Paroles (1946) de Jacques Prévert : le contexte historique : la France et l’Europe de l’entre-deux-guerres

Le contexte historique : la France et l’Europe de l’entre-deux-guerres

Enregistrements faits en classe le mercredi 25 mars :

 

File:Europe in 1923.jpg

La carte de l’Europe en 1923

L’entre-deux-guerres est la période (1918-1939) comprise entre la Première et la Seconde Guerre mondiale. Ces vingt années de paix ont été marquées par un bouleversement durable des rapports de force internationaux, par l’émergence des ……………………………… ainsi que par des progrès techniques considérables. Cette période constitue un ensemble cohérent et homogène qu’il convient d’appréhender dans sa globalité. La première moitié de la période a été appelée en France « les ………………………………», essentiellement pour les ruptures dans le comportement social (nouvelles esthétiques artistiques transgressives, développement des transports, en particulier individuels, modification des codes de comportement, en particulier chez les femmes des classes supérieures et moyennes). À partir de 1929, la ……………………………… et la montée des nationalismes étatiques agressifs créèrent une atmosphère de tension et de peur.

Les années folles 1919-1929 » au Musée Galliera :

http://www.dailymotion.com/video/x3cl87

Il est à souligner que l’appellation « entre-deux-guerres », utilisée pour cette période, est à prendre avec recul, car elle ne retranscrit en rien l’esprit de l’époque. En effet, les protagonistes n’avaient bien évidemment pas conscience de vivre une période de calme avant un second conflit mondial, et ce, même si des signes politiques alarmants le laissaient présager. Après le traumatisme de la Grande Guerre, fusaient en France les « plus jamais ça ! », on parlait du conflit comme de « ………………………………» (« dernière des dernières »). Cela peut expliquer partiellement l’euphorie et l’esprit libéré qui régnait, au moins pendant les années 1920, avant le .………………………………

1929 – La crise :

Image de prévisualisation YouTube
File:EUROPE 1919-1929 POLITICAL 01.png

III. Le surréalisme

Le Surréalisme est un mouvement littéraire et culturel de la première moitié du XXe siècle, comprenant l’ensemble des procédés de création et d’expression utilisant toutes les forces psychiques (………………………………, ………………………………, ………………………………) libérées du contrôle de la raison et en lutte contre les valeurs reçues.

Le surréalisme est issu essentiellement du ………………………………, un mouvement créé en 1916 par des écrivains et artistes réunis autour de Tristan Tzara. En réaction à l’horreur et à l’absurdité de la Première Guerre mondiale, Dada veut rompre totalement avec les valeurs morales et les codes « bourgeois » de l’époque. C’est un mouvement de remise en question radicale du monde tel qu’il est, qui compte distordre l’ordre établi et le langage. Le mot « dada » est d’ailleurs un mot choisi au hasard dans le dictionnaire.

Les techniques d’écriture surréalistes

Les surréalistes cherchent à libérer l’inconscient. Pour ce faire, ils utilisent les diverses techniques ci-dessous.

L’……………………………… est un mode d’écriture cherchant à échapper aux contraintes de la logique, elle laisse s’exprimer la voix intérieure inconsciente, dévie l’inconscient de la pensée. Il s’agit d’écrire ce qui vient à l’esprit, sans se préoccuper du sens. Par l’………………………………, les surréalistes ont voulu donner une voix aux désirs profonds, refoulés par la société. L’objet surréaliste ainsi obtenu a d’abord pour effet de déconcerter l’esprit, donc de « le mettre en son tort ».

Des jeux d’écriture collectifs faisant intervenir le hasard sont également pratiqués ; le ……………………………… en est un. Dans ce jeu, tous les participants écrivent tour à tour une partie de phrase sur une feuille sans connaître ce que les personnes précédentes ont marqué. L’ordre syntaxique nom-adjectif-verbe-COD-adjectif doit être respecté : on obtient ainsi une phrase grammaticalement correcte. Le nom de « ……………………………… » vient de la première phrase obtenue de cette manière : « Le cadavre – exquis – boira – le vin – nouveau ».

Cadavre exquis, le jeu des surréalistes.
Cadavre exquis, le jeu des surréalistes.
Cadavre exquis, par Jacques Prévert, Camille Goemans, Yves Tanguy, André Breton. 15,9 x 20,3 cm. – © Musée d’Art moderne de la Ville de Paris.

Changer l’homme

Le mouvement Dada était antibourgeois, antinationaliste et provocateur. Les surréalistes continuèrent sur cette lancée subversive. « Nous n’acceptons pas les lois de l’Économie ou de l’Échange, nous n’acceptons pas l’esclavage du Travail, et dans un domaine encore plus large nous nous déclarons en insurrection contre l’Histoire. » (tract La Révolution d’abord et toujours). Ces principes débouchent sur l’engagement politique : certains écrivains surréalistes adhèrent, temporairement, au ……………………………….

Le surréalisme :

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire