100 photos pour parler, écrire, penser…

11 12 2016

Le recours à l’image et notamment à la photo est désormais chose courante en classe. Face au déferlement d’images, le plus dur devient d’effectuer un choix. La revue Time a fait le travail pour vous: elle a réuni en un seul site ce qu’elle considère être les 100 photos qui ont eu le plus d’influence, avec des infos sur la photo et son auteur, des clips vidéo (en anglais), des renvois à d’autres images… De quoi mener en classe de très nombreuses activités orales et écrite (décrire, poser des questions, comparer, exprimer ses goûts et ses préférences, raconter, parler de ses souvenirs, argumenter, et j’en passe).

Des images fortes, des images mythiques, des images à découvrir ou redécouvrir absolument.

100 images




Un retour en catimini, sur une note qui se veut joyeuse malgré la tristesse

25 03 2015

Chers amis, chers lecteurs, chers amateurs de jeux,

Voici pratiquement quatre mois que je n’ai plus donné signe de vie: une fin d’année mouvementée, une année 2015 qui a démarré sur des chapeaux de roue, de nombreuses péripéties qui ne m’ont pas donné le temps de souffler, alors que les idées s’accumulent. Le temps est probablement venu d’une remise à plat du blogue, d’un questionnement approfondi sur ses objectifs, son fonctionnement, sa périodicité, d’autant plus qu’il s’agit d’un travail passionné, bénévole et hautement chronophage…

Hélas, une triste nouvelle me pousse à reprendre mon clavier. Je ne peux laisser passer davantage de temps sans rendre hommage à l’une des grandes figures du jeu en classe de langue, qui fut mon collègue et aussi, j’ose le dire, mon ami.

Francis Debyser, didacticien féru de créativité, nous a quittés la semaine dernière: si le paradis existe, Francis doit y être en train d’inventer des histoires loufoques avec le Tarot des mille et un contes, ou d’organiser une simulation globale, ou de mettre en place l’écriture collective d’un roman de science-fiction historique ou… Talentueux, généreux, discret, créatif, drôle… il n’aurait certainement pas souhaité que son souvenir soit lié à la tristesse!

J’ai eu le plaisir de rencontrer Francis pour la première fois en 1996, au moment où je réalisais une série d’entretiens sur la notion de jeu en littérature. Francis m’a généreusement accordé une longue et savoureuse conversation. Nous nous sommes ensuite retrouvés à plusieurs reprises lors des stages d’été du Centre International d’Études Pédagogiques, ou lors de mes passages éclairs à Sèvres. J’ai tant appris de lui…

Pour moi, le meilleur moyen de rendre hommage à sa mémoire est de lire et/ou relire ses textes, et de poursuivre son exploration des sentiers de la créativité. Lisons, jouons, créons… Voici une petite biblio commentée:

