La semaine des Mathématiques

14 03 2015

Semaine des Mathématiques 2015

Dans le cadre de la Semaine des mathématiques, les professeurs de mathématiques proposent les activités suivantes :

1°) Lundi 16 mars 2015 de 12h30 à 13h30 : concours Drôles de Maths pour les élèves volontaires.

http://www.concours-integral.org/

2°) Jeudi 19 mars 2015 de 12h30 à 13h30 : concours Kangourou pour les élèves volontaires.

http://www.mathkang.org/concours/

3°) Vendredi 20 mars 2015 de 10h à 11h : observation de l’éclipse partielle de Soleil pour certaines classes.

http://clea-astro.eu/activites/eclipse-totale-de-soleil-du-20-mars-2015




Joseph-Anglade à ExpoSciences 2014

23 05 2014

Jeudi 22 et vendredi 23 mai 2014, les options Sciences et le club eCare étaient présents à la salle du Dôme à Carcassonne pour l’ExpoSciences  Einstein 2014.

ExpoSciences 2014

Juliette B. (4°5), Capucine D. (4°5), Roland G. (4°7), Julie R. (4°7) et Garance S. (4°6) le jeudi ; Kanza E. (4°6), Audrey G. (4°5) et Audrey M. (4°5), encadrées par M. Gouiffes et Mme Puech, ont présenté le projet Volcans avec des éruptions remarquées du Stromboli !

ExpoSciences 2014

Manon B. (5°5), Emilion L. (5°5), Lauryne R. (5°8) et Célia S. (5°5), le jeudi avec M. Monié ; Florian B. (5°5) Nathan E. (5°5) et Nathanaël T. (5°8) le vendredi avec Mme Martin ont présenté leurs recherches mathématiques et leurs maquettes astronomiques.

ExpoSciences 2014

Florian B. (5°5), Nathanaël T. (5°8) Simon T. (4°7) le jeudi et Chloé A. (5°3), Carla F. (5°3) et Lauryne R. (5°8) ont présenté le projet eCare avec M. Lécubain.

ExpoSciences 2014

Chloé P. (3°5), Ugolain V. (3°1) et Sacha V. (3°7), le jeudi avec M. Lachambre ; Damien A. (3°5), Baptiste F. (3°5) et Martin M. (3°5), le vendredi avec M. Lécubain ont présenté leur projet mathématiquestechnologie.

Article en ligne de La Dépêche :

http://www.ladepeche.fr/article/2014/05/23/1886420-carcassonne-exposciences-les-enfants-d-einstein.html

 




Florilège littéraire V

18 04 2014

Loup

Un texte de Baptiste P. (5°6), La Constellation du Loup a été sélectionné pour le Florilège littéraire académique V. L’ouvrage, imprimé à plus de 1000 exemplaires, sera présenté au grand public pendant la prochaine Comédie du Livre qui se tiendra à Montpellier les 23, 24 et 25 mai 2014. Le texte a été écrit l’an dernier dans le cadre du projet Astronomie.

Le florilège numérique :

http://www.ac-montpellier.fr/sections/pedagogie/education-artistique/espace-lecture-ecriture/florilege1621/textes-collegiens/#COLV

Le texte de Baptiste sur le blog du FSE :

http://lewebpedagogique.com/fseanglade/2013/08/27/la-constellation-du-loup/




La cité de l’Espace

30 03 2014

Cité de l'Espace

Jeudi 20 mars 2014, les élèves de l’atelier scientifique BIA et ceux de l’option Sciences 5ème sont allés à la Cité de l’Espace de Toulouse. Ils sont montés dans la station MIR.

Cité de l'Espace

Ils ont joué le rôle d’un cosmonaute à bord du module Soyouz et ont visionné des films au planétarium et à l’iMax.

Cité de l'Espace

Dans le musée, ils ont participé à des ateliers et ont simulé la marche lunaire.




Les 4 ans du SDO

13 02 2014

Petit film de la NASA pour fêter les 4 ans du SDO (Solar Dynamics Observatory).

Image de prévisualisation YouTube



La rotation de la Lune autour de la Terre

11 12 2013

La NASA a diffusé mardi 10 décembre 2013 une vidéo montrant la rotation de la Lune autour de la Terre. Capturées le 9 octobre par la sonde spatiale Juno, qui doit atteindre Jupiter en juillet 2016, ces images montrent la valse de la planète bleue et de son satellite.

