Tous les billets de la catégorie Pays de l’insolence

A piece of Anthropology: local structures of power and COIN in Iraq

COIN, guerre en Irak, in english too, Pays de l'insolence, sciences politiques 0 commentaire »

Note: this is a translation of a previous entry regarding this post.

This subject is capital, not only within the framework of the counterinsurgency, but also in my study on the procedures to rebuild safety in Iraq.

First : it is important because the counterinsurgency, except the “ Roman” methods , requests to know the social structures. Sociology is thus a major element in the “cartography” of the “human terrain”, to which is added the political anthropology since it is a question of understanding the “actions aiming at the maintenance or the modification of the established order « , through the political institutions (of power) which are places “of emergence of confronted and faced social dynamics  » (two quotations from Georges BALLANDIER). Indeed, the counterinsurgents must not only determine the conditions which will enable them to separate the insurgents from the populace, but also those which will allow the re-establishment of safety, in a “bottom-up” process . Of course, the insurgents work in the same way, through the population (in addition to the Western and, here, Arabic/Moslem public opinions), to annihilate every progress in this direction.

Second : in Iraq, the attempts of the American officers on the ground to contact local leaders and empower them in the reconstruction process started early. Since 2003, the Marines in TIKRIT then in the Shia South, the various units present at Fallujah , tied contacts and tried to reconstitute the networks to be able so as to identify the “leaders”. Another alternative aimed at constituting local councils (on the level of the cities or communities of inhabitants but also of the provinces) so as to rebuild the State starting from the base. The most famous example , but it is far from being alone, was that of general PETRAEUS in MOSUL (April-December 2003).

However, these attempts largely failed or did not last. It seems to to me that the post referred to above, like my studies of political anthropology, provide the reasons of this failure.

  1. the first holds in identification of the holders of local power. However, in numerous societies, they are not visible, that is to say for reasons of protection of the community, or because of the complexity of the competition for such power. A gold rule: all that wears a long white beard is not not inevitably the leader and especially, not inevitably the real one. That explains how candidates to power have sometimes fooled Americans in order to obtain their support in the internal competitions within groups (recall: solidarity between group members does not mean the absence of political conflicts for the domination of the aforesaid group). One example : the former baasists officers responsible for the “Brigade of Fallujah  » failed to affirm face Abu Musab Al Zarqawi during the summer 2004. The error made by the 1st Marine Expeditionary Force’ s staff was to empower such personalities who did not represent a real authority but who aimed to conquer it.
  2. The second holds in the ethnocentric vision which governed the cartography of the Iraqi tribal societies by the Americans. The concept of « social network » cannot account for the complexity, not only of alliances but also of the real relations (which wants what? Who dominates who? Who is in competition with which?) So if it were precociously possible to determine, inside insurgents networks, the responsibilities for principal chiefs (financier, bomb disposal expert, supplier of weapons, etc), it was not in the same way for the local societies. If insurgent organizations and terrorists can enter such a cybernetics scheme, it is not the same for the patchwork of tribes, families, etc
  3. Third is related to Time factor, and in particular to the adjustment of insurgents’ tactics vis a vis Coalition forces. In particular, campaigns of murder and intimidation clearly made clear to the sheiks (especially Sunnite) that it became necessary to form an alliance with insurgents and terrorists.
  4. the fourth corresponds to the need for tightening the cultural nuances by the counterinsurgent (and especially regarding customs and Tradition). This is crucial to avoid critical errors that can harm nascent relationships but also to correctly identify power relations within and between groups.

(Picture: Paul McLeary)

Which are thus the current issues of this “bottom-up Iraqisation ” one can observe since late 2006?

Indeed, the movement of the “Anbar Awakening  » as well as the programs aiming to the constitution of local militia share a common process: starting from local structures to create safety and then to restore the socioeconomic relations. (Their difference: the “Awakening” is a movement where demands of the local sheiks for security and American procedures in the field progressively combined each other , whereas the militia were produced by an incentive by the Americans to integrate the former in the fight for local security in such areas like DIYALA Province and the Southern « Belts »). It is thus a turning point compared to the initial focus on State Building by a « top-down » process which operated through the creation of national armed forces including all the components of Iraq’s society. Another factor is that the Americans acquired a more intuitive knowledge of the local societies (what seems much easier in Iraq than in Afghanistan), helped in that by some embedded anthropologists and ethnologists.

