Poésie du Gabon

Ce que dit le tam tam
Ce que dit le tam tam
Est au fond de mon cœur
Le tam tam chante
L’arrivée de la pluie
Le tam tam chante
Le passage des perroquets
Le tam tam chante
Le départ des combattants
Le tam tam chante
La naissance des jumeaux
Ce que dit le tam tam
Est au fond de mon cœur
Le tam tam chante
La fleur qui naît et meurt
Sans bruit
le tam tam chante
L’aube des temps nouveaux
Le tam tam chante
La terre nourrissante
Le tam tam chante
Le ciel fleuri d’étoiles
Ce que dit le tam tam
Est au fond de mon cœur
Le tam tam chante
La solitude de l’exilé
Le tam tam chante
Le lever du soleil
Le tam tam chante
La vie qui s’ouvre à l’enfance
Le tam tam chante
Ce que dit mon cœur
Tout bas tout bas.
Pierre Edgar Moundjegou Mangangue (Gabon)

It’s only fair to share…Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Poésie sur le Congo

Au Congo

Mon bébé sur le dos
Je vais chercher de l’eau
Au fond du Marigot
Sur mes cheveux nattés
J’ai posé un panier
Plein de cœurs de palmiers.
Au soleil il fait chaud
mon bébé sur le dos
Dans mon pagne indigo.

Anonyme

Lecture audio par Christophe

It’s only fair to share…Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Poésies sur les animaux d’Afrique

Le petit chameau

Il était un petit chameau

Qui dormait dans un grand berceau.

Son père était roi d’un désert

Où s’élevait un grand château.

Mais on n’y voyait que des pierres

Luisantes comme des couteaux.

Le roi avait fait teindre en vert

Les rideaux jaunes du berceau.

Ainsi, le tout petit chameau

Qui dormait dans le grand soleil

Où il avait toujours trop chaud,

Pouvait-il croire, à son réveil,

Qu’il était un petit agneau

Couché, à l’ombre d’un grand chêne,

Dans un pays de fleurs et d’eau.

Maurice Carême

Lecture audio par Gabriel

Les larmes du crocodile

Si vous passez au bord du Nil

Où le délicat crocodile

Croque en pleurant la tendre Odile,

Emportez un mouchoir de fil.

Essuyez les pleurs du reptile

Perlant aux pointes de ses cils,

Et consolez le crocodile :

C’est un animal très civil.

Sur les bords du Nil en exil,

Pourquoi ce saurien pleure-t-il ?

C’est qu’il a les larmes faciles

Le crocodile qui croque Odile.

Jacques Charpentreau

It’s only fair to share…Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page