Club débat 01/12/17 : lé télévision

Le débat s’ouvre en évoquant la diversité des programmes : films, documentaires, télé réalité, séries, informations …. mais il y a aussi beaucoup trop de publicités.

Certains programmes ont le pictogramme pour indiquer l’âge mais pas toujours et c’est gênant pour les plus jeunes qui peuvent voir des images choquantes comme aux informations. Il faut expliquer aux enfants à quoi servent les pictogrammes pour qu’ils puissent les utiliser.

Il faut essayer de ne pas regarder trop la télévision pour faire autre chose, sortir, rencontrer les amis. Regarder la télé peut fatiguer, et prendre sur le temps de sommeil.

On peut la regarder pour se passer le temps, pour se distraire, pour apprendre des choses… à chacun ses goûts. Elle n’est pas indispensable on peut vivre sans mais le mieux reste d’avoir la télé et ne pas en abuser. C’est bien de passer du temps avec la famille devant un programme pour être ensemble. Il y a la « tradition » de l’émission comme Koh-Lanta le vendredi soir avec la famille pour certains. C’est bien lorsque les parents encadrent et donnent des horaires à respecter.

Pour terminer les élèves évoquent la difficulté de faire ses devoirs lorsque la télé fonctionne car c’est difficile de se concentrer.

It’s only fair to share…Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

la veille documentaire

L’une de nos missions est la veille documentaire. Comment la mettre en place de façon cohérente et pertinente par rapport à mon environnement de travail ?

« Jean-Louis Durpaire défini la veille comme une posture intellectuelle et personnelle qui consiste à se former et ceci à trois niveaux. Le premier niveau, fondamental en tant qu’éducateur et facilité par les outils actuels, se situe dans la réflexion sur ce qu’on fait, ce que l’on est, comment on cherche aujourd’hui. Second niveau: la veille qui conduit à des produits, ciblés et en direction de communautés, pour faire gagner du temps. Enfin troisième niveau : comment produit-on et pour quoi? Il convient de raisonner par rapport aux destinataires. »

Pour qui :
• les élèves
• les enseignants
• un groupe (projet …)
• moi même
Objectifs :
• se former et s’informer sur des sujets précis
• anticiper les évolutions de la profession.
• alimenter un projet ou permettre de suivre l’actualité de la profession, ou les
publications.
1. Outils Pour les élèves/enseignants :
•  twitter  Peu utiliser pour l’instant car peu de pratique dans l’établissement, reste à développer (idée du twittcontes …)
ENT90 : permet de mettre des informations en interne (mails, page d’accueil, liens, documents…)
ESIDOC
Comment les informer : via l’ENT, faire des liens entre les différents outils, en EMI, de vive voix, rappel lors des besoins ponctuels.
2. Outils Personnellement :
• Les listes de diffusions auxquelles on peut s’abonner : elles permettent de recevoir
périodiquement une compilation d’informations. Je m’abonne à deux listes
• archiver des liens : ils permettent de constituer des dossiers en vue d’un projet ou par thématiques, mettre un lien intéressant pour y revenir plus tard. Je choisis le portail koleo
et pearltrees.
• recevoir les flux RSS : ils permettent de surveiller les actualités de différentes sources
ou sujets. Je vais expérimenter feedly.com . 
• Compte FB permet de s’abonner à des pages et de rester informer
•  twitter permet également de faire de la veille : j’ai un compte perso.
• site docfriend : Il me permet de rester structurer, d’archiver des liens, des séquences, des projets…
Je pense que le plus difficile reste à ne pas trop se disperser et ne pas trop passer de temps ; ne pas chercher à tout maitriser mais rester en phase avec son environnement.
It’s only fair to share…Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Club débat 24/11/2017 : la cuisine

Les élèves différencient la cuisine pour se nourrir et la cuisine plaisir. On trouve plusieurs sortes de cuisine, c’est très varié : cuisine traditionnelle, moléculaire, par pays ….La cuisine peut être un art ou devenir un métier.

Les 7 élèves présents cuisinent, seuls ou accompagnés pas les parents. Certains suivent des recettes, d’autres improvisent et laissent place à l’imaginaire. Ils sont tous d’accord pour dire que c’est un moment privilégié de partage avec les parents. Cuisiner c’est amusant. On découvre des saveurs.

Cuisiner c’est mieux que de manger des produits industriels et déjà transformés. Cela peut être un plaisir mais ça peut devenir pénible lorsque c’est quotidien et prendre du temps. Le gaspillage est naturellement évoqué et la chance d’avoir un cuisinier au collège qui en plus cuisine avec des produits locaux. Chacun à sa façon de cuisiner. Les recettes sont parfois transmises dans la famille (recettes de grands-mères) . Cuisiner peu être couteux ! Les fêtes sont propices à la cuisine.

Le repas c’est passer du temps ensemble et prendre son temps à échanger. Les élèves apprécient le repas du soir pour échanger avec les parents.

Avec la collaboration de Nina

 

It’s only fair to share…Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page