Source : Le Monde

http://www.dailymotion.com/video/x189sqd

 

 




La constellation de Silos

27 08 2013

La constellation de Silos est un mythe écrit par Elisa T. (6°6) dans le cadre du projet Astronomie dirigé par M. et Mme Gouiffes. Ce mythe vient d’être sélectionné pour intégrer le florilège littéraire V de l’académie de Montpellier.

http://www.ac-montpellier.fr/sections/pedagogie/education-artistique/espace-lecture-ecriture/florilege1621/textes-collegiens/#COLV

Silos

Dératos était la fille d’Hermès, dieu du commerce et d’une simple mortelle, une guerrière forte et puissante nommée Déna.

Dératos vivait toute seule avec son père à Delphes, car sa mère, Déna était partie combattre un serpent géant de l’autre côté du pays. Elle gagnait des combats grâce à sa force,  ses techniques d’acrobatie et son armure qu’elle avait fabriquée elle-même grâce à ses qualités créatives et à son intelligence.

Dératos était belle, avec sa longue chevelure brune et son teint foncé, elle n’avait peur de rien et elle était courageuse. Dans le pays voisin, en Carye, il y avait un monstre nommé Silos. Il était immense. Il tuait ses proies avec son regard qui enflammait ses ennemis. En ce moment le pays était paisible : personne n’entendait parler du monstre qui rodait.

Dératos était au lac de Teras près de Delphes. Elle pensait à Déna, sa mère, qui combattait le serpent géant. Survivrait-elle ?

Pendant ce temps, le pays voisin était en feu, car une chose à trois yeux avec des écailles tranchantes sur le corps, des bras plein d’écailles et des dents pointues avait surgi : c’était le monstre  Silos. Le roi et la reine de Carye allèrent voir Dératos pour lui demander en urgence de créer des armes pour que leurs soldats puissent combattre cet affreux monstre.

Dératos fabriqua des armures et des lances solides. Mais le roi et la reine demandèrent aussi l’aide de la jeune fille. Cette dernière accepta. Elle fabriqua une armure pour se protéger. Puis elle demanda à son père, Hermès, de les aider à combattre Silos. Celui-ci refusa car il devait aider la mère de Dératos qui venait de l’alerter à l’instant avec un petit mot apporté par un de ses oiseaux. Dératos arriva, seule, sur les lieux du combat. Elle vit le monstre et sortit son épée. Elle la planta dans un de ses grands pieds. Silos tenta de l’enflammer avec son regard de feu, mais elle l’esquiva grâce à ses techniques d’acrobatie.

La bête ne parvint pas à la toucher. Dératos essaya de planter l’épée dans l’un des trois yeux du monstre, mais il l’en empêcha et lui taillada le bras avec ses griffes pointues.

Dératos commençait à faiblir à cause de sa griffure très douloureuse au bras. Les soldats de Carye tentèrent de tuer Silos mais ils n’y parvinrent pas tant il était horrible et puissant. Soudain, Hermès et Déna, les parents de Dératos arrivèrent du ciel dans un éclair. Ils se mirent à combattre le monstre. Hermès, lui, commença par grimper sur le dos de la bête et lui creva le premier œil. Le monstre s’affaiblit et tomba sur le sol.

Déna et Dératos grimpèrent sur le ventre de Silos et lui crevèrent les deux derniers yeux. Ses écailles tombèrent et sa couleur de peau changea, il se transforma en poussière et s’évapora dans la nature.

Le royaume de Carye retrouva sa tranquillité.

Le roi et la reine ne savaient pas comment remercier nos trois héros. Ils firent faire en leur honneur une grande sculpture représentant Dératos et ses parents.

Hermès plaça le monstre à trois yeux en constellation pour que nul n’oublie le courage de sa fille face à l’horrible Silos.




La constellation du Tigre

27 08 2013

La constellation du Tigre est un mythe écrit par Adrien S. (6°6) dans le cadre du projet Astronomie dirigé par M. et Mme Gouiffes. Ce mythe vient d’être sélectionné pour intégrer le florilège littéraire V de l’académie de Montpellier.

http://www.ac-montpellier.fr/sections/pedagogie/education-artistique/espace-lecture-ecriture/florilege1621/textes-collegiens/#COLV

Tigre

Homéros était fils de Méconos, roi de Sparte, et d’Aphrodite, déesse de l’amour et de la beauté. Il était beau et c’était un grand guerrier : il avait en effet gagné de nombreuses guerres contre les Perses.

Mais Athéna était jalouse car il se vantait d’être le meilleur au combat. Un jour, la jalousie de la déesse devint plus forte. Elle enleva Homéros et le plongea dans une forêt abandonnée avec des pièges et des monstres terribles aux têtes étranges.

