Tous les billets de la catégorie Revolution industrielle …

Le chant des Canuts

Premiere, Revolution industrielle ... 0 commentaire »

chansons historiques de France 116 Les Canuts 1894 – YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Paroles et musique : Aristide Bruant
Créée par Aristide Bruant à l’occasion de l’exposition de Lyon en 1894. Il ne semble pas que cette chanson ait été celle des tisserands lyonnais lors de la révolte de 1831

Pour chanter Veni Creator
Il faut une chasuble d’or.
Nous en tissons pour vous, grands de l’église
Et nous, pauvres canuts, n’avons pas de chemise.
C’est nous les canuts
Nous sommes tout nus.

Pour gouverner, il faut avoir
Manteaux ou rubans en sautoir.
Nous en tissons pour vous, grands de la terre
Et nous, pauvres canuts, sans drap on nous enterre.
C’est nous les canuts
Nous sommes tout nus.

Mais notre règne arrivera
Quand votre règne finira.
Nous tisserons le linceul du vieux monde
Car on entend déjà la tempête qui gronde.
C’est nous les canuts
Nous sommes tout nus.

Source : Chansons historiques de France

Les destinées sentimentales : un film sur une famille bourgeoise

Premiere, Revolution industrielle ... 0 commentaire »

L’histoire se déroule entre 1900 et 1930, elle débute lorsque Jean Barnery, pasteur marié et père de deux filles, décide de quitter sa femme. Jean Barnery est l’un des fils, futur héritier, d’une grande lignée de fabriquants de porcelaine ( que l’on peut identifier comme étant De Haviland) implantée à Limoges. Lors d’un grand bal, il rencontre Pauline, parente de l’autre branche familiale, productrice d’une éminente marque de cognac (Boutelleau – Hine) .

À la suite de déboires avec sa première femme, il cause le départ de Pauline. Quelques années plus tard, alors que Jean a abandonné le culte et la fortune familiale, il retrouve Pauline et partent vivre en Suisse, loin de tout, dans un bonheur idyllique, mais égoïste.

Mais bientôt Jean est rappelé à la tête de l’entreprise familiale qui périclite. La première guerre mondiale transforme les êtres et l’économie : le couple semble se défaire et la fabrique de porcelaine commence à sombrer, sous le coup de la concurrence étrangère, en particulier chinoise (déjà). Jean consacre alors la fin de sa vie à l’élaboration d’un service ivoire apprécié seulement des plus fins connaisseurs et fabriqué à perte.

Source. Vidéo

Evolution des catégories sociales en France 1850 1950

Premiere, Revolution industrielle ... 0 commentaire »

En complément du doc 1p50 (Nathan Le Quintrec)

Avant la crise de 1929 la production progresse moins vite que les actions

Premiere, Revolution industrielle ... 0 commentaire »

Croissance du PIB depuis 1850

Premiere, Revolution industrielle ... 0 commentaire »

Conséquences sociales de la révolution industrielle

Premiere, Revolution industrielle ... 0 commentaire »

Photos d’ouvriers

medium_m_gamachine_LBAI_20_02_2003_sheeler_02.JPGmedium_travail_des_enfants_LBAI_01_03_2006.JPG
medium_immigrante_italienne_aux_EU_LBAI_01_03_2006.JPG

Evolution du monde rural au temps de la révolution industrielle.

Premiere, Revolution industrielle ... 0 commentaire »

rosabonheur Source.

Si la mécanisation des procédés agricoles progresse lentement, la sélection des espèces végétales et animales permet une augmentation des rendements agricoles.

Essor de la bourgeoisie

Films, Premiere, Revolution industrielle ... 0 commentaire »

La vie bourgeoise décrite par un romancier naturaliste

M. Hennebeau s’était mis devant la fenêtre de son cabinet, pour voir partir la calèche qui emmenait sa femme déjeuner à Marchiennes … puis, il était revenu tranquillement s’asseoir à son bureau. Quand ni sa femme ni son neveu ne l’animaient du bruit de leur existence, la maison semblait vide. Justement, ce jour-là, le cocher conduisait Madame ; Rose, la nouvelle femme de chambre, avait congé jusqu’à cinq heures ; et il ne restait qu’Hippolyte, le valet de chambre, se traînant en pantoufles par les pièces, et que la cuisinière, occupée depuis l’aube à se battre avec ses casseroles, tout entière au dîner que ses maîtres donnaient le soir. Aussi, M. Hennebeau se promettait-il une journée de gros travail, dans ce grand calme de la maison déserte.

Emile Zola, Germinal, 1885.

