20e anniversaire de la CIDE

28 05 2009

Nous célébrons cette année les vingt ans de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

Les récentes affaires de bébés enfermés en centre de rétention sont une belle illustration de la façon dont la France célèbre cet anniversaire.

http://lewebpedagogique.com/resf30/2009/05/01/le-bebe-de-4-mois-toujours-en-retention-a-nimes/

http://lewebpedagogique.com/resf30/2009/05/05/liberation-de-la-famille-bakhshiyan-et-leur-bebe-de-4-mois/

http://lewebpedagogique.com/resf30/2009/05/10/un-autre-bebe-9-mois-au-centre-de-retention-de-nimes/

http://lewebpedagogique.com/resf30/2009/05/11/la-famille-gasparyan-et-leur-bebe-de-neuf-mois-liberes-du-centre-de-retention-de-nimes/

J’avais écrit un petit article sur le sujet :

http://lewebpedagogique.com/journal/convention-internationale-des-droits-de-lenfant-janusz-korczak-aurait-il-honte-de-la-france-de-2008/

Ludovic Bourely

P.S.

L’affiche originale de Mai 68




Le blog du Resf du Gard

9 03 2009

Le blog du réseau éducation sans frontières du Gard sur lewebpedagogique avec notament un nouvel article à lire :

Pour le préfet du Rhône, un(e) bon(ne) avocat(e) est un(e) avocat(e) qui se tait !




Lettre ouverte au Président de la République

23 01 2008

Monsieur le président,

 

Je porte à votre attention une affaire qui touche à l’honneur de notre nation.

M Fanatsiha, sa compagne Mme Randrianirina et leur fils de 4 ans Scotty scolarisé dans notre école républicaine, sont menacés d’expulsion de notre territoire.

M Fanatsiha, légionnaire de 2002 à 2007, combattant de la liberté, qui a risqué sa vie pour défendre nos intérêts , titulaire d’un Titre de reconnaissance de la nation pour son comportement exemplaire au sein de l’opération Licorne en Côte d’Ivoire, ne peut être raisonnablement en situation d’expulsion de notre pays sans que notre honneur n’en soit sali, ni sans qu’il y ait un manquement à vos devoirs, en l’occurrence celui de préserver l’honneur de notre République.

Cette décision de Monsieur le Préfet du Gard est en contradiction avec nos valeurs républicaines.

Cette décision constituerait un préjudice majeur pour le petit Scotty, déjà fortement perturbé par cette situation.

Notre institution scolaire n’a pas comme valeur de mettre en danger un enfant qui est né en France et ne connaît que notre pays.

Je fais bien sûr appel à l’humanisme cher à nos penseurs des Lumières, qui nous dicte le respect que nous devons à autrui, quelle que soit son origine. Cette famille n’a pas le droit d’être expulsée. Sa réussite d’intégration par le mérite, que votre prédécesseur a officialisé, ainsi que par le travail, la participation à notre économie et à notre recherche, (Mme Randrianirina a dû abandonner son DESS faute de renouvellement de titre de séjour), et leurs relations fortement entretenues avec nos concitoyens en est une preuve.

J’accuse ceux qui ont eu en charge ce dossier d’avoir fait preuve d’incompétence ou de manque d’humanité.

J’accuse ceux qui ont en charge les milliers de dossiers qui auraient mérité un examen minutieux des mêmes méfaits.

J’accuse enfin ceux qui ne verraient dans ces situations que des affaires comptables, d’être dénués de notre cher humanisme.

Étant certain de l’intérêt que vous portez à l’honneur de notre pays, et aux chances d’avenir des enfants scolarisés dans nos écoles républicaines, je ne doute pas qu’une solution pourra être trouvée rapidement.

En tant que Président du Conseil Local FCPE de l’école du petit Scotty, je vous assure de l’intégration exemplaire de cette famille, ainsi que du soutien indéfectible de toute notre école à cette famille.

Ne pouvant imaginer que vous êtes le Président qui mettrait en danger les valeurs de votre pays, ou qui pourrait pousser un grand nombre de citoyens à se mettre en position de désobéissance civile, manquant à ses devoirs, et s’exposant ainsi à une demande de destitution prévue par l’article 68 de notre constitution, je reste persuadé de votre sagesse.

Étant tous concernés par cette sordide affaire, puissiez-vous mettre fin à cette situation ubuesque.

Petit-fils d’un maquisard du Plateau des Glières sous les ordres du Lieutenant Tom Morel dont vous avez honoré la mémoire et d’un sous-officier des Forces Françaises Libres qui a libéré notre pays, je serai personnellement déshonoré. Aurais-je pu penser qu’un jour je serai en situation d’avoir honte

Je vous adresse donc respectueusement cette requête à laquelle je suis certain que vous ne serez pas insensible.

Un citoyen qui ne doute pas de votre humanité,

Avec humilité et respect,

Ludovic Bourely, Président du Conseil Local FCPE de l’École maternelle Jean-Jacques Rousseau à Nîmes.

Signez la pétition en ligne : http://www.lapetition.com/sign1.cfm?numero=1513

Ajout pour ceux qui souhaitent diffuser largement la pétition, une version papier que vous pouvez retourner à FCPE École Maternelle Jean-Jacques Rousseau, 7 rue Jean-Jacques Rousseau 30000 Nîmes :

Pétition papier PDF http://lewebpedagogique.com/journal/files/petitionpapier.jpg

Une demande d’audience à Monsieur le Préfet du Gard a été demandé pour le Jeudi 14 Février, lors d’un grand rassemblement devant la Préfecture à 18 h.

11/08 : La décision du Tribunal Administratif concernant le recours mis en délibération le 10 Janvier vient de tomber, c’est un rejet. La mobilisation devient urgente.

Lire la suite »