Les Croix de bois de Roland Dorgelès

Par Viktor, 1ère L2 (lycée Van Dongen)

L’auteur

De son vrai nom Laurent Lecavelé, Roland Dorgelès est né à Amiens en 1886. Après un bref passage à l’École des beaux-arts de Paris, il devient journaliste et mène une vie de bohème, jusqu’à la guerre, qu’il fait, dès 1914, comme engagé volontaire dans l’infanterie. C’est son livre Les Croix de bois qui lui vaut en 1919 à la fois la gloire et le prix Femina. Il devient alors élu à l’Académie Goncourt en 1929, et accède à la présidence du jury en 1955. Les Croix de Bois fut son plus grand succès, par la suite il écrivit d’autres romans sur la guerre, l’après-guerre et ses voyages. Il est mort le 18 Mars 1973 à Paris.

Résumé

L’histoire du livre, c’est la guerre 1914-1918 vue par les poilus dans les tranchées. L’horreur de la guerre y est dépeinte, mais aussi les moment de joie comme de peine que vivent les soldats, comme par exemple lors de missions périlleuses, lors de leurs journées de repos ou bien dans les bistrots, qu’ils affectionnent tant. Le livre suit plus particulièrement une équipe d’environ une dizaine de soldats, parmi ces personnages il y a : Jacques Larcher, le principal narrateur, un engagé volontaire (c’est sous ce nom que se cache en réalité Roland Dorgelès) ; Bréval, le caporal ; Fouillard, l’un des deux cuisiniers ; Bouffioux, appelé le « gros Bouffioux », un peu simplet, cuisinier qui se sert de son rôle pour ne pas aller combattre ; Belin, dit « le petit Belin » ; Broucke, le « chtimi » qui fait rire tout le monde ; Sulphart et Lemoine, deux camarades qui ne se quittent jamais ; et Gilbert Demachy, un engagé volontaire qui dès son arrivée se lie d’amitié avec Jacques Larcher et va se révéler être l’un des soldats les plus courageux.

Critique

Le roman présente une sorte de témoignage romancé, car c’est un peu ce qu’a vécu Roland Dorgelès. Toutefois dans le livre il utilise un faux nom pour son personnage, et en invente même d’autres afin d’ajouter des éléments de camaraderie plus forts, par exemple. Il n’y a pas de lieux précis et encore moins de dates, il est seulement évoqué quelques noms de batailles qu’ont vécues certains soldats comme la bataille de la Marne qui eut lieu du 5 au 12 Septembre 1914 ou bien celle de Guise (P.14) qui eut lieu elle aussi en 1914. De ce fait, l’histoire se déroule certainement peu après ces batailles, donc début 1915. Concernant les lieux, ils ne sont pas donnés avec précision, cependant il est fait allusion aux paysages « d’Artois ou de Champagne, de Lorraine ou des Flandres » (p.203), ou bien à Nancy (p.201) et à Dormans (p.5), mais rien de précis.

Différents aspects de la guerre sont évoqués, ceux des tranchées majoritairement, mais certains chapitres montrent la guerre vue au premier plan, sur le terrain, ces passages sont souvent très détaillés et sanglants, notamment un passage très émouvant sur une longue agonie de l’un d’eux, qui dure plus de 5 pages (p.231-236)

Les différentes mentalités des civils de l’époque sont montrées lors de l’avant-dernier chapitre « Le retour du héros », où l’un des soldats (Sulphart) rentre chez lui après une blessure de guerre : il est souvent mal accueilli et peu écouté, ses histoires lassant tout le monde. Les personnes qu’ils rencontrent n’ont souvent aucune reconnaissance envers les anciens soldats (p.246-247 au bureau de tabac), parlent souvent de la guerre en faisant part de leurs stratégies alors qu’ils n’y participent pas et ne se sacrifient pas pour la France (p.246).

Ce livre m’a plutôt plu car il donne une vision de la Grande Guerre détaillée à travers des personnages charismatiques, souvent drôles et bourrus. Le livre est plutôt long et les chapitres n’ont pas de liens entre eux, étant différents épisodes isolés. Cependant le livre est plutôt facile à lire si l’on n’est pas pressé car le langage est simple et l’usage du langage familier rend la lecture plus drôle et vivante. Je pense qu’il est aussi intéressant de le lire pour se donner une idée de la guerre selon le point de vue de poilus plein d’humour malgré les situations souvent difficiles qu’ils rencontrent.

Laisser un commentaire

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire.