SITUATIONS MOTIVANTES

Le blog d'une enseignante spécialisée en RASED

SITUATIONS MOTIVANTES - Le blog d'une enseignante spécialisée en RASED

Présentation

Un blog pour partager des situations motivantes qui aident mes élèves à progresser…


 

Deux grandes idées me guident dans le choix ou la création de situations :

- la complexité

et / ou

- « faire pour de vrai »


 
N’hésitez-pas à me solliciter si vous souhaitez plus de détails sur une situation ou pour me faire part de votre expérience et de vos idées … contact

 
Vous trouverez sur mon blog « Aventures mathématiques » d’autres situations mathématiques ainsi que des détails sur ma façon de travailler les mathématiques.

 

LA COMPLEXITÉ engrenages 3

Pourquoi je m’attache à proposer aux élèves en difficulté des tâches complexes ?
 

Parce que c’est justement ce qui leur pose problème

En effet, la plupart des élèves en difficulté peuvent acquérir des mécanismes mais ont beaucoup de difficultés à savoir quand et comment les mettre en œuvre dans une situation complexe.
 

Parce que le monde est complexe

Depuis le début du XXe siècle, la plupart des chercheurs en sciences humaines et des philosophes laissent de côté l’approche cartésienne, analytique et la recherche de la simplicité, au profit des concepts de diversité et de complexité. Tout ne peut pas être catégorisé, la nature ne fonctionne pas analytiquement, la vie quotidienne n’est pas logique. Aujourd’hui, avec les nouvelles technologies, la multiplication des communications, l’accès à l’information, la mondialisation… notre vie continue de se complexifier jour après jour. Yves BERTRAND constate que : « La plupart des analystes amenés à réfléchir sur la situation générale de l’éducation s’entendent sur un point : l’éducation contemporaine est profondément marquée par une complexité grandissante de plus en plus difficile à comprendre et à expliquer ».[1] L’éducation, et donc le travail de l’enseignant, sont aujourd’hui de plus en plus complexes.
 

Parce que les situations complexes ont plus de sens

Le sens est une idée intelligible à laquelle un objet de pensée peut être rapporté et qui sert à expliquer, à justifier son existence.[2] Or pour expliquer et justifier un objet de façon intelligible, pour lui donner son sens, il faut avoir en tête une vue d’ensemble de ce qui compose cet objet et des liens existant entre ses divers éléments. C’est pourquoi la décomposition du complexe en éléments simples est limitatrice et provoque une perte de ce sens. Il n’est donc pas judicieux de simplifier pour mieux accumuler des connaissances sans liens entre elles. La conception de l’apprentissage selon l’équipe ERMEL est que l’élève a besoin d’adapter ce qu’il savait à une situation nouvelle ou même de restructurer, parfois radicalement, ses savoirs antérieurs. Pour cela il faut permettre à l’élève de faire un saut, de franchir un obstacle en lui proposant des activités qu’il ne sait pas réaliser seul d’emblée mais qu’il peut s’approprier avec l’aide de l’enseignant et de ses pairs et qui suscite chez lui de l’intérêt. [3] Il convient donc en fonction des compétences visées de choisir ou de construire une situation mettant en jeu ce qui est visé dans un contexte contenant les paramètres entourant naturellement la notion à acquérir. Il ne viendrait à personne l’idée pour apprendre à conduire à quelqu’un de d’abord l’entraîner longuement à changer les vitesses à l’arrêt. Pour savoir conduire, le futur conducteur devra apprendre à maîtriser ce geste en situation réelle en fonction de nombreux paramètres (vitesse, autres véhicules, code de la route, état de la chaussée…) et seules la pratique et la prise de conscience progressive de tous les paramètres à prendre en compte permettra l’apprentissage puis l’automatisation de la conduite.
 
Montaigne disait : « mieux vaut une tête bien faite que bien pleine ». Selon Edgar MORIN « ce que signifie une tête bien pleine est clair : c’est une tête où le savoir est accumulé, empilé, et ne dispose pas d’un principe de sélection et d’organisation qui lui donne sens. Une tête bien faite signifie que, plutôt que d’accumuler le savoir, il est beaucoup plus important de disposer à la fois :

- d’une aptitude générale à poser et traiter des problèmes,

- de principes organisateurs qui permettent de relier les savoirs et de leur donner sens ».[4]


Enfin parce que c’est plus motivant

D’une manière générale, découper les tâches en éléments simples rend le travail monotone alors qu’accroître la complexité augmente l’intérêt donc la motivation. Proposer une tâche complexe à l’élève, c’est le valoriser, lui montrer qu’on le croit capable de réussir, c’est aussi une bonne façon d’éveiller sa curiosité naturelle. L’absence de motivation a souvent sa source dans la conscience erronée de l’incapacité. Montrer à l’élève qu’il peut réussir dans une activité complexe peut faire évoluer positivement l’image qu’il a de lui-même et de ses capacités.
 
