Economie monétaire et bancaire

Keynes vs Hayek

Un  rap bien fait et assez drôle sur la confrontation (sommaire) des pensées de Keynes et Hayek, ça vous dit? Les paroles ne sont pas de Snoop Dogg rassurez-vous mais de Russ Roberts, spécialiste de Hayek. D’une pierre deux coups, profitez-en pour travailler votre anglais.

 http://www.dailymotion.com/video/xc5c82

We’ve been going back and forth for a century
[Keynes] I want to steer markets,
[Hayek] I want them set free
There’s a boom and bust cycle and good reason to fear it
[Hayek] Blame low interest rates.
[Keynes] No… it’s the animal spirits

[Keynes Sings:]

John Maynard Keynes, wrote the book on modern macro
The man you need when the economy’s off track, [whoa]
Depression, recession now your question’s in session
Have a seat and I’ll school you in one simple lesson

BOOM, 1929 the big crash
We didn’t bounce back—economy’s in the trash
Persistent unemployment, the result of sticky wages
Waiting for recovery? Seriously? That’s outrageous!

I had a real plan any fool can understand
The advice, real simple—boost aggregate demand!
C, I, G, all together gets to Y
Make sure the total’s growing, watch the economy fly

We’ve been going back and forth for a century
[Keynes] I want to steer markets,
[Hayek] I want them set free
There’s a boom and bust cycle and good reason to fear it
[Hayek] Blame low interest rates.
[Keynes] No… it’s the animal spirits

You see it’s all about spending, hear the register cha-ching
Circular flow, the dough is everything
So if that flow is getting low, doesn’t matter the reason
We need more government spending, now it’s stimulus season

So forget about saving, get it straight out of your head
Like I said, in the long run—we’re all dead
Savings is destruction, that’s the paradox of thrift
Don’t keep money in your pocket, or that growth will never lift…

because…

Business is driven by the animal spirits
The bull and the bear, and there’s reason to fear its
Effects on capital investment, income and growth
That’s why the state should fill the gap with stimulus both…

The monetary and the fiscal, they’re equally correct
Public works, digging ditches, war has the same effect
Even a broken window helps the glass man have some wealth
The multiplier driving higher the economy’s health

And if the Central Bank’s interest rate policy tanks
A liquidity trap, that new money’s stuck in the banks!
Deficits could be the cure, you been looking for
Let the spending soar, now that you know the score

My General Theory’s made quite an impression
[a revolution] I transformed the econ profession
You know me, modesty, still I’m taking a bow
Say it loud, say it proud, we’re all Keynesians now

We’ve been goin’ back n forth for a century
[Keynes] I want to steer markets,
[Hayek] I want them set free
There’s a boom and bust cycle and good reason to fear it
[Keynes] I made my case, Freddie H
Listen up , Can you hear it?

Hayek sings:

I’ll begin in broad strokes, just like my friend Keynes
His theory conceals the mechanics of change,
That simple equation, too much aggregation
Ignores human action and motivation

And yet it continues as a justification
For bailouts and payoffs by pols with machinations
You provide them with cover to sell us a free lunch
Then all that we’re left with is debt, and a bunch

If you’re living high on that cheap credit hog
Don’t look for cure from the hair of the dog
Real savings come first if you want to invest
The market coordinates time with interest

Your focus on spending is pushing on thread
In the long run, my friend, it’s your theory that’s dead
So sorry there, buddy, if that sounds like invective
Prepare to get schooled in my Austrian perspective

We’ve been going back and forth for a century
[Keynes] I want to steer markets,
[Hayek] I want them set free
There’s a boom and bust cycle and good reason to fear it
[Hayek] Blame low interest rates.
[Keynes] No… it’s the animal spirits

The place you should study isn’t the bust
It’s the boom that should make you feel leery, that’s the thrust
Of my theory, the capital structure is key.
Malinvestments wreck the economy

The boom gets started with an expansion of credit
The Fed sets rates low, are you starting to get it?
That new money is confused for real loanable funds
But it’s just inflation that’s driving the ones

Who invest in new projects like housing construction
The boom plants the seeds for its future destruction
The savings aren’t real, consumption’s up too
And the grasping for resources reveals there’s too few

So the boom turns to bust as the interest rates rise
With the costs of production, price signals were lies
The boom was a binge that’s a matter of fact
Now its devalued capital that makes up the slack.

Whether it’s the late twenties or two thousand and five
Booming bad investments, seems like they’d thrive
You must save to invest, don’t use the printing press
Or a bust will surely follow, an economy depressed

Your so-called “stimulus” will make things even worse
It’s just more of the same, more incentives perversed
And that credit crunch ain’t a liquidity trap
Just a broke banking system, I’m done, that’s a wrap.

We’ve been goin’ back n forth for a century
[Keynes] I want to steer markets,
[Hayek] I want them set free
There’s a boom and bust cycle and good reason to fear it
[Hayek] Blame low interest rates.
[Keynes] No it’s the animal spirits

 

“The ideas of economists and political philosophers, both when they are right and when they are wrong, are more powerful than is commonly understood. Indeed the world is ruled by little else. Practical men, who believe themselves to be quite exempt from any intellectual influence, are usually the slaves of some defunct economist.”

John Maynard Keynes
The General Theory of Employment, Interest and Money

 

“The curious task of economics is to demonstrate to men how little they really know about what they imagine they can design.”

F A Hayek
The Fatal Conceit

John Papola & Russ Roberts

Copyright 2010 EconStories.tv


Publié le 23 février 2010 par Joël Calatayud dans Economie générale
Tags :: , ,

L’extraordinaire renouvellement de la pensée monétaire par Paul Jorion

Tel un bûcheron qui aurait prévu la déforestation avant les écologistes, Paul Jorion a prédit la crise financière 2007/2008 avant les économistes (qui l’ont prévue après). En vérité, mon pote Jean-Robert avait été encore plus clairvoyant en me disant, dès les années 80 : « tu sais mon gars, avec la finance, on va droit dans le mur… ». Pas con le JR, la seule différence avec PJ c’est qu’il n’a jamais travaillé dans la finance, ni ailleurs à vrai dire. J’étais donc plus enclin à écouter un type que les médias ont abondamment invité à témoigner et à débattre, en tant qu’acteur-prophète in situ de la crise des subprimes. J’ai même apprécié certains endroits de son blog avec lesquels je peux être d’accord comme, par exemple, l’extravagante nocivité du marché des CDS qu’il faudrait éradiquer. Malgré tout, il y a là comme une désagréable ambiance  illuminated guru à la Raël qui refroidit assez vite l’exploration. J’ai quand même acheté son livre, Argent mode d’emploi, et je suis en train (d’essayer) de le lire. Puisqu’il s’agit d’argent, on devine dès les premières pages qu’on vient de perdre bêtement 20 € dans cette affaire. Je fais un calcul marchand rapide : 20 € c’est quand même cinq bonnes bières au Café des sports, un joli bouquet de fleurs pour madame ou le dernier album des Tindersticks que j’ai reposé, un peu las, dans le bac chez Gibert.

J’aurais aimé entrer dans quelques détails d’économie monétaire et bancaire qui m’intéressent particulièrement (pages 129 à 227), il faudra que je trouve le courage de le faire. C’est pas gagné. Sachez que PJ se propose, ni plus ni moins, de reconstruire l’analyse économique servant de boite à outils aux économistes depuis deux siècles et demi! J’aurais pas dû faire ça mais j’ai feuilleté d’abord les dernières pages du livre dans lesquelles il déclare, sans avoir l’air de blaguer : « …ce que je vais tenter d’accomplir pour la monnaie est du même ordre que ce que Freud a réalisé pour la psychologie. » Ok, je ne suis pas très qualifié pour évaluer ce que Freud a fait pour la psychologie mais, comme ça à première vue, c’est un peu comme si on me disait « ce que je vais tenter d’accomplir pour la monnaie est du même ordre que ce que Michel Platini a réalisé sur un milieu de terrain entre 1980 et 1986″. Pourquoi pas, on s’est bien moqué de Gabriel Tarde lorsque celui-ci, avec sa psychologie économique (1902), se proposait d’inverser toute l’économie politique de Smith à Marx. Faudra t-il attendre un siècle dans le cas de PJ? La question ne se pose même pas tant il enfonce des portes ouvertes à grands coups de Mephistos tout en croyant renouveller la compréhension de ce mystère monétaire qu’il nomme l’Argent. Il explique d’ailleurs très vite pourquoi argent et pas monnaie. Là encore, rien de nouveau. La monnaie serait un concept inventé par les économistes, les banquiers, les financiers, les comptables pour semer le trouble, entretenir le mystère de sa création alors que l’argent serait cette chose bien réelle, encastrée dans la société, dans les poches de braves gens et que seuls les anthropologues (dont PJ), les sociologues, les philosophes sont capables d’analyser. C’est pas tout faux sauf que des économistes tels que Michel Aglietta, André Orléan se sont largement occupés de la chose depuis 30 ans et qu’apparemment PJ l’ignore. Plus surprenant encore, il ignore, volontairement ou non, les références à Simmel ou à Simiand. Je me suis arrêté page 262 dans laquelle il rêve, tel un adolescent qui repique pour la troisième fois sa Terminale littéraire(1), à…un monde sans argent. J’en peux plus, j’ai peur de continuer et de lire qu’il faut remettre l’homme au centre de l’économie, mieux, peut-être « qu’il faut abolir la propriété privée » (là je triche, on peut lire ça page 271)…abolir le prêt à intérêt? Bingo! Page 272 qu’il le dit! STOP!

C’est bon, on a compris, en fait de renouvellement de la pensée monétaire, il ne s’agit que de vulgate marxiste mâtinée de proudhonisme baba-cool, voire religieux. Je n’ai rien contre une bonne analyse marxiste de derrière les fagots pour expliquer la crise (Lordon fait ça très brillamment) mais là, non merci. Les analyses d’Arlette Laguiller me semblaient plus concrètes. Lire  que « le salut viendra d’une autre science économique, dont aura été éjecté l’homo oeconomicus, une caricature de l’être humain sous la forme du sociopathe, comme je le rappelais l’autre jour » (2), c’est beau comme du Jacques Attali en plus à gauche.

(1) Je n’ai, bien entendu, rien contre les Terminales L, mais quand même repiquer 3 fois…à ce stade c’est sûr, « le monde sans argent » devient une triste réalité.

(2) Il parle et écrit partout PJ, à BFM (!!!), dans le Monde, et ici dans Marianne. Soit dit en passant, ça doit faire un sacré petit dépôt à vue sur le compte de PJ.


Publié le 22 février 2010 par Joël Calatayud dans Economie monétaire et bancaire
Tags :: , , ,

Très petite contribution à l’enseignement de l’économie au lycée

Dans le débat qui sévit depuis quelques années déjà sur l’enseignement de l’économie au lycée, les profs d’économie et gestion sont relativement et étrangement absents. Pour simplifier les choses, je vois là deux raisons. La première est que la genèse du débat -polémique visait principalement les sciences économiques et sociales (SES) et, par la même occasion, leurs enseignants. La seconde réside dans la méconnaissance crasse, pour ne pas dire le mépris, de la filière technologique économie – gestion (EG). En caricaturant quelque peu, cela signifie que : 1) le débat ne nous concernait pas, 2) on nous ignore? Pas grave, vivons heureux, vivons cachés. A vrai dire, je crois bien que cette situation nous est largement imputable, nous profs d’EG. S’agirait-il d’un complexe d’infériorité dû à la moindre épaisseur de nos manuels? Je me garderai bien de tomber dans une psycho-sociologie professionnelle à deux balles et invoquerai plutôt un relatif manque de fierté pour défendre, à la fois ce que l’on enseigne et ceux à qui on enseigne.

