Quelques citations de Cecilia Bajour

3 12 2014

Je vous parlais il y a quelques jours de l’excellente conférence de Cecilia Bajour. L’une des choses que j’ai aimées, c’est son choix de citations, qui m’a permis de découvrir ou redécouvrir des références théoriques. En voici quelques-unes parmi mes préférées (merci à Cecilia d’avoir accepté de les partager avec nous; lorsque son texte aura été publié, elle me préviendra, et je vous préviendrai à mon tour). Les deux premières sont en espagnol mais, vous l’aurez constaté, je parie toujours sur l’intercompréhension.

« A veces la consigna parece lindar con el juego; en otras ocasiones, con un problema matemático. Pero cualquiera que sea la ecuación, siempre la consigna tiene algo de valla y algo de trampolín, algo de punto de partida y algo de llegada » (Grafein, Teoría y práctica de un taller de escritura, Buenos Aires: Altalena Editores , 1981).

« Para jugar es necesario interrumpir el orden que rige la vida. La realidad reglamentada, la escala de valores, usos y jerarquías, rótulos y convenciones que dan sentido y significado a los actos de los hombres dentro de una comunidad organizada, deben quedar fuera del juego. Si no, no se puede jugar” (Scheines, Graciela. Juegos inocentes, juegos terribles.Buenos Aires. EUDEBA, 1998)

« Une figure est (déjà) une petite fiction, en ce double sens qu’elle tient généralement en peu de mots, voire en un seul, et que son caractère fictionnel est en quelque sorte atténué par l’exiguïté de son véhicule et, souvent, par la fréquence de son emploi, qui empêchent de percevoir la hardiesse de son motif sémantique : seuls l’usage et la convention nous font accepter comme banale une métaphore comme « déclarer sa flamme », une métonymie comme « boire un verre », ou une hyperbole comme « mort de rire ». […] une fiction n’est en somme qu’une figure prise à la lettre et traitée comme un événement effectif. » (Genette, Gérard, Métalepse / De la figure à la fiction, Paris, Éditions du Seuil)




Le jeu comme révélateur pédagogique

30 11 2014

Simone Maria Dantas-Longhi a soutenu en 2013 un mémoire de master en portugais consacré à la manière dont les jeux peuvent révéler certaines dimensions du travail des professeurs de LE. Elle a eu la gentillesse de me transmettre le document, que je vous invite à consulter dans la section Travaux d’autrui de ce même blogue. Élaboré sous la direction avisée d’Eliane Lousada, le mémoire « vise à analyser comment les enseignants débutants de français langue étrangère s’approprient d’un artefact, les jeux, en le transformant en instrument pour leur action ». J’apprécie tout particulièrement dans ce travail fort bien structuré la diversité des voies explorées, tout comme le lien avec des problématiques nouvelles qui enrichissent la vision du jeu dans la didactique des langues et des cultures en général et dans la pratique enseignante en particulier.

