JOURS APRES JOURS

Prouve ta jeunesse par ta curiosité et ton désir! Exige l'inaccessible ! (V.Cespèdes)

L’album de Robinson

Robinsonnade…

Réaliser l’album de Robinson.

Travail à faire : Constituer son imagier en collectant un maximum des représentations suivantes.

Consigne :

  1. Cherche des images (tous types d’images) pour illustrer les mots suivants. Constitue un « album » le plus riche possible (donc avec le plus grand nombre d’images possible). L’illustration des mots en gras est obligatoire. Pour les autres, tu as le choix.
  2. Ecris des petits commentaires : soit des extraits de textes (pris dans le roman), soit des commentaires personnels (pour expliquer ton choix par exemple).
  3. Organise tes images par thème.
  4. Choisis un de ces objets et écris son « portrait Araucan  en cinq touches » (voir modèle p.110).
  • une île du sud-est du Pacifique
  • Une galiote, un galion, une goélette à hunier (les trois pour comparer – XXIIIème siècle !)
  • une représentation d’un naufrage (soit pendant, soit après)
  • une carte ancienne du Chili
  • une tempête en mer
  • un cèdre géant
  • des ananas sauvages (arbres, fruits)
  • un bouc, des chevrettes de cette partie du monde
  • un vampire (chauve-souris géante)
  • des vautours
  • la végétation d’une île du Pacifique (sud Est, au large des côtes du Chili)
  • une longue-vue
  • une Bible ancienne
  • L’histoire de l’arche de Noé + une représentation
  • des pécaris
  • des perroquets
  • des eucalyptus
  • une carte marine ancienne
  • un sextant
  • une clepsydre
  • des pirogues à flotteurs et balanciers
  • portrait d’indiens Araucans
  • portrait de conquistadores espagnols
  • chandelier, candélabre (quelle est la différence ?)
  • des agoutis
  • autres faunes de cette partie du Chili
  • des plantes cactées
  • magnolias
  • tulipiers
  • sycomore
  • une case indienne
  • un radeau
Commentaires fermés sur L’album de Robinson

Histoire des arts : écrit préparatoire et oral

L’écrit préparatoire est un écrit personnel, organisé, de type explicatif et argumentatif.

Il ne s’agit pas d’un copié-collé du cours distribué en classe ou d’une page d’internet.

Ci-dessous le plan proposé :

FRANÇAIS – Epreuve d’histoire des arts                                                      3è7

METHODE

Organisation de l’oral :

I- Introduction (5 mn)

– le thème arts, états, pouvoir (comment vous reliez ces trois domaines par rapport à votre sujet) : définition personnelle (= comment vous comprenez ce thème).

– présenter votre sujet (ex : Une oeuvre de Louise Bourgeois)… en lien avec ce qui a été vu en classe (… Le surréalisme, l’entre-deux guerres, la place des femmes dans la société…). Il faut poser une à trois questions précises et explicites en rapport avec le thème (voir exemple ci-dessous). Le but de votre exposé sera de répondre à ces questions (voir exemple ci-dessous). L’ensemble de ces questions s’appelle une problématique.

– justifier votre choix (le défendre)

– présentation rapide des 4 oeuvres (sonores, visuelles, plastiques, textuelles…) : auteur, date, contexte politique et social environnant la création artistique.

II- Analyse de vos oeuvres (au choix ou prises dans les oeuvres vues en classe)

– utiliser les notions vues en classe dans les différentes disciplines (techniques d’analyse). Les textes littéraires font partie des arts du langage ou, pour le théâtre, des arts vivants.

– exprimer votre ressenti et votre interprétation personnelle ;

III- Conclusion

Choisir une ou deux idées déjà développées qui vous paraît vraiment importante, la reformuler.

Ouverture : vers l’actualité, les sujets qui vous tiennent à coeur, un artiste que vous appréciez, ce que vous a apporté la préparation de cette épreuve (connaissances, découvertes) etc.

Dites-vous bien qu’une page d’écriture bien pleine (times new roman 12) vous assure entre 1 mn et 1 mn 30 de parole…

Votre écrit fera donc nécessairement de 10 à 15 pages …

POUR L’ORAL

Pensez à l’affaire Calas. Vous devez utiliser des procédés qui garantissent la qualité de l’oral : questions oratoires, comparaisons, métaphores… Et tout ce que nous avons pu voir depuis le début de l’année qui contribue à un oral de qualité.

Vous pouvez choisir des modes de présentation originaux et créatif : diaporama, mise en scène ou lecture à voix haute des textes, mise en musique (si vous êtes instrumentistes)…

_____________________

Exemples de problématiques autour du thème « Art, état, pouvoir ».

Ce thème permet d’aborder,dans une perspective politique et sociale, le rapport (les relations) que les œuvres d’art entretiennent avec le pouvoir en place au moment où elles sont créées.

* L’oeuvre d’art et le pouvoir : représentation et mise en scène du pouvoir (propagande) ou œuvres conçues en opposition au pouvoir (oeuvre engagée, contestatrice, etc.). Que dit l’œuvre d’art du pouvoir en place ? est-elle censurée par le pouvoir ? Est-elle commandée par le pouvoir en place ? Quelle est l’indépendance de l’artiste (rémunéré par le pouvoir, exilé etc…) ?

* L’oeuvre d’art et l’Etat : On peut aborder les mythes et récits de fondation (Romulus et Remus, etc.) ; le thème du Héros, de la Nation ; les œuvres, vecteurs d’unification et d’identification d’une nation (emblèmes, codes symboliques, hymnes, etc.). L’œuvre d’art traite-t-elle un symbole du pouvoir (Daumier par ex) ? Comment le traite-t-elle ?…

* L’oeuvre d’art et la mémoire : mémoire de l’individu (autobiographies, témoignages, etc.), inscription dans l’histoire collective (témoignages, récits, etc.).

Commentaires fermés sur Histoire des arts : écrit préparatoire et oral

Entraînement brevet 3

(Corrigé disponible sur demande)

Entraînement au brevet n°3

3e-pourquoi j’ai mangé mon père_eva_typebrevet_2

Texte : Le feu, réalité prodigieuse ou danger mortel ?

Depuis « Mais quel bavard ! Et quel disputailleur ! » jusqu’à « si même il est encore temps, arrête » (p.12-13)

Les réponses doivent être rédigées et justifiées

I-                 Questions (15 pts) – ne pas dépasser 1 h 15

1)     Le portrait de l’oncle Vania

a)     Ligne 1 à 9 : à quel animal l’oncle Vania est-il comparé ? Pourquoi ?

b)     Ligne 10 à 15 : Quel est le temps employé dans ce paragraphe  ? pourquoi ?

c)     Ligne 34-35 : « Arrête ! arrête, Edouard, arrête avant qu’il soit trop tard, si même il est encore temps, arrête… » : Quel est le mode du verbe souligné ? Quelle indication donne-t-il au lecteur sur la personnalité de Vania ?

d)     Quelle est la nature des mots soulignés dans le texte (ligne   à   ) : bleuies ; pauvres ; pleines de rancunes ; apaisé ?

e)     Indiquez la nature  de « joyeusement » et « mutuellement » et expliquez la formation des mots.

2)     Les relations entre Vania et Père (1 pt par question)

a)     quel lien de parenté unit Vania et Père ? Quel est le prénom de Père ?

b)     A quelle espèce et sous-espèce vivantes appartiennent-ils ?

c)     relevez une comparaison dans la ligne 20 ; comment est-elle construite ?

d)     Quel effet produit sur le lecteur l’énumération des trois verbes « disputaient, criaient, hurlaient » ligne   ?

e)     Relevez le champ lexical du désaccord (une douzaine de termes)

3)     Les débuts d’un conflit (1 pt par question)

a)     quel est le motif de la première dispute entre Vania et Père ?

b)     Qu’est-ce que « cette chose tortillante et rouge » ?

c)     Expliquez la métaphore sur laquelle repose cette phrase : « Elle semblait meurtrie mais furieusement vorace et je regardais père l’alimenter » (l.22-23)

d)     Oncle Vania pressent un danger ? lequel ?

e)     Vania et son entourage se comprennent-ils ? justifiez votre réponse.

Il n’y a pas de dictée : l’orthographe est donc évaluée sur 5 sur toute cette partie du travail

(-0,5 pt par faute grammaticale / – 0,25 par faute lexicale).

II- Réécriture (5 pts)

Réécrivez le passage l.32 à 36 (en caractères gras dans le texte) en remplaçant : « ne t’ai-je pas… » par « ne vous ai-je pas ».

III- Rédaction

Racontez un événement montrant les différents aspects du progrès scientifique ou technologique. Vous pourrez vous inspirer de l’actualité ou de questions de société actuellement débattues (protection de l’intimité sur internet, mères porteuses etc…). Votre texte (narratif, explicatif et argumentatif comportera au moins 30 lignes).

