Eléments de réflexion sur le roman (Onitsha)

1 GES, 1 GES SEQ 3 0 commentaire »

Le roman de Le Clézio peut-il être considéré comme un roman d’apprentissage ?

Brève histoire du genre : on peut considérer les romans de chevalerie comme les premiers romans d’apprentissage où les héros doivent accomplir certaines épreuves pour gagner le coeur de leur dame et le pouvoir. Aux XVIIème et XVIIIème siècles, le roman picaresque connut une certaine vogue (http://fr.wikipedia.org/wiki/Roman_picaresque).

C’est surtout au XIXème siècle qu’il se développa : 

– Constant : Adolphe.

– Fromentin : Dominique.

– Musset : La Confession d’un enfant du siècle.

– Balzac : Les Illusions perdues ; Le Lys dans la vallée ; le Père Goriot

– Stendhal : Le Rouge et le Noir ; La Chartreuse de Parme ; Lucien Leuwen.

– Flaubert : L’Éducation sentimentale.

– Maupassant : Bel-Ami.

« Le roman d’éducation […] suppose, avec des variantes quant à la présentation et à l’organisation du récit, un jeune homme, un parcours social, un initiateur. Le jeune homme est la figure nouvelle depuis la révolution bourgeoise, et la relève des générations, de l’ardeur et de l’aptitude à vivre. Le parcours social est la société nouvelle qui se développe et se relève. L’initiateur est l’être d’expérience et d’avenir qui déniaise, fournit des recettes, indique des chemins de traverse, propose un pacte, trouve, plus ou moins, un écho dans la conscience du jeune homme, incarne finalement ses tentations secrètes et l’aide à faire le bond de l’inconscience à la conscience, de l’innocence à l’entreprise. Jeune homme, parcours social, initiateur ne sont pas des réalités simplement rapprochées par artifice ou magie dans l’oeuvre littéraire : toutes trois font partie du réel, sont le réel. […] Le roman d’éducation est le roman de l’individu emporté, happé, par un réel en devenir, en même temps que le roman des avortements ou chocs amortis successifs au travers desquels fait naufrage une idée du monde, en même temps que peut-être, douloureusement, et au moins pour le lecteur, s’en forge une nouvelle. » Pierre Barbéris, Le Monde de Balzac, 1971.Il s’agit donc pour le lecteur que vous êtes de réfléchir sur l’expérience menée par Fintan, Maou et Geoffroy, de faire la comparaison entre la situation initiale et la situation finale pour constater une évolution des personnages.

Eléments de réflexion :

– quelle vision de la société est donnée par le roman ? comment les personnages s’y intègrent-ils, ou pas ?

– le roman est-il un roman de l’échec ou de la réussite ?

– le personnage principal peut-il être considéré comme un héros ? De quelles valeurs est-il porteur ? A quels personnages s’oppose-t-il et pour quelles raisons ? En quoi la construction du roman en quatre parties, avec une utilisation différente des marges, est-elle significative ?

– dans quelle mesure le roman est-il autobiographique ? Peut-on voir la visée de l’auteur qui a écrit ce roman ?

Tags : ,

L’Encyclopédie (BNF)

1 GES SEQ2, 1ES2 SEQ 1, 1ES2 SEQ 2, EAF, Oeuvres 0 commentaire »

Tags : , ,

Les Lumières : l’oeuvre de Diderot

1 GES SEQ2, 1ES2 SEQ 1, 1ES2 SEQ 2, Auteurs, EAF, Oeuvres, ORAL EAF 0 commentaire »

Retrouvez sur le site de la BNF l’essentiel de ce qu’il faut retenir de cet écrivain philosophe (biographie, oeuvres, citations) :

Tags : , ,

Réflexions sur le théâtre

1 GES, 1 GES SEQ1, 1ES2, 1ES2 SEQ 3, EAF 0 commentaire »

Ionesco, Notes et Contre-notes (1991)