Quand Aphrodite trouva son fils dans cette forêt, elle lui donna une colombe pour appeler à l’aide. Ensuite, Arès lui donna un bouclier et une épée pour son aventure dans cette forêt car le dieu était le meilleur ami d’Aphrodite.

Homéros avançait avec crainte. Tout à coup, la tête de Méduse que Persée avait coupée, se dressa devant lui. Alors qu’il commençait à devenir pierre, Homéros retourna la tête pour ne plus fixer les yeux maléfiques, puis il courut.

La nuit était tombée sur la forêt, Homéros fit un campement avec quelques bouts de branches. Quelques heures plus tard, le jour se leva, les oiseaux chantaient, ce n’était plus comme la veille. Soudain, Homéros vit un épais brouillard. Le héros sentit tout de suite que c’était Athéna qui lui préparait un mauvais coup car c’était elle qui avait une dent contre lui. Elle lui enleva son bouclier et s’en alla. Arès le vit sans son bouclier et lui en donna tout de suite un autre beaucoup plus puissant et beaucoup plus beau ainsi qu’une armure en or massif.

Le jeune homme reprit sa route, il passait par des sentiers entrecoupés dans cette immense forêt. Soudain, il fut attiré par un arbre géant. Il prit son épée et dégagea les grandes feuilles. Il vit alors une porte, entra dans l’arbre et trouva son meilleur ami, Dérès, un brave guerrier, prisonnier des branchages. Le sang coulait à flot sur l’arbre, Homéros prit son épée et coupa la branche qui retenait Dérès. Le jeune homme, à moitié endormi, était blessé. Homéros le ramena avec lui dans son petit village du côté de Sparte en abattant tous les arbres pour sauver son meilleur ami.

Le héros continuait toujours à gagner des guerres contre les Perses. Un jour, une nouvelle guerre se déclara, cette fois-ci, contre les Troyens. Tous les Grecs adultes devaient partir au combat. Sa mère était affligée de voir partir Homéros.

Devant les murailles de Troie, Hector, le terrible guerrier, plongea sa javeline dans le torse d’Homéros, sans atteindre son cœur. Hector lança sa javeline à nouveau et cette fois-ci atteignit le visage d’Homéros qui s’écroula et mourut. Quand Aphrodite le trouva, elle fut effondrée.

Pour la consoler, Zeus prit le corps du pauvre Homéros et le plaça comme constellation du Tigre car il était vaillant et courageux.




La constellation du Loup

27 08 2013

La constellation du Loup est un mythe écrit par Baptiste P. (6°6) dans le cadre du projet Astronomie dirigé par M. et Mme Gouiffes. Ce mythe vient d’être sélectionné pour intégrer le florilège littéraire V de l’académie de Montpellier.

http://www.ac-montpellier.fr/sections/pedagogie/education-artistique/espace-lecture-ecriture/florilege1621/textes-collegiens/#COLV

Loup

Dans un petit village d’Ithaque, vivait un beau garçon appelé Délos, fils d’Arès, et d’une simple mortelle. Délos était fort car il avait gagné la guerre de Troie aux côtés d’Ulysse. Délos était aussi intelligent : il avait aidé Ulysse à mettre au point le cheval de Troie. Délos se vantait d’être le meilleur guerrier. En entendant ces mots, Athéna, déesse de la guerre, se mit en colère et cria tellement fort que toute la Grèce l’entendit. Un jour, Délos fut appelé par le roi d’Ithaque pour une mission exceptionnelle. Le lendemain, il partit pour se rendre au château d’un monstre très laid, un grand cyclope. Pour le vaincre, il était aidé par son père, Arès. Délos lança sa javeline dans l’œil du cyclope. Une fois aveugle, le cyclope ne pouvait plus voir Délos. Le jeune homme prit son arc et lui tira plusieurs flèches dans le cœur. Le cyclope tomba à ses pieds.

Athéna descendit de l’Olympe et tendit des pièges à Délos : dans la forêt, il devrait affronter un serpent vert gigantesque, mesurant trente mètres de haut ; dans la rivière, il lui faudrait tuer un dragon des mers, très grand et très fort car tous les passants se faisaient dévorer. Et si Délos arrivait à passer le serpent géant et le dragon des mers, il aurait affaire à son dragon à trois têtes.

Délos arriva dans la forêt où Athéna avait mis le piège. Le serpent géant surgit de nulle part. Délos, surpris, prit sa javeline et la lança sur le bassin. Le serpent, trop rapide, esquiva la javeline. Délos, qui n’avait plus d’armes de corps à corps, prit son arc et visa les yeux du monstre. Il manqua sa cible plusieurs fois mais finit par le toucher avec ses deux dernières flèches. Délos courut chercher sa javeline et lui planta d’un coup sec dans le crâne. Le serpent, mort, tomba au pied de Délos.