Le résumé se poursuit ainsi « Nous avons choisi de traiter les jeux parce que, en dépit d’être une pratique répandue et thème récurrent de formations, rares sont les études qui remettent en question l’utilisation des jeux pour l’apprentissage des langues étrangères et encore moins celles qui le font du point de vue de l’enseignant qui les utilise. Le même silence en ce qui concerne l’utilisation des jeux dans l’enseignement peut être trouvé dans la lecture des lignes directrices qui guident le travail des enseignants de français, comme le Cadre Européen Commun de Référence por les Langues (CECRL). Cette constatation nous amène à croire que le choix de l’utilisation des jeux en classe est guidé par un certain empirisme et que l’analyse de situations d’enseignement réelles du point de vue ses protagonistes est la meilleure façon de comprendre l’utilisation que les enseignants font des jeux. Avec l’aide d’un instrument d’intervention, l’auto-confrontation (CLOT, 1999, 2001), les enseignants participant à cette recherche ont été invités à parler des films de leurs classes dans lesquelles ils utilisent des jeux. Notre corpus de recherche se compose de textes d’auto-confrontations menées avec deux enseignants débutants qui seront analysés selon les présupposées théoriques et méthodologiques de l’Interactionnisme Socio-Discursif (BRONCKART, 1999, 2004; BULEA, 2010). Comme de nombreux ouvrages produits au Brésil (LOUSADA, 2006, 2011, MAZZILLO, 2006; BUENO, 2007, AX 2007;. MACHADO et al, 2011), nous nous baserons également sur les travaux de la Clinique de l’Activité (CLOT, 1999, 2001) et de l’Ergonomie de l’Activité (AMIGUES, 2003, 2004; SAUJAT, 2004; MOUTON et al, 2011; FELIX et al, 2008). Basées sur les études de Vigotski (VIGOTSKI, 1997), ces différentes lignes théoriques fournissent des moyens pour comprendre, à travers l’analyse du langage, les dilemmes rencontrés par les jeunes enseignants lors de l’utilisation des jeux pour l’enseignement et, plus largement, le processus d’appropriation de gestes du métier. Les résultats de notre analyse indiquent que l’utilisation d’un jeu demande le développement d’un certain nombre d’habiletés de la part de l’enseignant qui se rapportent, non seulement à transposer une activité de loisir dans le contexte de l’enseignement et de l’apprentissage, mais aussi à d’autres dimensions de l’enseignement telles que la planification des activités, la gestion de l’hétérogénéité du groupe, la répartition de l’attention et l’appropriation d’autres artefacts par l’enseignant. Ainsi, l’utilisation de l’auto-confrontation nous a permis de développer un autre regard sur l’activité d’enseignement, en la considérant comme une activité qui se produit également dans le plan psychologique et, dans le cas des enseignants débutants, comme un agir en construction. »




Comment parler d’art contemporain en milieu scolaire?

30 11 2014

Jeu, langue et art contemporain font souvent bon ménage. Alors, merci Thot Cursus de mentionner la brochure consacrée par l’Association des groupes en arts visuels à la question de l’art contemporain en milieu scolaire. Un document simple, accessible, parfait pour concevoir des activités de sensibilisation à l’art contemporain (si possible, ludiques!).
La brochure, c’est par ici: http://www.agavf.ca/pdf/AGAVF_parlerdart_scolaire.pdf

ArtContemporain




Verbalia, Letra a letra, Last letter, Finger eyes

20 11 2014

Lors de la foire du livre de jeunesse évoquée dans mes derniers billets, je n’ai pas fait qu’écouter les intervenants du séminaire ou enrichir ma bibliothèque… j’ai aussi acheté de quoi me casser la tête devant les étagères pour faire tenir de nouveaux jeux.

:-)

Le temps me manque, oh oui, ritournelle qui n’est pas près de changer, mais je vais au moins vous dire quels ont été mes principaux achats:

Verbalia, une belle boîte de jeux qui promet 50 jeux de langue, et dont vous trouverez des présentations vidéo en français, espagnol et catalan en suivant ce lien: http://www.5mpj.es/videos/851-5-minutos-tv-verbalia.html

Last letter, une petite boîte pleine de belles images, avec un principe de jeu très simple: le premier joueur propose un mot A illustré sur la carte A, et le premier des autres joueurs qui trouve sur la carte B un mot B qui commence par la dernière lettre du mot A remporte la carte A . Le mot suivant doit commencer par la dernière lettre du mot B, et ainsi de suite. C’est un jeu « en anglais » mais il peut être joué dans toutes les langues, avec d’éventuels ajustements (mon intuition me dit que les lettres finales sont plus variées en anglais qu’en espagnol, par exemple, alors je jouerais non pas à partir de la dernière lettre mais de la deuxième lettre…). À tester!

