Auto-critique

COIN, Doctrine et concepts, histoire militaire, méditation 0 commentaire »

Il est temps en effet de la faire, à la veille d’une longue absence de 18 jours que je passerai sous les drapeaux.

Au fond, depuis sa création, ce blog cherche à informer sur l’Irak et à mettre au clair les résultats de mes recherches.

Dans ce cadre, il est fort probable qu’il soit né de manière prématurée. En effet, lesdites recherches sont loin d’être sorties de la phase de défrichement, ce qui peut expliquer les évolutions dans la réflexion et le manque de clarté de certaines pensées.

Un autre point me chagrine: je pense avoir acquis une image assez nette des stratégies et tactiques de la contre-insurrection telle qu’elle est menée par les forces américaines en Irak depuis 2006.

1° Pour faire bref, la stratégie est celle d’une co-optation des Sunnites associée au soutien au gouvernement irakien. Il s’agit, par le biais des milices et de la formation/assistance aux forces irakiennes, de construire la stabilisation sécuritaire.

2° En ce qui concerne la tactique, il faut noter que le mode d’action principal -que je décrirais comme étant de la contre-rébellion (voir mes posts précédents sur le problème de la terminologie COIN/C-REB)- est fondé sur le procédé de la « tâche d’huile » selon le schéma décrit par David GALULA en 1964: se focaliser sur la population en tant qu’élément statique et, à partir de la présence des forces en son sein, extirper l’organisation insurgée, interdire les activités de guérilla ou de terrorisme, tout en assurant un contrôle étroit de la population pour la faire basculer dans le camp du gouvernement. Ces actions de sécurisation se planifient et se conduisent selon une tripartion de l’espace: la zone cible, la zone de sécurité, et la zone de harcèlement. Ainsi, aux marges, la sécurisation s’accompagne d’une pression continue exercée sur les autres zones dans lesquelles les insurgés seraient susceptibles de se réfugier. La harcelant sur ses zones refuges (DIYALA/ANBAR en 2007, MOSSOUL en 2008 -pour ne parler que d’AQI), interdisant ses zones de préparation (« bataille des ceintures » de l’été et l’automne 2007, c’est à dire une série d’opérations simultanées menées autour de Bagdad pour protéger la capitale) et enfin protégeant ses zones opérationnelles (protection physique par les avant-postes, isolement psychologique et politique POP/Insurgés), les forces américaines ont ainsi confiné et désagrégé presque totalement l’insurrection sunnite. 

3° sur le plan opératif, les opérations ont donc articulé des opérations simultanées sur l’ensemble du triangle sunnite dans un double objectif. Il s’agit à la fois de protéger BAGDAD (en empêchant les miliciens et terroristes de commettre des attentats) et d’empêcher les insurgés de fuir dans leurs refuges.

En fait, toutes ces explications obscurcissent un fait capital: qu’en est-il réellement de la stratégie américaine en Irak? La contre-insurrection/C-REB est seulement un ensemble de techniques et de procédés. En ce sens, la vision française fondée sur la dichotomie STABILISATION/C-REB me paraît plus pertinente que la vision anglo-saxonne.

C’est là que je veux en venir: à mon sens, j’ai, de manière exagérée, négligé de traiter cette question. La « retribalisation » de l’Irak, l’essor d’un parti Chiite sur le modèle du HEZBOLLAH (avec M. SADR), la diffusion excessive du pouvoir à l’échelon local, sont autant de problèmes qu’il faut analyser et comprendre.

New blog/nouveau blog (2)

Non classé 0 commentaire »

Le transfert de ce blog à l’autre est achevé: merci de vous rendre désormais sur celui-ci.

I’ve just finished to export  this blog to my new one. Please follow this link.

Petit problème technique.

moi 0 commentaire »

Ayant crée un nouveau blog, je pensais y transférer l’ensemble de celui-ci. Force est de constater que cela prend plus de temps que prévu. Toutefois, j’ai déjà publié plusieurs articles sur le nouveau site.

A partir de la semaine prochaine, je n’éditerai plus que sur ce dernier.

Nouveau blog/new blog

moi 0 commentaire »

Mes lecteurs peuvent désormais se rendre sur mon nouveau blog. Mettez vos liens à jour.