« Le comique étant intuition de l’absurde, il me semble plus désespérant que le tragique ».
«Mais il n’y a pas que la parole : le théâtre est une histoire qui se vit, recommençant à chaque représentation, et c’est aussi une histoire que l’on voit vivre. Le théâtre est autant visuel qu’auditif. Il n’est pas une suite d’images, comme le cinéma, mais une construction, une architecture mouvante d’images scéniques. Tout est permis au théâtre: incarner des personnages, mais aussi matérialiser des angoisses, des présences intérieures. Il est donc non seulement permis, mais recommandé, de faire jouer les accessoires, faire vivre les objets, animer les décors, concrétiser les symboles. De même que la parole est continuée par le geste, le jeu, la pantomime, qui, au moment où la parole devient insuffisante, se substituent à elle, les éléments scéniques matériels peuvent l’amplifier à leur tour.»
Tags : ,

Ressources sur Le Clézio

1 ES 2 SEQ 4, 1 GES SEQ3, Auteurs, EAF, Oeuvres, ORAL EAF 0 commentaire »

Tags : , , , ,

Les Auteurs par école et par mouvement

1 GES, 1ES2, Auteurs, EAF, ORAL EAF 0 commentaire »

Le site France Diplomatie propose de nombreuses ressources sur les auteurs français ; voici une liste des auteurs rassemblés selon leur école et leur sensibilité.

Tags : , , ,

Faire le point sur le genre théâtral

1 GES, 1 GES SEQ1, 1ES2, 1ES2 SEQ 3, Vidéos 0 commentaire »

Tags : , ,

Lire Onitsha de J.M.G. Le Clezio

1 ES 2 SEQ 4, 1 GES, 1 GES SEQ3, 1ES2, EAF 0 commentaire »

Compte-rendu de lecture sur le blog littexpress :

Et ici :

Tags : , ,

Commenter une scène de théâtre

1 GES, 1 GES SEQ1, 1ES2, 1ES2 SEQ 3, 2ndeA, EAF, Méthodologie 0 commentaire »

Comme pour tous les Commentaires, on vous demande de prendre en compte scrupuleusement le genre du texte : qu’est-ce que cela veut dire ? Eh bien, appliquez la fameuse fiche d’identité distribuée en affinant votre étude :

– identifier le genre précisément : tragédie, comédie, drame romantique, pièce du XXème siècle mélangeant ces genres… ; réfléchir au sens du titre.

– identifier le moment de l’action : exposition, noeud, péripéties, dénouement…

– identifier la situation : scène d’affrontement (conflit entre plusieurs personnages, conflit intérieur), scène de révélation, scène de confidence, quiproquo… ; identifier le sujet de l’extrait et les registres dominants ;

– identifier la forme du texte : dialogue (voire stichomythie), monologue

– envisager le texte dans sa dimension spectaculaire (rappelez-vous l’OE : théâtre, texte et représentation) : didascalies, rôle des objets, jeu des comédiens …

– caractériser les personnages : leur rôle (principal, secondaire ; éponyme ; statut social, etc ; rôle dans la pièce …) et leurs caractéristiques : traits de caractère, valeurs morales dont ils sont porteurs, argumentation développée (cf dans Dom Juan, la tirade de Don Juan faisant l’éloge de l’inconstance ; dans Le Mariage de Figaro, les tirades de Marceline et de Figaro)

– tâcher de faire le plan du texte pour observer une évolution ou pas (le dialogue a-t-il fait progresser l’action ? un personnage dans sa réflexion ? …)

– ne jamais oublier la double énonciation ! Le second destinataire est toujours le spectateur ! Que veut-on lui dire et lui montrer, que veut-on lui faire éprouver à travers ces mots, ces gestes, ces lumières, ces décors, …?

– A partir de ces observations, et aussi à partir des questions du corpus qui souvent donnent des pistes de réflexion, élaborer un projet de lecture, une problématique que votre devoir planifié examinera.

Bon courage !

Tags : , , , ,

Le Romantisme

1 GES, 1ES2, 1ES2 SEQ 3, 2ndeA, EAF, ORAL EAF 0 commentaire »

Tags : , , ,

Les Lumières

1 GES, 1 GES SEQ2, 1ES2, 1ES2 SEQ 2, EAF, ORAL EAF 0 commentaire »

Tags : , , , ,

L’Humanisme

1 GES, 1ES2, 1ES2 SEQ 1, 2ndeA, EAF 0 commentaire »

Tags : , , , ,