 

Définition du prolétariat par le théoricien du communisme.
La bourgeoisie a soumis la campagne à la ville … Elle a aggloméré la population, centralisé les moyens de productions et concentré la propriété dans un petit nom-bre de mains
Des masses d’ouvriers sont placés sous la domination de la machine, du contremaître, du bourgeois industriel lui-même. Cette tyrannie est d’autant plus odieuse qu’elle proclame ouvertement que son but unique est le profit ….
Les petits industriels, marchands, artisans et paysans tombent dans le prolétariat parce que leurs faibles capitaux ne leur permettent pas d’employer les procédés de la grande industrie et parce qu’ils succombent devant la concurrence des grands capitalistes. Ainsi, le prolétariat se recrute dans toutes les classes de la population.
Karl Marx, Manifeste du parti communiste, 1848. Qu’est ce que le prolétariat? K Marx.

 

Les destinées sentimentales
Histoire d’un couple issu d’une famille de la bourgeoisie protestante, tiré d’un roman de Jacques Chardonne.

Image de prévisualisation YouTube

 

La crise de 1929

Premiere, Revolution industrielle ... 0 commentaire »

Présentée sur le site Hérodote.net et en vidéo.
Image de prévisualisation YouTube

Charlie Chaplin critique le taylorisme.

Premiere, Revolution industrielle ... 0 commentaire »
http://www.dailymotion.com/video/xx25v

Saint Gobain, une entreprise dans la seconde révolution industrielle

Premiere, Revolution industrielle ... 0 commentaire »

Saint-Gobain vient d’être condamnée à une amende de 1.38 milliards d’euros, avec trois autres entreprises pour un cartel organisant la production de verre et les prix du verre en Europe de 1998 à 2003

pingret_berry_small
Cette entreprise crée en 1665 est une des plus anciennes sociétés par actions du pays et a une longue histoire. Visible en partie ici et sur le site de l’entreprise.

Saint Gobain condamné pour formation de Cartel

Revolution industrielle ... 0 commentaire »

Saint-Gobain vient d’être condamnée à une amende de 1.38 milliards d’euros, avec trois autres entreprises pour un cartel organisant la production de verre et les prix du verre en Europe de 1998 à 2003

pingret_berry_small
Cette entreprise crée en 1665 est une des plus anciennes sociétés par actions du pays et a une longue histoire. Visible en partie ici et sur le site de l’entreprise.

Les inventions de la seconde révolution industrielle

Histoire, Premiere, Revolution industrielle ... 0 commentaire »

Le procédé Bessemer pour fabriquer de l’acier.

500px-bessemeranlage

Application du métal dans la construction, théorisée par Eugène Viollet le Duc dans ses projets de constructions.

tmp_c1f561249438a0cc4830f2a094ba4cd7

Restaurateur de bâtiments médiévaux et professeur d’architecture il veut utiliser la méthode des contrepoids de l’architecture gothique, mais avec du métal.

me0000053524_2

Les dynasties de la première révolution industrielle

Premiere, Revolution industrielle ... 0 commentaire »

dmcpercalem

Des toiles « indiennes » à l’industrie textile, la famille Dollfus à Wesserling.
Parallèlement au luddisme anglais, la première machine à coudre détruite par des ouvrières parisiennes.
Industrie textile, engagement politique et social, familles nombreuses et recherche de pointe : Les Koechlin de Mulhouse.

Notes sur la révolution industrielle

Premiere, Revolution industrielle ... 0 commentaire »

Evolutions intellectuelles au temps de la 2e Révolution industrielle

medium_Renan.jpeg« Oui, il viendra un jour où l’humanité ne croira plus, mais où elle saura; un jour où elle saura le monde métaphysique et moral, comme elle sait déjà le monde physique; un jour où le gouvernement de l’humanité ne sera plus livré au hasard et à l’intrigue, mais à la discussion rationnelle » Ernest Renan, L’avenir de la science, 1848, pub. en 1890

medium_dedionbouton.jpeg« je vois de nos jours les jeunes gens revenir de leur école, de leur collège, le front haut et lumineux, le visage serein, quand je les vois ensemble, jeunes gens et jeunes filles, unis dans une libre et insouciante camaraderie, sans fausse pudeur ni fausse honte, glissant sur leurs skis par-dessus les champs de neige, roulant à deux en auto, à travers la campagne, fraternellement rassemblés dans toutes les manifestations d’une vie saine, insouciante » Stephan Zweig, le monde d’hier, 1942, reed. Belfond 1993

Scientistes_et_penseurs_au_temps_de_la_2e_RI.doc

Les socialistes et la révolution

medium_319px-Pierre_Joseph_Proudhon.jpegProudhon, anarchiste : citations contre l’Etat sous toutes ses fomes et contre les juifs, favorable à l’organisation de la société à partir d’associations et de syndicats.