Le jeune homme reprit sa route vers la rivière qu’il devait emprunter. Son bateau l’attendait, mais soudain, d’un coup de mâchoire, le dragon des mers brisa le bateau de Délos. Ce dernier voulut tuer le monstre d’une flèche mais il le manqua. Délos tourna autour du dragon et remarqua que la bête tournait toujours la tête vers lui. Délos trouva son point faible : la nuque. Il se plaça alors dans une position qui lui permettrait de toucher la nuque du dragon et le monstre tomba dans le piège : il se tourna vers Délos. Le jeune homme courut de l’autre côté du dragon et tira une de ses flèches dans la nuque. Il le tua. Athéna, furieuse que Délos ait vaincu son serpent, envoya son dragon à trois têtes.

Tandis que Délos se reposait au bord de la rivière, il fut surpris par l’ombre du dragon à trois têtes. Il prit sa javeline et lui tira dans l’aile. Le dragon, touché, tomba à terre. Délos en profita pour tirer une flèche dans l’une de ses têtes. Puis  dans son torse. Le dragon, énervé, cracha une flamme. Arès, père de Délos, le protégea avec son bouclier. Le héros reprit le combat avec sa javeline et tua le dragon en lui portant le coup de grâce au cœur.

Du coup, Athéna, furieuse, descendit de l’Olympe et provoqua Délos en duel. Bien sûr, Délos perdit contre la déesse. Il tenta de lancer sa javeline sur Athéna mais elle mit son bouclier pour se protéger. Puis Athéna prit le jeune homme par le casque et le transforma en loup. Délos, pour se défendre, sauta sur Athéna et la mordit. Mais la déesse le prit et le jeta à l’autre bout du chemin. Délos se sauva.

Arès, du haut de l’olympe, demanda à Poséidon s’il pouvait ramener Délos à Ithaque. Poséidon accepta. Il prit l’apparence d’un marchand et amena le jeune loup sur son bateau. Arrivé à Ithaque, les chasseurs prirent Délos pour un loup sauvage et le chassèrent de la ville. Le pauvre Délos ne pouvait plus rentrer chez lui et devait rester dans la forêt.

Il se leva un beau matin et il partit chasser. Il évita tous les chasseurs mais il se fit repérer. Il courut à toute sa vitesse. Quand le chasseur lui tira dessus, Arès le protégea de son bouclier. Tout le monde cherchait le loup. Des grecs s’armèrent de bouts de bois, de pioches et d’armes : javelines, épées, arcs. Ils poursuivirent Délos qui courut jusqu’à un arbre où il se cacha. Il se retrouva face à sa mère qui ne savait pas que c’était son fils. Elle prit un bout de bois et voulut le frapper. Zeus à la demande d’Arès, enleva Délos et le plaça dans le ciel. Si vous regardez le ciel, vous pourrez peut-être apercevoir la constellation du Loup.




La constellation du Diamant

26 08 2013

La constellation du Diamant est un mythe écrit par Margaux P. (6°6) dans le cadre du projet Astronomie dirigé par M. et Mme Gouiffes. Ce mythe vient d’être sélectionné pour intégrer le florilège littéraire V de l’académie de Montpellier.

http://www.ac-montpellier.fr/sections/pedagogie/education-artistique/espace-lecture-ecriture/florilege1621/textes-collegiens/#COLV

Diamant

Damaskenos était le prince d’Olympie. Calypso était sa captive, enlevée lors d’une razzia aux côtés d’Achille. Toutes les femmes admiraient le prince car il avait gagné de nombreuses batailles grâce à sa ruse et son intelligence. Damaskenos était d’une beauté étincelante. Les dieux l’appréciaient énormément car il leur faisait des offrandes, et sacrifiait les plus belles bêtes à tous les dieux sauf Hadès. Damaskenos ne faisait jamais de sacrifice au dieu des Enfers car il le trouvait sombre et mauvais !

Un jour, Hadès décida de se venger du prince. Il prit l’apparence de Calypso et dit à Damaskenos :

« Ô Damaskenos, demain je fêterai ma vingtième année. J’aimerais que tu m’offres l’un des trois diamants verts des plaisirs, mis sur terre par Cronos, père de Zeus, de Poséidon et d’Hadès. Les diamants ont le pouvoir de donner à celui qui les utilise le plaisir de vivre ou de mourir. Cronos les avait, jadis, lâchés du haut de l’Olympe pour que chacun de ses fils puisse avoir un diamant et puisse l’utiliser, quand il le souhaiterait. La légende raconte que ces diamants sont cachés dans trois lieux différents : en mer Méditerranée, dans un pays barbare et en Cyzique. La Cyzique est l’endroit le plus proche d’Olympie, ajouta Hadès en se frottant les mains d’un air sournois.