  • Caré, J.-M., & Debyser, F. (1978). Jeu, langage et créativité. Les jeux dans la classe de français. Paris: Hachette FLE. Un incontournable pour qui s’intéresse au jeu dans la classe de langue! Cet ouvrage offre une mosaïque de contributions autour de thèmes divers qui permettent de bien saisir les enjeux de la notion de jeu au moment où commençait à s’imposer l’approche communicative. Une grande partie des texte est consacrée aux jeux de mots, aux jeux de langue. Beaucoup des propositions réunies dans ce volume restent pleinement d’actualité.
  • Caré, J.-M., & Debyser, F. (éds.). (1995). Simulations globales. Sèvres: CIEP. Autre grand classique, qui permet de comprendre et de s’approprier cet outil original qu’est la simulation globale.
  • Caré, J.-M., Debyser, F., & Estrade, C. (1997). Îles. Sèvres: CIEP. Un exemple détaillé d’une simulation adaptée aux grands adultes, avec un travail important sur l’imaginaire. De nombreuses idées à reprendre même si on décide de ne pas travailler la simulation en soi.
  • Debyser, F. (s. d.). Cartes noires. Inventer et élucider des énigmes policières. Sèvres: BELC. Francis était grand amateur de polars, à lire mais aussi à écrire, et il a conçu ces cartes pour introduire le genre policier en classe.
  • Debyser, F. (1976a). Dramatisation, simulation, jeux de rôles. Changer d’estrade… Le français dans le monde, 123 : Jeux et enseignement du français, 24–27. À lire absolument pour comprendre la nature et la portée de ces différentes techniques d’expression dramatique dans la classe.
  • Debyser, F. (1976b). Le Crocodile et le moulin à vent. Un milliard de jeux de créativité. Le français dans le monde, 123 : Jeux et enseignement du français, 14–19. Des propositions pratiques pour faire entrer la créativité dans la classe.
  • Debyser, F. (1976c). Les Jeux au BELC. Le français dans le monde, 123 : Jeux et enseignement du français, 7. Ce numéro spécial est aussi un classique à ne pas rater.
  • Debyser, F. (1976d). Le Tarot des mille et un contes. Le français dans le monde, 123 : Jeux et enseignement du français, 20–23. Francis présente ici un jeu de cartes qui est un générateur d’histoires.
  • Debyser, F. (1977a). A comme… Avenir. Le Jeu de la voyante. Le français dans le monde, 126, 29–30. Une fiche pédagogique facile à utiliser, qui aura inspiré de nombreux enseignants.
  • Debyser, F. (1977b). Le Tarot des mille et un contes. Paris: L’École des Loisirs. Aujourd’hui épuisé, ce coffret de cartes pour créer des histoires a permis à de nombreux étudiants de par le monde de donner libre cours à leur imagination…
  • Debyser, F. (1980). L’Immeuble. Roman-simulation en 66 exercices. Le français dans le monde, 156, 19–25. Un autre exemple réussi de simulation globale, plus ancrée dans la réalité.
  • Debyser, F. (1996a). Éloge du savoir-vivre… et pour tordre le cou au “savoir-être.” Le français dans le monde, 282, 40–41. Francis savait aussi remettre en question les certitudes méthodologiques et poser les grandes questions épistémologiques. C’est d’ailleurs gràce à lui que j’ai découvert et mieux compris le Cadre européen commun de référence, à l’orée de notre siècle…
  • Gayot. (2005). Introduction. In H. Mathews & A. Brotchie (Eds.), Oulipo compendium. London: Make Now Press. Francis est sans doute l’un des piliers de l’hypothétique OUvroir de DIdactique des LAngues et CUltures POtentielle (OUDILACPO).
  • Le français dans le monde. (1984), 187 : Spécial roman policier. Encore une fois le plaisir du polar…

Promis, je vous reviendrai dans les semaines à venir, avec le plein de nouveautés. D’ici là, patience: je suis trop occupée à, entre autres, jouer avec mes étudiants et à finir de concocter des fiches qui seront bientôt à votre disposition…




Nuages

5 05 2014

Il y a quelques mois déjà, j’avais eu l’occasion de visiter une superbe expo au musée Réattu, à Arles, autour des nuages. Je m’étais dit alors qu’il y avait là matière à jeu pour la classe de langue, qu’il s’agisse par exemple de…

  • Inventer des récits, des poèmes,  des réflexions autour des oeuvres.
  • Faire deviner une oeuvre à partir de sa description.
  • Appliquer la règle du jeu de société Dixit, qui consiste à reconnaître parmi toutes les cartes posées la carte qui correspond au son, au mot ou à la phrase énoncée par le joueur « conteur ».

