La première et la seconde guerre mondiale : des guerres totales ?

 

(Définition du mot « guerre » et des limites géographiques et chronologiques du sujet)

Le XXe siècle a connu deux conflits internationaux armés qui ont commencé localement en Europe et se sont étendus à une grande partie de la planète, le premier a duré de 1914 à 1918 et le second, a été préparé par la guerre civile espagnole de 1936 à 1939 et par l’attaque du Japon contre la Chineen 1931, puis en 1937. Il s’est progressivement étendu au monde entier après avoir commencé à la frontière polonaise le 1er septembre 1939 et s’est terminé en 1945.

(Problématique)

Cette extension géographique suffit elle pour faire de ces deux conflits des guerres totales et deux conflits similaires ?

(Définition de guerre totale)

Une guerre totale ne s’arrête pas sur des objectifs limités et une paix de compromis, elle a donc tendance à s’étendre géographiquement au monde entier. Une guerre totale touche aussi toute la société en mobilisant les populations, les esprits et l’économie. Le désir de l’emporter à tout prix conduit aussi à une intensification des violences de guerre.

(Annonce d’un plan comparatif)

Notre propos consistera donc à comparer les deux conflits en question du point de vue de leur extension géographique, de la profondeur de la mobilisation des sociétés et de l’intensité de la violence qu’ils ont connu.

 

(Transition et introduction de partie)

Les deux conflits que nous étudions n’ont pas tout de suite été des guerres mondiales.

-          Des déclenchements locaux : En 1914, volonté de certains nationalistes serbes d’annexer des territoires Austro-hongrois qui conduit à l’assassinat du prince héritier de ce pays. En 1939, volonté de l’Allemagne d’annexer le corridor polonais la séparant de la ville de Dantzig et dela Prusseorientale allemande.

-          Une extension par l’enchaînement des alliances : En 1914, Serbie soutenue parla Russie, sans doute encouragée parla France, puis par le Royaume Uni. En 1939, alliance entre Hitler et Staline, puis retournement de celui-ci vers les britanniques après le 22 juin 1941.

-          L’intervention retardée des Etats-Unis en 1917 et en 1941.

-          Une extension mondiale. En 1914-1918 par les colonies des pays européens, en 1939-1941 par les combats en Lybie ou en Syrie, et l’implication massive du Japon et des combats acharnés en Asie de l’est et dans l’Océan Pacifique.

(Conclusion partielle)

L’extension progressive des deux guerres mondiales est très similaire, mais lors de la seconde guerre mondiale, les combats importants sont bien plus largement répandus.

 

(Transition et introduction de partie)

Des combats aussi étendus et durables conduisent nécessairement à une forte mobilisation économique et sociale.

-          L’impossibilité d’une victoire militaire rapide conduit les pays belligérants à chercher l’épuisement de l’adversaire.

-          Importance stratégique du ravitaillement pour tenir le « dernier quart d’heure » : Défaite par épuisement dela Russieen 1917 et des Empires centraux (Autriche Hongrie et Allemagne) en 1918

-          Offensives de la seconde guerre mondiale pour obtenir des ressources : Japonais en Indonésie, Allemands vers les pétroles de Bakou au sud de l’URSS.

-          Des victoires obtenues par des armes nouvelles (Tanks en 1918) et par des productions massives (avions pendant la seconde guerre mondiale).

-          Nécessité d’une mobilisation massive : des hommes pour le combat, et des femmes ou des coloniaux dans les usines (Pendant la seconde guerre mondiale : Rosie la riveteuse, Service du Travail Obligatoire, camps de concentration).

-          Nécessité d’une propagande pour soutenir cette mobilisation pendant les deux guerres : Patriotisme et nationalisme largement répandus par les instituteurs pendant la première guerre mondiale, pendant la seconde guerre mondiale, Rosie la riveteuse aux Etats-Unis.

-          Du point de vue idéologique : Description de l’adversaire comme un monstre barbare, refus du compromis, refus des offres de paix autrichiennes de 1917,

(Conclusion partielle)

Les deux guerres mondiales ont connu des formes de mobilisation de toute l’économie et la société très comparables, ce qui permet à juste titre de les qualifier de guerres totales. Instruits par l’exemple de la première guerre mondiale, les dirigeants de la seconde et en particulier Hitler ont mis la recherche des ressources et de la production industrielle au cœur de leur stratégie.

 

(Transition)

Conscients de leur faiblesse économique en cas de guerre longue, l’Allemagne et le Japon ont aussi cherché à gagner la seconde guerre mondiale par la surprise et la violence de leurs attaques.

(Introduction de partie)

Une guerre peut aussi être qualifiée de totale par son niveau de violence.

-          Violences contre les soldats : peur, ennui et sentiment de mener des efforts inutiles dans les tranchées, 70% des décès de soldats de la première guerre mondiale suite à des bombardements dans les tranchées, Russes prisonniers des allemands morts de faim pendant la seconde guerre mondiale.

-          Violences contres des civils : Rares pendant la première guerre mondiale (polémique à propos des violences allemandes pendant leur offensive en Belgique en 1914). Très nombreuses pendant la seconde guerre mondiale : De la part des régimes totalitaires ; pillages, taxes d’occupation, viols, déportation de résistants, incendies de villages. Commençant par Hitler et massivement utilisés par les Alliés ; bombardements de villes comme Dresde ou Hiroshima.

-          Génocides : Tentative d’extermination systématique des chrétiens de Turquie (Arméniens et autres) en 1915, peu dénoncée après guerre et connue d’Hitler. Massacre discret des handicapés allemands par les nazis dès janvier 1940. Dans toute l’Europe occupée, tentative d’extermination systématique des juifs, par des ghettos dès 1939, puis des massacres intensifiés et des camps d’extermination à partir de 1941. Les tziganes subissent une politique similaire. Les homosexuels ne sont visés que s’ils sont allemands ou considérés comme tels (Alsaciens et Mosellans français). Un certain nombre d’entre eux ont subi les camps de concentration.

-          La première est critiquée par certains courants très minoritaires, certains anarchistes, socialistes ou par le Pape Benoît XV, la seconde guerre mondiale suscite l’engagement de « justes » qui cherchent à sauver des juifs (gestes individuels, réseaux spécialisés, ordre discret de Pie XII d’accueillir des juifs dans des couvents).

(Conclusion partielle)

La première guerre mondiale a fait subir une brutalisation massive aux soldats, la seconde guerre mondiale a connu des violences bien plus intenses et plus massives et la moitié de ses victimes ont été des civils.

 

(Résumé des conclusions partielles)

Les deux guerres mondiales partagent une extension géographique similaire et un même engagement de toute l’économie et de toute la société. La seconde guerre mondiale correspond encore plus à cette notion de guerre totale par l’extension géographique des combats, la violence des moyens utilisés et par l’attaque massive menée contre des civils.

(Réponse à la problématique)

On peut donc dire que la seconde guerre mondiale répond encore plus nettement à la définition de guerre totale que la première.

(Ouverture –non indispensable-)

La révélation des atrocités de la seconde guerre mondiale a conduit les vainqueurs à tenter de fonder un nouvel ordre international plus efficace que celui dela Sociétédes Nations. Ils ont mené des procès tels que celui de Nuremberg et ont posé les bases de l’organisation des Nations Unies pour éviter le retour d’une guerre mondiale qui aurait été sans issue à l’ère nucléaire.