I have a new blog. Please update links and blogrolls.

Bonne fête de Pâques à tous.

Vous pouvez continuer à fréquenter ce blog et à commenter/ You can follow on read this blog and leave your comments.

Contexte politique et mouvement révolutionnaire: un peu de lecture

histoire militaire, sciences politiques 0 commentaire »

Du Strategic Studies Institute:

« The Political Context behind Successful Revolutionary Movements, three case studies: Vietnam (1955-1963), Algeria (1945-1962) and Nicaragua (1967-1979) » par le LCL Raymond MILLEN, directeur des Etudes Européennes de l’Institut.

Bonne lecture.

A piece of Anthropology: local structures of power and COIN in Iraq

COIN, guerre en Irak, in english too, Pays de l'insolence, sciences politiques 0 commentaire »

Note: this is a translation of a previous entry regarding this post.

This subject is capital, not only within the framework of the counterinsurgency, but also in my study on the procedures to rebuild safety in Iraq.

First : it is important because the counterinsurgency, except the “ Roman” methods , requests to know the social structures. Sociology is thus a major element in the “cartography” of the “human terrain”, to which is added the political anthropology since it is a question of understanding the “actions aiming at the maintenance or the modification of the established order « , through the political institutions (of power) which are places “of emergence of confronted and faced social dynamics  » (two quotations from Georges BALLANDIER). Indeed, the counterinsurgents must not only determine the conditions which will enable them to separate the insurgents from the populace, but also those which will allow the re-establishment of safety, in a “bottom-up” process . Of course, the insurgents work in the same way, through the population (in addition to the Western and, here, Arabic/Moslem public opinions), to annihilate every progress in this direction.

Second : in Iraq, the attempts of the American officers on the ground to contact local leaders and empower them in the reconstruction process started early. Since 2003, the Marines in TIKRIT then in the Shia South, the various units present at Fallujah , tied contacts and tried to reconstitute the networks to be able so as to identify the “leaders”. Another alternative aimed at constituting local councils (on the level of the cities or communities of inhabitants but also of the provinces) so as to rebuild the State starting from the base. The most famous example , but it is far from being alone, was that of general PETRAEUS in MOSUL (April-December 2003).

However, these attempts largely failed or did not last. It seems to to me that the post referred to above, like my studies of political anthropology, provide the reasons of this failure.

  1. the first holds in identification of the holders of local power. However, in numerous societies, they are not visible, that is to say for reasons of protection of the community, or because of the complexity of the competition for such power. A gold rule: all that wears a long white beard is not not inevitably the leader and especially, not inevitably the real one. That explains how candidates to power have sometimes fooled Americans in order to obtain their support in the internal competitions within groups (recall: solidarity between group members does not mean the absence of political conflicts for the domination of the aforesaid group). One example : the former baasists officers responsible for the “Brigade of Fallujah  » failed to affirm face Abu Musab Al Zarqawi during the summer 2004. The error made by the 1st Marine Expeditionary Force’ s staff was to empower such personalities who did not represent a real authority but who aimed to conquer it.
  2. The second holds in the ethnocentric vision which governed the cartography of the Iraqi tribal societies by the Americans. The concept of « social network » cannot account for the complexity, not only of alliances but also of the real relations (which wants what? Who dominates who? Who is in competition with which?) So if it were precociously possible to determine, inside insurgents networks, the responsibilities for principal chiefs (financier, bomb disposal expert, supplier of weapons, etc), it was not in the same way for the local societies. If insurgent organizations and terrorists can enter such a cybernetics scheme, it is not the same for the patchwork of tribes, families, etc
  3. Third is related to Time factor, and in particular to the adjustment of insurgents’ tactics vis a vis Coalition forces. In particular, campaigns of murder and intimidation clearly made clear to the sheiks (especially Sunnite) that it became necessary to form an alliance with insurgents and terrorists.
  4. the fourth corresponds to the need for tightening the cultural nuances by the counterinsurgent (and especially regarding customs and Tradition). This is crucial to avoid critical errors that can harm nascent relationships but also to correctly identify power relations within and between groups.

