Archive

Archives pour la catégorie ‘Le Dernier jour d’un condamné’

Exercice de préparation (chapitre 6)

27/03/2013

Lisez attentivement le chapitre 6 et répondez aux questions suivantes :

1)Le texte relève du monologue intérieur, relevez dans le texte ce qui le montre.

2)Le texte s’ouvre sur une question. Sur quel sujet porte-t-elle ?

3)Le narrateur décrit sa cellule, cette description est-elle valorisante ou dévalorisante ? relevez dans le texte trois adjectifs justifiant votre réponse.

4)« Et comme je disais tout à l’heure, seul à seul avec une idée… » . A quel chapitre le condamné fait –il allusion en disant « tout à l’heure ».

5)De quelle idée parle le narrateur ?

6)Quel est le crime que le narrateur a commis ?

7) Quel est le type de phrase le plus dominant  dans le passage ?

8)Le narrateur attend-il des réponses à ses questions ? Comment appelle-t-on ce genre d’interrogation ?

9) Au début du passage le narrateur est-il pour ou contre l’acte d’écrire ?

10)A partir de quelle phrase du texte le narrateur semble changer de point de vue vis-à-vis de l’acte d’écrire ? Justifiez votre réponse.

11) Complétez le tableau suivant :

Arguments contre l’écriture du journal intime Arguments pour l’écriture du journal intime

12)Le journal du condamné est destiné à des lecteurs potentiels ? Qui sont-ils ?

13) Relevez dans le texte le champ lexical de la souffrance.

14) Complétez le tableau suivant :

Figure de style Enoncé
Synecdoque
Personnification
La chute verticale d’un couteau triangulaire
Collés en étoiles à la vitre cassée d’un guichetier

15) Le condamné veut exciter deux sentiments en le lecteur, l’horreur et la pitié. Dans quel registre s’inscrit le texte ?

16) Quel est le type du texte ?

17) Résumez le texte en quelques lignes

1ère année bac, Le Dernier jour d'un condamné

Cours : étude du chapitre 4

24/03/2013

Module : 3 « Le Dernier jour d’un condamné »

Objectif : Apprécier le rôle de la description dans le récit.

Etudier la description selon deux angles de vue différents.

Type de texte : Descriptif

Lieu décrit : Bicêtre

Deux tableaux opposés :

L’adjectif qualificatif « hideux » employé dans la première phrase résume le dédain du narrateur envers ce lieu terrifiant. La description de cet endroit carcéral s’organise autour de deux angles de vue différents :

Degré d’éloignement (vu de loin) Degré de proximité(à mesure que vous approchez)
Lieu décrit : Bicêtre


Lieu décrit : Bicêtre


Édifice majestueux

Situé à proximité d’une colline

Garde encore son ancienne beauté

Pareil à un château de roi

Beauté trompeuse

Masure

Pignons dégradés

Murs lépreux

Les vitres ont été remplacées par de massifs barreaux de fer.

Aspect honteux et appauvri

→ Endroit hideux voire cauchemardesque

Le narrateur en décrivant Bicêtre semble suivre une progression  du général au particulier :

Bicêtre

Masure

Pignons dégradés et façades salies

Murs lépreux

fenêtres et barreaux

figures des incarcérés

Effet sur le lecteur :

L’emploi de la deuxième personne du pluriel «  vous » dans « Mais à mesure que vous approchez » juste après la description de la majesté et de la splendeur de Bicêtre, crée chez le lecteur un sentiment  de désillusion progressive, qui se transforme peu à peu en sentiment de peur, en effet, Bicêtre est assimilé à un monstre repoussant «  hideux Bicêtre »  «  on dirait que les murs ont une lèpre » . Les deux sentiments déjà cités cèdent la place à la pitié ; le lecteur se trouve sans vraiment en être conscient,  rallié à la cause du narrateur.

Le point de vue : Interne

Le lecteur  découvre le lieu décrit à travers le regard et la sensibilité du personnage principal, ce procédé renforce l’effet du réel dans le texte.

