Le bureau de D’Estournelles est resté dans l’état où il l’avait laissé à sa mort en 1924, aux murs sont accrochés différentes photos de famille, dans les rayonnages, on trouve tous ses écrits.