(Picture: Paul McLeary)

Which are thus the current issues of this “bottom-up Iraqisation ” one can observe since late 2006?

Indeed, the movement of the “Anbar Awakening  » as well as the programs aiming to the constitution of local militia share a common process: starting from local structures to create safety and then to restore the socioeconomic relations. (Their difference: the “Awakening” is a movement where demands of the local sheiks for security and American procedures in the field progressively combined each other , whereas the militia were produced by an incentive by the Americans to integrate the former in the fight for local security in such areas like DIYALA Province and the Southern « Belts »). It is thus a turning point compared to the initial focus on State Building by a « top-down » process which operated through the creation of national armed forces including all the components of Iraq’s society. Another factor is that the Americans acquired a more intuitive knowledge of the local societies (what seems much easier in Iraq than in Afghanistan), helped in that by some embedded anthropologists and ethnologists.

2337493801_df10577d05_b

(Picture from TF MARNE)

However, this process finds several limits which are related to anthropological considerations:

  • one can postulate that the Americans appears to locals’ eyes as mitigating the influence of the central government. However, the American strategy, which accepted the risk posed by this « bottom-up iraqisation » (an obstacle to the constitution of a legitimate and strong central government), consists to precisely promote this government. Hence the difficulty and the misperceptions which they meet sometimes in communities where years of insecurity produced insulation and self-reliance.
  • the rebuilding of security by this « bottom-up » process could be a necessity, but in a complex ethnic and sociopolitical situation , it can be particularly risky for the future. Indeed, and one can see it in MOSUL (as it was the case in TAL AFAR) by the difficulties of recruiting militia, the counterinsurgents- and much more if he is a foreigner- has to make difficult choices which can dismiss groups and individuals and promote other . This strategy can result in futures competitions. One can certainly reassure oneself in thinking that these competitions would exist nevertheless, but it is necessary to recognize that brutal changes that occurred in the Iraqi society for 50 years (and more still since 2003) have increased their probability and virulence.

This strategy of « bottom-up iraqisation » is thus a risky choice to make. It is not new: Army in Philippines, Marines during Banana Wars, the Special Forces in El Salvador already tried it. This last example informs us on the following process : after having formed paramilitary groups starting from the local populace, the Special Forces had then integrated gradually these « popular force » within the national army forces. In the case of the militias in Iraq, the procedures are becoming more and more complex:

  • some elements will integrate the Army and the Police force on physical ability
  • others will receive a vocational education aiming at diminishing unemployment level of the young men and to facilitate the reintegration of former insurgents.
  • the heart of the militia (I point out that their manpower goes to 88.000 members) seems to have to remain under American control more longer. Indeed, although not receiving weapons on behalf of the latter (in spite of the continual requests by CLC/SoI members), militias are paid by the US taxpayer…. There is no doubt that this ultimate refinement is a problematic one. Can one thus conducting a counterinsurgency (or prevent a civil war) by such “an economy of Force”? Which insurance can one have that these militia do not prepare a future civil war ? Anthropology can provide an answer: it will depend on the capacity of Americans to use these alliances at their own advantage, i.e. by determining the social configurations and the « center of gravity » of each group.

bonus: the complexity of tribes in Diyala (click to enlarge)

  • Major DIYALA Tribes

Avant Pâques.

COIN, guerre en Irak, histoire militaire 0 commentaire »

Un petit bonus sur Mossoul, grâce au journaliste Bill ROGGIO et le long war Journal

Cliquez sur l’image pour ouvrir le diaporama

Les efforts de la 2nd Brigade de la 2nd Division Irakienne (la « Spear » Brigade) et de leurs conseillers (MiTT) pour installer des avant-postes et des points de contrôle dans l’Ouest de la Cité, la zone la plus dangereuse (attentats-suicide à la « veste piégée », attaques au RPG contre les points de contrôle et les avant-postes).

Carte Slideshow Avant Pâques

Cliquez sur l’image pour agrandir la carte

Les Chiites de nouveau menaçants?

guerre en Irak, histoire militaire 0 commentaire »

L’attentat à KARBALA en début de ce semaine a réveillé l’ardeur de certains Chiites contre le gouvernement irakien et les Américains.

En effet, les Chiites, majoritaires dans le pays, ont été la cible de plusieurs attaques de ce genre (à Iskandaryah à la fin de février notamment).

Par ailleurs, les milices de Moqtada Al Sadr (l’Armée du Mahdi ou JAM) semblent difficilement tenir le cessez-le-feu annoncé par son chef en août et renouvelé en février dernier. De fait, les miliciens sont sous la pression des forces de la Coalition, de l’Armée Irakienne (autrefois souvent un allié de circonstance) mais aussi de leurs rivaux du Conseil Suprême Islamique en Irak (les Badristes). De fait, des incidents ont éclaté à KUT (au Sud de l’Irak) entre les JAM et les forces irakiennes venues pour arrêter certains de leurs membres. L’action des « groupes spéciaux » armés et entraînés par les Forces Spéciales iraniennes ne participe pas non plus à adoucir les Chiites. Je crois qu’il est nécessaire de se souvenir que les Chiites ont été les premiers sur lesquels les Américains ont établi le nouvel Irak, et le retournement des insurgés sunnites via le programme CLC/SoI peut être vécu comme un changement d’alliance inquiétant.

Une autre interprétation concerne justement les attentats dont je parle plus haut. Ceux-ci ressemblent fortement aux actions d’AQI contre les lieux saints du Chiisme, comme ceux de la fin de 2005 et de l’année 2006: le 22 février de cette année-là, un attentat contre la mosquée d’or de Samarra avait marqué le début de la sanglante guerre civile entre Chiites et Sunnites. Nul doute que l’organisation extrémiste sunnite ne trouve avantage à provoquer de nouveau les Chiites. Rappelons en effet que les incidents interconfessionnels avait permis à AQI de se poser en protecteur des Sunnites dans les régions mixtes (ou les quartiers de Bagdad), mais aussi à Anbar. De plus, l’éclatement de la violence avait fourni l’opportunité pour investir les zones délaissées par les Américains occupés à tenter de s’interposer entre les factions.

Le risque est donc réel d’une reprise des combats par les milices chiites, non seulement par la poursuite de leurs querelles internes, mais aussi par des actions contre les forces irakiennes, la population sunnite ou même les forces américaines. Plusieurs ayatollahs ont ainsi appelé à une manifestation géante pour commémorer le 5ème anniversaire de la chute de Bagdad, le 9 avril prochain.

Evaluation de la COIN en Irak

COIN, guerre en Irak, histoire militaire, médias 4 commentaires »

Le colonel ROPER, commandant le USA/USMC COIN Center of Excellence, a produit une évaluation intéressante de la situation actuelle en Irak lors d’une table-ronde avec des blogueurs au Pentagone.

 Le COIN Center of excellence  est une institution interarmées créée dans l’été 2006 à l’initiative du général PETRAEUS, alors commandant de la doctrine et de la formation de l’Army. Son siège est d’ailleurs à Fort Leavenworth, quartier-général de ce commandement.

Le colonel ROPER a succédé au colonel Peter MANSOOR, ancien conseiller de PETRAEUS l’année dernière et récent retraité de l’Army.

Le centre fonctionne comme un réservoir de réflexions et de retours d’expérience (RETEX) sur le sujet de la contre-insurrection, en liaison avec les autres institutions militaires américaines et étrangères et avec les différentes agences locales. Selon les propres mots du colonel ROPER, il suit 6 « lignes d’efforts »:

  1. intégrer toutes les initiatives de contre-insurrection (unité d’effort)
  2. rechercher des enseignements des expériences historiques de contre-insurrection (notamment ce que les Américains nomment les « bonnes pratiques »)
  3. améliorer la doctrine existante (le FM 3-24 principalement)
  4. infléchir la formation initiale et professionnelle des militaires dans le domaine de la contre-insurrection.
  5. conseiller les responsables politiques et militaires
  6. promouvoir la contre-insurrection au-delà du milieu militaire.

Le briefing est intéressant car il résulte d’une évaluation sur le terrain faite en deux temps:

-en août et septembre: au niveau opérationnel (les états-majors concernés par la contre-insurrection au niveau du théâtre)

-en octobre et novembre: au niveau tactique.