Contre le gouvernement
« Être gouverné, c’est être gardé à vue, inspecté, espionné, dirigé, légiféré, réglementé, parqué, endoctriné, prêché, contrôlé, … C’est sous prétexte d’utilité publique et au nom de l’intérêt général être mis à contribution, exercé, rançonné, exploité, monopolisé, concussionné, pressuré, mystifié, volé ; puis, à la moindre réclamation, au premier mot de plainte, réprimé, amendé, vilipendé, vexé, traqué, houspillé, assommé, désarmé, garrotté, emprisonné, fusillé, mitraillé, jugé, condamné, déporté, sacrifié, vendu, trahi, et pour comble, joué, berné, outragé, déshonoré. Voilà le gouvernement, voilà sa justice, voilà sa morale ! »

Pour l’association
« Dans sa vision, des artisans indépendants, des paysans, et des coopératives échangeraient leurs produits sur un marché. Pour Proudhon, les usines et autre larges lieux de travail seraient dirigés par des syndicats fonctionnant par démocratie directe. L’Etat serait aboli; à la place la société devrait être organisée par une fédération de « communes libres ». Proudhon se fait théoricien du fédéralisme. »(Wikipédia)

medium_Lenine.jpeg

Lénine, communiste. Pour lui c’est le parti communiste, petite élite organisée, qui forme l’avant garde de la classe ouvrière, prend le pouvoir et impose le passage au communisme et le contrôle de toute l’économie par l’Etat (photo hérodote)

 

 

 

Des réformes de la société libérale

Un syndicat chrétien-social qui organise assurances, mutuelles, enseignement et commercialisation pour les agriculteeurs (! page en cache sur google, format particulier, ignorer le message d’avertissement et ouvrir)
L’idée d’un Etat providence et d’une redistribution des revenus par l’impôt, défendue par le rapport Beveridge en 1942

Les conséquences sociales de la révolution industrielle

docs_classes_sociales.doc
Une société bouleversée par la révolution industrielle
Un essor du monde ouvrier
a) Passer de la paysannerie à la classe ouvrière: Le « bonheur »d’être ouvrière
Les transformations des classes moyennes
Emile Zola, Germinal, 1885
c) Extrait d’un article publié lors de la campagne menée par les fonctionnaires pour obtenir le droit de grève.
Puissance de la bourgeoisie
d) Conseils à son mari d’une mère de famille qui craint de mourir en accouchant: des valeurs paternalistes
e) Demandes de renseignements à un fils de famille en voyage de formation en Angleterre: une promotion par la technique
f) Conseils donnés sur les études à suivre: une promotion par les grandes écoles

Penser la révolution industrielle

Commentaire critique de la loi Le Chapelier par Charles Maurras dans une note de blog, avec en commentaire une polémique sur le libéralisme entre un professeur d’histoire royaliste et un libéral
fiche origines et consequences du liberalisme.doc

Conséquences sociales de la révolution industrielle

Photos d’ouvriers

medium_m_gamachine_LBAI_20_02_2003_sheeler_02.JPGmedium_travail_des_enfants_LBAI_01_03_2006.JPG
medium_immigrante_italienne_aux_EU_LBAI_01_03_2006.JPG

 

Socialistes face à la révolution industrielle

Revolution industrielle ... 0 commentaire »