À vous d’essayer… Voici quelques-unes des images qui m’avaient le plus touchée:

Robert et Shena Parke Harrison, Cloud catcher


*

Françoise Coutant, Promenoir à nuage

*
Charlotte Charbonnel, ADN: aperçu de nuage

*
Laurent Grasso, Studies into the past

Une chronique illustrée et très détaillée de l’expo est disponible sur: https://jlcougy.wordpress.com/2013/05/23/nuage-au-musee-reattu-arles-impressions-de-visite-1/ et https://jlcougy.wordpress.com/2013/05/25/




LesZexperts s’offrent un nouveau site

30 09 2013

Je vous parlais en avril dernier du travail réalisé autour du jeu en classe de FLE par LesZexperts. Leur talent a payé, leur travail se poursuit, et ils s’offrent désormais un nouveau site (nouvelle adresse, nouvelle présentation, contenus enrichis…). Allez donc pendre avec eux la crémaillère ludique et virtuelle…




À propos de Québec: si tu connais ça…

20 09 2013

Toujours à propos de Québec, je cherchais une image pour illustrer le prochain billet puis je suis tombée sur plusieurs listes assez drôles qui sont d’excellents corpus à découvrir en classe pour travailler l’interculturel. Lecture, explication, discussion, puis élaboration de la liste locale, voilà la démarche la plus évidente… plus d’autres jeux avec des corpus, dont je vous ai promis la liste (et je tiendrai parole un de ces jours, pas la semaine des quatre jeudis mais presque, hoho)

Petite sélection d’une dizaine de phrases (pour voir plusieurs versions de la liste, beaucoup plus longues, suivez le lien: http://pvtistes.net/forum/cafe/15683-si-tu-connais-ca-tu-vis-au-quebec.html)

Tu vis au Québec si…

  • tu as déjà porté un manteau d’hiver et des shorts en même temps.!
  • tu mesures les distances en heures.
  • tu es capable de conduire à 80km dans une tempête de neige sans broncher.
  • tu connais les 4 saisons : Presque l’Hiver, l’Hiver, Encore l’esti d’Hiver et les Travaux Routiers.
  • tu trouves une température de moins 6 degrés Celsius juste un peu frisquet.
  • tu entends quelqu’un commencer une phrase en français et la finir en anglais.
  • tu installes des lumières de sécurité sur ton garage et ta maison mais tu laisses les deux dévérouillés en tout temps.
  • tu mets «lâ lâ » à chaque fin de phrase.
  • tu dis « la bus, la job et je m’en vâ ».
  • tu vas à la pharmacie pour acheter des timbres et des gâteaux.



Découvrir Québec en réalité augmentée

20 09 2013

Voilà une ressource qui devrait être utile pour tous les profs de français, mais surtout pour ceux dont le public inclut des candidats à l’émigration vers le Québec.

Il s’agit d’une application permettant de découvrir en détail la ville de Québec, que Thot cursus décrit ainsi:

Qu’ont en commun la messe de minuit à la basilique-cathédrale de Québec, le pont de glace qui existait autrefois entre Québec et Lévis et le premier palais de l’intendant du temps de la Nouvelle-France? Ces éléments de l’histoire de la capitale font partie du contenu de Découvrir Québec, une application mobile lancée le mercredi 4 septembre, à l’hôtel de ville de Québec, en présence du ministre de la Culture et des Communications, du maire de Québec et du recteur de l’Université Laval.

Cette réalisation est le fruit des efforts de l’équipe de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique, en collaboration avec la Ville de Québec et le ministère de la Culture, en partenariat avec la firme de haute technologie IdéeClic. L’application est disponible sur l’App Store en anglais ou en français.

Il y a là de quoi mettre en place de nombreuses activités liés à la langue (description, narration, interrogation, expression des goûts et des préférences, argumentation, etc.) et à la culture (interculturel, francophonie, civilisation…). Et de quoi imaginer des jeux (des quizz, à la préparation desquels les appprenants pourront contribuer; des concours; des devinettes; etc.). Si vous utilisez l’application, vous nous raconterez?