Ses conclusions:

  • la pénétration croissante des « bonnes pratiques » aux plus bas échelons
  • l’acculturation croissante des forces irakiennes dans la doctrine américaine
  • le recul généralisé d’AQI et son repli sur MOSSOUL.

Un dernier point:  le colonel ROPER parle des contacts nombreux avec les armées alliées pour des échanges (ce que je vérifierai personnellement la deuxième semaine d’avril pour la France).

« Iraqi Army in the Lead »: 2 exemples (mis à jour)

COIN, guerre en Irak, histoire militaire 5 commentaires »

Placer l’Armée et les forces de Police irakiennes en position de mener elles-mêmes leurs propres opérations est l’objectif auquel tendent les Américains en Irak. Entre mars 2005 et décembre 2006, cette stratégie a accompagné « l’irakisation par le haut » caractérisant le mandat du général CASEY à la tête de la Force MultiNationale-Irak.

Je voudrais prendre deux exemples de telles opérations :

1er exemple: l’opération Spider Web exécutée au début du mois de mars par le 1er bataillon de la 2nde Brigade de la 1ère Division de l’Armée Irakienne dans la zone de SAQLAWIYAH, en banlieue NO de FALLOUJAH (rappelons que si l’ouest de la province d’ANBAR est « nettoyée » dans l’automne et l’hiver 2006/2007, l’est reste globalement dangereux durant l’année 2007).

Banlieue NO de Falloujah

Cliquez sur l’image pour agrandir

Encadré par une Military Transition Team (conseillers militaires américains intégrés dans les unités irakiennes à différents échelons), l’opération a deux objectifs: dénier la zone aux insurgés, et évaluer les capacités de l’unité à opérer seule.

Pour cela, le bataillon irakien choisit une démarche en 4 phases:

  1. le renseignement de proximité et la visibilité sont obtenues par des patrouilles et le contact avec la population
  2. la fourniture de soins médicaux aux résidents afin de légitimer la présence de l’Armée et de collecter des renseignements sur la ville.
  3. la recherche systématique de caches d’armes et la fouille des maisons suspectes commence.
  4. l’analyse des renseignements collectés en vue de déterminer les cibles des futures arrestations.

En retrait, les conseillers militaires surveillent l’opération et notamment l’application des leçons dans les domaines du comportement. Rappelons en effet que l’Armée irakienne a longtemps été perçue comme une force d’occupation hostile par les habitants sunnites du fait de sa composition majoritairement chiite.

2nd exemple: l’opération Iron Harvest, commencée en janvier dans le cadre de Phantom Phoenix, vise à étendre les zones pacifiées à l’ensemble de la zone de la Division Multinationale-Nord, et plus particulièrement à sécuriser MOSSOUL, la 2nde ville du pays, identifiée comme un objectif critique tant par le 1er ministre Nouri Al-Maliki que par le général PETRAEUS.

La nouveauté tient au fait que les forces irakiennes sont supérieures en effectifs aux unités américaines (le 3ème régiment de cavalerie avec le 1er bataillon du 8ème régiment d’infanterie en soutien): 50 000 membres de l’Armée et de la Police, organisé autour d’un commandement militaire ad hoc.

Les forces irakiennes mènent des opérations de contre-insurrection sur le modèle du Plan de Sécurité de Bagdad, quasiment en autonomes, à deux exceptions près:

PRIMO: les équipes de conseillers militaires encadrent la planification comme les conduites des opérations.

SECUNDO: le 3ème régiment de Cavalerie reste l’unité de pointe pour ce qui concerne la sécurisation des quartiers dans lesquels sont mis en place des avants-postes (COP) et des points de contrôle, les premiers accueillant une population mixte Américains/Irakiens, et les seconds étant presque exclusivement tenus par la Police et l’Armée irakiennes.

Dans ce dernier cas, plusieurs problèmes surgissent:

-problèmes de matériel: les forces irakiennes sont dotées de matériels en mauvais état et ne disposent pas assez de certains effets (gilets pare-éclats).

-problème de logistique: le soutien est essentiellement américain, le Ministère de la Défense irakien peinant à organiser le transport du ravitaillement jusqu’à Mossoul.