Proudhon contre l’Etat
Être gouverné, c’est être gardé à vue, inspecté, espionné, dirigé, légiféré, réglementé, parqué, endoctriné, prêché, contrôlé, estimé, apprécié, censuré, commandé, par des êtres qui n’ont ni titre, ni la science, ni la vertu…
.Proudhon pour une société de libres associations
Pour que je reste libre, que je ne subisse d’autre loi que la mienne, et que je me gouverne moi-même, il faut renoncer à l’autorité du suffrage, dire adieu au vote comme à la représentation à la monarchie. Il faut supprimer, en un mot, tout ce qui reste de divin dans le gouvernement de la société, et rebâtir l’édifice sur
l’idée humaine du Contrat. …
Le régime des contrats, substitué au régime des lois, constituerait le vrai gouvernement de l’homme et du citoyen, la vraie souveraineté du peuple,
la République.
Ce que nous mettons à la place des lois, ce sont les contrats. Point de lois votées ni à la majorité
ni à l’unanimité ; chaque citoyen, chaque commune ou corporation fait la sienne.
Ce que nous mettons à la place des pouvoirs politiques, ce sont les forces économiques.
.
Les socialistes pour une appropriation collective des moyens de production
Le prolétariat se servira de la suprématie politique pour arracher peu à peu tout le capital à la bourgeoisie, pour centraliser tous les moyens de production entre les mains de l’État..
Marx
Et comme la communauté ne peut assurer le droit de l’individu qu’en mettant à sa disposition les moyens de produire, il faut que la communauté elle-même soit investie, sur ces moyens de produire, d’un droit souverain de propriété.
Jaurès
.
Anti-patriotisme ouvrier et guerre sociale : Gustave Hervé
Gustave Hervé créateur de  » la guerre sociale » et de  » l’antipatriote  » :
Nous n’admettrons qu’une seule guerre, la guere civile, la guerre sociale, la guerre de classe, la seule qui à l’heure actuelle, puisse apporter quelque profit aux exploités
.
Les socialistes réformistes pour la laïcité avant même les lois sociales.
La société d’aujourd’hui est divisée entre capitalistes et prolétaires. Mais en même temps, elle est menacée par le retour offensif de toutes les forces du passé, de la barbarie féodale, de la toute-puissance de l’Eglise. Et quand la liberté républicaine est en jeu, quand la liberté de conscience est menacée, …  c’est le devoir du prolétariat socialiste de marcher avec celle des fractions bourgeoises qui ne veut pas revenir en arrière.
Jaurès. Discours à l’hippodrome de Lille le 26 novembre 1900
Pierre Benazet, Anthologie de la pensée politique dans le monde, p 1085.

Chrétiens sociaux et révolution industrielle

Revolution industrielle ... 0 commentaire »

Les propositions chrétiennes sociales
 » L’Association par arts, métiers et professions est une condition première, indispensable, pour organiser le travail, quelle que soit d’ailleurs la forme politique du gouvernement. …
Les syndics présideraient en temps de crise à la répartition la plus équitable du travail et à la fixation des salaires. … les syndics exerceraient une véritable magistrature ayant l’élection pour origine et la sanction du gouvernement pour caractère officiel »
La Gazette de France en 1843 (journal royaliste légitimiste)
 » Un salaire minimum doit être garanti aux ouvriers  » et  » qu’on doit limiter la journée de travail à dix heures « 
l’Union monarchique, du 17 avril 1847 articles de Joseph Morand

 Naissance d’un engagement charitable : Armand de Melun en 1837
 » Jusque-là, dît Melun , je n’avais jamais visité un pauvre, je ne connaissais que ceux qui m’avaient tendu la main dans la rue… Je m’en étais remis jusqu’ici à l’assistance publique et aux bureaux de bienfaisance du soin de les connaître et de les soulager… Dans la disposition d’esprit où j’étais cette vue de la soeur Rosalie au milieu de ces pauvres me frappa comme la révélation d’un monde inconnu qui m attirait.
… Aussi ai-je bien résolu à l’avenir… de consacrer toute ma vie à faire à mes frères tout le bien qui sera en mon pouvoir, mettant à leur disposition tout ce que j’ai de force et de temps. »
La mise en place des conventions collectives

Oppositions des républicains : en particulier des radicaux-socialistes, attachés à l’économie libérale
– La cour de cassassion décide en 1908 que personne ne peut être obligé de respecter une convention collective. Une loi de 1919 la rend possible, mais seulement pour les membres des organisations qui l’ont signée
 

Adoption de la Loi :
Accords de Matignon 7 juin 1936, les conventions collectives s’imposent à tous les membres d’un métier. Mais elle doivent être négociées par les syndicats dont la représentativité est reconnue par l’Etat.

Léon Blum affirme s’être inspiré des propositions chrétiennes-sociales« Serait-il si difficile de tirer des deux encycliques que le Saint-Siège, à un demi-siècle d’intervalle, consacrait aux problèmes sociaux, des formules voisines de celles que le gouvernement de Front populaire s’efforce de transporter dans la légalité républicaine ? »
Léon Blum, dans Sept, (hebdomadaire dominicain), 19 février 1937.

Croissances et crises

Revolution industrielle ... 0 commentaire »

Les innovations techniques au coeur des cycles de croissance économqiue
Machine à vapeur et son application aux mines de charbon et aux métiers textiles permettent la rév° industrielle Fin années 1780

Développement des chemins de fer et de l’industrie sidérurgique (1847)
Moteur à explosion et de l’électricité , invention de l’automobile et développement des industries chimiques (1896)
Rationalisation de la production (1920)

Production de masse , essor des industries pétrochimiques et électroniques , développement de l’aviation ,pétrole devient source d’énergie dominante (Période des 30 glorieuses)