Faire un break

8 09 2013

Vous l’aurez compris, j’ai emprunté plusieurs numéro de Ça m’intéresse à la biblothèque. Et il y a vraiment beaucoup d’idées à exploiter pour la classe de langue…

Par exemple, le nº 378 (août 2012), consacre un dossier au besoin de faire une pause dans la vie (un break, en parfait franglais). Voici donc un corpus tiré de la revue, que vous saurez utiliser en classe (je vous promets pour les semaines à venir un récapitulatif d’idées de jeu autour des corpus divers, notamment des jeux de cartes mais pas seulement).

Pour faire un break, donc, il est possible de…

  • Déconnecter de l’actualité (au moins de temps en temps).
  • Ne rien faire (mais vraiment rien, c’est plus dur qu’on ne le pense).
  • Entamer un jeûne (avec précaution).
  • Couper Internet el le téléphone (au moins un jour par semaine).
  • S’offrir une année sabbatique (pour avoir le temps de réaliser ses rêves).
  • Arrêter l’alcool.
  • Essayer la sieste (moins de 30 minutes, tous les jours ou presque).
  • Rejouer à l’homme primitif (pour être confronté à des situations extrêmes et retrouver son instinct de survie).
  • Écrire son journal (pour faire un bilan des événements qui nous ont marqué et des émotions qu’ils ont provoquées en nous).
  • Faire un break amoureux (s’éloigner et se construire individuellement pour mieux se retrouver).
  • Pratiquer trois minutes de respiration (en pleine conscience).
  • Trouver sa tasse de thé (autrement dit, identifier sa passion, et la pratiquer, même à petites doses).
  • Faire une retraite spirituelle ou s’accorder un week-end chez soi avec un programme précis de lecture et réflexion , pour faire le point sur sa vie, se retirer du tumulte du monde).
  • Prendre une dose de vitamine G (où G=green; soit reprendre contact avec la nature).
  • Trouver le hobby qui vous convient (développer sa créativité, se créer une soupape contre le stress…).
  • Dire merci (et identifier les raisons de la gratitude que nous ressentons).
  • Se coucher par terre une fois par jour (cette position peu commune permet de rompre avec le modèle neurologique habituel, de se poser, de se re-poser…).
  • Changer de sport (varier, en s’adaptant à la saison).
  • Travailler à temps partiel (pour réorganiser ses priorités).
  • Modifier son itinéraire (ppour solliciter la zone antérieur du cerveau, celle du mode adaptatif).
  • Parler à de nouvelles personnes (pour sortir de sa zone de confort et développer ses capacités d’adaptation).
  • Prendre rendez-vous avec soi-même (pour se remettre en question).
  • Déménager (pour éviter trop de prévisibilité).
  • Rompre avec la ville (pour retrouver la juste valeur des choses).
  • Rencontrer d’autres cultures (pour relativiser).
  • Prendre des vacances (en donnant la priorité au repos).
  • Changer de travail (mais un changement aussi radical ne s’improvise pas).
  • Marcher au vert (pour rester plus ouvert au monde qui nous entoure).
  • Partir seul (pour faire un bilan, identifier ses envies).

Pour retrouver la version intégrale de l’article, avec le commentaire détaillé de chaque item,  il vous faudra lire la revue.

Idées d’expoitation en vrac: identifier dans la liste les stratégies que chacun a déjà testées, identifier celles qu’on n’utiliserait jamais et dire pourquoi, compléter la liste, argumenter en faveur de telle ou telle stratégie, mimer une stratégie pour que le groupe la reconnaisse, raconter une anecdote liée aux breaks que l’on s’est accordés dans la vie.




Les 100 livres préférés des Français

7 09 2013

Grâce à Facebook puis à Michèle, je vous propose aujourd’hui d’aller consulter la liste des « 100 livres préférés des Français » dénichée et mise en ligne par Vanessa George-Barraud, prof FLE. Comme Vanessa le dit elle-même, la liste date de 2004, mais elle peut toujours être exploitée en classe. Si quelqu’un trouve un palmarès plus récent, merci de nous le faire connaître!

Avec des corpus tels que celui-ci, plein d’idées de jeux sont possibles. J’en mentionne une: on affiche la liste sur les murs de la classe (une dizaine de titres par feuille, soit une dizaine de feuilles reparties sur tous les murs). Les apprenants (plutôt de granda ados ou des adultes, vu la nature des titres…) circulent, un feutre à la main, et mettent un coeur devant les ouvrages qu’ils ont lus et qu’ils aiment, une croix devant ceux qu’ils ont lus et n’ont pas aimé, un signe d’interrogation devant les livres dont ils ont entendu parler mais qu’ils n’ont pas lus. On dresse ensuite la liste des ouvrages les plus appréciés dans la classe, les moins appréciés, les controversés, les méconnus… À partir de là, plusieurs possibilités: ceux qui aiment tel ou tel ouvrage rédigent une fiche pour partager leur passion, on choisit parmi les titres que personne n’a lu un livre á découvrir et à faire partager, etc.

On peut aussi bien sûr commencer par dresser le palmarès littéraire de la classe, faire apparier titre et auteur, faire remettre dans l’ordre sur la ligne du temps, faire regrouper par catégories (genre, courant, siècle, sexe des protagonistes, thematiques, etc.) Les possibilités sont infinies, car la liste n’est finalement qu’un prétexte à lancer la discussion autour de la littérature!




27 clichés sur les Français d’après Ça m’intéresse

3 09 2013

La revue Ça m’intéresse, dont beaucoup de contenus insolites et écrits dans une langue simple peuvent servir en classe de FLE, propose dans son numéro d’avril 2013 un dossier sur les clichés relatifs au Français. Respect du droit d’auteurs oblige, je ne vais pas reproduire ici l’article; je vais me contenter de vous en conseiller la lecture et de lister les 27 clichés en question, qui peuvent déjà servir à mettre en contraste les représentations de vos apprenants avec les constatations des auteurs du dossier.

Demandez par exemple à votre groupe, organisé par équipes, de trouver en 10 minutes le plus de clichés possibles sur les Français. Comparez ensuite leurs listes à celle qui est proposée ci-dessous, et déclarez gagnante l’équipe ayant trouvé le plus d’items. Discutez ensuite pour savoir si les clichés renvoient à la réalité, d’où ils viennent, quels sont les clichés équivalents par rapport au pays d’origine des apprenants, etc. Démontez donc la machine à représentations et rappelez que les stéréotypes nous permettent d’avoir l’illusion de connaître et maîtriser le monde mais nous empêchent aussi le plus souvent de voir la réalité et toutes ses nuances…

Si vous tenez absoluement à avoir un texte, voici un article consacré au même sujet par L’Express, et disponible en ligne: http://www.lexpress.fr/actualite/societe/les-cliches-sur-les-francais-sont-ils-vrais_1090777.html

La liste de Ça m’intéresse, donc, en respectant les formules utilisées dans l’article. La liste est suivie plus bas des étiquettes attribuées par les auteurs (vrai, faux ou… vrai et faux et à la fois!), et de brefs commentaires pour remettre cela un peu en contexte (ces commentaires reflètent la position des auteurs du dossier, rappelons-le; fondée sur des statistiques, elle n’en est pas pour autant indiscutable; à vous de décider de creuser un point particulièrement sensible pour votre public).

