le jardin des retours

Eyjafjöll mon amour

Depuis plusieurs semaines, un volcan islandais au nom imprononçable (allez-y, essayez!) plonge nos avions, nos radars, nos processus de décision et l’idée que nous nous faisons de la liberté d’aller et de venir dans des affres sans nom, qui permettent d’accuser qui le principe de précaution qui les écologistes.

Dans le site Histoire globale de la revue Sciences Humaines, l’historien Patrick Boucheron, chef d’orchestre de l’excellent Le Monde au XV° siècle (Fayard, 2009), revient sur les interprétations historiques qui tournent autour de ce nuage pluriel.

A suivre

H. Billard


Publié le 13 mai 2010 par Hugo Billard dans revue de presse

Marc Bloch contre Nicolas S.?

La petite-fille de Marc Bloch s’indigne de la récupération des idées et de l’image de son grand-père, opérée par Nicolas Sarkozy le 12 novembre dans un discours sur l’identité nationale.
C’est à lire dans Le Monde ce soir, lien ici.
A+
H. Billard


Publié le 28 novembre 2009 par Hugo Billard dans revue de presse

Camus au Panthéon?

Albert Camus (1913-1960)

Le président Sarkozy veut faire entrer la dépouille de l’écrivain-journaliste-philosophe humaniste Albert Camus au Panthéon. « Aux grands hommes la patrie reconnaissante ». Par ses écrits et ses engagements, il est assurément de ces « grands hommes ». Olivier Todd et Jean-Yves Guérin, ses biographes, et Jean Daniel, son vieil ami, refusent cet honneur. Sa famille aussi. Non pas pour le geste, que chacun s’accorde à trouver logique. Mais pour les intentions réelles ou supposées du président. Récupération?

Le philosophe engagé Michel Onfray publie ce soir une longue lettre au président de la République. Non pour refuser cet honneur à un écrivain qui le mériterait largement, mais pour dénoncer les incohérences entre la pratique présidentielle et la pensée en actes de l’écrivain. Il dénonce un « plan de communication » de l’Elysée. C’est argumenté, incisif, et bien écrit, même si Onfray ne prend chez Camus que ce qui lui convient, et que la lettre est bien entendu totalement à charge…

« Donnez-nous en effet l’exemple en nous montrant que, comme le Camus qui mérite le Panthéon, vous préférez les instituteurs aux prêtres pour enseigner les valeurs ; que, comme Camus, vous ne croyez pas aux valeurs du marché faisant la loi ; que, comme Camus, vous ne méprisez ni les syndicalistes, ni le syndicalisme, ni les grèves, mais qu’au contraire vous comptez sur le syndicalisme pour incarner la vérité du politique ; que, comme Camus, vous n’entendez pas mener une politique d’ordre insoucieuse de justice et de liberté ; que, comme Camus, vous destinez l’action politique à l’amélioration des conditions de vie des plus petits, des humbles, des pauvres, des démunis, des oubliés, des sans-grade, des sans-voix ; que, comme Camus, vous inscrivez votre combat dans la logique du socialisme libertaire… »

Le Nouvel Observateur a consacré un large dossier à Albert Camus dans sa dernière livraison. C’est à lire dans Bibliobs.

Il faut lire son Discours de Suède (en pdf), ces mots prononcés lors de sa réception du prix Nobel de littérature, dédiés à son instituteur.

Pour aller encore plus loin, il y a tout sur Webcamus.

A bientôt

H. Billard


Publié le 24 novembre 2009 par Hugo Billard dans Actualité,revue de presse
Tags :: , , ,

C’était le mur de Berlin (1961-1989)


Belle réalisation multimédia de Bastien Hugues et Constance Jamet pour lefigaro.fr
A+
HB


Publié le 8 novembre 2009 par Hugo Billard dans Actualité,revue de presse

Mayotte sur Creuse

Dimanche 29 mars 2009. Mayotte est devenue le 101e département français. Le territoire français est divisé en départements et régions métropolitains, départements d’outre-mer (DOM) et collectivités d’outre-mer (COM). Mayotte a choisi de devenir un DOM. Beaucoup de choses vont y changer dès lors que Mayotte intègre de fait le territoire français stricto sensu: elle intègre également les lois métropolitaines (fini le droit civil local, la polygamie, les tribunaux locaux), intègre les frontières communautaires (et son cortège renforcé de douaniers) et… vont payer des impôts inconnus jusque-là (taxes d’habitation, taxes foncières…). Pour en savoir plus:


Publié le 30 mars 2009 par Hugo Billard dans revue de presse
Tags :: , , , , ,

La princesse et le président

Ritals go home (Aigues-Mortes, 1893)

La crise a des conséquences sociales que l’on croyait écartées du champ européen. En tout cas à l’ouest. Depuis fin janvier les manifestations se multiplient au Royaume-Uni contre les Polonais et les Italiens accusés de prendre les emplois des britanniques. Accusation accentuée par un fort sentiment anti-européen, l’UE favorisant la libre circulation des travailleurs. Eve Mongin fait le parallèle avec la situation des Italiens en France à la fin du XIX° siècle, en pleine dépression: même accusation, l’UE en moins, contre des Italiens accusés d’accepter des salaires plus faibles que les locaux. 16 août 1893, une « chasse à l’Italien » à Aigues-Mortes fait selon les sources entre 8 et 17 morts et 36 à 150 blessés. Le 17 août 1893 un commandant de gendarmerie écrit: « l’hostilité actuelle des ouvriers français contre les ouvriers italiens est (…) arrivée à un tel degré de férocité que tout ouvrier italien qui serait rencontré isolément serait infailliblement massacré » (Noiriel 2007 p.148).


Publié le 18 mars 2009 par Hugo Billard dans Comprendre,revue de presse
Tags :: , , , , , ,

Coca-cola ou la mort

Le philosophe maire de Venise, Massimo Cacciari, est devant un casse-tête en apparence insoluble: comment conserver l’authenticité architecturale et artistique de Venise tout en garantissant la capacité d’accueil des touristes? Est-ce vendre son âme que de chercher un sponsor comme autrefois d’autres cherchaient des mécènes? Cacciari propose de lier Venise et Coca-Cola par contrat, l’un et l’autre s’y retrouvant financièrement. Le projet fait bondir, dans la Ville et hors les murs.


Publié le 17 mars 2009 par Hugo Billard dans revue de presse
Tags :: , , ,

la fable du rat et du lapin

Il était une fois un grand couturier. A sa mort son compagnon décide de vendre les objets qu’ils avaient accumulés tout au long de leur vie à deux. Parmi ces objets tous plus beaux et authentiques les uns que les autres, deux petites statues posent problème. Un petit rat et un petit lapin. Certains disent qu’ils ont été volés en 1860 lors du pillage du palais d’Eté de Pékin par les Anglais – et comme toujours les Français n’étaient pas loin: duo de bandits qui avait fait à l’époque hurler Victor Hugo. La Chine s’étrangle d’indignation que le gouvernement ne veuille pas interdire la vente, comme cela se fait chez eux parce que l’Etat a tout pouvoir. Un Chinois, antiquaire et affamé de gloriole, se porte acquéreur puis annonce qu’il ne paiera pas. Embarras de tous côtés: côté vendeur la règle des enchères est faussée si l’acheteur ne veut pas payer; côté Chine on se serait probablement passé d’une nouvelle tension avec un pays occidental. Mais deux questions n’ont pas été posées au moment de cette polémique: en 1860, les statuettes ont-elles été volées ou achetées? Le vendeur est-il responsable d’un vol qui n’a pas été commis par lui?

Moralité: le rat et le lapin sont des fouines qui se roulent dans la farine..


Publié le 16 mars 2009 par Hugo Billard dans revue de presse
Tags :: , , ,

La mort des archives de Cologne?

Le 3 mars le bâtiment des archives de la ville de Cologne s’est effondré. Les travaux du métro sont en cause. Il ne reste plus rien du bâtiment et de ce qu’il contenait: près de 65000 manuscrits donc celui du « Tristan » de Wagner, des écrits d’Offenbach, de Marx et Engels, une partie de l’histoire médiévale du Rhin… La totalité des archives du prix Nobel de littérature Heinrich Böll est sous les décombres. Le directeur des archives de Cologne, Ulrich S. Soenius, appelle la communauté universitaire au secours pour restaurer ce qui peut encore l’être, et reconstituer une partie de ces trésor sur lequel repose la mémoire de la ville de Cologne et de la vallée du Rhin.


Publié le 15 mars 2009 par Hugo Billard dans revue de presse
Tags :: , , , ,