SITUATIONS MOTIVANTES

Le blog d'une enseignante spécialisée en RASED

SITUATIONS MOTIVANTES - Le blog d'une enseignante spécialisée en RASED

Analyse de l’activité « blog personnel » pour eLearn²

Dans le cadre de ma participation au MOOC eLearn² “se former en ligne pour former en ligne” je dois présenter un de mes cours et l’analyser en me référant aux deux modèles présentés dans le MOOC : IMAIP (Information Motivation Activités Interaction Production) d’une part et l’alignement constructiviste d’autre part.

Le cours que j’ai choisi de présenter concerne la rédaction de blogs personnels par des élèves de CM1-CM2 (9-11 ans). Ces élèves rencontrent des difficultés de maîtrise de la langue écrite (syntaxe, orthographe, cohérence dans la rédaction…) et il faut trouver un moyen de les faire progresser dans ce domaine. Ils ont suivant les sessions 1 à 2 heures par semaine, en petit groupe (de 4-5 élèves) et étalées sur 6 mois environ. Ce travail est décrit en détails dans ce billet et dans cet article paru dans la revue de l’EPI.

Commençons par regarder ce cours avec le prisme du modèle IMAIP :

Pour en savoir plus pour ce modèle, cliquez sur l'image.

Pour en savoir plus sur ce modèle, cliquez sur l’image.

Ici le contexte est le suivant : il s’agit de s’adresser à des élèves qui rencontrent des difficultés importantes dans le passage à l’écrit, ils n’aiment pas écrire car ils se vivent comme étant incompétents mais doivent absolument progresser avant d’aborder le collège. Ils sont pris en charge en petit groupe dans la salle informatique de l’école.

 

Pour relancer la motivation à écrire, il va falloir ruser avec du détournement pédagogique. En effet, pour progresser ils doivent s’entraîner, donc écrire et idéalement avoir envie d’écrire. D’où l’idée de transposer à l’école une pratique personnelle courante chez les pré-adolescents ayant des choses à dire/écrire : la tenue d’un blog personnel sur un sujet qui les intéresse. Cette activité a été proposée en pleine période d’essor des Skyblogs d’adolescents, aujourd’hui le support à choisir serait certainement différent.

Ensuite, au cours des semaines, les échanges entre pairs, les retours des lecteurs, l’avancée du blog augmentent le sentiment de compétence des élèves ce qui entretient et même augmente pour certains la motivation.

 

Les interactions sont nombreuses et variées, elles se situent à plusieurs niveaux :

- chaque élève s’adresse, sur un sujet qui lui tient à cœur, à des lecteurs avec lesquels il souhaite partager sa passion

- les lecteurs font parfois des retours via les commentaires, ce qui montre à l’élève qu’il est lu et le pousse à répondre, préciser, creuser son sujet

- pendant la phase de rédaction, où l’élève a besoin d’aide pour le passage à l’écrit, il est accompagné par l’enseignant mais aussi et surtout explique à celui-ci ce qu’il veut écrire en étant expert de son sujet (Naruto ou le catch par exemple ne sont pas des sujets que je maîtrise particulièrement bien)

- beaucoup d’échanges ont aussi lieu entre pairs : lectures croisées des productions des autres, commentaires (oraux ou écrits), aides techniques diverses (saisies de caractères spéciaux, intégration d’images ou de vidéos, modification du thème du blog, mise en page…)

 

L’information, elle, provient de plusieurs sources : de ce que sait l’élève sur le sujet, de documents papier (livres, revues, images…), de recherches sur Internet et des échanges avec les pairs et les lecteurs. Très vite, chaque élève a le souci de ne pas faire d’erreur et de vérifier attentivement l’exactitude des informations qu’il utilise.

 

L’activité est intense, il faut trouver des sujets, les formuler à l’écrit (parfois avec une phase orale préalable nécessaire), se relire, demander de l’aide, se corriger puis mettre en forme et enfin publier.

 

Enfin, la production visible, publique, que l’élève peut montrer à ses parents et à ses copains est concrète, s’enrichit de façon “palpable” et perdure au delà de la période d’activité en elle-même.

 

Voyons maintenant ce que cela donne avec le prisme du modèle de l’alignement constructiviste :

Pour en savoir plus sur ce modèle, cliquez sur l’image.

Pour en savoir plus sur ce modèle, cliquez sur l’image.

Concernant le deuxième modèle c’est un peu plus délicat car cette activité ne donne pas lieu à une évaluation formelle.

 

Les objectifs sont fixés individuellement pour chaque élève en fonction de ses besoins spécifiques, ils lui sont clairement indiqués mais en même temps il s’agit aussi et surtout de “piéger” l’élève dans une activité qui va le pousser à travailler sur ses points faibles sans trop s’en rendre compte pour que cela ne lui pèse pas trop.

Pour les activités je vous renvoie à ce qui est décrit plus haut, quant à l’évaluation elle est en quelque sorte observable en cours de tâche : dans la réalisation possible du blog, l’allègement de l’étayage, la facilité accrue pour écrire mais aussi pour quelques élèves dans l’implication sur leur temps personnel avec des rédactions de billets de chez eux avec des sollicitations de corrections par mail avant publication.

Dans ce contexte l’alignement n’est donc pas forcément facile à montrer même s’il y a un grand souci de cohérence.

 

Me voilà arrivée à la fin de l’exercice tel que proposé dans le cadre du MOOC eLearn² en espérant qu’il est aussi intéressant à lire que j’ai trouvé intéressant de l’écrire…

 

Crédit images : eLearn²

Catégorie : eLearn2, MOOC, Portfolio