Critique du livre « Signe Distinctif : Roux » par Anouk Bloch-Henry. Territoire de lecture. M.B. C.T.

Nous avons  aimé ce livre car c’est un roman court, facile à lire, et on partage le quotidien d’un adolescent qui grandit sans père mais qui veut quand même réussir dans la vie. Harold (l’adolescent en question) possède un signe qui le distingue des autres, Harold est roux. Le fait d’être roux fait bien sentir qu’à cet âge toute différence est synonyme de mépris, d’exclusion, de moquerie, et de prendre un ado comme bouc-émissaire pour se défouler sur lui, bien évidemment sur autrui, ce qui renforce le côté  immature des personnages du livres excepté Harold et Axelle.

Mais ce jeune garçon ne va pas se laisser faire, il va tomber amoureux d’une de ses camarades de classe qui se nomme Axelle, elle qui l’aime tant et qui va même jusqu’à quitter son petit-ami Matthieu.

Anouk Bloch-Henry ( l’auteur ) en profite pour citer le site web Facebook, critiquant l’influence que ce site possède sur les jeunes. Ici le site est utilisé comme un moyen de lancer une véritable « vendetta anti-roux » ; « like » de blague de plus en plus glauque… Au point d’arriver à un « mouvement anti-roux » incontrôlable. L’auteur manie parfaitement les émotions d’Harold, nous faisant éprouver sa joie, ses blessures, son espoir, ses souffrances etc … Il nous montre même que Harold reste fort grâce à l’amour de sa mère et d’Axelle.

La fin est aussi très touchante, Axelle réunit une troupe de 4°ème et de 3°ème  pour lutter contre la campagne anti-roux que mène Matthieu et son acolyte Etienne. Ainsi, ils se colorent tous les cheveux en roux, se réunissent au lien de rendez-vous de la future chasse au roux.

La bataille s’annonce sanglante, Etienne tente de stopper la marche anti roux qu’il a lancée mais en vain, les adolescents sont là pour casser du roux et en voila dix qui se présentent devant eux. Harold armé d’un tesson de bouteille fait face à un membre de la chasse au roux, le blesse alors mais avant que Harold ne lui fasse trop mal et que la bataille entre la clique d’Axelle et les chasseurs de roux commence la police arrive alors, tout le monde fuit mais Axelle et Harold se retrouvent ensemble au commissariat, se retrouvant ensemble dans la même cellule pour des retrouvailles émouvantes.

 Si vous êtes en quête d’émotions je vous conseillefortement ce livre

Baptiste

It’s only fair to share…Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Signe distinctif roux de Anouk Bloch-Henry C.B

J’ai lu le livre Signe distinctif roux de Anouk Bloch-Henry. Il m’a plu, il m’a captivé, pourtant les livres ont du ma là me captiver totalement. Ce livre a des passages tristes comme animés, je ne pouvais pas m’ennuyer. C’est justement ça qui m’a donné envie de lire la suite. Il y avait aussi des extraits surprenants. J’ ai aimé le lire car ça parle de la vie de tous les jours au collège. Il était facile à lire même si il y avait quelque mots que je n’avais pas compris . Car j’ai du mal à ma plonger dans la lecture. Je vous conseille de lire le livre, il vous plaira j’en suis sur.

Axelle est mon personnage préférée car elle est venue en aide avec le nouveau Harold alors qu’elle était avec Mathieu. Celui qui insultait Harold. Elle a su faire la part des choses, et donc elle a quitté Mathieu.

Extrait:  » Harold ouvrit la boîte de calmants. Lut la posologie, les effets secondaires. Combien de comprimés fallait-il prendre pour mourir? Il imagina sa mort. Il était dans son lit, immobile. Sa mère venait le réveiller, ne le voyant pas dans la cuisine a l’heure habituelle. Elle l’appelait du couloir, un peu plus fort la seconde fois que la première, pestait, il allait la mettre en retard, approchait, le secouait – puis criait quand elle s’apercevait qu’il était mort. Elle criait :  » NON! « . IL l’entendait aussi nettement que si c’était vrai. puis il vit Axelle qui pleurait contre lui et cela, il ne put pas le supporter. Il ne voulait pas qu’elle le voie comme ça. Il ne fallait pas qu’elle est pitié de lui.  » Pourtant, il n’y a pas de quoi, la sermonna-t-il. On n’est plus chez Walt Disney. Il y a des choses graves dans la vie, Axelle. »

Cléa.

It’s only fair to share…Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page