Home » Aller voir ailleurs ! » Urbicande ou le changement dans les organisations

Urbicande ou le changement dans les organisations

Compteur Compteur


953521 personnes nous ont rendu visite

sur Facebook

Retrouvez le réseau Facebook

Clinamen, en éducation ?

Clinamen, concept extrait de la Nature des Choses, de Lucrèce (1er s. ap. JC) infime changement dans un monde si parfait, si ordonné et si prévisible qu’il reste stérile. De la légère déviation d’une trajectoire trop rectiligne vinrent rencontres, créations, grouillement de la vie et des idées et tous les possibles. Quels seraient pour vous ces "infimes" changements dans notre monde de l'éducation et de la formation, qui feraient par rencontres fertiles et croisement d'idées, qui amélioreraient de façon conséquente et durable la vie et la réussite de tous ?
décembre 2007
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

L’image, vignette tirée de l’album Urbicande, de Schuitten et Peters, 1995, est surprenante, et évocatrice; elle peut dérangée Elle nous invite à nous interroger sur les raisons et les modalités « d’aller voir ailleurs ».

Dans un espace clos, naturellement par un décor montagneux en arrière-plan, et par l’artifice architectural d’une construction labyrinthique des murs maçonnés tout en hauteur, s’entrouve une brêche.

Les gravas situés à l’extérieur du mur d’enceinte, comme les premiers pas d’un homme (ou d’une femme) qui s’est engagée vers le « dehors », nous attestent que vers un « ailleurs » que le mouvement se fait.

Mais inextricabement imbriqué dans les murs, d’un ordre architectural radicalement différent, d’une nature toute métallique, nous semble-t-il, dirait-on technologique ausi, d’une conception complétement alternative, un cube aux tubulures déjà affirmées, aux pointes émergeantes, et croissantes nous apprendra l’album, en décalage d’angle important, un cube.

Coincé dans l’entrelac des hauts murs cloisonnés, notre personnage n’a pu le percevoir; il n’en a aperçu que quelques fragments, sans doute fort dérangeants, pour sa circulation, pour la bonne marche du labyrinthe; il lui faut donc sortir par la brêche, mais est-ce lui qui l’a provoquée ?, et faire quelques pas « dehors » pour en mesurer toute l’ampleur; pour évaluer sa taille, sa nature et en comprendre le sens.

L’allégorie est tentante pour nous, enseignants; oserions-nous tenter quelques transpositions audacieuses (malicieuses ?). Termes à termes, quels seraient alors selon votre point de vue: le labyrinthe, le cube, la brêche, le personnage ?

Mais aussi, quelles modalités recouvreraient ici la brêche, le cheminement, le point de vue ?

Pourrions-nous retenir de cette métaphore quelques points pour notre travail commun, tels que: le cheminement, le changement de point de vue, et de perspective; « l’autorisation » du personnage ?

Ainsi, avec vos réponses, nous percevons qu' »aller voir ailleurs » peut être certes la découverte d’un autre « monde » radicalement différent, étrange ou exotique, mais bien plus sûrement une occasion d’apprendre sur nous-mêmes, sur notre propre organisation ou système, tellement « spécifique ». En est-on sûr ?

Image extraite de La fièvre d’Urbicande, Benoît Peeters, François Schuiten, 1995.

En savoir plus : http://www.urbicande.be


Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.