Club débat 8 : la fatigue

Un élève ouvre le débat avec sa propre définition de la fatigue : « c’est quand tu n’as plus de force, tes jambes ne te portent plus, tu n’arrives plus rien à faire » !

Les élèves évoquent tout de suite le mauvais sommeil qui peut causer de la fatigue :
– risque pour la santé, c’est aussi important que la nourriture et l’eau.
– il permet au cerveau de se reposer.
– réduire le sommeil pour regarder la télévision ou jouer aux jeux vidéos est néfaste.
– les adultes qui travaillent la nuit ou d ‘équipe ont le sommeil déstructuré
– difficulté à s’endormir – nuits blanches
– dormir trop tard le matin
– mauvais matelas peu conduire à un mauvais sommeil
8 élèves ont plutôt un bon sommeil, 1 élève a un mauvais sommeil.

Lorsqu’il fait beau on est moins fatigué car on a plus le moral et plus de vitamine D.

La fatigue peut être liée à une maladie.

La fatigue peut être physique mais aussi intellectuelle.

source illustration / usage pédagogique: leschosettes.canalblog.com

It’s only fair to share…Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Club débat 7 : la nourriture

les élèves font la différence entre la nourriture vitale et la nourriture pour le plaisir.

Ils distinguent :

  • les chaines rapides, « fast food »
  • les restaurants gastronomiques
  • les repas quotidiens
  • la cuisine moléculaire
  • la nourriture du futur (insectes…)

La nourriture rapide a des conséquences sur la santé des personnes avec par exemple des problèmes de digestion, de surpoids. Mais il y a une part importante de plaisir dans ce choix de repas. 8 élèves sur 10 pensent que l’on peut manger dans les « fast food » de temps en temps pour le plaisir contre deux qui s’y opposent pensant qu’il est préférable de manger de tout.

Tous le monde est différent aussi il existe beaucoup de  façon de se nourrir : végétarien, végétalien, manger bio, manger local …Ils peut s’agir d’un choix par rapport à sa santé, ses idéaux, défendre la cause animal, défendre la cause écologique.

La cantine permet à tous les élèves de manger à sa faim. Certains élèves découvrent des nouveaux produits par ce biais qu’ils ne mangeraient pas chez eux. C’est une nourriture variée et équilibrée. Par contre il y a toujours du gâchis. Certains on  les yeux plus gros que le ventre, d’autres n’osent pas demander moins et enfin certains ne se responsabilisent pas du tout et n’ont pas envie de faire l’effort.

« Lorsqu’on jette de la viande on a tué un animal pour rien ! » dit un élève !

Il faut penser que des famille n’ont pas beaucoup d’argent pour ce nourrir et que certains pays connaissent la famine. Alors on devrait faire plus attention et moins gâcher !

Le fait que les magasins jettent les produits périmés interpelle les élèves. Certains produits vont bien au delà des dates de péremption. les magasins mettent les dates les plus longues derrière, c’est aussi une façon de moins gâcher, que ça ne passe pas à la poubelle.

 

Un élève a apporté des vers de farine comestibles. Les insectes, la nourriture du futur ?

 

 

Pour aller plus loin :
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F10990
http://www.60millions-mag.com/2016/03/18/peut-consommer-des-produits-perimes-10273
http://www.mangeons-des-insectes.com/pourquoi-manger-des-insectes

La semaine prochaine : la fatigue

It’s only fair to share…Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Club débat 3 : les profs – suite

Une élève s’interroge sur les fournitures scolaires. Elle s’étonne de devoir acheter un 2ème cahier, elle pense que le collège devrait avoir un stock. Les élèves ne se sont jamais interrogés sur le financement du matériel donné en début d’année. Beaucoup d’élèves pensent que c’est normal, que c’est partout pareil. Nous leur expliquons donc que c’est le syndicat de gestion du collège (et les communes membres du syndicat) qui achète le matériel: cahiers, feuilles mobiles, feuilles doubles. 

Les élèves parlent ensuite de la différence entre les écoles privées et les écoles publiques. Ils pensent que l’école privée est plus stricte. Il y a des uniformes dans certaines. Le privé est payant et peut choisir leurs élèves. L’école publique accueille les enfants du secteur. Certaines écoles privées sont religieuses.

Un élève nous demande si les profs se tutoient entre eux. La majorité pense que oui car ils sont collègues voir même amis. Ils soulignent que par contre un élève doit vouvoyer un prof par signe de respect. Ils sont tous du même avis. C’est compliqué pour les élèves qui connaissent leur professeur dans leur cercle privé, car ils doivent dire vous au collège et tu en dehors. Difficile également donc pour les enfants qui doivent vouvoyer leur parent prof. Mais ils pensent tous que c’est nécessaire de faire une différence entre la maison et l’école sinon cela peu provoquer des situations désagréables (favoritisme …). Nous terminons la séance par le visionnage d’une vidéo sélectionnée par un élève :

It’s only fair to share…Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Club débat 2 : les profs

Une élève constate que les profs sont là pour aider et non pour embêter les élèves.
Un autre pense que les profs favorisent leurs enfants lorsqu’ils sont dans leur classe. Ce n’est pas l’avis du groupe. D’autres trouvent que c’est difficile pour les enfants car justement s’ils ont des bonnes notes les autres croient que c’est du favoritisme. Difficile aussi d’avoir une « vie privée », le parent sait tout ce qui se passe. Par contre l’enfant peut plus facilement se faire expliquer les devoirs le soir à la maison.

La question comment devenir professeur est posée.
Les élèves tentent d’y répondre mais nous demandent vite des explications.
Voici donc un petit rappel :
Il existe plusieurs concours pour enseigner dans le secondaire : le CAPES, pour travailler au collège et lycée, le CAPEPS pour enseigner l’éducation physique et sportive, le CAPET pour enseigner dans un lycée technique et le CAPLP pour les lycées professionnels.
Après le baccalauréat, les étudiants qui se destinent aux métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation s’inscrivent en licence. L’obtention de la licence (ou d’un diplôme équivalent), leur permet d’accéder au master métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF), au cours duquel se déroulent les concours de recrutement des enseignants. (sources : lavoixletudiant.com et devenirenseignants.gouv)
Pour aller plus loin : http://www.devenirenseignant.gouv.fr/

Mme Pfleghaar et moi même présentons nos parcours sur la demande des jeunes. Mme Pfleghaar,  jeune CPE (conseillers principaux d’éducation) a un parcours classique, licence, master, concours de recrutement de conseillers principaux d’éducation (CPE). Moi même plus atypique, avec un DUT en communication option documentation, Maitre auxiliaire documentaliste 10 ans puis le CAPES ( certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré) interne de professeur-documentaliste.

Les élèves soulignent également la formation continue des enseignants, certains trouvent que les profs sont trop absents pour ces formations.

Un élève demande au groupe quels changements ils aimeraient :

  • que les profs parlent moins vite.
  • travailler plus sur les ordinateurs.
  • Développer des thèmes qu’ils aiment
  • moins de révisions en 6° (des jeunes précisent que c’est nécessaire car on peut oublier et ça consolide les savoirs).

Les profs du futur ?
Robots, plus de cours par correspondance. Le risque serait de ne plus avoir d’échanges avec les copains, de ne pas se motiver à la maison et de rester devant l’ordinateur à jouer. Risque d’isolement. Les horaires et le règlement du collège facilitent l’apprentissage du vivre ensemble. 
L’école transmet des valeurs comme le respect.

Lundi prochain nous poursuivrons ce débat ….

Votre prof-doc

It’s only fair to share…Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page