Avantages et inconvénients de la taylorisation
Mais maintenant il nous faut dire que l’une des premières caractéristiques d’un homme qui est capable de faire le métier de manutentionnaire de gueuses de fonte est qu’il est si peu intelligent et si flegmatique qu’on peut le comparer, en ce qui concerne son attitude mentale, plutôt à un bœuf qu’à toute autre chose. L’homme qui a un esprit vif et intelligent est, pour cette raison même, inapte à exercer ce métier en raison de la terrible monotonie d’une tâche de ce genre. 
TAYLOR, 1911.
Loin d’être du jour au lendemain réduite, la qualification ouvrière dans la régulation de la grande usine fordienne subit des transformations qui à bien des égards, la réévalue (sic) sur l’échelle sociale. La période du début du siècle à la fin des années 1950 est peut-être une apogée (sic) de la qualification, un âge d’or du professionnel, surtout dans les métaux. […] En réalité, le métallo de 1910-1950 en sait moins que ses pères ; la machine lui a ôté, on l’a vu, une bonne part de sa capacité, non seulement à produire une pièce complète, mais encore à gérer de façon autonome le modus operandi. Ce qui compte, néanmoins, c’est la place supérieure qu’il occupe désormais dans une échelle du travail et des savoir-faire …Taylor a en vue le contrat social que l’on attribue, à tort, à Ford : la classe ouvrière abdique toute maîtrise sur le processus de travail et se soumet à l’ordre productif en contrepartie de son accession à la société de consommation, grâce à la redistribution des gains de productivité.
DEWERPE, 1998, le monde du travail en France, pp. 140 

La crise de 1929 annoncée par avance
Tôt ou tard il y aura un krach qui touchera les actions les plus importantes de la cote et entraînera une baisse de 60 à 80 points de l’indice Dow Jones. … Il y a plus de gens pour emprunter et spéculer aujourd’hui qu’à aucune autre époque de notre histoire. Tôt ou tard un krach va arriver et il se peut qu’il soit colossal. Sages sont les actionnaires qui en ce moment mettent un terme à leur endettement. … Cela ne signifie pas qu’il faut vendre tout ce qu’on a, mais qu’il faut rembourser les emprunts qu’on a faits et éviter toute spéculation à crédit. … Un jour va venir où le marché commencera à glisser sur la mauvaise pente ; il y aura plus de vendeurs que d’acheteurs et les profits sur le papier commenceront à disparaître. Alors il se produira immédiatement un sauve-qui-peut général pour préserver ce qu’il restera des profits sur le papier. … Dès qu’à l’étranger se répandra la nouvelle que les grands fonds d’investissements américains sont en train de vendre, les banques européennes se mettront à liquider les avoirs de leurs clients qui en ce moment achètent sur le marché américain.
Article de R. BABSON, New York Times, 6 septembre 1929. avant le « jeudi noir » 24 octobre 1929

Une crise de la demande accentuée par des politiques de baisse des salaires et des dépenses sociales : La déflation vue par ses adversaires
De 1932 à 1936,
la France a, sauf erreur, compté onze Ministères. Qu’ont-ils fait contre la crise économique ? Rien ou presque. Ce fut la politique dite de  » déflation budgétaire « , de réduction des dépenses de l’État (pour éviter le déficit budgétaire), c’est-à-dire de baisse de salaires des travailleurs […] ils sont contraints de dépenser moins, c’est-à-dire d’acheter moins de produits aux commerçants et aux agriculteurs
J. MOCH, Arguments et Documents contre capitalisme, crise, déflation, Éditions du Parti socialiste SFIO, Paris, 1936.
Ce que constatent les chercheurs, c’est la disparition quasi totale de la  consommation de viande. … Le café noir perçu comme un luxe indispensable. Le déficit en protéines de l’ordinaire a donc pour contrepartie diverses consommations spécifiques. En Grande-Bretagne, le thé, les bonbons, en France, le vin et le café. Les chômeurs consacrent aussi une part significative de leur revenu aux paris et au cinéma. Un domaine budgétaire est en revanche clairement sacrifié, le vêtement.
B. GAZIER, La Crise de 1929, PUF, colt. Que sais-je ?,1983.

Les moyens de limiter le nombre des chômeurs en France pendant la crise des années 1930
Il est bien vrai qu’en octobre 1929, en France, il n’y a, selon les statistiques officielles, aucun chômeur secouru par les fonds de chômage. … Un tel chiffre étonne, au vu du recul de la production … en janvier 1931 … En septembre 1933, par exemple, plus de 40 % des établissements industriels sont affectés par le chômage partiel.
… le pourcentage du personnel travaillant moins de quarante heures, [dans le textile.] s’élève à plus de 85 %.
D’autre part, … 770000 …étrangers sont repartis dans leur pays entre le recensement de 1926 et celui de 1931. Les chômeurs qui ont quelques économies ou qui acceptent mal cette situation  » dévalorisante  » répugnent à y recourir.
J. MARSEILLE et A. PLESSIS, Vivre la crise et l’inflation Hachette, 1983.