Les figures de style :

Antithèse : Le palais devient masure

Personnification : On dirait que les murs ont une lèpre

Le Dernier jour d'un condamné

chapitre 4 exercice de préparation

20/03/2013

Lisez attentivement le chapitre 4 du «  Dernier jour d’un condamné » puis répondez aux questions ci-dessous :

1-  Situez le passage dans l’œuvre.

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

2 – Le narrateur fait la description d’un lieu. Lequel ? ………………………………

3- Dans la 1ère phrase le narrateur qualifie-t-il le lieu décrit d’une manière valorisante ou dévalorisante ? Relevez dans cette phrase ce qui justifie votre réponse. ………………………………………………………………………….

4- Complétez le tableau suivant :

Lieu décrit vu de loin Vu de près

caractérisation

Eléments décrits Caractérisation

………………………….

……………………………

……………………………

…………………………..

……………………………

………………………….

…………………………..

Pignons

Façades

Murs

Vitres et fenêtres

Barreaux

Figures des prisonniers

………………………………..

…………………………………

………………………………..

……………………………….

……………………………….

………………………………..

5- «  Mais à mesure que vous approchez, le palais devient masure »

Comment expliqueriez-vous l’emploi de la deuxième personne du pluriel «  vous » ……………………………….

………………………………………………………………………………………………………………………..

6- Relevez dans le texte les termes ayant une relation avec les champs lexicaux de :

a- La richesse : …………………………………………………………………………………………………………

b- La misère : ………………………………………………………………………………………………………..

7- Complétez le tableau ci-dessous :

Enoncé Figure de style
………………………………………………………….

On dirait que les murs ont une lèpre

………………………………………………………….

La comparaison

………………………………….

Une antithèse

8- précisez le point de vue narratif adopté dans le passage, justifiez votre réponse ………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

1ère année bac, Le Dernier jour d'un condamné

Etude de l’incipit du « dernier jour d’un condamné »

18/03/2013

Module 3 : Le Dernier jour d’un condamné

Objectifs de la leçon :

-         Etudier les spécificités du genre : Roman à thèse, journal intime, monologue intérieur

-         Reconnaître le registre pathétique

Enseignant : Rachid Bouchaala

1) L’énonciation :

-L’émetteur : Un condamné à mort, l’indice personnel employé est le pronom (je) qui renvoie, non à l’auteur

( V.Hugo) , mais au narrateur ( Le condamné à mort).

-Le récepteur : lui-même. En effet, le condamné est dans un cachot, il n’y a personne avec qui il pourrait parler sinon avec soi- même. Il s’agit, donc, d’un monologue intérieur

- Lieu : Dans une prison ( Bicêtre)

- Temps : Après cinq semaines d’incarcération (Voilà cinq semaines que j’habite avec cette pensée)

- Sujet principal : L’idée de sa condamnation à mort

- But : témoigner de la souffrance occasionnée par cette sentence (toujours glacé de sa présence, toujours courbé sous son poids).

2) Temps verbaux :

Les temps verbaux employés varient entre :

-Le présent de l’énonciation : Maintenant je suis captif

- L’imparfait : j’étais un homme comme un autre homme

3- Deux moments opposés :

Moment passé ( analepse) Moment présent
Joie de vivre :

-Jeunesse et richesse d’esprit : Mon esprit, jeune et riche

- Idées agréables variées et fantaisistes : Chaque jour, chaque heure et chaque minute avait son idée

-Aventures amoureuses : et puis encore des jeunes filles et de sombres promenades la nuits

Liberté : Je pouvais penser à ce que je voulais, j’étais libre

-Souffrance du corps et de l’esprit : Mon corps et aux fers dans un cachot, mon esprit est en prison dans une idée.

- Le narrateur est accablé par l’idée de la mort : toujours seul avec elle, toujours glacé de sa présence, toujours courbé sous son poids.