– Je vais y réfléchir car j’ai d’autres choses à réaliser avant d’aller chercher ce stupide diamant ! » répondit Damaskenos, intrigué par la demande de Calypso.

Après quelques instants de reflexion, Damaskenos prit la décision d’obéir à Calypso car il l’aimait. A la nuit tombante, il partit plein de courage, avec l’épée offerte par Achille.

Le voyage fut long et de nombreux problèmes mirent à l’épreuve le jeune homme : un Cyclope avec un grand œil qui ne clignait jamais, un tsunami qui dura vingt jours et dix-neuf nuits, un dragon, cracheur de feu, avec des écailles noires et rouges… Mais Hadès en avait assez de voir Damaskenos vaincre tous ces monstres et relever tous les défis. Alors le dieu, en rage, alla même jusqu’à rendre le héros et son équipage sourds et muets, pendant plusieurs jours. Or, Damaskenos n’arrêtait pas de penser à Calypso. Il se demandait ce qu’elle faisait en son absence. Il imaginait sa réaction s’il parvenait à rapporter le diamant vert des plaisirs. Ces questions le tourmentaient mais il ne pouvait y répondre. Il traversa la mer Egée, l’Asie mineure et arriva enfin en Cyzique.

Damaskenos fouilla la cité pour trouver le diamant. Il chercha jour et nuit sans aucun résultat. Le jeune homme commençait à perdre patience mais, sur le chemin pour sortir de la cité, il vit un dragon à cinq têtes. Celui-ci était énorme, il avait de grands yeux, de grandes dents et, surtout, une immense queue recouverte d’énormes épines. Les citoyens furent saisis de panique. Les femmes prirent les enfants et les cachèrent dans les maisons tandis que quelques hommes prenaient leurs armes. Damaskenos, pris lui aussi de panique, se rappela les paroles de Calypso – ou plutôt d’Hadès, mais cela il l’ignorait – qu’elle avait prononcées alors qu’il montait à bord de son navire : « Si tu arrives à vaincre un monstre qui survole la cité, le diamant apparaîtra peut-être et j’en serai heureuse ». Damaskenos sortit l’épée d’Achille de son étui. Il prit de l’élan, sauta sur le monstre et lui planta son épée dans le dos. Mais cela ne lui fit qu’une égratignure. Ce monstre était cinq fois plus fort que les autres créatures qu’il avait vaincues. Damaskenos reçut de plein fouet les coups de queue du dragon. Son corps n’allait plus résister très longtemps. Il fallait redoubler d’efforts. Mais le monstre à cinq têtes commençait à fatiguer. Damaskenos en profita pour l’achever : il courut de plus en plus vite autour du monstre qui s’écroula sur les maisons car il avait la tête qui tournait. Damaskenos prit son épée et la lui planta dans le cœur. Les citoyens sortirent des maisons en l’acclamant.

Hadès, du haut de l’Olympe, avait observé le combat. Furieux que le dragon à cinq têtes n’ait pas tué le héros, il descendit sur terre. Le dieu  était sur le point de transformer Damaskenos en un horrible chien noir à cinq têtes quand, soudain, Zeus fit tomber la foudre. Hadès comprit que son frère, le dieu des dieux, était en colère après lui. Alors, le dieu des Enfers revint sur l’Olympe.

Cette histoire aurait pu s’arrêter là mais non! Damaskenos était mourant. Du sang noir coulait de son corps ensanglanté. La fatigue du voyage et le combat l’avait dévasté de toutes ses forces. Il allait mourir. Zeus voyant Damaskenos sur le point de trépasser, décida de lui donner le diamant vert des plaisirs. Non pas pour l’offrir à Calypso comme le voulait le prince, mais pour l’utiliser lui-même afin que Damaskenos puisse mourir avec des pensées positives. Ce qui devait arriver se produisit : le prince rendit son dernier souffle. Zeus, qui voulait rendre hommage à Damaskenos pour ses exploits, décréta qu’il fallait mettre en constellation le diamant vert des plaisirs. Le dieu du ciel attrapa le diamant et le mit dans le ciel, près de la constellation du chien « Cerbère ». C’est ainsi que naquit la « constellation du Diamant ».