Les découvertes de la seconde révolution industrielle

Premiere, Revolution industrielle ... 0 commentaire »

Une formidable hausse de la productivité dans la fabrication de l’acier : le procédé Bessemer
Les progrès technologiques dans l’industrie métallurgique Bessemer, un  » bricoleur de première classe « .
H. Bessemer (1813-1898), qui n’était pas un métallurgiste mais plutôt une sorte de bricoleur de première classe, inventa au début des années 1850 un projectile d’artillerie qui exigeait un canon exceptionnellement long et solide. Le problème, c’était de rendre l’acier assez peu coûteux pour que la production massive de ces larges pièces fût praticable à vues budgétaires. … Il trouva une de ces solutions dont la simplicité nous ébahit une fois qu’elles sont découvertes. Au lieu d’affiner le fer en gueuse en appliquant la chaleur sur sa périphérie suivant la tradition, il fit souffler de l’air dans le métal en fusion, employant la chaleur dégagée brusquement par l’oxydation elle-même pour maintenir le fer à l’état liquide. Il en résultait une décarburation extrêmement rapide. … Un convertisseur Bessemer en marche entre véritablement en éruption au moment où l’énergie se libère d’un seul coup. Avec ses flammes et ses projections d’étincelles aux couleurs changeantes, c’est aussi l’un des spectacles les plus palpitants que l’industrie puisse offrir.
 » Il y a trente-trois ans, j’essayais d’introduire une méthode de fabrication (de l’acier) entièrement nouvelle, si nouvelle même… que je rencontrai de tous côtés la plus grande incrédulité et la plus grande méfiance. Il ne fut possible de décider aucun fabricant d’acier à adopter ce que le monde sidérurgique déclarait être le simple rêve d’un enthousiaste extravagant, et ce n’est qu’en construisant moi-même une aciérie dans la ville de Sheffield qu’il me fut possible de surmonter l’incrédulité qu’avait rencontrée mon invention. Mais aussitôt que je fus capable… de vendre mon acier à bas prix, il y eu une sorte de panique dans l’industrie… À partir de ce moment, la nouvelle méthode commença à se répandre dans toute l’Angleterre, et, de là dans les États européens, puis aux États-Unis où elle a depuis pris une place prépondérante. « 
Extrait d’une note adressée par Bessemer à une revue anglaise en 1894

Innovations diverses et cumulées : Les découvertes de Berthelot
Dès 1854, à peine âgé de vingt-sept ans, il tente ses plus audacieuses synthèses. Enfin, celle qui domine toutes les autres, la synthèse de l’acétylène, la plus surprenante, la plus inattendue, la plus simple: du charbon et de l’hydrogène, en présence de l’arc électrique, s’unissent pour produire ce corps dont la synthèse entraînerait la synthèse purement chimique de tous les carbures d’hydrogène, des alcools, des corps gras, en un mot de tous les produits naturels …. Berthelot était donc en droit de conclure avec un légitime orgueil : « Le domaine où la synthèse chimique exerce sa puissance créatrice est plus grand que celui de la nature actuellement réalisé ». « 
Paul Painlevé, Paroles et écrits, Rieder, 1936

Edison diffuse l’ampoule électrique
Au moment où nous inaugurâmes l’éclairage électrique, il nous fallait une usine pour la fabrication des lampes. À cette époque, le prix de revient d’une lampe était de un dollar vingt-cinq environ. Je fis alors cette proposition à
la Compagnie [qui commercialise l’électricité] :  » Si vous voulez passer avec moi un contrat, valable jusqu’à l’expiration des brevets, je fabriquerai toutes les lampes dont aura besoin
la Compagnie et je les livrerai aux prix de 40 cents par lampe « .
La Compagnie sauta sur cette offre. 

Un « trust »: le Groupe Morgan, First National Bank.
Affaires industrielles / General Electric Co ; United States Steel Corporation ; American Radiator and Standard Sanitary Corporation ; Continental Oil Co ; National Biscuit Co ; Baldwin Locomotive Works ; St. Regis Paper Co.
Services publics / American Telephone and Telegraph Co ;
Chemins de fer / Western Pacific.
Banques / J. P. Morgan and Co ; First National Bank Co. Etc..

