Gagner en authenticité à l’oral

Sur la page

L’acentuation d’un mot
L’acentuation des mots composés
Les formes faibles
Formes fortes / faibles des auxiliaires
L’intonation de phrase
Les liaisons
Les groupes de souffle

L’accentuation d’un mot

Qu’est ce que l’accent tonique?

La plupart des français ont du mal à comprendre la notion d’accent tonique car la langue française est très faiblement accentuée.
Mais en anglais, on accentue les mots en intensifiant l’intensité de la voix sur certaines syllabes.

Il y a généralement une seule syllabe accentuée par mot. La syllabe qui porte l’accent est dite ‘tonique’, les autres syllabes sont dites ‘atones’. L’une d’elle peut néanmoins porter un accent secondaire, – c’est le cas lorsque le mot est particulièrement long.

En phonétique, on indique l’accent de mot par un trait vertical placé avant la syllabe accentuée, ex : author –  /ˈɔːθə(r)/. On note de la façon suivante l’accent secondaire [ , …]. Chaque signe est placé devant la syllabe accentuée.

Où place-t-on l’accent tonique?

En général, on le place sur la première syllabe du mot,

YouTube Preview Image

Mais ce n’est pas toujours le cas!

* Il se place sur la syllabe qui précéde celle qui porte le suffixe : – ion ( =nation) / -ic (=dynamic) / -ient (=efficient) / -ial (=residential / -ual (=mutual) / -ious (=ingenious) et -ity (eternity). Il existe très peu d’exceptions comme Television, Catholic, …

* Certains autres suffixes comme -al (=serial) , -ous (=dangerous), -ly (=definitely), -er (=adviser), -ed (=disgusted) , -ist (=anatomist), -ing (=disgusting) ou -ment (=judgement) n’ont aucune incidence sur l’accent tonique.

* Quand le mot n’a que deux syllabes, on n’accentue pas la première s’il s’agit d’un préfixe tel que ex- (= express), de- (=destroy), dis- (= disabled), re- (=request), sauf pour quelques noms et adjectifs qu’il faut apprendre par coeur (= expert)

Attention ! Il faut connaître l’accentuation des mots au même titre que leur prononciation car le sens d’un mot peut changer en fonction de son accentuation. Par exemple, dans de nombreux mots de deux syllabes, c’est l’accent tonique qui va permettre de faire la différence entre le verbe et le nom correspondant :
– increase (=augmenter) / increase (=augmentation)
– contract (=contracter) / contract (=contrat)
– record (=enregistrer) / record (=record)
– progress (=progresser) / progress (=progrès)

YouTube Preview Image

Si le mot a trois syllabes, on accentue le préfixe, ex Continent, intimate, exercise, sauf dans le cas de certains verbes tels que consider, discover, etc…

Dans tous les cas, c’est le point n°1 qui l’emporte sur tous les autres!

Quels mots n’est-il pas nécessaire d’accentuer ?

En règle générale, il s’agit des mots grammaticaux (auxiliaires à la forme affirmative en milieu de phrase, les articles, les pronoms personnels, les adjectifs possessifs, les prépositions et conjonctions.

Quels mots faut-il accentuer ?

Ce sont les mots qui portent l’information principale, à savoir les noms, les verbes, les adjectifs, les adverbes, ex :
The journalist is waiting for the star.

Bon à savoir : dans une phrase, parmi tous les mots accentués, celui que l’on juge le plus important peut-être plus accentué encore que les autres pour apporter une souligner quelque chose, ou corriger une affirmation, ex :
The mayor is here.
Is he the mayor of Langley ? (“mayor” est moins accentué que Langley car on en a déjà parlé)

Retour haut de page

L’accentuation des mots composés

Les mots composés sont fréquents en anglais (ex: rock painting, scuba diving…)
Lorsque le second mot peut être commenté par “qui se pratique …”, “qui sert à …”, “destiné à …” (ex: rock painting = de la peinture qui se pratique sur la roche), on accentue le premier mot, celui qui précise la fonction.

Attention ! Accentuer le premier ou le second mot peut changer le sens d’une expression, ex :
a girl friend = une amie
girlfriend = une petite-amie

blackbird = un merle
a black bird = un oiseau noir

Retour haut de page

Les formes faibles

Tout comme les auxiliaires, certaines conjonctions de coordination (ex : and, as, but, than, that*) et les prépositions  (ex : at, for, from, of, to, …) ont une forme forte et une forme faible dans laquelle la voyelle se prononce avec /∂/ (e muet). Souvent, on en a tendance à vouloir bien prononcer tous les sons voyelles, mais pour gagner en authenticité, mieux vaut choisir la bonne forme.

Quand elles ne sont pas suivies d’un nom, par exemple dans une question, on les prononce en forme forte, ex :
What is the author proud of ?
Who are the people waiting for ?
Where does the character come from ?

Dans les autres cas, mieux vaut les prononcer sous leur forme faible, sauf si bien sûr, on souhaite réellement mettre en élément en relief.

* Attention ! Le demonstratif THAT est toujours prononcé /ðæt/

Retour haut de page

Formes fortes/faibles des auxiliaires

A la forme interrogative ou affirmative, on a souvent du mal à percevoir les auxiliaires sous leur forme faible car leur voyelle se réduit le plus souvent au son /ə/ (= e muet), ex :
What are /ə/ they doing here ? ?
What has /əz/ he done ?
They can /kən/ stay here tonight.

Mais on les prononce en forme forte lorsqu’ils se trouvent en début de questions (ex : Are you Mr Thomson ?) ou en fin de phrase (ex : Yes, I am.)
On les prononce aussi en forme forte dans les phrases emphatiques (ex : I am ready now!)

