cm1lifjakarta

Blog pour suivre l'année scolaire du CM1a

Brisou-Pellen – Moyen 2

Le nouvel « Indo-Flash » est sorti. Pour le consulter, cliquer sur le lien ci-dessous :

Pour voir la vidéo, cliquer sur le lien ci-dessous.

Pour revoir le documentaire vu en classe, cliquer sur le lien ci-dessous :

Pour revoir le documentaire sur la vie de Copernic, cliquer sur le lien ci-dessous.

 La Montagne

Ils quittent un à un le pays
Pour s’en aller gagner leur vie
Loin de la terre où ils sont nés
Depuis longtemps ils en rêvaient
De la ville et de ses secrets
Du formica et du ciné
Les vieux ça n’était pas original
Quand ils s’essuyaient machinal
D’un revers de manche les lèvres
Mais ils savaient tous à propos
Tuer la caille ou le perdreau
Et manger la tomme de chèvre
Pourtant que la montagne est belle
Comment peut-on s’imaginer
En voyant un vol d’hirondelles
Que l’automne vient d’arriver ?
Avec leurs mains dessus leurs têtes
Ils avaient monté des murettes
Jusqu’au sommet de la colline
Qu’importent les jours les années
Ils avaient tous l’âme bien née
Noueuse comme un pied de vigne
Les vignes elles courent dans la forêt
Le vin ne sera plus tiré
C’était une horrible piquette
Mais il faisait des centenaires
A ne plus que savoir en faire
S’il ne vous tournait pas la tête
Pourtant que la montagne est belle
Comment peut-on s’imaginer
En voyant un vol d’hirondelles
Que l’automne vient d’arriver ?

 

Deux chèvres et puis quelques moutons
Une année bonne et l’autre non
Et sans vacances et sans sorties
Les filles veulent aller au bal
Il n’y a rien de plus normal
Que de vouloir vivre sa vie
Leur vie ils seront flics ou fonctionnaires
De quoi attendre sans s’en faire
Que l’heure de la retraite sonne
Il faut savoir ce que l’on aime
Et rentrer dans son H.L.M.
Manger du poulet aux hormones

 

Pourtant que la montagne est belle
Comment peut-on s’imaginer
En voyant un vol d’hirondelles
Que l’automne vient d’arriver ?

Version instrumentale :

Le Petit Pont De Bois
Tu te souviens du pont
Qu’on traversait, naguère,
Pour passer la rivière,
Tout près de la maison,
Le petit pont de bois
Qui ne tenait plus guère
Que par un grand mystère
Et deux piquets tout droits,
Le petit pont de bois
Qui ne tenait plus guère
Que par un grand mystère
Et deux piquets tout droits.

Si tu reviens par là,
Tu verras la rivière
Et j’ai refait en pierre
Le petit pont de bois,
Puis je l’ai recouvert
De rondins de bois vert
Pour rendre à la rivière
Son vieil air d’autrefois,
Puis je l’ai recouvert
De rondins de bois vert
Pour rendre à la rivière
Son vieil air d’autrefois.

Elle suit depuis ce temps
Son cours imaginaire
Car il ne pleut plus guère
Qu’une ou deux fois par an
Mais dans ce coin de terre,
Un petit pont bizarre
Enjambe un nénuphar
Au milieu des fougères,
Mais dans ce coin de terre
Un petit pont bizarre
Enjambe un nénuphar
Au milieu des fougères
Pour aller nulle part,
Et pourtant j’en suis fier…