- Réalité aussi terrifiante qu’un cauchemar : «  je viens de m’éveiller… Condamné à mort »

Captivité : Maintenant je suis captif

4-Une idée obsédante et polymorphe ( qui change constamment de forme)

Le narrateur présente l’idée de la mort sous plusieurs aspects :

- Pensée froide et pesante : toujours glacé de sa présence, toujours courbé sous son poids

- Cellule de l’esprit : Mon esprit est en prison dans une idée

- Créature horrible, infernale, implacable : Une horrible, une sanglante, une implacable idée

- Femme seule et jalouse à l’obsession : Seule et jalouse, chassant toute distraction, face à face avec moi misérable

- Prend la forme d’un couteau dans les rêves du narrateur : et reparaît dans mes rêves sous la forme d’un couteau

5-Les champs lexicaux :

-La mort : sanglante, condamné à mort, glacé, couteau, fatale, infernale

-La peur et l’angoisse : horrible, spectre, hideuses, sursaut  sombre, fuir

- La souffrance : seul, glacé, courbé, je suis captif, de plomb, misérable, me secouant, m’obsède, sommeil convulsif, yeux lourds

- prison : cachot, captif, cellule, dalle mouillée et suante, soldat de garde, giberne, grille.

6- Le registre : Pathétique

A travers son texte l’auteur cherche à émouvoir le lecteur, à susciter sa pitié voire ses larmes, il s’agit d’émouvoir le destinataire pour le convaincre.

7- Les figures de style :

a- La personnification : Sous les larges bras des marronniers / et me secouant de ses deux mains de glace.

b- La gradation : Chaque jour, chaque heure, chaque minute

c- Comparaison : cette pensée infernale comme un spectre de plomb

d- Anaphore : toujours seul …, toujours glacé…toujours courbé

e- métaphore : me secouant de ses deux mains de glace.

Exercice de prolongement : En quelques lignes résumez la situation dans laquelle se trouve le narrateur

1ère année bac, Le Dernier jour d'un condamné

Etude de l’incipit de l’oeuvre (exercice)

17/03/2013

« Le dernier jour d’un condamné » chapitre 1( livre audio)

Lisez attentivement le 1er chapitre du  » Dernier jour d’un condamné » puis répondez aux questions suivantes:

1) Quel est le type du texte ?  …………………………………………………………………………

2)-Quel en est le genre ? …………………………………………………………….

A- L’énonciation:

1) qui parle ? ……………………………………………………………………….

2) A qui parle-t-il ? …………………………………………………………………

3) où : ………………………………………………………………………………….

4) Quand ? ……………………………………………………………………………

5- A propos de quoi? ……………………………………………………………………………………

6- Dans quel but? ……………………………………………………………………………………………………

B- Les temps verbaux: quels temps verbaux le narrateur a-t-il employés dans les passages suivants :

a- » Condamné…poids » ……………………………..

b- » Autrefois…libre » …………………………………

c- « Maintenant …condamné à mort » ………………………

Donc le texte s’articule autour de deux moments opposés lesquels? …………………………………………………………………………………………..

au moyen de  quelle expression est introduit chaque moment ? …………………………………………………………………………………………………………………….

c- Une idée obsédante :

1- Le narrateur parle d’une idée qui l’obsède. Laquelle? ……………………………………………………………………

2- Relevez le portrait ( caractéristiques) de cette idée:

……………………………………………………………………………………………………………………………………………..

d- Les champs lexicaux:

Relevez les champs lexicaux dominants dans le passage: ………………………………………………………………………………………………………………………………………….

………………………………………………………………………………………………………………………………

e- Les figures de style:

Relevez dans le texte:

a- Une personnification : ……………………………………………………………………………………………………

b- Une gradation: …………………………………………………………………………………………………………….

c- Une comparaison: ………………………………………………………………………………………………………..

d- Une anaphore: …………………………………………………………………………………………………………….

e- Une métaphore: ………………………………………………………………………………………………………….

f- Registre littéraire

Dans quel registre ( ton ) s’inscrit le texte? ……………………………………………………………………………………..