Vous rendrez avec votre travail une fiche de critères d’évaluation élaborée et complétée par vos soins.


Texte (Entraînement brevet n°3)

Quel bavard ! Et quel disputailleur !

A peine d’abord s’il nous saluait, hochait la tête pour tante Laure. Il étendait vers la flambée ses pauvres mains bleuies de froid, et sans attendre passait à l’attaque. C’était à père qu’il s’en prenait, tête baissée, comme un rhinocéros, dont son index accusateur aurait pu figurer la corne. Père le laissait charger, dans un torrent d’accusations pleines de rancunes. Puis quand l’oncle un peu apaisé avait mangé deux ou trois œufs d’æpyornis et quelques caroubes, père se lançait dans la bagarre. Il démolissait joyeusement les arguments de l’oncle Vania, ou au contraire le laissait bouche bée en reprenant allégrement à son compte quelques-unes de ces énormités.

Au fond, j’en suis certains, ils étaient profondément attachés l’un à l’autre. Même s’ils avaient passé toute leur vie en violentes discordes. Comment eût-il pu en être autrement ? Ils étaient tous les deux d’honnêtes pithécanthropes aux principes inébranlables ; ils vivaient strictement en accord avec leurs croyances. Mes ces principes s’opposaient, absolument, sur tous les points. Chacun suivait sa propre voie, persuadé que l’autre commettait une tragique erreur sur la direction que devait prendre, pour évoluer, l’espèce anthropoïde. Néanmoins leurs rapports personnels, s’ils ne souffraient d’aucune entrave, n’en subissaient non plus aucun dommage. Ils se disputaient, criaient, hurlaient, mais n’en venaient jamais aux mains. Et quoique en général l’oncle Vania nous quittât fou de rage, il ne restait jamais longtemps sans revenir.

La première dispute dont je me souvienne, entre ces frères si différents d’aspect et de comportement, s’était produite à propos du feu. Il faisait froid. J’étais accroupi à distance respectueuse de cette chose tortillante et rouge, toute nouvelle pour nous. Elle me semblait meurtrie mais furieusement vorace, et je regardais père l’alimenter avec une nonchalance splendide, mais circonspecte. Les femmes, assises toutes en tas, s’épouillaient mutuellement en jacassant. Ma mère, comme toujours, était un peu à l’écart. Elle mâchait la bouillie pour les bébés sevrés, et regardait père et son feu d’un air de sombre méditation. Et tout d’un coup l’oncle Vania fut parmi nous, silhouette énorme et menaçante. Il parlait d’une voix d’outre-tombe.

– T’y voilà donc, Edouard ! Grondait-il. J’aurais dû le deviner, que tôt ou tard nous en viendrions là. J’espérais, il faut croire, qu’il y aurait une limite à tes folies. Imbécile que j’étais : je n’ai qu’à tourner le dos une minute, pour te retrouver jusqu’au cou dans quelque ineptie nouvelle. Et maintenant cela ! Cria-t-il. Edouard, écouter moi bien. Ne t’ai je pas mille fois averti, adjuré, supplié, en qualité de frère aîné, de t’arrêter à temps sur ta lancée calamiteuse, de réfléchir, de t’amender, et de changer de vie avant qu’elle ne t’amène tout droit, avec toute ta famille, vers un désastre irréversible ! Cette fois, c’est avec une insistance dix fois multipliée que je te crie : Arrête ! Arrête, Edouard, arrête avant qu’il soit trop tard, si même il est encore temps, arrête…

©Roy Lewis.- Pourquoi j’ai mangé mon père, éd. Pocket (trad. par Vercors et Rita Barisse), 1960

Commentaires fermés sur Entraînement brevet 3

Epreuve histoire des arts : dossiers en cours

Ci-dessous les dossiers en cours (les initiales correspondent au nom de l’élève) :

– DSS : sujet non confirmé en attente.
– AG et IB : Le nouveau Moloch articulé à 2 autres oeuvres
– ELA et LP : Louise Bourgeois (la femme- maison : 1 sculpture et 1 peinture) => surréalisme + sûrement un texte féministe.
– SC et MF : La République
de Daumier et son détournement au XXème siècle
– DW : La guerre de Corée (Picasso) + chanson sur la guerre de La Tordue
– NM : affiche de propagande stalinienne (vue en histoire apparemment)
-LS et FD : Vilnius (à partir de l’architecture de la ville -photos fournies par moi-) : superposition du romantisme, du rococo, de l’art soviétique et de l’art post-moderne reflet du capitalisme

– AL : Le chant des marais + illustration + présentation de son travail d’arts plastiques

Commentaires fermés sur Epreuve histoire des arts : dossiers en cours

Organisation du brevet des collèges

Organisation et modalités d’attribution

du

BREVET DES COLLEGES – 2011

Dates / Session normale

  • Français : mardi 28 juin 2011 de 9 h à 12 h 15
  • Mathématiques : mardi 28 juin 2011 de 14 h 30 à 16 h 30
  • Histoire-géographie-Éducation civique : mercredi 29 juin 2011 de 9 h à 11 h

Session de remplacement

  • Mardi 20 et mercredi 21septembre 2011

Repères

Diplôme

Le diplôme national du brevet  atteste la maîtrise du socle commun et sanctionne la formation acquise au terme du collège. Il ne donne pas accès à une classe supérieure en fin de troisième : les deux décisions, attribution du diplôme et orientation, sont dissociées.

Sujets

Les sujets des épreuves écrites, qui portent sur les programmes des classes de troisième, sont nationaux pour la France métropolitaine, La Réunion et Mayotte. Ils le sont également pour la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique en mathématiques.

Jury

Le diplôme, de valeur nationale, est attribué par un jury dont le ressort territorial, fixé par le recteur d’académie, peut  être académique, départemental ou commun à plusieurs départements.

Séries

Le diplôme national du brevet comporte trois séries : collège, technologique et professionnelle.

Cas général : Quatre éléments sont pris en compte pour l’obtention du diplôme

  • la maîtrise du socle commun de connaissances et de compétences au palier 3, attestée par le « Livret personnel de compétences » ;
  • les notes obtenues à un examen composé d’une épreuve orale d’histoire des arts (coefficient 2), passée au sein de l’établissement de scolarisation en cours d’année, et de trois épreuves écrites, en fin d’année : français (coefficient 2), mathématiques (coefficient 2), histoire-géographie-éducation civique (coefficient 2) ;
  • les notes obtenues en contrôle continu, effectué tout au long de l’année en classe de troisième, dans toutes les disciplines (sauf histoire-géographie-éducation civique) ;
  • la note de vie scolaire.

Sont également pris en compte les points supérieurs à la moyenne de 10 sur 20 obtenus dans l’enseignement optionnel facultatif : latin, grec, langue étrangère ou régionale, découverte professionnelle 3 heures.

Total des coefficients : 9,10 ou 11, selon la série.

Pour être déclarés admis, les candidats doivent obtenir une moyenne générale au moins égale à 10 sur 20 pour l’ensemble des résultats chiffrés et la maîtrise du socle commun de connaissances et de compétences au palier 3.

Des mentions sont attribuées :

  • mention « Assez bien » : pour une moyenne comprise entre 12 et 14 sur 20,
  • mention « Bien » : pour une moyenne comprise entre 14 et 16 sur 20,
  • mention « Très bien » : pour une moyenne au-delà de 16 sur 20.

Les élèves déjà boursiers sur critères sociaux qui obtiennent une mention « Bien » ou « Très bien » peuvent se voir accorder une bourse au mérite complémentaire.

L’épreuve orale d’histoire des arts

Les candidats sous statut scolaire présentent une épreuve orale passée au sein de l’établissement dont les principales caractéristiques sont :

    • Un entretien oral de 15 mn avec un jury constitué d’un binôme d’enseignants issus, en priorité, des disciplines artistiques et d’histoire – géographie – éducation civique.
    • Le questionnement porte sur l’histoire des arts et non sur une discipline spécifique.
    • L’évaluation porte sur les capacités, appuyées sur les connaissances qui y sont liées, à situer les œuvres dans le temps et l’espace, à identifier les formes, les techniques de production, les significations, les usages …, à discerner entre les critères subjectifs et objectifs de l’analyse, à effectuer des rapprochements entre des œuvres à partir de critères précis.
    • Le (ou les) candidat(s) peu(ven)t produire une réalisation personnelle ou collective : cette réalisation doit comporter intrinsèquement une analyse référencée à l’histoire des arts ou, si elle est une production artistique, en faire l’objet.
    • L’entretien oral peut être individuel ou collectif.
    • La date d’organisation de cet oral est laissée au libre choix des établissements.

    voir directement sur le site eduscol :

  • http://www.eduscol.education.fr/cid46835/organisation-et-modalites-d-attribution.html
Commentaires fermés sur Organisation du brevet des collèges

Préparation épreuve histoire des arts : pistes

(article évolutif  régulièremement mis à jour : attention !!!)

PREPARATION EPREUVE HISTOIRE DES ARTS – session 2011

Arts, Etat, Pouvoir

Objectif : l’élève sera capable de constituer un dossier (1) réunissant les travaux réalisés dans diverses disciplines (3) et exposant un point de vue critique et personnel (4) sur un thème majeur de l’histoire de l’art du XXè siècle.

1) D’après les textes officiels, les élèves ont le choix entre les deux thèmes suivants :

–        Arts, espace, temps ;

–        Arts, états, pouvoirs. Cette année, au collège, les enseignants ont choisi ce thème pour tous les élèves.

2) 1ère possibilité, vous travaillez sur des œuvres vues en classe : dans le tableau ci-dessous, choisissez un sujet majeur dans une des trois disciplines (éducation musicale/histoire-géographie/arts plastiques) : ce tableau est à compléter.

Français Education musicale Histoire et géographie Arts plastiques
– séquence sur le témoignage (Une soupe aux herbes sauvages)– séquence sur la dénonciation de la Grande Guerre (avec notamment Le Brigadier à cheval de G.Apollinaire, La partie de cartes de F.Léger, Les masques à gaz, Otto Dix) – Le chant des marais– Nuit et Brouillard (Jean Ferrat)

– Russians  (Sting)

– Différents trains (Steve Reigh)

– Lieutenant Kijé (Prokofiev)

– Le Sacre du Printemps (Stravinsky)


– la guerre de 14-18– l’entre-deux guerres

– la guerre de 39-40

– affiches de propagande : étude de l’image

– L’Europe

– le triptyque d’Otto Dix : La Guerre
(voir le Chant des marais)

– Guernica (Picasso)

3) 2ème possibilité : vous travaillez sur une œuvre au choix. Consultez ci-dessous les pistes et propositions… MAIS IL FAUT FAIRE LE LIEN AVEC CE QUI A ETE VU EN CLASSE DANS LES DIFFERENTES DISCIPLINES

4) Limitez-vous aux XXème et XXIème siècle.

Méthode

Préparer un écrit (4 à 6 pages) support de l’oral (15 mn).

S’entrainer chez soi, avec chrono…

Organisation de l’oral :

I- Introduction (5 mn)

– le thème arts, états, pouvoir (comment vous reliez ces trois domaines par rapport à votre sujet) ;

– présenter votre sujet (ex : Une oeuvre de Louise Bourgeois)… en lien avec ce qui a été vu en classe (… Le surréalisme, l’entre-deux guerres, la place des femmes dans la société…)…

– justifier votre choix (le défendre)

– présentation rapide des 4 oeuvres (sonores, visuelles, plastiques, textuelles…) : auteur, date, contexte.

II- Analyse de votre oeuvre (au choix ou prise dans les oeuvres vues en classe)

– utiliser les notions vues en classe (techniques d’analyse)

– exprimer votre ressenti et votre interprétation personnelle ;

III- Conclusion

Choisir une ou deux idées déjà développées qui vous paraît vraiment importante, la reformuler.

Ouverture : vers l’actualité, les sujets qui vous tiennent à coeur, un artiste que vous appréciez etc…

Pistes

ART SOVIETIQUE : Vilnius, Lituanie


ALLEMAGNE :

Germania, Albert Speer

Le nouveau Moloch

ESPAGNE

Guernica

http://missiontice.ac-besancon.fr/college_mont_miroir/spip.php?article39

ITALIE

FRANCE

Honoré Daumier : La République, 1848

L’esprit de 1968

http://expositions.bnf.fr/mai68/index.htm

Le photographe humaniste :

http://expositions.bnf.fr/humaniste/index.htm

Place des femmes dans l’art

http://fr.wikipedia.org/wiki/Place_des_femmes_dans_l%27art

Du côté des symbolistes et des surréalistes…voir notamment Apollinaire puis Aragon, Eluard...

A partir de la Bande dessinée

http://expositions.bnf.fr/bd/index.htm

+ recherche au CDI (Tardi etc…)

La mascotte automobile : un objet d’art et de pouvoir

http://www.suite101.fr/content/la-mascotte-automobile-un-objet-dart-et-de-pouvoir-a25291

ANGLETERRE : Du côté de l’utopie …

l’utopie se caractérise par un recours à la fiction, par un artifice littéraire qui consiste à décrire une société idéale dans une géographie imaginaire, souvent dans le cadre d’un récit de voyage purement romanesque. Mais imaginaire ou fictif ne veut pas dire impossible : tout rêve n’est pas chimère. Les utopies relevant de la littérature politique, du XVIe au XVIIIe siècle, participent d’une critique de l’ordre existant et d’une volonté de le réformer en profondeur ; le recours à la fiction est un procédé qui permet de prendre ses distances par rapport au présent pour mieux le relativiser et de décrire, d’une manière aussi concrète que possible, ce qui pourrait être. Et l’épanouissement du genre utopique correspond à une période où l’on pense, justement, que, plutôt que d’attendre un monde meilleur dans un au-delà providentiel, les hommes devraient construire autrement leurs formes d’organisation politique et sociale pour venir à bout des vices, des guerres et des misères. En ce sens, les descriptions qu’ils proposent, dans lesquelles ils font voir des cités heureuses bien gouvernées, visent à convaincre leurs lecteurs que d’autres modes de vie sont possibles.

http://expositions.bnf.fr/utopie/arret/d0/index.htm

Commentaires fermés sur Préparation épreuve histoire des arts : pistes

3è7- consignes pour le journal de voyage

Pour les élèves-voyageurs : 3ème7

Français : travail obligatoire

Tenir son journal de voyage TOUS LES JOURS.(10 lignes / jours minimum)

Sujet :

« Choses vues, entendues : impressions, sentiments,  réactions, coups de coeur, coups de gueule »

Vous pouvez tenir un journal oral si vous avez de quoi enregistrer (MP3 – MP4) et me donner le fichier son à votre retour (ou l’envoyer par courriel).

Dans tous les cas, le journal devra être

audible

quotidien

daté

évoquer des choses vues, entendues… des impressions… des sentiments etc. (voir ci-dessus).

Commentaires fermés sur 3è7- consignes pour le journal de voyage

5ème : évaluation de jeudi sur Marco Polo

Pour vous rassurer, voici en quoi consistera l’évaluation :

Je vais vous demander de lire un extrait de Marco Polo que j’aurais photocopié.
Ensuite vous écrirez votre  journal de lecteur en respectant ces quatre impératifs :

– faire un résumé du texte ;

– décrire les images que vous voyez en lisant le texte (ce que vous entendez, sentez…) ;

– faire des liens avec d’autres textes, des expériences, des connaissances ;

– écrire des questions auxquelles vous chercherez des réponses.

Vous aurez aussi à répondre à des questions sur Marco Polo, sur son livre.

Les critères d’évaluation sont :

– le respect des consignes (voir ci-dessus) ;

– la présentation de la copie ;

– la qualité de votre expression.

Vous aurez le droit d’utiliser un dictionnaire.

Pour vous préparer, le mieux est de reprendre les textes que vous avez déjà lus et les textes que vous avez déjà écrits, et d’essayer de les améliorer en respectant les consignes ci-dessus.

C’est une évaluation intermédiaire (c’est-à-dire en milieu de séquence), une sorte d’entraînement pour voir où nous en sommes. Elle compte dans le moyenne au coefficient 1.

L’évaluation finale (coefficient 2) aura lieu après les vacances.

Pendant que vous travaillerez, je ramasserai les pochettes et je regarderai si votre travail est à jour (note qui compte aussi)  :

– journal des apprentissages et journal de lecteur (ensemble ou séparés) ;

– notes de cours (datés, mises au propre)

A jeudi.

Commentaires fermés sur 5ème : évaluation de jeudi sur Marco Polo

Les contes de fées, Cendrillon – Bilan (à savoir)

CE QUE L’ON APPREND SUR CENDRILLON ET LES CONTES DE FEES

(d’après le site bnf.fr)

  1. Les contes de féesLes sources : le conte de fées trouve ses origines dans les mythes et les légendes dont les sujets sont universels.

    Les premiers contes écrits apparaissent en Italie, à la Renaissance (XVIè s.), mais c’est Charles Perrault qui leur donne toute leur importance dans la littérature.

    Les thèmes des contes viennent de légendes égyptiennes, babyloniennes, grecques et romaines.

  2. Ils sont transmis de génération en génération par oral (tradition orale), puis par écrit.Les contes merveilleux s’inspirent des récits du moyen-âge dans lesquels on rencontre des animaux fantastiques, qui parlent, ou ont des pouvoirs, des objets magiques, des personnages extraordinaires (fées etc.)
  3. Les ingrédients :– le temps et les lieux : les récits se déroulent dans des lieux impossibles à situer sur une carte de géographie, parfois totalement imaginaires et dans des époques du passé (par rapport à celui qui lit ou écoute le conte). Les formules habituelles du conte sont « Il était une fois… », « Au temps jadis… » ; « Autrefois… » ; « Dans des temps anciens… ».

    – les lieux sont souvent des châteaux (splendides ou abandonnés), des forêts profondes, des maisons pauvres.

    – le héros est un personnage dominant dans le conte de fées. C’est souvent un enfant ou un adolescent, qui vit dans une famille complexe, souvent recomposée, où les relations ne sont pas bonnes entre les membres de la famille.

    Ce peut être une belle princesse, ou une jeune fille très pauvre, ou un cadet mal-aimé. Ils ne sont pas décrits avec précision mais ils ont une caractéristique particulière qui les distingue des autres personnages (une coiffure, un costume, une malformation…). Le père, la mère ou la marâtre sont inquiétants et le héros ne peut pas toujours compter sur ses frères et soeurs.

    – Les animaux fabuleux sont fréquents dans les contes et jouent un rôle important pour le héros : conseil, obstacle, message etc… Ils se comportent souvent comme des êtres humains. Parfois, ils sont tout simplement des humains transformés en animaux, qui souhaitent retrouver leur première forme.(Voir le dossier iconographique)

    – les fées et les sorcières : elles organisent la vie des hommes en donnant des conseils, en tendant des pièges, en faisant des dons ou en jetant des maléfices. Il faut distinguer les magiciens, les enchanteurs, les méchantes fées, les sorcières (voir le dossier iconographique)

    – Les ogres et les nains.

    L’ogre est le complément à l’envers de la fée. Il est souvent un géant, il voit mal : il rappelle le cyclope combattu par Ulysse dans l’Odyssée. (trouver un texte sur Cronos et voir les points communs).

    Le nain : il s’oppose à l’ogre par la taille et par l’intelligence. Il peut être sympathique ou maléfique.

    – les objets magiques : contrairement aux objets du réels, les objets magiques sont « vivants ». Il ont de multiples vertus et pouvoirs. Bénéfiques ou maléfiques, ils accélèrent le rythme de l’histoire.

  4. Les épreuvesSéparation, mort, souffrance, privation, peur, combats, humiliations : le héros doit prouver sa valeur en passant par des épreuves, le plus souvent avec une aide. En récompense de son courage, de son intelligence, de sa persévérance, il trouvera le bonheur et l’amour.
  5. La moraleTout en faisant rêver, le but du conte est d’instruire ou de transmettre une leçon sur la vie, le monde, les hommes. Les contes s’adressent autant aux enfants qu’aux adultes.
  6. Principaux auteurs de contes de fées, en Europe

voir sur le site : http://expositions.bnf.fr/contes/arret/ecrit/index2.htm

Réflexion :

qu’est-ce que j’aime dans les contes ?

Qu’est-ce que je n’aime pas ?

Quelles sortes de contes me plaisent ?

Comment expliquer que dans le monde entier on lise des contes ?

Commentaires fermés sur Les contes de fées, Cendrillon – Bilan (à savoir)

6e_Informations générales et utiles pour le cours de français

Matériel nécessaire


1 grand classeur, avec intercalaires (un jeu de 6 suffit) : ce classeur reste en classe. Il est ramené à la maison avant les vacances pour être vu par les parents. Il sert à ranger le travail quand celui-ci est fini.

20 feuilles grand format doubles (pour les évaluations)

Des feuilles simples blanches (pour les cours). Préférez les grands carreaux !

1 cahier de brouillon (toujours l’avoir en classe)

1 répertoire pour noter tous les mots nouveaux: ce répertoire sert dans plusieurs matières. Il doit toujours être dans le cartable.

Trousse complète et règle

1 classeur souple et mincepour mettre le travail en train de se faire… et alléger le cartable !

A la maison : un dictionnaire de langue (Robert ou Larousse). Préférer un dictionnaire général (pas « spécial collège ») qui durera plus longtemps (mais ce n’est pas obligatoire). Format de poche possible.

Le manuel de français reste en classe, sauf quand il y a un travail à préparer à la maison.

Pour s’organiser,

faire des progrès et évaluer son travail

L’agenda personnel (ou cahier de textes personnel), le plan de travail sur 2 ou 3 semaines.

La fiche-navette de suivi des évaluations : à rendre avec chaque travail ramassé par le professeur. Tu dois la tenir à jour !

Le livret de séquence : à la fin d’une séquence, nous transformons notre travail en un petit livret, que tu fais signer par les parents, puis que tu ranges dans le gros classeur.

Le cahier de textes de la classe : le travail fait ou à faire y est noté régulièrement. Il se trouve dans la « mallette ».

Le classeur de la classe : en salle 135… il contient un double des documents distribués en classe. C’est une sorte de modèle pour ton classeur. Tu peux vérifier s’il te manque quelque chose, rattraper une leçon, compléter tes notes…

La fiche de progrès personnel en orthographe (ou « petite orthographe »): tu dois toujours l’avoir dans ton classeur mince.

La fiche des règles d’orthographe.

Le livret d’évaluation des compétences : tu dois toujours l’avoir dans ton classeur mince et le tenir à jour.

Le travail à la maison

Mettre ton répertoire à jour, chaque jour.

Apprendre les définitions et les leçons par coeur, comme des poésies…

Faire les exercices demandés…

LIRE…LIRE.. LIRE… LIRE… LIRE…

Préparer ou recopier les expressions écrites (« rédactions », articles…)

-2-

Pour maîtriser la grammaire et l’orthographe,

il faut s’entraîner !

Personne ne peut apprendre correctement une langue s’il ne pratique pas de nombreux exercices d’entraînement qui développent les réflexes. Il est important que tu fasses tes exercices seuls. Si tu buttes sur un exercice, il faut que tu recopies l’exercice sur ton cahier, en laissant la place pour inscrire la correction quand elle sera faite en classe. Les exercices sont donnés plusieurs jours à l’avance. N’attends pas le dernier moment…

Lecture

– nous étudierons plusieurs livres en classe dans l’année, tous ensemble. Tu devras cependant lire de larges extraits tout seul chez toi, qui seront expliqués ensuite en classe.

– D’autres livres seront à lire seul. Ils ne seront pas étudiés en classe mais tu devras faire une petite fiche, une petite affiche ou un petit exposé oral pour présenter ta lecture à la classe.

Elèves en difficulté :

Si tu ne dis rien, je ne peux pas savoir que tu as un problème ! Plutôt que t’énerver, déprimer, ou te plaindre, viens donc me parler ! Nous essayerons de trouver une solution ensemble !..

Soutien en français : les élèves qui rencontrent des difficultés durables avec la langue française, en lecture, ou en écriture peuvent aller dans un cours de soutien pendant 3 semaines renouvelables. Dans ce cas, ils quittent la classe pour intégrer un groupe de 12 élèves maximum qui aura 6 heures de français par semaine, avec un autre professeur. Les élèves s’engagent à travailler sur des points précis.

Ecrire et publier un journal

En cours de français, nous écrivons un journal qui paraît toutes les 6 ou 7 semaines : LE BOUSTROPHÉDON. Les sujets traités sont en rapport avec l’ensemble du programme de 6è, et tes centres d’intérêt. Le journal est ensuite vendu 0,50 € au collège et à l’extérieur. Ce journal existe aussi sur un blog : http://www.weblettres.net/blogs/?w=LEBOUSTROPHEDO

ECOCOLLEGIENS !

Faites des économies et mettez-vous au vert !

Quelques trucs…pour ne pas gaspiller

Il y a un carton dans la salle 135 pour jeter les papiers recyclables. Ne remplissez pas les poubelles inutilement…

Sur le blog, vous trouverez des astuces pour fabriquer des blocs de brouillon en recyclant le papier de brouillon.

N’utilisez pas de pochettes plastiques transparentes si ce n’est pas demandé par le professeur !

A la fin de l’année, récupérez les cahiers qui ne sont pas finis. Au lieu de les jeter, découpez avec un massicot ou un cutter les feuilles inutilisées. En les perforant, vous aurez d’excellentes feuilles de cours à mettre dans vos classeurs.

N’utilisez pas les copies (payantes !) pour faire du brouillon (gratuit…)

Il est moins coûteux d’acheter 2 m de toile cirée transparente fine pour couvrir les livres que des rouleaux de couvre-livres.

On peut souvent faire un stylo neuf avec 2 ou 3 vieux (le tube, la cartouche, le bouchon…)

Prenez soin des photocopies.

Imprimez vos documents recto-verso en qualité « brouillon » …et réfléchissez avant d’imprimer !


Commentaires fermés sur 6e_Informations générales et utiles pour le cours de français