Les 27 clichés récurrents sur les Français

  1. Le paradis des fromages.
  2. Le pays de la gastronomie.
  3. Pas de repas sans pain, pas de réveil sans croissants.
  4. Les Français amoureux de la dive bouteille.
  5. Une hygiène plus que douteuse.
  6. Les Françaises fâchées avec l’épilation.
  7. Les Françaises incarnent le summum de l’élégance.
  8. La mauvaise humeur érigée en mode de vie.
  9. Nous sommes les meilleurs amants du monde (Nous = Les Français).
  10. Les Françaises ont la cuisse légère.
  11. Une consommation record d’antidépresseurs.
  12. Le pays des âges canoniques.
  13. Nous entretenons un complexe de supériorité  (Nous = Les Français).
  14. La France, pays de chauvins.
  15. Derniers de la classe en langues étrangères.
  16. Les Français sont xénophobes.
  17. Nous sommes un peuple passéiste  (Nous = Les Français).
  18. L’armée bleu blanc rouge ne vaut plus rien.
  19. La France, pays du protectionnisme.
  20. Question grèves, on ne craint personne  (On = Les Français).
  21. La France, pays de l’assistanat.
  22. Un peuple écrasé d’impôts.
  23. Question pétanque, on est les champions  (On = Les Français).
  24. Nous n’aimons ni les riches ni l’argent  (Nous = Les Français).
  25. Notre rêve le plus fou? Devenir fonctionnaire  (Nous = Les Français).
  26. Nous sommes fâchés avec l’égalité hommes-femmes (Nous = Les Français).
  27. Notre système éducatifs –et particulièrement nos grandes écoles– est l’un des meilleurs du monde.

VRAI: 2 (mais moins qu’avant…) , 7 (dans l’imaginaire mondial, elles devancent les Italiennes, les Espagnoles, les Britanniques… et toutes les autres), 8 (mais au moins  ils le reconnaissent), 10 (mais elles sont loin d’être le seules, et elles sont moins volages que les hommes, toutes nationalités confondues), 12 (moyenne d’espérance de vie: 81 ans 6 mois), 14 (mais moins qu’avant; domaine de prédilection du chauvinisme français: le sport), 15 (les lycéens français se classent avant-derniers sur 14 pays européens), 16 (en 2013, 70% jugent qu’il y a trop d’étrangers en France), 17 (oui, il y a une idéalisation du passé), 20 (il y a une forte tradition contestataire), 22 (43,9% du PBI), 24 (les Français ont à ce sujet une position ambivalente), 25 (un jeune sur trois souhaite devenir fonctionnaire), 26 (beaucoup de progrès restent à faire).

FAUX: 1 (les Français sont devancés par les Grecs quant à la consommation, et les États-Unis sont nº1 mondial!), 4 (la consommation est en forte baisse, les Luxembourgeois boivent davantage, l’Italie est au premier rang des producteurs), 5 (même si des progrès restent à faire. Mais les Françaises consacrent 46 minutes par jour à leur hygiène personnelle, uniquement dévancées par les Mexicaines, avec 48 minutes), 6 (plus de 8 sur 10 s’épilent régulièrement), 9 (d’après un sondage mené en 2009, le podium revient aux Espagnols, aux Brésiliens et aux Italiens), 11 (le record appartient désormais à l’Espagne et au Royaume-Uni), 13 (conséquence des crises économiques…), 18 (l’armée française dépasse en nombre toutes les autres armées européennes), 23 (beaucoup de licenciés, une excellente place lors des championnats… mais le sport national reste le foot), 27 (seules 20 universités françaises figurent dans le palmarès des 500 meilleures universités, contre 150 américaines, 42 chinoises et 38 britanniques).

VRAI et FAUX: 3 (95% des Français mangent du pain au moins une fois par jour, mais la consommation est en baisse; et seuls 14% prennent des croissants régulièrement au petit-déj’), 19 (les Français craignent la mondialisation mais le pays reste très ouvert), 21 (la France a l’un des niveaux de protection sociale les plus élevés, mais elle n’est pas au premier rang).




Un texte fascinant et inquiétant

2 09 2013

pour mettre en place un travail autour des stratégies de lecture, ou un débat, ou une révision des temps du récit, selon diverses dynamiques de jeu ou avec une procédure plus classique…

Le cerveau humain commandé à distance

Des idées d’exploitation pédagogique? Partagez-les avec nous grâce à la fonction « Commentaires »…