E- Point de vue( Focalisation)

Quel est le point de vue du narrateur?Justifiez votre réponse ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Le Dernier jour d'un condamné

Le dernier jour d’un condamné en images

13/03/2013

Le procès du narrateur

La condamnation à mort

Le transfert vers Bicêtre

Le narrateur est obsédé par l’idée de la mort

Le spectacle du ferrage des forçats

Je laisse une mère, je laisse une femme, je laisse une fille

La conciérgerie

L’Hôtel de ville et la place de la Grève

Bicêtre

La guillotine

1ère année bac, Le Dernier jour d'un condamné

Biographie de Victor Hugo ( 1802-1885)

12/03/2013

Victor Hugo est né le 26 Février 1802 à Besançon en France. Poète, romancier et dramaturge, Victor Hugo est sans conteste l’un des géants de la littérature française.Les romans les plus connus de Victor Hugo sont « Notre-Dame de Paris » (1831) et »Les Miserables » (1862).

L’auteur des Misérables, des Châtiments et de nombreux poèmes a allié à la fois ambition, longévité, puissance de travail et génie, ce qui ne pouvait que concourir à ce mélange de fascination et d’irritation qu’il suscite encore aujourd’hui. I écrivait avec simplicité et puissance les bonheurs et malheurs de la vie. Victor Hugo était un travailleur acharné.

Entre 1827 ( Préface de son drame Cromwell) et 1830 (représentation d’Hernani, qui est l’occasion d’une célèbre «bataille»), Victor Hugo s’affirme comme le chef du romantisme.

De 1830 à 1840, il publie: un grand roman historique, Notre-Dame de Paris (1831) ; des drames, Marion de Lorme (1831), Le roi s’amuse (1832), Marie Tudor (1833), Lucrèce Borgia (1833), Ruy Blas (1838); et surtout quatre recueils de poésies, où il se montre maître dans l’expression lyrique des idées et des sentiments: les Feuilles d’automne (1831), les Chants du crépuscule (1835), les Voix intérieures (1837), les Rayons et les Ombres (1840).

Victor Hugo est mort à Paris le 23 May 1885 à 83 ans. Plus de 3 millions de personnes ont assisté à ses funérailles..

1ère année bac, Le Dernier jour d'un condamné

Lexique de la justice

16/06/2012
Termes juridiques Définition
Procès Procédure juridique- une affaire
Crime Acte blâmable que l’on condamne
Salle d’audience Salle où se déroule une séance dans un tribunal
Juge Magistrat chargé de rendre la justice
Avocat Personne chargée de la défense d’un accusé
Procureur du roi Magistrat qui exerce la fonction du ministère publique dans un tribunal de grande instance
Témoin Personne appelée en justice pour dire ce qu’il a vu
Jurés Ensemble de citoyens appelés à juger une affaire criminelle
Sentence Jugement – Verdict
Assesseur Magistrat adjoint du juge
Préméditation Action de préméditer un crime (commettre un crime avec l’intention de le faire)
Les travaux forcés Peine qui obligeait un condamné à travailler dans un bagne
Le greffier « scribe » de la justice, il est chargé de conserver  la totalité des jugements.
L’arrêt de mort Décision conduisant inévitablement à la mort – Peine de mort
Pourvoi Demande de la révision d’une sentence
Plaideurs Avocat et procureur général
La grâce Pardon accordé à un condamné

Le Dernier jour d'un condamné

QCM  » Le Dernier jour d’un condamné »

20/05/2012

1-      Le condamné commence à écrire :

a-      A Bicêtre

b-      A la conciergerie

c-       A l’Hôtel de ville

2-      De quel spectacle est-il témoin écœuré ?

a-      L’exécution d’un condamné à mort

b-      Le ferrage des forçats

c-       La torture d’un prisonnier

3-      Le narrateur attend désespérément

a-      La visite du prêtre

b-      La grâce royale

c-       Son transfert à la place de la grève

4-      Le roman « Le Dernier jour d’un condamné » a une visée :

a-      Narrative

b-      Argumentative

c-       Descriptive

5-      Le gendarme demande au condamné une faveur, laquelle ?

a-      Le laisser lire son journal intime.

b-      Lui donner du tabac

c-       Revenir après sa mort pour lui dévoiler les numéros gagnants de la loterie.

