Gaston Lagaffe nous parle

Où avez-vous trouvé votre mouette ?

En fait, elle était venue passé l’hiver et puis elle est finalement restée. Je l’aime bien et je pense que mes collègues aussi. Elle est la mascotte quand même !

 

Comment ça se passe avec mademoiselle Jeanne ?

Oh très bien ! On est tellement similaires en plus ! Vous savez que comme moi, elle aime les cactus, même s’il perdent leurs épines dès que je lui en donne un… ET puis elle est d’accord avec moi sur le fait que mes inventions vont révolutionner le monde !

 

Comment trouvez vous monsieur l’agent Lontarin ?

Ahhh… Lui ! C’est quelqu’un de spécial vous savez ! J’ai l’impression qu’il me suit et qu’il se sert de faux prétextes pour m’arrêter ! J’vous jure ! Y’a que lui pour me suivre comme ça ! Des fois je me demande s’il ne le fait pas exprès

Monsieur Patate nous parle

Bonjour Monsieur Patate,

Prenez-vous votre « pouvoir » de détacher vos membres de votre corps comme un avantage ou un inconvénient ?

Eh bien, cela peut être les deux. Cela peut être utile de glisser sous une porte un œil ou une oreille mais si quelqu’un m’enlève mon nez, ma respiration devient difficile.

Sans indiscrétion, votre relation avec Madame Patate est-elle toujours aussi forte ?

Pour tout vous dire, après l’adoption de nos triplés, nous nous sommes un peu éloignés avec Madame Patate. Quand je rentre le soir, elle part à son cours de Zumba, elle a créé une association qui s’appelle Yogume sur le yoga et les légumes, elle mange de l’herbe. Je ne suis pas d’accord avec ses choix mais elle ne m’écoute pas.

Aimez-vous les patates ?

Non, je déteste ça.

Et quel est votre emploi ?

Je suis banquier à la tête de la banque Patate. Nous sommes en pleine négociation avec les patates russes.

« Je n’aime pas… » en 2016, 6èmes 2 et 3

« Je n’aime pas… » en 2016, 6èmes 2 et 3

Je n’aime pas quand la fermeture éclair de mon sac d’école se coince…
Je n’aime pas les bouffons…
Je n’aime pas rester à Paris pendant les vacances
Je n’aime pas les jeans déchirés
Je n’aime pas la lunette des toilettes quand elle est froide
Je n’aime pas faire la queue pour les manèges
Je n’aime pas commencer à huit heures
Je n’aime pas me mordre la langue
Je n’aime pas quand j’explique quelque chose et que personne ne comprend

 Je n’aime pas quand je dis « bonjour » et qu’on me répond « bonsoir »
Je n’aime pas me lisser les cheveux pendant des heures et que quand je sors il pleut
Je n’aime pas attendre le métro pendant 5 min et quand il arrive il est trop plein pour rentrer
Je n’aime pas les choux de Bruxelles
Je n’aime pas le gras de la viande
Je n’aime pas le dimanche soir
Je n’aime pas le lait tout seul
Je n’aime pas les glaces en hiver

Je n’aime pas les pigeons de Paris
Je n’aime pas ce que nous avons fait à notre planète
Je n’aime pas les ronces qui nous empêchent d’avancer
Je n’aime pas par dessus tout le terrorisme
Je n’aime pas les livres de plus de 500 pages
Je n’aime pas le chirurgien dentiste
Je n’aime pas les pannes d’électricité

Je n’aime pas les batteries faibles
Je n’aime pas les capuches à fourrure
Je n’aime pas l’eau qui ne devient jamais chaude et qui tout à coup devient brûlante
Je n’aime pas les cafteurs
Je n’aime pas le Paris Saint Germain
Je n’aime pas ma date de naissance
Je n’aime pas les têtes à coiffer
Je n’aime ni les flageolets ni le fenouil
Je n’aime pas la rentrée
Je n’aime pas les bavards
Je n’aime pas les fiches administratives
Je n’aime pas les Dragibus noirs et bleus
Je n’aime pas quand on m’interroge et que je ne sais pas
Je n’aime pas quand mon père m’explique que les bonbons sont faits avec de la gélatine de bœuf…
Je n’aime pas les gens qui mettent des vents
Je n’aime pas les princesses
Je n’aime pas les dindons
Je n’aime pas les pulls qui grattent
Je n’aime pas quand il n’y a pas de wifi
Je n’aime pas les machos
Je n’aime pas le rose
Je n’aime pas quand ma mère me dit d’aller prendre ma douche et que je suis en train d’aller la prendre
Je n’aime pas le générique de Trotro
Je n’aime pas que mes parents s’extasient sur le dessins de ma petite sœur

Entretien avec le narrateur du Horla

– Bonjour monsieur. Toute la contrée vous traite de fou car vous racontez à qui veut bien l’entendre qu’une créature que vous nommez « le Horla » boit du lait et de l’eau et hante vos nuits. Pouvez vous nous en dire plus ?

– Je ne suis pas fou ! Le Horla existe réellement et me hante chaque jour. C’est une créature vicieuse qui s’introduit chez vous et vous enlève petit à petit la raison. Elle me suit chaque minute et me hante au plus profond de moi.

– Pouvez-vous nous prouver que cette créature existe réellement ?

– Oui ! Le Horla boit de l’eau et du lait. Pour vérifier que ce n’était pas moi qui buvais les boissons, je me suis enduit les lèvres et les mains de mines de plomb, puis j’ai recouvert les bouteilles de tissus blancs et je suis allé me coucher. Le lendemain, les tissus étaient impeccables mais les bouteilles vides.

– C’est intéressant. Mais quand vous dites qu’elle hante vos nuits, que vous fait elle exactement ?

– Elle tente de m’étrangler, de me tuer, de me détruire au plus profond de mon être. Elle me fait voir les pires choses car elle sait comment me faire du mal.

– Et que comptez vous faire contre elle ?

– Je ne sais pas. C’est une créature invisible et destructrice, qui essaie de tuer de la manière la plus atroce possible. A moins de réussir à l’anéantir, il faudrait peut être que je me tue, moi, avant qu’elle ne m’attrape entre ses filets…