-problème de confiance: les forces irakiennes acceptent d’intervenir en 1er échelon si elles se sentent soutenues et couvertes par les unités américaines.

-problèmes institutionnels divers: les rivalités entre la Police Nationale et l’Armée, entre la première et les forces de police locale, entre chefs, entre factions, continuent de miner l’efficacité opérationnelle de la 2nde division irakienne.

Il ne faudrait pas en conclure trop vite que les efforts sont vains:

  • l’essentiel, à savoir « donner un visage irakien » à la contre-insurrection, est acquis. Sans compter que les progrès accomplis, notamment dans la génération des forces et leur préparation opérationnelle, sont importants (une réforme du LTG DUBIK, commandant le Multinational Security Transition Command-Iraq, fonde l’ensemble sur un cycle de 5 semaines: campagne de recrutement de 5 semaines, puis à l’issue formation sur 5 semaines; l’avantage étant d’avoir des unités dont la cohésion repose sur l’entrainement reçu plutôt que sur les liens tribaux comme c’était le cas lorsque chaque nouvelle recrue était individuellement affectée à une unité déjà existante).
  • la montée en puissance de ces forces prend du temps. En dépit de leur réelle valeur ajoutée, il leur faut du temps pour atteindre l’efficacité, d’autant que celle-ci est définie selon des standards occidentaux (sur le plan opérationnel comme sur le plan éthique). De profondes résistances culturelles sont probables, même si, l’Armée irakienne ayant été dissoute en mai 2003, il s’agit d’une refondation à partir de rien.
  • les rivalités internes et la dépendance vis à vis des Américains sont des données propres à l’Irak d’aujourd’hui. Elles se résorberont pour peu que des progrès soient accomplis dans la réconciliation nationale et dans la reconnaissance de la légitimité du gouvernement central. Là comme dans tellement d’autres domaines, le facteur politique est la clé de la réussite non seulement de la contre-insurrection, mais aussi de la normalisation tant espérée.

mise à jour: Evidemment, nous sommes ici dans une phase de transition entre deux pôles. Le premier a vu les Américains être les seuls exécutants ou presque (depuis 2003), le second est l’état final recherché, à savoir les unités irakiennes seules. Le rôle des MiTT est crucial, puisqu’ils jouent trois rôles plus ou moins formels:

-assurer la coordination avec les moyens d’appui américains.

-encadrer les officiers et les sous-officiers irakiens de manière (le rôle de conseil étant délicat: bien souvent, il s’agit de leur « mâcher » le travail sur la planification. En revanche, la conduite des opérations est plus autonomes).

-évaluer l’état de préparation et d’efficacité des unités irakiennes.

En ce sens, le cas de MOSSOUL est symptomatique du passage graduel vers le second pôle et marque une étape importante, en dépit des problèmes qui perdurent, problèmes structurels essentiellement (comme l’absentéisme important au sein des forces irakiennes, la règle nationale étant 1 semaine de permission pour 2 semaines de service en campagne).

mise à jour 2: Il me semble important d’apporter un éclairage historique sur ce type de transition. Le modèle d’unités indigènes encadrées par des occidentaux est ancien et remonte (pour sa version contemporaine) aux armées coloniales françaises et anglaises principalement. Je cite un exemple pour montrer comment le passage vers des unités entièrement autonomes a été rendu possible. En Indochine, l’unité dont mon escadron a hérité des traditions comportait essentiellement du personnel métropolitain lors de sa création en tant qu’unité de vedettes fluviales en 1950. L’année suivante, la proportion d’Indochinois (provenant surtout des minorités mais aussi quelques Vietnamiens) dépassait celle des Européens, ceux-ci formant les cadres. Ce processus s’accélérait dans les 3 années suivantes jusqu’à ce que l’unité soit entièrement transférée à la nouvelle Armée de la République du Vietnam (du Sud) en septembre 1954. La différence avec le cas irakien tient dans le fait que l’unité dont je viens de parler était originairement française. Cette différence est toutefois moins grande que l’on pourrait le penser car après tout les unités irakiennes ont été formées de toute pièce à partir de rien.