6-      Quelle est la grande déception du condamné

a-      Sa mère n’a voulu le voir

b-      Sa femme n’est pas venue le voir

c-       Sa fille ne le reconnaît pas

7-      Pourquoi la femme du condamné n’a pas accompagné sa fille

a-      Elle était malade

b-      Elle est morte

c-       Elle a demandé le divorce

8-      Comment le narrateur a surnommé ceux qui vendent des places au spectateurs

a-      Les vampires

b-      Les vautours

c-       Les marchands de sang humain

9-      Quel indice montre que le narrateur appartient à la classe bourgeoise

a-      Son chapeau

b-      Sa redingote

c-       Son pantalon

10-   Comment s’appelle l’amour d’enfance du narrateur

a-      Pera

b-      Eva

c-       Pepa

Le Dernier jour d'un condamné

Résumé du « Dernier jour d’un condamné » chapitre par chapitre

15/05/2012

CHAPITRE1

Depuis cinq semaines, un jeune prisonnier vit constamment avec l’idée de la mort. Il est doublement enfermé. Physiquement, il est  captif dans une cellule à Bicêtre. Moralement, il est prisonnier d’une seule idée : condamné à mort. Il se trouve dans l’impossibilité de penser à autre chose.

CHAPITRE2

De sa cellule, le narrateur se souvient de son procès et de sa condamnation à mort. Il relate les circonstances de son procès et sa réaction au verdict fatal.

CHAPITRE3

Le condamné semble accepter ce verdict. Il ne regrette pas trop de choses dan,s cette vie où tous les hommes sont des condamnés en sursis. Peu importe ce qui lui arrive.

CHAPITRE4

Le condamné est transféré à Bicêtre. Il décrit brièvement cette hideuse prison.

CHAPITRE5

Le narrateur nous parle de son arrivée à la prison. Il a réussi à améliorer ses conditions de prisonnier grâce à sa docilité et  à quelques mots de latin. Il nous parle ensuite de l’argot pratiqué en prison.

CHAPITRE6

Dans un monologue intérieur, le prisonnier nous dévoile sa décision de se mettre à écrire. D’abord, pour lui-même pour se distraire et oublier ses angoisses. Ensuite pour ceux qui jugent pour  que leurs mains soient  moins légères quand il s’agit de condamner quelqu’un à mort. C’est sa contribution à  lui pour abolir  la peine capitale.

CHAPITRE7

Le narrateur se demande quel intérêt peut-il tirer en sauvant d’autre têtes alors qu’il ne peut sauver la sienne.

CHAPITRE8

Le jeune condamné compte le temps qui lui reste à vivre. Six semaines dont il a  déjà passé cinq ou même six. Il ne lui reste presque rien.

CHAPITRE9

Notre prisonnier vient de faire son testament. Il pense  aux personnes qu’il laisse derrière lui : sa mère, se femme et sa petite fille. C’est pour cette dernière qu’il s’inquiète le plus

CHAPITRE10

Le condamné nous décrit  son cachot qui n’a même pas de fenêtres. Il décrit aussi le long corridor longé par  des cachots réservés aux forçats alors que les trois premiers cabanons sont réservés aux condamné à la peine capitale.

CHAPITRE11

Pour passer sa longue nuit, il se lève pour nous décrire les murs de sa cellule  pleins d’inscriptions, traces laissées par d’autres  prisonniers. L’image de l’échafaud  crayonnée sur le mur le perturbe.

CHAPITRE12

Le prisonnier reprend sa lecture des inscriptions murales. Il  découvre   les noms de  criminels qui ont déjà séjourné dans cette triste cellule.