Contre la concentration excessive des grandes entreprises : les lois anti-trusts américaines 1890
Le Sherman Act (1890)
 » 2° Toute personne qui créera un monopole ou tentera de créer un monopole ou de conclure une entente ou une coalition avec une ou plusieurs autres personnes aux fins de monopoliser une partie du trafic ou du commerce entre les différents États ou avec les pays étrangers sera regardée comme coupable d’un acte délictueux… »
Des amendements et l’emprisonnement étaient prévus en cas de violation de la loi, et la personne lésée était autorisée à recouvrer trois fois la valeur des dommages subis. …
H. FAULKNER, Histoire économique des États-Unis, PUF, 1958.
Le Clayton Act (1914)
Ses articles 2, 3, 7 et 8 énoncèrent de nouvelles prohibitions spécifiques frappant les discriminations de prix, les contrats d’exclusivité de vente, les prises de participations, les sociétés holdings, les pratiques d’administrateurs communs, les fusions d’entreprises (autres que les compagnies de transports et les banques), dans la mesure où elles tendent à réduire la concurrence.
FRANK,
La Politique économique des États-Unis, Sirey, 1966.

La première révolution industrielle

Revolution industrielle ... 0 commentaire »

Concentration du travail du coton dans des usines 1821
Dans les débuts de l’industrie cotonnière, toutes les opérations depuis le traitement initial de la matière première jusqu’à la fabrication de la toile, se faisaient sous le toit de la maison du tisserand. Dans une deuxième période, avec l’amélioration des techniques, le filage s’est fait dans les usines et le tissage s’est fait à domicile À l’heure actuelle, toutes les opérations, qui nécessitent des moyens beaucoup plus vastes et complexes s’effectuent dans un bâtiment unique. Les vastes bâtiments en brique que l’on rencontre au voisinage de toutes les grandes villes industrielles effectuent des travaux dont se chargeaient autrefois des villages entiers, Dans les usines mues par la vapeur, le coton est peigné, bobiné, filé et tissé en étoffe et une seule usine suffit pour sortir la même quantité que produisait autrefois la main-d’oeuvre de toute une région « 
R Gueston, histoire abrégée de l’industrie du coton, 1821

Naissance de la grande industrie métallurgique
H. Taine, philosophe et historien français, voyagea en Angleterre entre 1860 et 1870. Nous visitons les ateliers de Shaw et de Platt, l’un filateur, l’autre constructeur de machines à filer. […]
Quand on entre dans ces ateliers, on reste stupéfait ; c’est un pêle-mêle gigantesque et ordonné, un labyrinthe de roues, d’engrenages, de rubans de cuir roulants, un édifice vivant et agissant, qui, du sol au plafond et d’étage en étage, travaille avec une vitesse vertigineuse, comme un automate infatigable et acharné. Dans un vaste hangar, dix-huit forges flamboient, chacune flanquée de deux petites ; une fourmilière d’ouvriers s’agite dans l’ombre traversée de lueurs ardentes. Chez un autre, Sharp, constructeur de locomotives, sept à huit cents ouvriers font cent locomotives par an, chacune de 75 000 francs. Il faut venir ici pour sentir la puissance de l’eau et du feu ; ce, ne sont que piliers de fonte semblables à des troncs d’arbres, machines à entailler qui font sauter des copeaux de fer, machines à forer qui, dans des plaques de fer épaisses comme le pouce, percent des trous aussi aisément que dans du beurre ; pilons de 500 kilos dont le jeu est si précis qu’ils cassent une noisette sans entamer l’amande ; cisailles monstrueuses, forges colossales. Huit hommes, rangés en file, poussaient dans une de ces gueules de feu un arbre de fer rougi, gros comme le corps. Mais l’homme, ici, est un insecte ; l’armée des machines prend toute l’attention.
H. TAINE, Notes sur l’Angleterre, 1874.


La Grande Bretagne, atelier d’un monde largement ouvert aux échanges de marchandises
Actuellement, les cinq parties du monde sont nos tributaires volontaires… Les plaines de l’Amérique du Nord et de Russie, voilà nos champs de blé ; Chicago, Odessa sont nos greniers ; le Canada, les pays baltiques nos forêts. L’Australasie contient nos stations de moutons, l’Amérique du Sud nos troupeaux de boeufs ; le Pérou nous expédie son argent,
la Californie et l’Australie leur or. Les Chinois cultivent du thé pour nous, et des Indes occidentales et orientales affluent notre café, notre sucre, nos épices.
La France et l’Espagne sont nos vignobles,
la Méditerranée notre verger ; notre coton, que nous tirions auparavant des États-Unis, nous vient maintenant de toutes les régions chaudes du monde
S. Jevons, The Coal Question, 1866