A la forme négative, une partie du message est porté par la négation, qui doit être entendue. C’est pour cela qu’on privilégie dans ce cas la forme forte.

Bon à savoir :

  • si on entend clairement l’auxiliaire, il a de grandes chances d’être à la forme négative. On peut néanmoins accentuer un auxiliaire à la forme affirmative pour souligner une information, ex : you mustn’t go out now but you can leave after an hour.
  • Quelle que soit la façon dont un auxiliaire est écrit ( sous sa forme pleine, ex : He is the person in charge of the programme ou sous sa forme contractée, ex : He’s the person in charge …), on le prononce généralement sous sa forme faible (He’s the …)

Attention ! On peut employer la forme faible de have /əv/ à l’oral quand il s’agit de l’auxiliaire. En revanche, ce n’est pas possible pour le verbe lexical HAVE, toujours prononcé dans sa forme forte.

Retour haut de page

L’intonation de phrase

L’intonation de la phrase anglaise peut être montante ou descendante. Voici quelques pistes pour vous y retrouver!

L’intonation descendante : la voix part d’une note assez haute sur le premier accent de mot vers une note basse sur le dernier accent de mot. Mon conseil : il ne faut pas hésiter à percher sa voix au départ. C’est plus facile d’atteindre une note basse en fin de phrase.
Visualiser une balle qui rebondit de marche en marche pour finir en bas des escaliers peut aider à réaliser une intonation descendante.

Je suis sûr et certain de ce que j’énonce, ex : I am French. I come from Metz.

J’emploie un question-tag pour meubler la conversation, c’est à dire que je n’attends pas de réponse,  exIt’s very cold today, isn’t it.

Il me faut une information pour compléter ce que je sais déjà, je pose donc une question en WH-, exWhat is your phone number?

=> Attention, pour un locuteur français, poser une question sur une intonation descendante n’est pas chose facile. Si l’intonation de voix est montante, votre interlocuteur anglais va penser qu’elle est incomplète et ne va donc pas y répondre car il attend la suite. La communication est rompue!

Je donne un ordre ou un conseil pressant, exCome here! Take the second on the left.

Je m’extasie, je donne un avis définitif sur quelque chose, exWhat a beautiful scenery! What a strange idea!

***

L’intonation montante part d’une note basse pour atteindre une note haute sur le dernier mot accentué.

Je ne suis pas certaine de ce que j’énonce, exMaybe he is out.

J’emploie un question-tag pour demander une confirmation ou une infirmation de ce que j’avance, exHe is not supposed to join us tonight, is he?

J’ai un doute sur une information, l’intonation de mes YES – NO questions est montante : Is he married? Don’t you think we should go?

Je formule un ordre ou une demande en ménageant la susceptiblité de mon interlocuteur, ex :Can you call me back?  Take my coat, will you?

***

Dans certains cas, l’intonation peut être descendante–ascendante, par exemple pour :

* apporter une précision sur ce qui vient d’être dit, ex : He is arriving tomorrow, not tonight!

* marquer son hésitation, ex :  I hope she will!

***

Dans d’autres cas, l’intonation peut être ascendante–descendante, par exemple pour :

* marquer son opposition, ex :  Are you? I’m not!

* marquer sa désapprobation, ex: Don’t be so stupid!

Il faut donc être attentif à l’intonation de sa voix et à celle de ses interlocuteurs pour saisir toutes les nuances d’un énoncé, et éviter des impairs fâcheux!

Retour haut de page

Les liaisons

Comme en français, il faut faire à l’oral des liaisons entre certains mots pour faciliter leur compréhension et aussi pour augmenter son débit.  Par exemple le son consonne final d’un mot enchaîne sur le son voyelle suivant, ex : She is an incredible actress.

Bon à savoir : en début de mot …
*  Y est considéré comme un son voyelle, ex : year, yellow, yatch …
* U a soit un son voyelle, ex : umbrella, unknown, …  soit un son consonne, ex : universal, ubiquity, uniforms

Que se passe-t-il lorsque deux sons consonnes pratiquement identiques se suivent (ex : a big gap) ?
On effectue une liaison par effacement, c’est à dire que l’on ne va pratiquement pas entendre le son consonne final du premier mot car il va disparaître au profit du premier son consonne du mot qui suit.

Que se passe-t-il quand deux sons voyelles se suivent ? La liaison se fait avec le son …

  •  /w/ lorsque le premier mot se termine par le son /u/, /u/, /əu/ ou /au/,  ex : He is so intelligent
  • /j/ lorsque le premier mot s e termine par le son /i:/,  /i/, /ei/, /ai/ ou /oi/, ex : the animals lie in the sun

Retour haut de page

Les groupes de souffle

Les groupes de souffle sont à l’oral, ce que la ponctuation est à l’écrit.  Voici un exemple en français illustrant l’importance de celle-ci :
“Mon choix est fait ! T’oublier ? Moi ? Jamais ! Je ne pourrais vivre sans amour avec Adèle. Je préfère vivre heureux.”
“Mon choix est fait : t’oublier. Moi, jamais je ne pourrais vivre sans amour.  Avec Adèle, je préfère vivre heureux!”

L’ordre des mots est strictement le même, mais dans la phrase 1, il s’agit d’une déclaration d’amour, et dans la phrase 2, d’un message de rupture !

Le choix de la ponctuation à l’écrit, fait partie intégrante du processus de communication. Il en est de même des groupes de souffle. Mal découpés, trop longs, trop courts, ils peuvent brouiller complètement la teneur d’un message.

Voici un autre exemple, cette fois-ci à l’oral, et en anglais. Il s’agit à nouveau d’une déclaration d’amour et d’un message de rupture (coïncidence 😉 )
Exemple en anglais

Retour haut de page