le jardin des retours

Le centre d’Oradour sur Glane empêché de dire l’histoire

Pour avoir présenté cette photographie et sa légende, le Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane vient d’être condamné à la retirer par la Cour d’Appel de Limoges, après une plainte des héritiers de Louis Renault. C’est le journal Le Populaire qui le raconte, et c’est Daniel Letouzey qui en narre les réactions sur son blog Clioweb dans Louis Renault à Berlin en 1939..

La Ligue des Droits de l’Homme s’insurge contre cette décision: ce n’est pas aux tribunaux de dire l’histoire, mais aux historiens.

Deux questions historiques se posent: celle des conditions de la collaboration, qui n’est pas du seul fait de Renault, mais à laquelle l’entreprise a participé, et celle des conditions douteuses de la mort de Louis Renault, en 1944, en prison, 4 semaines après avoir été arrêté par des résistants. Il n’empêche que du simple fait de l’histoire, celle de l’histoire des faits, Renault a travaillé pour l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Une vidéo INA pour s’imprégner du contexte: Alain Decaux raconte la « tragédie » de Louis Renault.

A bientôt

H. Billard


Publié par Hugo Billard le 5 mars 2011 dans Non classé
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

Une réaction à “Le centre d’Oradour sur Glane empêché de dire l’histoire”

  1. […] vous invite à lire cet article sur le blog Le jardins des retours, tenu par un collègue. Cette décision de justice est inquiétante et me semble ouvrir la voie à […]

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.