Allez je me lance. Le nouveau programme de seconde, Principes Fondamentaux de l’Economie et de la Gestion (PFEG), est une aubaine par rapport à ce qui faisait office de trappe à pauvreté pour futurs STG, à savoir l’IGC. Il est même amusant d’observer les réactions des SES à ce programme qui va être enfin en phase avec ce que l’on enseigne en première et terminale STG puis en BTS. Attention, il ne s’agit pas de faire des sauts de cabri en décrétant que nos petits secondes pourront enfin acquérir du fond, développer des capacités de réflexion, comprendre la mystérieuse création de richesses qui n’est ni un calcul idiot ni l’apanage de l’entreprise privée…houla, ambitieux d’accord mais humbles hein…Soyons clairs, et je pense que c’est la même chose pour nos chères têtes blondes et brunes de SES, à 15 ans on a d’autres centres d’intérêts que la formation et la répartition de la valeur ajoutée ou l’élasticité-prix! A ce propos, je me souviens encore de mon « apprentissage » cauchemardesque de l’économie en seconde AB (ancêtre de l’option SES) et du charme ésotérique (le prof y mettait du sien) des variations du PIB ou du choc pétrolier de 73.  Je vais sûrement me fâcher avec pas mal de collègues SES et EG réunis, si ce n’est déjà fait, mais à la limite le programme, que ce soit celui des SES ou des PFEG, n’est pas le problème. Le chômage a disparu du programme, et alors? Qu’est-ce qui empêche d’en parler quand même? Après tout, il n’y aura pas d’examen à la fin de l’année. Horrifiés de devoir expliquer l’élasticité prix et/ou revenu? Evacuez la question en 1h30 avec quelques exemples concrets (on le fait en première STG, cela se passe très bien) et parlez du chômage CHAQUE FOIS que vous en avez envie. Ce satané programme dit : comment les entreprises adaptent-elles leur organisation à leur environnement? Eh bien, vous avez toujours la possibilité de dire que l’emploi est la première variable d’ajustement, que cette obsession de flexibilité génère de la précarité, etc. Qui viendra protester qu’il ne faut pas parler de choses qui fâchent? L’inspection? Un élève encarté UMP? De la même façon, personne ne m’a jamais interdit de dire que la gestion n’est pas un objet neutre, que la comptabilité donne (et construit) une information de la plus haute importance sociale, que son évolution récente est orientée en direction des actionnaires, etc. Le programme ne me dit pas tout ça mais la nécessité d’éveiller la curiosité et la réflexion m’impose de m’en échapper pour, à la fois respirer et mieux y revenir.

Pour terminer, dans un élan naïvement oecuménique, ces nouveaux programmes, certes loins d’être parfaits, semblent rapprocher SES et EG tout en conservant les spécificités des deux filières. Non, les profs de SES, dans leur grande majorité, ne passent pas leur temps à diaboliser l’entreprise. Ils en parlent depuis longtemps, ni en mal, ni en bien d’ailleurs. Oui, il y en a qui sont d’indécrottables marxistes, et alors? Cela fait faire un peu de sport en salle des profs. Tant qu’ils ne sont pas staliniens…Non, les profs d’EG ne baisent pas les pieds du MEDEF et oui, ils savent que l’économie et l’entreprise en particulier n’est pas le monde de Mickey. Enfin dernière chose, ils enseignent aussi le Droit. Et si c’était celle-là la discipline fondamentale?


Publié le 22 février 2010 par Joël Calatayud dans Economie générale
Tags :: , , ,

Correction du dernier devoir

La correction du dernier devoir est ici. Dans le commentaire des deux textes, je fais allusion à la notion d’aléa moral. Dans la mesure où nous n’en avons pas encore parlé en cours, si ce n’est rapidement à propos des asymétries d’information (AI), cette référence n’était pas exigée. En attendant de développer ce thème des AI, ce billet de David Mourey avec  un exemple éclairant (c’est le cas de le dire) sur les spéléologues et les pompiers.