CHAPITRE13

Le narrateur- personnage  se rappelle d’un événement particulier qui a eu lieu il y a quelques jours dans le cour de la prison : le départ des forçats au bagne de Toulon.  Il nous rapporte cet événement comme un vrai spectacle en trois actes : la visite médicale, le visite des geôliers et le ferrage. Il nous parle du traitement inhumain réservé à ces  condamnés. A la fin du spectacle, il tombe évanoui.

CHAPITRE14

Quand il revient à lui,  il se trouve dans l’infirmerie. D’une fenêtre , il peut observer les forçats partir tristement sous la pluie au bagne de Toulon. Il préfère plutôt  la mort que les travaux forcés.

CHAPITRE15

Le prisonnier est dans sa cellule.  Il avait senti un peu de liberté dans l’infirmerie mais voilà qu’il est repris par l’idée de la  mort qu’il pense à s’évader.

CHAPITRE16

Le narrateur se rappelle de ces quelques heures de liberté à l’infirmerie.  Il se souvient de cette jeune fille qu’il a entendu chanter  de sa vois pure, veloutée une chanson en argot.

CHAPITRE17

Il pense encore à s’évader. Il s’imagine déjà en dehors de la prison   dans le port pour s’embarquer vers l’Angleterre  mais voilà qu’un gendarme vient demander son passeport : le rêve est brisé

CHAPITRE18

Il est six heures du matin. Le guichetier  entre dans le cachot. Il demande à notre condamné ce qu’il désire à manger.

CHAPITRE19

Le directeur de la prison vient en personne voir le condamné. Il se montre doux et gentil. Le jeune comprend que son heure est arrivée.

CHAPITRE20

Le narrateur pense à son geôlier, à la prison qu’il  trouve partout  autour de lui,   dans les murs, dans les guichetiers…

CHAPITRE21

Le condamné reçoit deux visites. D’abord celle du prêtre et puis celle de l’huissier. Ce dernier vient lui annoncer que le pourvoi est rejeté et que son exécution aura lieu le jour même place de Grève. Il reviendra le chercher dans une heure.

CHAPITRE22

Le prisonnier est transféré à la Conciergerie. Il nous conte le voyage et sa discussion avec le prêtre et l’huissier pendant le trajet. Il se montre peu bavard et parait plutôt pensif. A huit heures trente, la carriole est déjà devant  la Cour.

CHAPITRE23

L’huissier remet le condamné aux mains du directeur. Dans un cabinet voisin, il  fait une rencontre curieuse  avec un   le condamné à mort qui  séjournera dans la même cellule à Bicêtre. Ce dernier, fils d’un ancien condamné à mort lui raconte son histoire et s’empare de sa redingote .

CHAPITRE24

Le narrateur est enragé parce que l’autre condamné lui a pris sa redingote.

CHAPITRE25

Le condamné est transféré dans une autre cellule. On lui rapporte, sur sa demande une chaise, une table, ce qu’il faut pour écrire et un lit.

CHAPITRE26

Il est dix heures. Le condamné plaint sa petite fille qui restera sans père. Elle sera peut être repoussée, haie à cause de lui.

CHAPITRE27

Le  narrateur se demande comment on pouvait mourir sur l’échafaud.

CHAPITRE28

Il se rappelle  avoir déjà vu une fois monter une guillotine  sur la place de Grève.

CHAPITRE29

Le  jeune détenu pense  à cette grâce qui ne vient toujours pas. Il  estime maintenant que les galères seraient meilleure solution en attendant qu’un jour la grâce arrive.

CHAPITRE30

Le prêtre revient voir le condamné. Celui-ci est loin  d’apprécier sa présence. Ce prêtre parle machinalement et semble peu touché  par la souffrance du  prisonnier. Ensuite, et bien que la table soit délicate et bien garnie, il ne peut manger.

CHAPITRE31

Le narrateur est surpris de voir un monsieur   prendre les mesures de la cellule. Ironie du sort : la prison  va être rénovée dans six mois.