Ensuite, Letra a letra, à jouer en espagnol. Sur chaque carte ronde, trois mots sont cachés. Selon la couleur indiquée par la carte précédente, il va falloir être le premier à identifier le mot de cette couleur… L’explication en espagnol dans cette vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=13ftKxfig2k

Finalement, gros coup de coeur pour les Fingers eyes, marionnettes de poche qui ouvrent de nombreuses possibilités (ou comment tenir une conversation à trois… tout seul!). Ils sont utilisés pour jouer, pour la rééducation motrice (https://www.youtube.com/watch?v=Oe4iDhx16zc)… J’en ai déjà offert à ma soeur, à l’instit’ de ma fille… Et j’ai hâte de les utiliser le semestre prochain!




Une vidéo avec le jeu des gages

16 11 2014

Patricia Regoli, amie et collègue passionnée de jeux comme moi, a animé il y a peu une formation en Argentine. Elle y a utilisé les gages que j’ai créés et mis à votre disposition (téléchargeables depuis la section Ressources pour la classe de FLE). C’est très intéressant pour moi de voir comment le matériel est utilisé dans des conditions réelles…

Vous voulez voir la vidéo? Suivez le lien: https://www.facebook.com/video.php?v=354506594723180&set=vb.211524815688026&type=3&theater




El nuevo escriturón: curiosas y extravagantes actividades para escribir

16 11 2014

En el marco del Seminario internacional de fomento a la lectura, se citó un libro interesante, disponible gratuitamente en línea, y cuyo título lo dice todo : Alvarado, M. et al. 2004. El nuevo escriturón: curiosas y extravagantes actividades para escribir. México, SEP, 1994.  ¡Vale la pena descubrirlo !

PlumeCouleurs

http://estudiaen.jalisco.gob.mx/cepse/sites/estudiaen.jalisco.gob.mx.cepse/files/el_nuevo_escrituron.pdf




Livres et jeux vidéos: le point de vue de Gonzalo Frasca

16 11 2014

Gonzalo Frasca, spécialiste des jeux vidéo, a exploré lors du séminaire que j’ai évoqué dans mon billet ci-dessous les liens entre  jeux vidéo et livres. J’ai beaucoup ri lorsqu’il a paraphrasé presque mot à mot le Quichotte, devenu fou non pas à force de lire mais à force de passer du temps devant sa console. Les démons changent, les peurs restent les mêmes. Vous découvrirez le travail de ce spécialiste du jeu vidéo sur http://escuelalab.com/ (en espagnol).

À suivre aussi, sur recommandation de Gonzalo Frasca, et si le jeu vidéo vous intéresse particulièrement, la revue scientifique Eludamos (http://www.eludamos.org/index.php/eludamos), ou encore les magazines spécialisés dans le jeu vidéo Polygon (http://www.polygon.com) et The Escapist (http://www.escapistmagazine.com/). Voir aussi Ludomancy, blogue du concepteur Daniel Benmergui : http://www.ludomancy.com/blog/




Séminaire de promotion de la lecture : compte rendu très succinct

16 11 2014

SeminarioFILIJ34

Ma semaine aura été très chargée, entre autres, parce que j’ai décidé de suivre mon cœur et d’assister au séminaire international de promotion de la lecture organisé dans le cadre de la foire du livre pour la jeunesse (FILIJ). Cette année, il était consacré aux liens entre littérature et jeu (comment résister!).

J’aimerais partager avec vous uin bref compte rendu de ces journées et certaines de mes propres découvertes.

Lundi, l’écrivain espagnol Gustavo Martín Garzo a dicté une conférence sur les liens entre jeu et réel. Son intervention m’a laissée sur ma faim: beaucoup de références à de très nombreux auteurs, une langue élégante, une réflexion érudite sur les liens entre jeu et marges, sacré, monde nocturne, etc., recourait plus souvent que nécessaire –à mon goût– aux généralisations. J’aurais aimé pouvoir en discuter avec lui mais, avec près de 700 inscrits, l’échangepossible entre les intervenants et la salle était assez limité.

J’ai découvert ensuite une facette inattendue de Luis María Pescetti, dont je connais bien les chansons. En tant que pédagogue, il a exploré dans le séminaire le lien entre jeu et identification d’une voix personnelle. C’était une conférence drôle, intelligente, pleine d’anecdotes, et fondée sur de nombreuses expériences concrètes, sans pour autant laisser de côté la réflexion. J’y ai retrouvé, sous d’autres mots, beaucoup de mes propres convictions sur le jeu. J’aurais aimé que mes enfants, et mes étudiants, soient là pour s’entendre dire combien il est important de s’autoriser le jeu, de se laisser porter par le jeu pour trouver sa voie/voix. Sans pour autant idéaliser le jeu…

Mon intervention préférée a eu lieu mardi, avec Cecilia Bajour. Elle a illustré le rôle des jeux avec les mots dans la littérature de jeunesse, avec des exemples très précis et un corpus théorique bien choisi. Je vais lui écrire pour lui demander ses références, que je partagerai ensuite si elle m’y autorise. C’était pour moi un beau moment, car elle nous a invités à regarder sous un jour différent des albums que je connaissais bien. Il vous suffira de taper son nom sur un moteur de recherche pour découvrir ses réflexions sur la littérature de jeunesse. Regardez par exemple l’article co-écrit avec Marcela Carranza « Abrir el juego en la literatura infantil y juvenil » (Imaginaria 158, 2004) http://www.imaginaria.com.ar/15/8/abrir-el-juego.htm

Mercredi, j’ai assisté à la conférence très drôle, sur un ton enlevé, de Jorge F. Hernández (romancier, essayiste, journaliste…) qui a partagé son expérience de lecteur et d’écrivain. Puis j’ai décroché lors de la conférence suivante et suis partie visiter les stands de la foire du livre (belles trouvailles, je vous en parlerai).

Jeudi, conférence  du romancier australien John Marsden sur les effets de jouer avec le langage et comment les enfants sont tous poètes avant 8 ans. Excellent conférencier, il a illustré de manière magistrale la dimension de transgression liée au jeu, entre autres.

J’attends avec impatience la parution des actes de ce séminaire: je n’ai pu assister en entier aux séances de l’après-midi, vu que j’avais cours à la fac et que nous sommes en pleine fin de semestre.




Émoticônes félins : expression des sentiments et autres idées

16 11 2014

Lina (ah, quels beaux souvenirs partagés, chère Lina, n’est-ce pas ?) me fait découvrir une image sympathique qui pourrait être utilisée dès le niveau A1 pour aborder le lexique des émotions et encourager une réflexion sur les codes iconiques dans l’écrit numérique contemporain. Voyez donc ces jolies frimousses félines !

SmileysChats

Il s’agirait, d’abord, de trouver les sentiments que chacun des chats et son émoticône respectifs traduisent. Pour faciliter encore la tâche, on pourrait fournir une liste alphabétique des émotions représentées. Besoin d’aide ? Inspirez-vous de l’image suivante, en anglais (ou travaillez avec en classe, pour pratiquer la médiation), que j’ai découverte grâce à Ça c’est FLE  (et indirectement grâce à Maria)

SmileysEnAnglais

Par ailleurs, pourquoi ne pas faire compléter la liste (et, si possible et intéressant, de rajouter les illustrations correspondantes…)?

Ensuite, on pourrait faire écrire de courtes phrases ponctuées d’un émoticône puis de faire lire par autrui les phrases en question, en faisant deviner au reste du groupe grâce au langage corporel et à l’intonation l’émotion exprimée… Ou encore faire inventer de petites histoires constituées uniquement d’émoticônes, puis de les faire raconter ou jouer… (idée suggérée par Agito comme commentaire à l’image…)




Blogue sur la phonétique en classe de FLE

7 11 2014

Grâce à Adriana, je découvre le tout nouveau blogue de Sophie de Abreu, dont le sujet central est la phonétique en classe de FLE. Les premiers billets sont tout à fait prometteurs et abordent la question sous un angle ludique, raison pour laquelle j’ai jugé bon de vous en parler ici…