Publié le 21 février 2010 par Joël Calatayud dans Economie monétaire et bancaire

L’Agence France Trésor au turbin

Je pourrais consacrer un billet entier à propos de l’émission de Frédéric Taddeï Ce soir ou jamais du 4 février dernier. D’abord parce que le thème portait sur le sujet hot du moment, en cours et dans l’actualité, à savoir la dette publique, mais surtout parce qu’il y aurait beaucoup à dire sur les interventions des participants. Pour résumer, créons trois catégories.  Dans la première, afin de m’en débarrasser, que l’on pourrait nommer bouh-la-dette-c’est-monstrueux-pour-nos-enfants :  l’inénarrable François de Closets dont la pensée économique est plus proche de Jean-Pierre Pernaud que de Schumpeter et  l’économiste ultra-libéral Bertrand Lemennicier que, pour ne pas me faire du mal, je n’ai presque pas écouté. Dans la seconde, les déceptions : Paul Jorion, beaucoup moins intéressant à l’oral qu’à l’écrit, dans le rôle du catastrophiste catastrophé et Dominique Reynié, bien plus à l’aise avec les chiffres électoraux qu’avec ceux de la comptabilité publique. Enfin, les vainqueurs, Sandra Moatti d’Alternatives économiques presque génée de devoir apporter son soutien à, ô surprise, Eric Woerth, très cool, presque hilare devant les approximations techniques de ses opposants.

Il y a surtout eu un extrait de reportage, diffusé sur Arte il y quelques mois, sur le travail de l’Agence France Trésor. Où l’on voit une poignée de fonctionnaires de Bercy lever en quelques secondes 7 milliards et quelques de dette auprès d’investisseurs invisibles. A les voir se féliciter de la bonne affaire - on s’attend même à ce qu’ils fassent péter le champagne dans leur local digne d’un placard à balai – François de Closets a tort de s’inquiéter.

 Comme je n’ai pas pu isoler ce mémorable passage dans la vidéo ci-dessous, vous pouvez aussi profiter des paroles fatigantes de Michel Pébereau, de celles presque aussi pénibles de Fitoussi et des excellentes analyses de Jean-Marc Daniel.

http://www.dailymotion.com/video/x9ybvd


Publié le 18 février 2010 par Joël Calatayud dans Economie monétaire et bancaire
Tags :: ,

Aglietta et les lycéens

Lorsqu’il s’agit d’expliquer la crise banco-financière de 2007 – 2008, on peut trouver pire que Michel Aglietta. A mon sens, il n’y a pas mieux que l’éminent professeur d’économie de Nanterre pour décortiquer le rôle des banques, des agences de notation, de la titrisation…insister sur le risque systémique et l’indispensable régulation pour le contenir. Sauf que, expliquer tout cela à des lycéens (même triés sur le volet, même en ES, même…euh…en STG) comme si on le faisait dans un amphi de faculté, hum…Bien sûr, Aglietta doit en être conscient et prévient d’entrée : j’aimerais que vous compreniez deux choses… Juste un exemple parmi tant d’autres lorsqu’il évoque le point crucial de l’effet de levier : 45 secondes pour montrer le mécanisme qui consiste à gonfler la rentabilité (tendant vers l’infini!) d’un investissement en minimisant les fonds propres et/ou maximisant l’endettement, c’est un peu court. Je vais même plus loin, c’est un peu court aussi pour certains professeurs de SES et d’économie – gestion qui préfèrent s’intéresser à autre chose qu’à l’ésotérisme d’un bilan comptable…on peut les comprendre. Cette vidéo est en définitive instructive sur le plan pédagogique en général et sur la pédagogie économique en particulier. Comme au rugby, inutile d’espérer progresser sans le préalable des fondamentaux. Toutefois, loin de moi l’idée de dire à des lycéens : oh la la, Aglietta c’est pas pour vous, attendez un peu d’être en licence de sciences éco! Au contraire, je me souviens de la réaction d’une étudiante après avoir subi 50 minutes d’Aglietta sur les subprimes : j’ai rien compris, surtout qu’il parle un peu vite, mais ce type est vraiment passionné, ça me donne envie d’en savoir plus!

http://www.dailymotion.com/video/xbdkqa

Publié le 15 février 2010 par Joël Calatayud dans Economie monétaire et bancaire

Psycho Lemon

psycho lemonPuisque nous avons évoqué le Market for Lemons d’Akerlof et avant d’observer sa transposition au domaine bancaire, quelques liens :

- l’excellent site Melchior

- le CREG

- Finance pour tous sur la célèbre loi de Gresham


Publié le 11 février 2010 par Joël Calatayud dans Economie monétaire et bancaire
Tags ::