2337493801_df10577d05_b

(Picture from TF MARNE)

However, this process finds several limits which are related to anthropological considerations:

  • one can postulate that the Americans appears to locals’ eyes as mitigating the influence of the central government. However, the American strategy, which accepted the risk posed by this « bottom-up iraqisation » (an obstacle to the constitution of a legitimate and strong central government), consists to precisely promote this government. Hence the difficulty and the misperceptions which they meet sometimes in communities where years of insecurity produced insulation and self-reliance.
  • the rebuilding of security by this « bottom-up » process could be a necessity, but in a complex ethnic and sociopolitical situation , it can be particularly risky for the future. Indeed, and one can see it in MOSUL (as it was the case in TAL AFAR) by the difficulties of recruiting militia, the counterinsurgents- and much more if he is a foreigner- has to make difficult choices which can dismiss groups and individuals and promote other . This strategy can result in futures competitions. One can certainly reassure oneself in thinking that these competitions would exist nevertheless, but it is necessary to recognize that brutal changes that occurred in the Iraqi society for 50 years (and more still since 2003) have increased their probability and virulence.

This strategy of « bottom-up iraqisation » is thus a risky choice to make. It is not new: Army in Philippines, Marines during Banana Wars, the Special Forces in El Salvador already tried it. This last example informs us on the following process : after having formed paramilitary groups starting from the local populace, the Special Forces had then integrated gradually these « popular force » within the national army forces. In the case of the militias in Iraq, the procedures are becoming more and more complex:

  • some elements will integrate the Army and the Police force on physical ability
  • others will receive a vocational education aiming at diminishing unemployment level of the young men and to facilitate the reintegration of former insurgents.
  • the heart of the militia (I point out that their manpower goes to 88.000 members) seems to have to remain under American control more longer. Indeed, although not receiving weapons on behalf of the latter (in spite of the continual requests by CLC/SoI members), militias are paid by the US taxpayer…. There is no doubt that this ultimate refinement is a problematic one. Can one thus conducting a counterinsurgency (or prevent a civil war) by such “an economy of Force”? Which insurance can one have that these militia do not prepare a future civil war ? Anthropology can provide an answer: it will depend on the capacity of Americans to use these alliances at their own advantage, i.e. by determining the social configurations and the « center of gravity » of each group.

bonus: the complexity of tribes in Diyala (click to enlarge)

  • Major DIYALA Tribes

Affiner la préparation opérationnelle

COIN, guerre en Irak, Pays de l'insolence 0 commentaire »

Fort RYLEY, Kansas, est le centre de formation et d’entraînement des conseillers militaires destinés à être déployés en Irak et en Afghanistan. La 1ère brigade de la 1ère Division d’infanterie (et notamment le 1er bataillon du 34 ème régiment blindé commandé par le LCL John NAGL pour quelques mois avant sa démission de l’Army) instruit ainsi les futurs conseillers tant aux subtilités culturelles et sociales qu’aux conditions particulières du combat.

Jusqu’ici, il  manquait pourtant un élément essentiel: la présence de représentants des deux armées embryonnaires d’Irak et d’Afghanistan.

C’est désormais chose faite avec le déploiement d’une trentaine de membres de l’Armée Nationale Afghane (ANA) pour assister les formateurs dans l’ensemble des aspects de leur mission. Il s’agit essentiellement de faire travailler les conseillers sur l’encadrement de militaires afghanes lors de procédures particulières, notamment les points de contrôle ou encore les patrouilles dans des villages (avec les militaires de la 1ère Brigade jouant la force adverse (FORAD-OPFOR), afin de les sensibiliser aux conditions particulières de ce nouveau « métier » (qui recueille peu d’enthousiasme de la part de la tête de l’institution).

Les structures du pouvoir local: un peu d’anthropologie politique.

COIN, guerre en Irak, Pays de l'insolence, sciences politiques 0 commentaire »

Le blog Ghosts of Alexander fournit une intéressante analyse des difficultés à appréhender les structures locales en Afghanistan (oui, je commence à me tourner vers ce pays… non pas qu’il ne se passe rien en Irak, mais parce que j’ai besoin d’un peu d’exotisme!).