Diffusion des progrès techniques des filatures de Grande Bretagne et de Paris à l’Alsace
Demandes de renseignements à un fils de famille en voyage de formation en Angleterre: une promotion par la technique
« Pour profiter du peu de papier qui me reste, je me bornerai à t’engager, pour profiter du reste du temps que tu .dois encore passer en Angleterre, de te mettre le plus que possible au courant de la manutention de la filature, Ainsi, pour ce qui concerne la filature, il faut que tu t’informes
1°) de la charge que supporte chaque machine de préparation, soit dit pour le coton.
2°) la quantité et la sorte de déchets que l’on mélange au coton neuf pour faire les numéros ordinaires.
… J’oublie l’organisation dans sa filière la plus souple et la plus directe, tel que le passage de main en main et de machine à machine, pour éviter de se bousculer inutilement et pour éviter les frais, car tu sais que chez nous, on se remue beaucoup et on fait peu.
Quand tu passeras à Paris, va voir l’établissement de M Chenot, métallurgiste à Clichy. D’après un article du Génie industriel, tome 10, ce monsieur aurait trouvé le moyen de convertir directement le minerai de fer en éponge métallique que l’on comprime et qui doit donner du fer. Tâche de voir le procédé qu’il emploie et demande lui s’il vend son brevet et combien il en demande.
Maintenant, en fait de commissions, tu pourrais m’apporter encore quelques paires de gants de chevreau, gants de couleur, j’en ai encore des blancs
Archives privées
Sources d’énergie locales et révolution des transports, facteur de développement du textile vosgien
Les facteurs de développement: la révolution des transports: Célébration du centenaire de la filature flageollet
Jean-Baptiste Flageollet, dont je m’honore d’être l’arrière-petit-fils, était cet homme. En cette fameuse année 1830 il acquit le moulin de Zainvillers pour y utiliser la faible force motrice aménagée à l’entraînement de quelques métiers à tisser. […] Les principaux agrandissements et aménagements datent de 1836. Six ans après la fondation : construction de la filature. Puis : 1841, 1844, 1851 et 1855. Ai-je besoin de souligner la rapidité de la pro-gression. A noter qu’à côté de la filature et du tissage, l’usine comportait un atelier de construction de machines textiles. Ceci porte à croire que l’usine fabriquait probablement elle-même ses métiers. Or, à cette époque, et beaucoup d’entre vous l’ont encore entendu raconter, on allait chercher le coton au Havre, le charbon au moins à Épinal et les huiles de graissage à Marseille ; on voiturait les tissus à Wesserling ou à Mulhouse par les cols. Les chemins de fer ? Non seulement la ligne de
la Moselotte n’existait pas, mais même celle d’Épinal à Remiremont n’était pas construite. De 1850 à juillet 1851, Jean-Baptiste Flageollet fit construire le fameux canal qui est encore le canal d’amenée actuel. Il aboutissait, ce canal, à la fameuse grande roue hydraulique que la plupart d’entre vous ont connue ….
Extraits du discours prononcé par Jacques ZELLER le 4 octobre 1930, cité dans L’Industriel vosgien du 28 octobre 1930.

Une affaire de sens de l’économie et de l’épargne : Benjamin Franklin
Rappelle-toi que le temps, c’est de l’argent : celui qui Pourrait en un jour gagner dix shillings et qui pendant la moitié du jour se promène ou paresse dans sa chambre, quand il n’aurait dépensé que six pences pour son plaisir, doit compter qu’en outre il a dépensé ou plutôt jeté cinq shillings à l’eau. Rappelle-toi que la puissance génitale et la fécondité appartiennent à l’argent, et les rejetons peuvent engendrer à leur tour et ainsi de suite. Cinq shillings se changent en six puis en sept shillings trois pence et ainsi de suite jusqu’à devenir une livre sterling… Celui qui tue une trie anéantit sa descendance jusqu’à un millier. Celui qui tue une pièce de cinq shillings assassine tout ce qu’elle aurait pu produire : dix colonies entières de livres sterlings.
Benjamin Franklin 1706-1790
Les Mots de l’histoire

Les sociétés par actions nécessaires pour mener de grandes projets industriels et créer des grandes entreprises
C’est comme pour les sociétés anonymes [sociétés par actions], a-t-on assez crié contre elles, a-t-on assez répété qu’elles étaient des tripots et des coupe-gorge ! La vérité est que, sans elles, nous n’aurions ni les chemins de fer ni aucune des énormes entreprises modernes qui ont renouvelé le monde ; car pas une fortune n’aurait suffi à les mener à bien, de même que pas un individu, ni même un groupe d’individus, n’aurait voulu en courir les risques. … Les risques courus sont volontaires, répartis sur un nombre infini de personnes, inégaux et limités selon la fortune et l’audace de chacun.
Émile Zola, L’Argent, 1891.