« POUR DE VRAI »

Apprendre « pour plus tard » en « faisant semblant » n’est pas une évidence pour les élèves en difficulté. Il est essentiel de proposer à ces élèves (et aux autres) de faire « pour de vrai », de vivre des expériences, afin de travailler à la fois sur le « désir d’apprendre » et sur l’acquisition et/ou l’utilisation de compétences en situation réelle.
 

Je crois très fort que cela permet d’impulser une dynamique et de faire évoluer leur rapport au savoir.
 

Trouver de « vraies situations », le moins artificielles possible, n’est pas toujours aisé… n’hésitez pas à me faire part des vôtres !


[1] Article d’Yves BERTRAND dans Questions pédagogiques – Encyclopédie historique coordonnée par Jean HOUSSAYE, Hachette Education, 1999, page 73

[2] Petit Robert 1984

[3] ERMEL, Apprentissages numériques et résolution de problèmes – CE1, Hatier, 1993, pages 16 à 33

[4] MORIN E., La tête bien faite – Repenser la réforme, réformer la pensée, Seuil, l’histoire immédiate, 1999, page23

  • Astrid de Roquemaurel a dit :

    Mais non, je blogue !, souhaitait faire savoir à ses visiteurs qu’on pouvait aussi bloguer les maths et trouver de nouvelles formules motivantes et innovantes pour enseigner de façon adaptée, alors un petit lien a été ajouté : http://www.maisnonjeblogue.com/2008/11/01/salon-kidexpo-2008-automne-2008-animation-mais-non-je-blogue/

    2 novembre 2008 à 8:02
  • Stéphanie de VANSSAY a dit :

    Merci, de mon côté j’ai ajouté une chaude recommandation très méritée pour ton ouvrage dans l’article « Blogs » http://lewebpedagogique.com/devanssay/2008/06/27/blogs/

    2 novembre 2008 à 13:27
  • kiker a dit :

    je veux savoir différence entre complexe et compliquée

    20 novembre 2008 à 1:16
  • devanssay a dit :

    Il n’est pas aisé de différencier « complexe » et « compliqué » souvent présentés comme des synonymes.

    Edgar Morin définit ainsi le mot « complexe » : « plexus (entrelacement) vient de plexere (tresser) […] Complexus : ce qui est tissé ensemble… le tissu venu de fils différents et qui sont devenus un. ” « D’où la définition : « La complexité est un tissu de constituants hétérogènes inséparablement associés : elle pose le paradoxe de l’un et du multiple… L’unité du complexus ne détruit pas la vérité et la diversité des complexités qui l’ont tissé. » Il y a aussi cette définition plus « simple » provenant d’un dictionnaire : « Qui contient plusieurs éléments différents et combinés d’une manière qui n’est pas immédiatement claire pour l’esprit, qui est difficile à analyser. »

    Pour « compliqué » on a la définition suivante : « Qui est difficile à appréhender, analyser et comprendre. »

    Ce qui pourrait différencier les deux serait l’imprévisibilité pour le complexe que l’on ne peut réduire à un modèle. Ainsi comme le fait remarquer J-L. Le Moigne, le contraire de « complexe » n’est pas « simple », mais « implexe » qui caractérise une unité d’action indécomposable, et pourtant irréductible à un élément unique.

    25 avril 2009 à 20:55
  • christine a dit :

    bonjour!
    en suisse romande nous parlons de « tâches complexes » qui sont des activités aussi proche que possible de la réalité et qui font appel à plusieurs compétences. J’en ai créé quelques unes. Elles sont exigées dans la formation des enseignants-
    https://plone.unige.ch/sites/admee08/communications-individuelles/m-a6/m-a6-3
    Notre référence est monsieur Pierre-françois cohen

    merci pour vos excellentes idées.

    11 mai 2009 à 7:25
  • Ostiane a dit :

    Bonjour Stéphanie,, je monte un dossier sur l’usage des blogs de classe en primaire. Me permets-tu d y citer le tien?

    A bientôt
    Ostiane

    3 juin 2009 à 7:01
  • devanssay a dit :

    Bien sûr Ostiane, avec plaisir !!!

    3 juin 2009 à 18:58
  • Ostiane a dit :

    Et voilà qui est fait!

    http://lewebpedagogique.com/blog/2009/08/25/de-lusage-dun-blog-en-primaire-par-ostiane-mathon/

    Un dossier à l’usage de l’apprenti blogueur…ce qui n’est pas ton cas, évidemment! Merci pour ta coopération! Partagez la connaissance…telle est la devise du WP!

    Au fait, je viens de nourrir tes poissons…affamés ils étaient!

    Bonne reprise Stéphanie!

    30 août 2009 à 7:07
  • Armelle Legars a dit :

    Bonjour Stéphanie, bonjour Ostiane,

    Un dossier à l’usage d’une apprentie blogueuse, ça m’intéresse beaucoup. Mais le lien n’aboutit pas…

    Merci pour le partage de vos réflexions,

    Armelle

    5 novembre 2012 à 21:04
  • devanssay a dit :

    Le bon lien est celui-ci : http://lewebpedagogique.com/blog/de-lusage-dun-blog-en-primaire-par-ostiane-mathon/

    8 novembre 2012 à 20:04

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs requis marqués avec *

*