Ce sujet est capital, non seulement dans le cadre de la contre-insurrection, mais aussi dans mon étude sur les procédures pour reconstruire la sécurité en Irak.

Premier point: c’est important car la contre-insurrection, sauf à parler des méthodes « romaines » qui se passent bien de cela, demande de connaître les structures sociales. La sociologie est donc un élément majeur dans la « cartographie » du « terrain humain », à laquelle s’ajoute l’anthropologie politique dès lors qu’il s’agit de comprendre les « actions visant le maintien ou la modification de l’ordre établi » , à travers les institutions politiques (de pouvoir), lieux « d’émergence de dynamismes sociaux confrontés et affrontés » (les deux citations sont de Georges BALLANDIER). En effet, les contre-insurgés doivent non seulement déterminer les conditions qui vont leur permettre de séparer les insurgés de la population, mais également celles qui permettront le rétablissement de la sécurité, laquelle se fait « par le bas ». Bien entendu, les insurgés travaillent de même, à travers la population (en sus des opinions publiques occidentales et, ici, arabes/musulmanes), à anéantir les beaux plans des contre-insurgés.

Second point: en Irak, les tentatives des officiers américains sur le terrain de rentrer en contact avec les détenteurs locaux du pouvoir ont commencé tôt. Dès 2003, les Marines à TIKRIT puis dans le sud chiite, les diverses unités présentes à Falloujah (et notamment la 82nde à compter de l’hiver), nouent des contacts et tentent de reconstituer les réseaux de pouvoir de manière à identifier les « leaders ». Dans un second temps, il s’agit de s’appuyer sur ces chefs tribaux ou religieux pour les charger de la sécurité et de la reconstruction des infrastructures essentielles. Une autre alternative vise à constituer des conseils locaux (au niveau des villes ou des communautés d’habitants mais aussi des provinces) de manière à reconstruire l’Etat à partir de la base. L’exemple le plus célèbre aujourd’hui, mais c’est loin d’être le seul, est celui du général PETRAEUS à MOSSOUL (avril-décembre 2003).

Toutefois, ces tentatives échouent largement ou ne durent pas. Il me semble que le post cité plus haut, ainsi que mes études d’anthropologie politique, en fournissent les raisons.

  1. la première tient dans l’identification des détenteurs du pouvoir. Or, dans de nombreuses sociétés, ils ne sont pas forcément visibles, soit pour des raisons de protection de la communauté, soit du fait de la complexité des jeux de pouvoir. Une règle d’or: tout ce qui porte une longue barbe blanche n’est pas forcément le chef et surtout, pas forcément le chef réel. Ce qui explique comment des prétendants à ce pouvoir ont parfois berné les Américains afin d’obtenir leur soutien dans les compétitions internes aux groupes (rappel: la configuration solidaire d’un groupe ne signifie pas l’absence de conflits politiques pour la domination dudit groupe). Un exemple emblématique: les officiers baasistes responsables de la « Brigade de Falloujah » ont échoué à s’affirmer face à l’étranger Abu Musab Al Zarqawi durant l’été 2004. L’erreur commise par les responsables de la 1ère Marine Expeditionary Force a été de s’appuyer sur des personnalités qui ne représentaient pas une autorité réelle mais qui visaient à la conquête du pouvoir sur la ville.
  2. La seconde tient dans la vision ethnocentrique qui a présidé à la cartographie des sociétés tribales irakiennes par les Américains. La vision en réseau ne peut rendre compte de la complexité, non seulement des alliances (qu’elle qu’en soit la nature) mais aussi des relations réelles (qui veut quoi? Qui domine qui? Qui est en compétition avec qui?) De ce fait, si il a été précocement possible de déterminer -au sein de l’insurrection- les responsabilités des principaux chefs (financier, artificier, fournisseur d’armes, hommes de mains, etc.), il n’en a pas été de même pour les sociétés locales. Si les organisations insurgées et terroristes peuvent entrer dans une vision cybernétique, il n’en est pas de même du patchwork de tribus, familles, etc. (Il faut nuancer: la décentralisation du terrorisme s’accentue aujourd’hui avec la crainte du « Loup Solitaire« )
  3. La troisième est liée au temps qui passe et notamment à l’ajustement des tactiques de l’insurrection face aux forces coalisées. Notamment, les campagnes de meurtre et d’intimidation ont clairement fait comprendre aux cheiks (surtout sunnites) qu’il était nécessaire de passer alliance avec les insurgés puis les groupes terroristes.
  4. la quatrième correspond à la nécessité de serrer au plus près les nuances culturelles (notamment coutumières). Ces dernières sont cruciales pour éviter des impairs parfois néfastes mais aussi pour identifier les relations correctes de pouvoir au sein des groupes et des communautés.

