier travail est la synthèse des activités préalables : lisibilité du tracé, simplicité du dessin et rendu des zones d’ombres et de lumières par des hachures ou autres procédés.

Voilà nous sommes bientôt prêts à accueillir le graveur

Jean-Marc Rivera

Cliquez-ici pour visionner le Power Point