Avr 18

B2 : bien s’entraîner à la production orale

Consigne : Présentation et défense d’un point de vue à partir d’un court document déclencheur. Préparation 30 minutes, présentation 20 minutes.

Conseils : Vous présenterez votre opinion sur le sujet de manière construite et argumentée.

Thème : éducation / société

Problématique : Faut-il encore donner des devoirs aux élèves ?

 « Les parents réclament des devoirs quand les enseignants n’en donnent pas»

Les élèves s’en plaignent, les parents aussi. Même les enseignants ne sont pas toujours convaincus de leur utilité. Les devoirs à la maison font partie des meubles de l’école, difficile de s’en séparer. Faut-il le regretter ?

L’arrêté du 23 novembre 1956 interdit les devoirs écrits à la maison, pour le premier degré¹. Si l’on s’en tient aux textes, les élèves ne devraient avoir qu’à apprendre leurs leçons ou poésie. Depuis tout un tas de textes sont venus rappeler cette interdiction. Sans succès.

Les devoirs à la maison sont l’un des rares éléments permettant aux parents d’avoir un regard sur l’activité de leurs enfants en classe. D’où les discours contradictoires des parents. D’un côté, ils se plaignent de la contrainte des devoirs, qui aboutissent souvent à des psychodrames familiaux. Et, d’un autre, ils sont les premiers à s’inquiéter et à en réclamer quand l’enseignant n’en donne pas ou pas suffisamment. Beaucoup d’instits racontent avoir tenu bon quelques années avant de craquer et d’en donner «comme tout le monde», sous la pression des parents.

Sur le plan pédagogique, les devoirs sont-ils efficaces ? De nombreuses études ont été menées sans que l’on puisse en tirer de résultat probant. Comment savoir ce qui a été acquis en classe ou le soir à la maison ? Les bons élèves doivent-ils leurs bonnes notes à la pratique assidue des devoirs ? Ou font-ils leurs devoirs parce que justement ils ont bien intégré la leçon en classe ?

Quant au bilan des cinq dernières années, l’inspection générale a dressé un bilan plutôt négatif des mesures mises en place. Par exemple, l’aide personnalisée pour les élèves en difficulté est organisée dans des interstices de l’emploi du temps, entre midi et deux notamment. Ça allonge la journée des enfants, déjà chargée. Se poser la question des devoirs, c’est aussi s’interroger sur les rythmes scolaires.

http://www.liberation.fr/societe/

1. le premier degré : école maternelle et primaire

Laisser un commentaire