Quels sont donc les enjeux actuels de cette « Irakisation par le bas » telle que nous l’observons depuis le courant de l’année 2006?

En effet, le mouvement du « Réveil d’Anbar » ainsi que les programmes visant à la constitution de milices de sécurité locales a un point commun: il s’agit de partir des structures et des demandes locales pour créer la sécurité puis normaliser les relations socioéconomiques. (Leur différence: le « Réveil » est un mouvement où se rejoignent les cheiks locaux et les officiers américains sur le terrain, alors que les milices sont le fruit d’une incitation par les Américains à les intégrer). Il s’agit donc d’un tournant par rapport à la focalisation initiale sur la reconstruction de l’Etat « par le haut », à travers la création de forces armées et de sécurité nationale comprenant et représentant toutes les composantes de la société irakienne. On peut ajouter que les Américains ont acquis une connaissance plus intuitive des sociétés locales (ce qui semble beaucoup plus facile en Irak qu’en Afghanistan), aidés en cela par quelques anthropologues et ethnologues intégrés aux unités.

Toutefois, ce processus trouve plusieurs limites qui sont liées à des considérations anthropologiques:

  • on peut postuler que les Américains apparaissent désormais comme des agents mitigeant l’influence du pouvoir central. On peut d’ailleurs se demander (honnêtement) qui manipule qui dans cette affaire. Or, la stratégie américaine, qui a accepté le risque posé par « l’Irakisation par le bas » (à savoir les freins mis à la constitution d’un gouvernement central légitime et fort), consiste justement à promouvoir ce gouvernement. On comprend le mal qu’ils rencontrent parfois dans des communautés où des années d’insécurité ont produit isolement, décentralisation voire renfermement.
  • la reconstruction de la sécurité par le bas est nécessaire, mais dans une situation ethnique et socioculturelle complexe, elle peut être particulièrement risquée pour l’avenir. En effet, et on le constate à MOSSOUL (comme en son temps à TELL AFAR) par les difficultés à monter des milices, le contre-insurgé -d’autant plus si il est un étranger- fait des choix d’alliance qui peuvent générer un recul d’influence et de pouvoir pour certains groupes et individus (alors que d’autres, ayant instrumentalisé le besoin de nouer des liens locaux, connaîtront une brusque poussée dans ces domaines). On le voit, cette stratégie, opérant dans un environnement complexe, peut semer les ferments de compétitions futures. On peut certes se rassurer en disant que ces compétitions existeraient quand même, mais il faut reconnaître que les changements brutaux intervenus dans la société irakienne depuis 50 ans (et plus encore depuis 2003) en accroissent la probabilité et certainement la virulence.

Cette stratégie de « l’Irakisation par le bas » est donc pleine de sens, mais aussi pleine de risques. En soit, elle n’est pas nouvelle: l’Army aux Philippines, les Marines durant les Banana Wars, les Forces Spéciales au Salvador l’ont déjà tentée. Ce dernier exemple nous éclaire d’ailleurs sur le processus suivi (qui est, peu ou prou, celui que recommande l’ONU dans le processus DDR): après avoir formé des groupes paramilitaires à partir des locaux, les Forces Spéciales avait alors intégré progressivement ces dernières au sein des forces armées nationales. Dans le cas des milices, la procédure s’est complexifiée:

  • certains éléments doivent intégrer l’Armée et la Police sur des critères de recrutement physique.
  • d’autres reçoivent une formation professionnelle visant à résorber le chômage des jeunes hommes et à faciliter la réinsertion des anciens insurgés.
  • mais surtout, le coeur des milices (je rappelle que leurs effectifs se porte à 88 000 membres) semble devoir rester sous contrôle américain plus longtemps. En effet, bien que ne recevant pas d’armes de la part de ces derniers (en dépit des demandes continuelles faites par les miliciens), les groupes d’autodéfense sont payés par le contribuable US…. Nul doute que ce raffinement ultime est problématique. Peut-on ainsi assurer une contre-insurrection (ou prévenir une guerre civile) par une telle « économie des moyens » (militaires)? Quelle assurance peut-on avoir que ces milices ne se préparent pas à la guerre civile dès les Américains partis? L’anthropologie peut fournir une réponse: tout dépendra de la capacité des Américains a instrumentaliser à leur tour ces alliances de manière efficace, c’est à dire à déterminer les points d’appui, les configurations correctes mais aussi à être capables de donner leur soutien à un ancien adversaire.

Les Talibans et les réseaux de téléphonie mobile

COIN, histoire militaire, médias, Pays de l'insolence 5 commentaires »

Il y a quelques temps déjà, une information avait retenu mon attention. Comme elle ne portait qu’incidemment sur l’Irak (pour montrer que la même tactique dans ce pays avait échoué du fait de la prégnance des réseaux sociaux et de leur prééminence sur les réseaux de communication), je l’avais mise de côté.

Or, KIP, un des blogueurs de Abu Muqawama, analyse très finement ce changement de tactique des Talibans et ses implications.

Le 25 février, les Talibans menaçaient les 4 fournisseurs d’accès de téléphonie mobile d’Afghanistan d’attaquer leurs émetteurs, sauf si lesdits fournisseurs coupaient les réseaux la nuit. L’accusation portée par les insurgés considérait que les compagnies de télécommunication n’était pas neutres et permettaient aux contre-insurgés de cibler les Talibans (qui usent beaucoup des téléphones mobiles).

Avant-hier, les compagnies de télécommunications décidaient d’obtempérer après la destruction de 6 émetteurs. Par conséquent, les réseaux seraient interrompus dans plusieurs provinces du Sud et du centre de l’Afghanistan.

L’analyse fournie par KIP est la suivante:

  • d’abord, il n’y a pour le moment aucune preuve tangible que les réseaux soient vraiment interrompus dans toutes ces provinces.
  • sur le plan tactique, les Talibans ont réussi un coup de maître à moindre coût: ils ont neutralisé leur principale vulnérabilité (à savoir la difficulté à mener des opérations de nuit) tout en accentuant celle des contre-insurgés. Cependant, ils semblent avoir ciblé le réseau de manière à ne pas le rompre, en ayant également besoin.
  • sur le plan politique, les Talibans ont forcé les compagnies à leur obéir, démontrant ainsi l’incapacité du gouvernement afghan à assurer la sécurité.
  • sur le plan opératique, ils ont enfin paralysé l’action des Canadiens dans la zone de KANDAHAR, aujourd’hui un des principaux théâtres d’opérations avec le nord-est du pays (province de KUNAR)

KIP recommande aux contre-insurgés de protéger les infrastructures vitales les plus importantes de manière à contrer cette nouvelle tactique. En revanche, il ne pose pas la question qui me hante: cette coupure peut-elle réellement rompre les liens entre le gouvernement et la population? En Irak, les solidarités locales avaient joué de manière à contrer cette intimidation/gêne provoquée par les insurgés.

Quoiqu’il en soit, tout ceci renvoie évidemment au poids croissant de la sphère virtuelle et informationnelle, dont on oublie trop souvent -intoxiqués que nous sommes par le contresens que nous faisons sur la virtualité- qu’elle a des traces physiques.

Pour une fois….

COIN, Pays de l'insolence 0 commentaire »

Parlons de l’Afghanistan. J’attire votre attention sur cet article du New York Times narrant les opérations dans la Korengal Valley, ainsi que sur les photos qui l’accompagnent. Le commandant d’unité de la compagnie Bravo du 2nd Bataillon/503ème régiment d’infanterie (des paras) se bat dans une zone où le soutien de la population est inexistant. Une façon de rappeler que la contre-insurrection n’a pas de « modèle » ni de « bonnes pratiques », mais qu’elle dépend avant tout du contexte précis du théâtre.

Cliquez sur l’image pour le diaporama NYT

Par ailleurs, la Military Review fait paraître ce matin un article sur la TF DEVIL en Afghanistan.