CHAPITRE32

Un autre gendarme vient prendre la relève. Il est un peu brusque. Il demande   au prisonnier   de venir chez lui après son exécution pour lui révéler les trois bon numéros gagnants  à la loterie . Le condamné veut profiter de cette  demande bizarre : il lui propose de  changer ses vêtements avec lui. Le gendarme refuse ; il a compris que le prisonnier veut s’évader.

CHAPITRE33

Pour oublier son présent,  le narrateur  passe en revue ses souvenirs d’enfance et de jeunesse.Il s’arrête longuement sur  le souvenir de Pepa, cette jeune andalouse dont il était amoureux et avec qui il a passé une belle soirée d’été.

CHAPITRE34

Au milieu de ses souvenirs de jeunesse, le condamné pense à son crime. Entre son passé et son présent, il y a une rivière de sang : le sang de l’autre ( sa victime) et le sien( le coupable)

CHAPITRE35

Le narrateur pense à toutes ces personnes qui continuent toujours à mener leur vie le plus normalement au monde.

CHAPITRE36

Il se rappelle ensuite du jour où il est allé voir la grande cloche (le bourdon) de Notre-Dame (cathédrale à Paris)

CHAPITRE37

Le  narrateur décrit brièvement l’hôtel de ville.

CHAPITRE38

Il est une heure le quart. Le condamné éprouve une violente douleur. Il a mal partout. Il lui reste deux heures quarante cinq à vivre.

CHAPITRE39

On dit que sous la guillotine, on ne souffre pas, que cela passe vite. Le narrateur se demande comment on peut savoir une  telle chose puisque aucun condamné déjà exécuté ne peut l’affirmer.

CHAPITRE40

Le jeune détenu pense au roi. C’est de lui que viendrait la grâce tant attendue. Sa vie dépend d’une signature. Il espère toujours.

CHAPITRE41

Le condamné se met dans la tête l’idée qu’il va bientôt mourir.  Il  demande un prêtre pour  se confesser, un crucifix à baiser

CHAPITRE42

Il se laisse dormir un moment. C’est son dernier sommeil. Il fait un cauchemar  et se réveille frémissant, baigné  d’une sueur froide.

CHAPITRE43

La petite Marie vient rendre visite à son père. Ce dernier est choqué devant la fraîche et la belle petite fille qui ne le reconnaît pas. Elle croit que son père est mort. Le jeune  condamné perd tout espoir.

CHAPITRE44

Le détenu a une heure devant lui pour s’habituer à la mort. La visite de sa fille l’a poussé dans le désespoir.

CHAPITRE45

Il pense au peuple qui viendra assister au « spectacle » de  son exécution. Il se dit que parmi ce public enthousiaste,  il y a  des têtes qui le suivront , sans le savoir, dans sa fatale destination.

CHAPITRE46

La petite Marie vient de partir. Le père se demande s’il a le temps de lui écrire quelques pages. Il  cherche à se justifiez devant les yeux de sa fille.

CHAPITRE47

Ce chapitre comporte une note de l’éditeur ; les feuillets qui se rattachent à celui-ci sont perdus  ou peut être que le condamné n’a pas eu le temps de les écrire

CHAPITRE48

Le condamné est dans une chambre de l’hôtel de ville. A trois heures, on vient l’avertir qu’il était temps. Le bourreau et ses deux valets,  lui coupent les cheveux et le collet avant de lier ses mains. Le convoi  se dirige ensuite vers  la place de Grève devant une foule de curieux qui attendent l’exécution.

CHAPITRE49

Le condamné demande sa grâce  à cette personne qu’il croyait juge, commissaire ou magistrat. Il demande, par pitié, qu’on lui donne cinq minutes pour attendre la grâce. Mais le juge et le bourreau sortent de la cellule. Il reste seul avec le gendarme. Il espère encore mais voilà qu’on vient le chercher…

1ère année bac, Le Dernier jour d'un condamné