La dissertation :

L’introduction

Elle se compose essentiellement :

  • D’une « entrée en matière » (ou « accroche » ou « amorce ») : il s’agit d’une phrase générale (et non pas d’une généralité ayant un lien avec le sujet. Évoquez, par exemple, le contexte littéraire et / ou historique – bref, il s’agit d’intéresser le lecteur.
  • D’une citation du sujet : si la citation est trop longue, reformulez-la. Exprimez maintenant brièvement votre problématique sour la forme d’une (ou plusieurs) question(s)  : en quoi le sujet pose-t-il problème ?
  • De l’annonce de votre plan. Le plan que vous avez choisi répond forcément à la problématique que vous avez proposée. L’annonce de votre plan se fait avec des phrases élégantes : évitez les énoncés lourds comme « dans une première partie, nous nous intéresserons à… puis, dans une deuxième partie, nous analyserons… ». Vos phrases doivent être fluides.

Le développement

Il se compose de trois parties. Chacune de ces parties se compose de trois sous-parties, lesquelles sont composées de plusieurs paragraphes. Chaque paragraphe débute par un alinéa, et on saute une ligne entre les différentes parties, ainsi qu’entre l’introduction et la première partie d’une part, et entre la dernière partie et la conclusion d’autre part.

N’intitulez ni vos parties ni vos sous-parties.

Rédigez élégamment et clairement. Soignez votre style : vous devez faire appel à toutes vos compétences en matière de rédaction ; vous démontrerez ainsi que le sujet vous intéresse. Si le plan de votre dissertation est bien structuré et que vous faites appel à des arguments et exemples robustes, efforcez-vous vigoureusement de les présenter avec une langue soignée.

Lorsque vous aurez terminé la rédaction du développement, relisez-vous. Plusieurs fois si vous savez que vous faites souvent des fautes.


La conclusion

Elle est le résultat de votre démonstration (vous répondez à la problématique) et présente généralement :

  • Une récapitulation de vos propos : il s’agit de dresser le bilan de votre dissertation, en exprimant brièvement les conclusions auxquelles vous êtes parvenu. Il faut fournir la réponse à la problématique proposée dans l’introduction.
  • Une « ouverture » : il s’agit de proposer au lecteur un élargissement de votre réflexion sans pour autant aborder un tout autre sujet. N’ayez pas recours à une formule plate (lieu commun, proverbe, etc.), mais plutôt à un prolongement de votre réflexion en rapport avec le sujet qui vous a été donné.
  • (source : Etudes littéraires)

Le commentaire littéraire

Fiche d’identité d’un texte

Circonstances de l’écriture et /ou de la publication qui éclairent le texte

Auteur
Eléments biographiques/  historiques/d’histoire littéraire à retenir pour comprendre le texte.
Titre
Date de rédaction/publication/création
Pour saisir le sens global et trouver une problématique. Genre
Type
Enonciation (émetteur/destinataire/situation)
Pour commenter le texte. Thème
Registres
Procédés d’écriture dominants
Figures de style
Visée du texte
Effets sur le lecteur (éventuellement, réception du texte)
Pour dresser le bilan sur le texte : forme et signification. Sens/intérêt  global du texte
Rapprochements (intertextualité)

Méthode du Commentaire littéraire :

COMMENTER UN TEXTE DE THEATRE

– identifier le genre précisément : tragédie, comédie, drame romantique, pièce du XXème siècle mélangeant ces genres… ; réfléchir au sens du titre.

– identifier le moment de l’action : exposition, noeud, péripéties, dénouement…

– identifier la situation : scène d’affrontement (conflit entre plusieurs personnages, conflit intérieur), scène de révélation, scène de confidence, quiproquo… ; identifier le sujet de l’extrait et les registres dominants ;

– identifier la forme du texte : dialogue (voire stichomythie), monologue

– envisager le texte dans sa dimension spectaculaire (rappelez-vous l’OE : théâtre, texte et représentation) : didascalies, rôle des objets, jeu des comédiens …

– caractériser les personnages : leur rôle (principal, secondaire ; éponyme ; statut social, etc ; rôle dans la pièce …) et leurs caractéristiques : traits de caractère, valeurs morales dont ils sont porteurs, argumentation développée (cf dans Dom Juan, la tirade de Don Juan faisant l’éloge de l’inconstance ; dans Le Mariage de Figaro, les tirades de Marceline et de Figaro)

– tâcher de faire le plan du texte pour observer une évolution ou pas (le dialogue a-t-il fait progresser l’action ? un personnage dans sa réflexion ? …)

– ne jamais oublier la double énonciation ! Le second destinataire est toujours le spectateur ! Que veut-on lui dire et lui montrer, que veut-on lui faire éprouver à travers ces mots, ces gestes, ces lumières, ces décors, …?

– A partir de ces observations, et aussi à partir des questions du corpus qui souvent donnent des pistes de réflexion, élaborer un projet de lecture, une problématique que votre devoir planifié examinera.

L’écriture d’invention :

Fiche méthodologique : L’écriture d’invention à l’EAF.

Renvoie à une notion précise de la rhétorique : inventio = recherche d’idées.

Cinq étapes traditionnelles de l’élaboration d’un texte (depuis l’Antiquité) : Inventio, dispositio (schéma tel que une lettre, un discours, un portrait…), elocutio (mise en mots et en phrases), actio et memoria.

Ø  L’ « écriture d’invention » reprend les étapes d’inventio, de dispositio et d’elocutio. Elle est donc l’essai de trouver soi-même « les mots pour le dire » et est donc un travail exactement parallèle à l’étude analytique des textes littéraires.

Les consignes

  • Le sujet de l’exercice donne toujours des consignes précises. Le but est toujours indiqué.
  • Les contraintes de genre, de registre, de situation sont indiquées ; si elles sont laissées au choix, cette liberté est précisée aussi.
  • Elle prend appui sur des textes-sources, lus et  analysés auparavant (extraits du corpus se référant à des OE vus pendant l’année et analysés rapidement par la ou les questions posées). Les textes-sources fournissent des éléments de modèles ou d’inspiration qui sont clairement définis : faits de style, de genre, de registre, sujets abordés, images retenues.

L’élaboration suit les étapes :

  • Définir la forme générale du texte
  • Enrichir ses idées, images et arguments par des lectures (textes-sources, textes lus par ailleurs)
  • Schéma détaillé du texte
  • Rédiger
  • Relire