Le retour de la pompe à phynance

Je ne suis pas toujours d’accord avec ce que dit et écrit Frédéric Lordon ( je crois qu’il s’en fiche d’ailleurs), loin s’en faut, mais je dois bien admettre que je suis fan. Economiste rigoureux, scientifique (directeur de recherche au CNRS), très à gauche ou en tous cas très alter-capitaliste, radical, spinoziste en sciences sociales (concept que j’ai un peu de mal à saisir)…mais surtout drôle! Et bien plus stimulant que les banalités d’un Elie Cohen à Capital (M6). Les nouvelles récentes sur les bénéfices records de Goldman Sachs, les promesses non tenues (qui n’engagent que ceux qui les écoutent) et j’en passe…me poussent à revenir sur les analyses de FL. Notamment dans sa pompe à phynance ou ici dans une série de vidéos pas très récente mais toujours d’actualité.


Publié le 1 février 2010 par Joël Calatayud dans Economie monétaire et bancaire

Notions de comptabilité (2)

Continuons avec l’exemple TARDU et un rappel. Les capitaux propres de l’entreprise se lisent au passif (50 000). Dans le bilan d’ouverture, il se trouve qu’ils correspondent aux fonds disponibles à l’actif. Cela ne va pas durer. Supposons que Tardu a effectué les opérations suivantes dans la foulée de sa création :  acquisition de matériel d’une valeur de 80 000 financée par un emprunt bancaire de 60 000 €, le reste par « fonds propres ». Le bilan est transformé :

bilan 1

A ce stade on comprend bien la différence entre capitaux propres au passif et fonds disponibles à l’actif. Le total du bilan a augmenté grâce à l’investissement en matériel mais est-ce que l’entreprise s’est « enrichie » pour autant? Pas vraiment puisque si on calcule un actif net (actif - dettes) on a 80 000 + 30 000 – 60 000 = 50 000 soit le montant des capitaux propres. Faisons à nouveau évoluer le bilan avec des créances clients (suite à des ventes), des dettes fournisseurs (suite à des achats consommés) et une trésorerie qui a « bougé » au cours du temps :

bilan 2

Le total bilan a encore augmenté mais si on calcule l’actif net on en est toujours au même point. Autrement dit, tant que les capitaux propres n’augmentent pas, l’entreprise ne « s’enrichit » pas! Pire : supposons qu’on en reste là jusqu’à la fin de l’année au moment où l’on va évaluer la valeur des actifs et des passifs. Occupons nous uniquement de la valeur des immobilisations. Celle-ci doit diminuer sous l’effet de l’amortissement. Simplifions l’écriture comptable de ce dernier en constatant simplement une « perte » de valeur nette de ces immobilisations, par exemple – 10 000.

bilan 3

On voit que l’actif a diminué (de la perte de valeur du matériel) mais que l’on a pas touché au passif. Le bilan est déséquilibré, hors selon le principe comptable fondamental (total actif = total passif) on doit donc faire aussi diminuer le passif. Les dettes? Pourquoi celles ci diminueraient à cette occasion? Ce serait absurde et les créanciers ne serait sûrement pas d’accord. Donc, ce sont bien les capitaux propres qui vont être « entamés » de 10 000 :

bilan 4 

A ce stade l’entreprise s’est « appauvrie » par le simple mécanisme de l’amortissement.

Conclusion sur ce petit chapitre. Cet exemple très simplifié montre au moins trois choses :

1. Tant que les capitaux propres n’augmentent pas, l’entreprise (en tous cas ses propriétaires) ne « s’enrichit » pas. On pourrait croire qu’elle s’est même « appauvrie ». Hors, elle est en phase d’investissement pour lequel il n’y a pas eu encore de retour. On a raisonné en termes statiques, comme si l’entreprise devait déjà arrêter son activité, liquider son actif et ses dettes et « rendre » un actif net aux propriétaires.

2. L’importance de l’évaluation comptable. Et encore, nous nous sommes occupés uniquement de l’amortissement, il aurait fallu aussi évaluer la qualité des créances (quand vont-elles être réglées? Y en a t-il de douteuses?)

3. La divergence absolue entre capitaux propres (nommés souvent et dangereusement « fonds propres ») et la trésorerie disponible.

La suite au prochain numéro…


Publié le 1 février 2010 par Joël Calatayud dans Comptabilité