Gamines de Sylvie Testud

1 05 2008

Même si Sylvie Testud affirme qu’il s’agit d’un récit « où toute ressemblance avec des personnes existantes est un peu un hasard », Gamines se présente comme un roman autobiographique puisant largement dans les souvenirs de l’auteur. L’héroïne s’appelle d’ailleurs Sybille : étrange, ça commence comme Sylvie !

Mais, peu importe, Gamines raconte, dans une première partie, l’enfance de trois soeurs, Corinne, 12 ans, Sybille, 10 ans, Georgette, 8 ans. Elles sont élevées par leur mère, le père n’étant qu’une photo que les gamines ont volée dans l’armoire maternelle. Sybille est le garçon manqué, le « brise-fer ». C’est elle qui relate leur quotidien, leurs bêtises, l’amour fou qu’elle porte à leur mère.
Puis Sybille grandit, monte à Paris, devient actrice et retrouve son père. Cette deuxième partie est plus émouvante car la jeune femme doit alors trouver les mots pour apprivoiser cet inconnu.
Dans ce récit, il semble que Sylvie Testud joue tous les rôles. Elle est auteur, bien sûr, mais aussi metteur en scène lorsqu’elle essaie de retrouver les mots de l’enfance. La première partie est donc un peu surprenante au début car c’est une gamine de 10 ans qui raconte.
Elle est aussi actrice de toute l’oeuvre faisant passer Sybille par toutes les émotions possibles : la peur, la colère, la joie, l’amour…
Gamines se lit rapidement mais, la deuxième partie est sans doute la plus intéressante.
vignette du site Amazon

A noter : il existe une adaptation de ce texte pour le théâtre.

vignette du site Amazon