Image de prévisualisation YouTube

L’éléphantastique

Ils jouaient dans la classe
avec les mots et les images.
Ils apprivoisaient
peu à peu le langage.
Ils faisaient des charades
des rébus des comptines
des bouts-rimés des acrostiches
et des calligrammes.
Ils dessinaient tout un bestiaire
d’oiseaux quadrupèdes
velus ou bicéphales
des martaureaux et des cerfeuilles
des serpaons des escargorilles.
C’est ainsi qu’il est né
avec sa trompe longue
de papillon et ses
huit pattes frêles
l’éléphantastique.

Michel-François Lavaur  lien vers son site

 

La légende d’Oochigéas

Image de prévisualisation YouTube

Voici un modèle de cercle circassien…

Image de prévisualisation YouTube

 

Si mon stylo…

Si mon stylo était magique
Avec des mots en herbe,
J’écrirais des poèmes superbes,
Avec des mots en cage,
J’écrirais des poèmes sauvages.

Si mon stylo était artiste,
Avec les mots les plus bêtes,
J’écrirais des poèmes en fête,
Avec des mots de tous les jours
J’écrirais des poèmes d’amour.

Mais mon stylo est un farceur
Qui n’en fait qu’à sa tête,
Et mes poèmes sur mon cœur
Font des pirouettes.

Robert Gélis

 

Création poétique à partir de la poésie : « Si mon stylo… de Robert Gélis »

 

LA CIGALE ET LA FOURMI

La Cigale, ayant chanté tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue.
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l’août, foi d’animal,
Intérêt et principal.
La Fourmi n’est pas prêteuse;
C’est là son moindre défaut.
Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
Vous chantiez ? j’en suis fort aise:
Et bien! dansez maintenant.

Jean de la Fontaine

La cigale et la fourmi, poésie  récitée par Sirine

          

  OCTOBRE

 Le vent fera craquer les branches
La brume viendra dans sa robe blanche
Y’aura des feuilles partout
Couchées sur les cailloux
Octobre tiendra sa revanche
Le soleil sortira à peine
Nos corps se cacheront sous des bouts de laine
Perdue dans tes foulards
Tu croiseras le soir
Octobre endormi aux fontaines
Il y aura certainement,
Sur les tables en fer blanc
Quelques vases vides et qui traînent
Et des nuages pris aux antennes…
 F. Cabrel

La poésie récitée par Dounia:

 

Je voulais dans mon cartable

Je voulais dans mon cartable
emporter mes châteaux de sable,
mon cerf-volant, des coquillages
et le portique de la plage.
Maman m’a dit:
“Ca n’ est pas permis
et puis tout ça
ne rentre pas !”
Alors j’ai pris un beau stylo,
pour le goûter quelques gâteaux,
rien que des choses raisonnables.
Plus trois petits grains de sable !
Pierre RUAUD

Voici la poésie récitée par Nolann

Voici la poésie récitée par Elyes